Fatberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un fatberg est un très gros amas de graisses alimentaires et autres déchets ménagers que l'on peut trouver dans les égouts. C'est un néologisme anglais formé à partir de « fat » (graisse, ou gras) et « iceberg ».

Les fatbergs bloquent progressivement les canalisations et menacent de provoquer des inondations dans les maisons et les commerces.

Apparition des fatbergs dans les médias[modifier | modifier le code]

En août 2013, un fatberg a été trouvé dans des canalisations situées sous une importante artère de Kingston, dans le sud-ouest de Londres. Mesurant la taille d'un autobus et pesant plus de quinze tonnes, son passage nécessita six semaines de travaux pour la réparation des égouts[1],[2].

Un fatberg beaucoup plus gros a été découvert en mai 2014 dans les égouts de Manchester. Son poids était évalué à environ cent tonnes, soit dix autobus à deux étages[3],[4].

Les égouts de la plupart des grandes villes du monde, de Canberra[5] à Montréal[6] contiennent des fatbergs. Mais ce n'est que récemment que les médias s'y sont intéressé.

Suite à un vote public sur Twitter, le terme n'est pas entré dans l'édition 2014 du dictionnaire anglais Collins. Un vote similaire organisé par The Guardian a conduit au même rejet du terme[7].

Mesures pour éviter la formation et le développement des fatbergs[modifier | modifier le code]

A Londres, où la compagnie d'assainissement Thames Water, qui doit déboucher ses égouts 40 000 fois par an et dépense un million de livres tous les mois pour nettoyer des tuyaux bouchés par les graisses et autres huiles déversées par des milliers de restaurants, encourage les usagers à jeter les matières grasses à la poubelle et non dans les éviers[8],[9],[2],[10],[11].

Traitement des fatbergs et autres amas de graisse[modifier | modifier le code]

Les fatbergs sont retirés en les fractionnant à l'aide de jets d'eau et en aspirant les morceaux[4].

À Londres, les graisses et huiles sont transformées en savon ou en biodiesel par Countyclean, l'entreprise qui a procédé à l'évacuation du gros bloc de graisse découvert en août 2013[2],[12],[13],[14],[1].

La compagnie d'assainissement Thames Water et le fournisseur d'énergie 20C ont proposé de se servir des fatbergs comme combustible pour alimenter une centrale électrique[10],[8].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b "Fatberg" : un "iceberg de gras" infeste les égouts londoniens. Le Monde, 7 août 2013.
  2. a, b et c «Fatberg», l'iceberg de graisse qui menaçait les Londoniens. Le Figaro, 8 août 2013.
  3. Watermen: A Dirty Business, BBC Two, 20 mai 2014.
  4. a et b Hodgson, Claire (05-2014) “100 ton fatberg: Watch the moment engineers try to dislodge giant fat ball from Manchester”. Daily Mirror, 20 mai 2014.
  5. Thistleton, John “Canberra's underground fat fight”. The Canberra Times, 9 août 2013.
  6. Saucier, Patrice « Anatomie d’un fatberg ». 8 août 2013.
  7. Oakes, Omar POLL: Should fatberg be in the dictionary?. The Guardian, 10 juin 2014.
  8. a et b « En 2015, Londres produira de l’énergie avec des ’Fatbergs’ ». Énerzine, l’énergie au quotidien, 22 avril 2013.
  9. "Bus-sized fatberg" removed from London sewer. BBC, 6 août 2013.
  10. a et b Solon, Olivia "Fatbergs" clogging UK drains to be burnt for energy. Wired.co.uk, 11 avril 2013.
  11. Pepper, James Mitcham is 'fatberg hotspot' as Thames Water cleans sewers. The Guardian, 28 octobre 2013.
  12. "Fatberg", l'iceberg de graisse des égouts londoniens. BFM TV, 6 août 2013.
  13. Vidéo : le "fatberg", 15 tonnes de graisse dans les égouts de Londres. Direct Matin, 7 août 2013.
  14. Un "fatberg", un amas de 15 tonnes de graisse, sorti des égouts londoniens. RTBF, 6 août 2013.