Farouk d'Égypte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Farouk Ier d'Égypte)
Aller à : navigation, rechercher
Farouk
فاروق الاول
Le roi Farouk d'Égypte en 1948.
Le roi Farouk d'Égypte en 1948.
Titre
Roi d'Égypte
(10e monarque de la dynastie de Méhémet Ali)
28 avril 193626 juillet 1952
(&&&&&&&&&&&0593316 ans, 2 mois et 28 jours
Prédécesseur Fouad Ier
Successeur Fouad II
Biographie
Hymne royal Salam Affandina
Dynastie Méhémet Ali
Nom de naissance Farouk Fouad
Date de naissance 11 février 1920
Lieu de naissance Le Caire (Égypte)
Date de décès 18 mars 1965 (à 45 ans)
Lieu de décès Rome (Italie)
Père Fouad Ier
Enfant(s) Princesse Farial Farouk
Princesse Fawzeya Farouk
Princesse Fadia Farouk
Fouad II Red crown.png

Farouk d'Égypte
Souverains d'Égypte

Farouk (11 février 1920 - 18 mars 1965) (arabe : فاروق الاول) est l'avant-dernier roi d'Égypte et le dixième souverain de la dynastie de Méhémet Ali. Il succéda à son père Fouad Ier le 28 avril 1936 et régna jusqu'au 26 juillet 1952, date à laquelle il fut renversé, puis remplacé par son fils Fouad II. Il mourut treize ans plus tard en exil en Italie. Sa sœur, Fawzia Shirin, fut la première épouse et la reine consort (Maleke) du dernier chah d'Iran.

Biographie[modifier | modifier le code]

Farouk était l'arrière arrière-petit-fils de Méhémet Ali lequel était d'origine albanaise[1]. Avant la mort de son père, il fut éduqué à l'Académie militaire royale de Woolwich, au Royaume-Uni. Lors de son couronnement, le roi Farouk, âgé de seize ans et extrêmement populaire, s'adressa à son peuple à la radio, une première pour un souverain égyptien. Son accession au trône fut encouragée tant par la population que par la noblesse.

Sa popularité a pour base son caractère très pieux : il contre le parti laïc du Wafd et s’appuie sur les Frères musulmans et le parti Jeune Égypte qui prônent le renforcement du lien entre le monde arabe et l’Égypte, ainsi qu'une dimension religieuse islamique dans le gouvernement.

Farouk aimait beaucoup le style de vie royal. Bien que possédant déjà des milliers d'hectares de terres, des douzaines de palais et des centaines de voitures, le jeune roi se rendit souvent en Europe pour de grandes tournées d'achats, suscitant la colère de nombre de ses sujets.

Le 6 novembre 1943, il survit à un grave accident de la route, qui aura de graves répercussions sur son caractère et sera « à l’origine de sa longue déchéance, déchéance d’autant plus tragique qu’elle entraînera dans son sillage la chute de sa dynastie »[2].

Durant les épreuves de la Seconde Guerre mondiale, des critiques furent exprimées contre son style de vie fastueux. Sa décision de garder toutes les lumières allumées dans son palais d'Alexandrie à un moment où la ville était plongée dans l'obscurité en raison des bombardements allemands et italiens fut jugée particulièrement offensante par certains. En raison de l'occupation durable de l'Égypte par les Britanniques, de nombreux Égyptiens, y compris Farouk, étaient bien disposés vis-à-vis de l'Allemagne et de l'Italie. Ainsi, malgré la présence de troupes britanniques, l'Égypte reste officiellement neutre jusqu'à la dernière année de la guerre. Les fonctionnaires italiens en place en Égypte ne furent pas inquiétés.

Des soupçons de corruption, la poursuite de l'occupation militaire britannique et la défaite égyptienne lors de la guerre israélo-arabe de 1948, amenèrent un coup d'État militaire et le 23 juillet 1952, Farouk fut contraint à abdiquer par le conseil révolutionnaire emmené par Gamal Abdel Nasser et Mohammed Naguib, mais il le fit en faveur de son fils nouveau-né, Fouad II. Une période de transition d'un an commença (régence), la République fut proclamée l'année suivante.

Farouk dut s’exiler, d’abord à Monaco, puis en Italie. En 1959, il reçut la nationalité monégasque.

Divers[modifier | modifier le code]

D’ascendance albanaise, il comptait parmi ses ancêtres Soliman Pacha, un Français converti à l’islam. Il avait épousé Narimane Sadek mais, après son abdication, le couple divorça.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilbert Sinoué, Le colonel et l’enfant-roi. Mémoires d’Égypte, Éditions JC Lattès (2006). (ISBN 2709624990)
  • Caroline Kurhan, Le roi Farouk, Un destin foudroyé, Paris, Editions Riveneuve, 2013, 232 pages[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Méhémet Ali est né dans l'actuelle Macédoine qui était alors territoire ottoman.
  2. Caroline Kurhan, Le roi Farouk, un destin foudroyé, Delphine Froment, lesclesdumoyenorient.com, 13 juin 2013
  3. Michel et Béatrice Wattel (préf. André Damien), Les Grand’Croix de la Légion d’honneur : De 1805 à nos jours, titulaires français et étrangers, Archives et Culture,‎ 2009, 701 p. (ISBN 9782350771359), p. 444.
  4. Caroline Kurhan, Le roi Farouk, Un destin foudroyé, Delphine Froment, lesclesdumoyenorient.com, 13 juin 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]