Farley Mowat (navire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Farley Mowat
Image illustrative de l'article Farley Mowat (navire)
Le RV Farley Mowat à Melbourne en 2005

Autres noms Johan Hjort
Skandi Ocean
STM Ocean
CAM / M Vulcan
Ocean Warrior
Type Offshore Safety Vessel
Histoire
Quille posée 1956
Lancement 3 avril 1957
Statut En cours de destruction
Caractéristiques techniques
Longueur 52,4 m
Tirant d'eau 9,3 m
Déplacement 657 t
Tonnage 648 tjb
Propulsion Moteur Diesel
Puissance 14 000 ch
Vitesse 10 nœuds
Autres caractéristiques
Chantier naval Mjellem & Karlsen à Bergen, Drapeau de la Norvège Norvège
Pavillon Drapeau du Canada Canada
Port d'attache Melbourne, Drapeau de l'Australie Australie
IMO 5172602

Le R.V Farley Mowat est un ancien navire brise-glace[1] ayant appartenu à la Sea Shepherd Conservation Society. Il fut saisi par le gouvernement canadien en avril 2008 et détruit à partir d'avril / mai 2013.

Construction et avant Sea Shepherd[modifier | modifier le code]

Construit en Norvège par les chantiers Mjellem & Karlsen à Bergen en 1956, le R.V Farley Mowat était à l’origine un navire utilisé afin de faire des recherche sur la pèche ainsi que de lutter contre les pêcheries illégales. Lancé le 3 avril 1957, le Farley Mowat (à l’époque nommé Johan Hjort) était un navire de type brise-glace, mesurant 53 mètres de long et ayant un poids de 660 tonnes. Le navire est équipé d'un moteur diesel de fabrication allemande actionnant une hélice à pas variable protégée dans une tuyère ; il en résulte une puissance de 14 000 chevaux. Sa coque rivetée en acier a été conçue de façon à ce qu'il résiste aux assauts d'une mer violente.

Au service de la Sea Sepherd Conservation Society[modifier | modifier le code]

En 1996, la Sea Shepherd Conservation Society, une ONG de protection de la vie marine, fait l’acquisition du navire à Édimbourg en Écosse. Il est alors le Sea Shepherd, troisième du nom, et remplace le Whales Forever, les réparations suite à une collision avec la marine norvégienne étant trop couteuses.

Le navire débuta sa carrière écologique dans les eaux du Costa Rica afin de lutter contre les pêcheries illégales sévissant dans la région, il confisqua bon nombre de filets dérivants et s'impliqua dans l'accident du Varadero (visible dans le documentaire Sharkwater).

En 2005, le navire s'interposa contre la chasse au phoque au Nord-Est du Canada. Une altercation physique eut lieu entre les chasseurs de phoques et les volontaires de Sea Shepherd. Le brise-glace des garde-côtes, l’Amundsen s'interposa entre le Farley et les chasseurs pour faire cesser la confrontation, et arrêta onze des bénévoles de l'organisation.

À partir de 2005 également, le navire s'impliqua fréquemment dans la controverse quant à la chasse ayant lieu dans le sanctuaire baleinier de l'océan Austral. En effet, suite à une loi votée par la Commission baleinière internationale en 1986, il est interdit de chasser les cétacés dans ces eaux. Mais le Japon continua de s'y rendre en exploitant une faille dans la loi disant qu'il est possible de tuer des baleines sous prétexte de recherche scientifique. Le navire s'opposa à bon nombre de campagnes baleinières allant jusqu'à éperonner le navire ravitailleur de la flotte japonaise, l'Oriental Bluebird. L'une des campagnes a bord du navire est d’ailleurs visible dans le film Le Dernier Pirate (At the Edge of the World en V.O.)

Opération anti-chasse de 2008 et saisie du navire[modifier | modifier le code]

En 2008, la Sea Shepherd Conservation Society monte une nouvelle campagne contre la chasse au phoque. Le navire fut percuté par le brise-glace des garde-côtes et une équipe armée fut envoyée à bord du Farley afin d'arraisonner le navire. Celui-ci fut ensuite emmené au port de Sydney en Nouvelle-Écosse, et deux des membres d'équipage furent arrêtés, le capitaine Alex Cornelissen et son second, Peter Hammerstedt. Une caution de 5 000 dollars pour chacun due être payée, et elle fut réglée en pièces de 2 dollars.

La fin du Farley[modifier | modifier le code]

Après sa saisie, le gouvernement canadien envoya de nombreuses demandes de paiement pour le navire à la Sea Shepherd Conservation Society. Celle-ci refusa catégoriquement de payer et le navire resta à quai. En 2010, une organisation écologique racheta le navire 5 000 $, mais dût le laisser à quai à Lunenburg après avoir fait faillite. En mars 2013, le navire fut vendu à un acheteur inconnu pour être finalement détruit. Une vidéo du 4 mai 2013 montre le navire avec la partie supérieure de sa passerelle absente. Une autre image datant du 31 juillet 2013 montre le navire sans sa passerelle complète, sans ses treuils ni aucun bastingage.

Galerie photo[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La Flotte de Neptune », sur Sea Shepherd Conservation Society.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :