Fareed Zakaria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fareed Zakaria

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Fareed Zakaria en 2007

Activités Journaliste, écrivain
Naissance 20 janvier 1964
Bombay

Fareed Rafiq Zakaria, né le 20 janvier 1964 à Bombay[1], est un auteur et journaliste américain d'origine indienne. Il est spécialisé dans les relations internationales, le commerce international et la politique étrangère des États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Bombay, d'un père membre du parti du Congrès et d'une mère éditrice du Sunday Times of India. Il est diplômé de l'université Yale où il a été président de la « Yale Political Union » et membre du Berkeley College. Il est aussi diplômé docteur de l'université Harvard en 1993, où il a été l'élève de Samuel P. Huntington et de Stanley Hoffmann.

Carrière[modifier | modifier le code]

Après avoir dirigé un projet de recherche sur les Affaires étrangères des États-Unis à Harvard, il est devenu éditeur de la revue Foreign Affairs dépendant du Council on Foreign Relations dont il est membre du bureau directeur (Board of Directors)[2].

En octobre 2000, il est nommé éditorialiste à Newsweek International où il écrit un article chaque semaine[3]. Il collabore aussi au New York Times, au Wall Street Journal, au New Yorker, ainsi qu'au magazine Slate. Il apparaît aussi sur des chaînes de télévision américaines comme ABC ou CNN, où il présente le magazine d'information dominical Fareed Zakaria GPS[4].

En août 2010, il annonce qu'il quitte Newsweek pour devenir éditorialiste et chroniqueur chez son concurrent direct, Time[5].

Diplômes et récompenses[modifier | modifier le code]

La pensée[modifier | modifier le code]

Les attentats du 11-Septembre[modifier | modifier le code]

Après les attentats du 11 septembre 2001, dans une fameuse couverture de Newsweek intitulée Pourquoi ils nous haïssent ?, Zakaria soutient que l'extrémisme islamique prend ses racines dans la stagnation et les dysfonctionnements du monde arabe. Pour lui, des décennies de régimes tyranniques se réclamant d'une pensée de la modernisation occidentale ont produit une opposition à la fois religieuse et violente qui se répand de plus en plus sur la planète. Il explique que la montée de l'opposition islamique tient au fait que dans ces régimes les mosquées étaient des lieux de rassemblement qui échappaient à la censure politique. Zakaria se déclare en faveur d'un effort inter-générationnel pour créer des sociétés plus ouvertes et plus dynamiques dans les pays arabes qui aideront l'Islam a entrer dans le monde moderne[6].

The Future of Freedom[modifier | modifier le code]

Dans son livre The Future of Freedom, Zakaria, en écho avec Alexis de Tocqueville, soutient que la liberté précède historiquement la démocratie : en conséquence, les pays qui recourent à des élections sans une libéralisation économique, un gouvernement par la loi (rule of law) (en France on traduit parfois par état de droit mais les fondements théoriques sont différents) deviennent des démocraties non libérales (illiberal democracies). Pour lui, ces sortes de démocratie dénuées de constitution libérale « produisent des régimes centralisés, l'érosion de la liberté, la compétition ethnique, le conflit et la guerre »[7]. En conséquence, il est en désaccord avec la décision de l'administration Bush de pousser à des élections au Moyen-orient sans se soucier de promouvoir la liberté et de construire des institutions légales et gouvernementales solides.

The Post-American World[modifier | modifier le code]

Dans ce livre paru en mai 2008, Zakaria exprime sa conviction qu'un ordre mondial post-américain est en cours d'émergence, les États-Unis restant la nation la plus puissante même si son pouvoir relatif diminue. Pour l'auteur, au cours des cinq cents dernières années, il y a eu trois changements du pouvoir dans le monde : le premier en faveur de l'Occident (West) durant la Renaissance, le deuxième qui a fait des États-Unis une superpuissance, et le troisième changement qui voit l'émergence de pays tels que l'Inde et la Chine ainsi que des organisations non gouvernementales. Zakaria croit que les organisations internationales ne s'adaptent pas bien aux nouveaux défis et qu'elles se focalisent trop sur les défaillances de marché ou les crises générales comme le terrorisme, au détriment de problèmes sur lesquels des succès sont possibles, comme les dégradations de l'environnement liées au développement ou la hausse du prix des matières premières liée à une demande croissante.

« Le monde passe de la colère à l'indifférence, de l'anti-américanisme au post-américanisme. Le fait que de nouvelles puissances défendent vigoureusement leurs intérêts est la réalité du monde post-américain. Cela pose aussi l'énigme politique de savoir comment atteindre des objectifs internationaux dans un monde comportant de nombreux acteurs tant étatiques que non étatiques[8]. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

en anglais[modifier | modifier le code]

  • James F. Hoge et Fareed Zakaria, The American Encounter: The United States and the Making of the Modern World Essays from 75 Years of Foreign Affairs, Basic Books,‎ 1997 (ISBN 0-465-00170-X)
  • Fareed Zakaria, From Wealth to Power, Princeton University Press,‎ 1998 (ISBN 0-691-04496-1)
  • Fareed Zakaria, The Future of Freedom: Illiberal Democracy at Home and Abroad, W.W. Norton & Company,‎ 2003 (ISBN 0-393-04764-4)
  • Fareed Zakaria, The Post-American World, W.W. Norton & Company,‎ 2008 (ISBN 0-393-06235-X)
  • Fareed Zakaria, The Post-American World : Release 2.0, W.W. Norton & Company,‎ 2011 (ISBN 978-0393340389)

en français[modifier | modifier le code]

  • L'avenir de la liberté : La démocratie illibérale aux Etats-Unis et dans le Monde [« The Future of Freedom: Illiberal Democracy at Home and Abroad »], Odile Jacob,‎ 2003 (ISBN 978-2738112910)
  • L'Empire américain : L'heure du partage [« The Post-American World »], Saint-Simon,‎ 2009 (ISBN 978-2915134445)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Fareed Zakaria », sur imdb.com (consulté le 21 janvier 2012)
  2. (en) « Board of Directors - Council on Foreign Relations », sur cfr.org (consulté le 21 janvier 2012)
  3. (en) « About Fareed Zakaria », sur fareedzakaria.com (consulté le 21 janvier 2012)
  4. (en) « Blog de l'émission Global Public Square », sur cnn.com (consulté le 21 janvier 2012)
  5. (en) « Newsweek Notable Moves to a Rival », sur nytimes.com, The New York Times,‎ 18 août 2010 (consulté le 23 janvier 2012)
  6. (en) « The Politics Of Rage: Why Do They Hate Us? », sur thedailybeast.com (consulté le 21 janvier 2012)
  7. (en) « The Rise of Illiberal Democracy », sur foreignaffairs.com (consulté le 21 janvier 2012)
  8. (en) Fareed Zakaria, The Post-American World,‎ 2008, p. 36-37

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :