Far Cry 2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Far Cry 2
image

Éditeur Ubisoft
Développeur Ubisoft Montréal

Date de sortie Icons-flag-us+ca.png 21 octobre 2008
Icons-flag-eu.png 23 octobre 2008
Icons-flag-jp.png 27 novembre 2008
Genre FPS
Mode de jeu De un à seize joueurs en ligne.
Plate-forme
Ordinateur(s)
Console(s)
Média BD (PS3)
DVD (Xbox 360, PC)
Langue Textes et voix en français.
Contrôle Clavier / souris
Manette de jeu

Évaluation ESRB : M (Mature)
PEGI : 16+
Moteur Dunia engine

Far Cry 2 est un jeu vidéo de type FPS développé et édité par Ubisoft Montréal sur Windows, PlayStation 3 et Xbox 360 en octobre 2008.

Cette suite de Far Cry se déroule en Afrique et le joueur incarne un mercenaire. Cet épisode marque un tournant dans la série puisqu'il n'est plus développé par le studio allemand Crytek mais par Ubisoft Montréal.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans un pays fictif d'Afrique Noire, ravagé par une guerre civile entre deux clans, l'UFLL et l'APR, le joueur incarne un mercenaire étranger, ayant pour mission d'éliminer "le Chacal", un trafiquant d'armes qui alimente la guerre entre les deux factions, mettant ainsi en danger des milliers de civils.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Ce nouveau Far Cry adopte un gameplay totalement différent du premier opus. En effet, plus question d'enchaîner les missions les unes à la suite des autres : c'est le joueur qui décide des missions qu'il souhaite réaliser. Pour cela, il faut se rendre auprès de l'une des deux factions rivales qui confiera des objectifs à réaliser. Ses partenaires dans le jeu lui demanderont également de leur rendre des services qu'il pourra ou non accepter de réaliser. Enfin, de nombreuses missions annexes complètent la progression : assassinats, destructions de convois, etc. Ces missions supplémentaires donnent accès à de nouvelles armes, aident dans la réalisation des objectifs principaux ou permettent de gagner des diamants. L'accomplissement des différentes missions propose un gameplay varié, selon les choix du joueur. Des intempéries apparaissent soudainement, tels une pluie dense, des bourrasques et des vents violents qui peuvent casser les branches d'arbres, obligeant ainsi le joueur à modifier son approche. Le feu, que l'on peut allumer à tout moment offre des possibilités de jeu inédites, de même que la présence d'un cycle jour-nuit qui permet d'aborder les missions selon la convenance du joueur (sniper en plein jour ou opération plus discrète la nuit avec des armes silencieuses, par exemple). Le joueur doit évoluer sur une carte qui représente une surface réelle de 50 km² (qui n'est complètement accessible qu'après avoir terminé plus de 50 % du jeu) pour accomplir ses missions grâce à divers véhicules. La carte propose différents environnements (savane, jungle, désert) reproduisant avec un réalisme correct les paysages que l'on pourrait rencontrer en Afrique de l'Est. Une carte et un G.P.S. permettent au joueur de se repérer dans cet environnement qui est cependant assez dénué de vie : il n'y a pas de population civile et assez peu d'animaux (poules, veau, buffle, gnous, zèbres et gazelles uniquement). Les ennemis adoptent une attitude agressive et tentent le contournement du joueur. Il a cependant été constaté de nombreuses lacunes au niveau de leur intelligence artificielle, parfois particulièrement criantes[1].

Autres caractéristiques :

  • Le joueur est atteint de la malaria et doit donc régulièrement prendre des médicaments pour ne pas mourir. Pour s'en procurer, il doit accomplir des missions annexes auprès d'un homme d'église.
  • Possibilité de mettre le feu à des zones du jeu, notamment à la brousse.
  • L'effet du vent dirige et propage davantage les incendies.
  • Les arbres, les plantes peuvent se briser et tomber sous l'impact des balles ou des véhicules.
  • Environnement destructible mais pas totalement (certains bâtiments ne peuvent pas être détruits entièrement ; les véhicules, les maisons en bois, les branches des arbres peuvent l'être).
  • Pas de monstres ou d'aliens comme dans Far Cry ou Crysis, le scénario se veut plus réaliste.
  • Les armes peuvent se dégrader et s'enrayer au cours du temps (Déjà vu dans S.T.A.L.K.E.R.). C'est particulièrement le cas des armes ramassées sur les ennemis tués.
  • Très peu d'informations sont données à l'écran pendant le jeu, pour plus de réalisme : la barre d'énergie en bas à gauche, qui n'apparaît que lors des combats, le type d'armes et le nombre de munitions dans le coin inférieur droit.
  • Un(e) partenaire peut venir à la rescousse en cas de mort du personnage, pour lui sauver la vie. Il est possible également de choisir de soigner ou laisser mourir ce(tte) partenaire. En fonction des actions du joueur, un système de 'réputation' gratifie des points, influant sur le comportements des personnages rencontrés.
  • La monnaie locale n'ayant plus de valeur, les armes seront payées en diamants bruts. Ceux-ci serviront à acheter des armes auprès des marchands locaux, à les améliorer... Pour avoir accès à de nouvelles armes, il faudra effectuer des missions pour le compte des marchands d'armes.
  • Plusieurs "planques" (cabanes isolées), qu'il faudra débloquer, serviront de bases arrières, afin de préparer les missions et de dormir si souhaité, ce qui aura pour effet de faire s'écouler le temps et permettre ainsi une attaque nocturne, par exemple.
  • Les trajets en voiture sont ponctués par l'arrivée de voitures des deux factions qui ouvriront le feu sur le joueur. De plus, il devra franchir les barrages mis en place sur les routes. À noter que ces déplacements rendent le jeu quelque peu répétitif et "lourd"[1].

Multijoueur[modifier | modifier le code]

Le mode multijoueur permet à seize joueurs de s'affronter via Internet dans quatre modes de jeu différents : capture de diamants (similaire à un "capture the flag"), match à mort en solo ou en équipe et un mode nommé "Uprising" (Soulèvement). Le jeu en réseau local est également possible, mais pas en écran partagé, le tout sur une dizaine de cartes reprenant les environnements de la campagne solo. Le système intègre un système de classe que l'on débloque au fil de sa progression.

Moteur 3D[modifier | modifier le code]

Développé par l'équipe d'Ubisoft à Montréal, le jeu utilise un nouveau moteur graphique : le Dunia Engine. Compatible avec DirectX 9 et 10, il sait tirer parti des processeurs multi-cœurs, il utilise également le rendu HDR. Le jeu gère également les éclairages indirects, la gestion de la météo en temps réel; le cycle jour/nuit, également en temps réel. Un des effets les plus spectaculaires gérés par le moteur est la propagation du feu en temps réel dans la brousse.

Le jeu intègre également la technologie du moteur Havok pour la gestion de la physique.

Le moteur 3D peut également piloter des systèmes ambiosoniques : amBX de (Philips) site web amBX, renforçant ainsi l'aspect immersif du jeu par des éclairages dynamiques de la pièce, en fonction de la scène affichée dans le jeu, des sensations physiques (vent) et des vibrations (repose-poignet vibrant)...

Le moteur Dunia est également beaucoup moins gourmand que son concurrent : le CryEngine 2, utilisé par Crytek pour le jeu Crysis[réf. nécessaire].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Tout en saluant son caractère novateur en termes de possibilités de jeu et d'environnement, en louant la beauté et le réalisme rendu par son nouveau moteur, et en reconnaissant les efforts réalisés par le studio d'Ubisoft Montréal pour renouveler sa franchise, les principaux critiques de jeux vidéo, suivis par une majorité de joueurs, ont reproché l'aspect répétitif du titre, notamment à cause des trajets en véhicules rendus très longs par la taille de l'aire de jeu et la réapparition systématique des ennemis après le passage du personnage[1],[2],[3],[4].

La présence du logiciel SecuROM entraîna immanquablement un certain mécontentement de la part des joueurs. En effet, le jeu est limité à cinq installations sur trois machines différentes, mais Ubisoft a assuré que le support serait toujours disponible.

Ventes[modifier | modifier le code]

Malgré des critiques assez mitigées, Far Cry 2 s'est aisément vendu à plus d'un million d'exemplaires, moins d'un mois après sa mise sur le marché[5].

Configuration optimale[modifier | modifier le code]

  • Graphismes : NVidia 8600 GTS ou mieux, ATI X1900 ou mieux (512 Mo)
  • RAM : 2 Go de RAM
  • Son : Carte son 5.1 recommandée
  • Disque dur : 12 Go d'espace disque disponible
  • Lecteur optique : lecteur DVD

Doublage Version Française[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]