Faouzi Lamdaoui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Faouzi Lamdaoui, né le 14 novembre 1962 à Constantine (Algérie), est un homme politique français, membre du Parti socialiste[1].

Nommé par décret le 17 mai 2012 conseiller à l'égalité et à la diversité auprès du président de la République François Hollande[2],[3], il démissionne le 3 décembre 2014 suite à des accusations d'abus de biens sociaux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2014). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Ingénieur logisticien[réf. souhaitée], Faouzi Lamdaoui a activement milité dans le milieu associatif : il est président du club de réflexion « Construire ensemble »[réf. souhaitée], membre fondateur de l’association culturelle « Coup de soleil »[réf. souhaitée] et membre de l’association « L'Égalité d’abord »[réf. souhaitée].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Militantisme et mandats internes au Parti socialiste[modifier | modifier le code]

En 1992, il entre au Parti socialiste pour poursuivre son combat contre les discriminations et pour la promotion de la diversité. Il s'est particulièrement impliqué dans le débat sur la diversité en politique, écrivant par exemple dans une tribune libre publiée par Le Figaro en juillet 2002 que « dans ce pays qui se veut le chantre de la démocratie, les Français maghrébins restent confinés dans un rôle purement folklorique (musique raï, mariage mixte, tradition, etc.) mais la politique et le pouvoir « pas touche » [...) Les états-majors des partis politiques nous ont oubliés quelque part sur les quais. Et pourtant nous pensions que nos tickets de transport étaient toujours valables. Le destin, « le mektoub » , en aura décidé autrement. [...] nous n'avons été que des figurants effacés. Ce ne sont pourtant pas les compétences qui manquent chez les Français maghrébins. Nous refusons d'être confinés dans des rôles subalternes. Nous ne sommes pas dans une kermesse où les « petits » reçoivent des lots de consolation. Triste souvenir que celui du 1er et du 2e collège de l'Algérie coloniale. »[4],[5].

Il occupera successivement les responsabilités de délégué national au codéveloppement, puis en 2006 de délégué national auprès de François Hollande chargé de l’égalité et de la lutte contre les discriminations, de secrétaire national-adjoint à l’égalité et au partenariat équitable, puis de secrétaire national à l’égalité, chargé du partenariat, de la diversité et de la promotion sociale jusqu’au congrès de Reims en 2008.

Législatives de 2007[modifier | modifier le code]

En juillet 2006, Faouzi Lamdaoui est investi pour les élections législatives de 2007 dans la cinquième circonscription du Val-d'Oise (Argenteuil – Bezons) lors de la convention nationale du Parti socialiste, ce qui suscite quelques remous dans la section locale au vu de son statut de parachuté (cette circonscription avait notamment été réservée à un candidat issu de l'immigration). Il se prononce en faveur du vote des étrangers extracommunautaires aux élections locales.

Il obtient 26,78 % des suffrages au premier tour, 48,99 % au second, face au député-maire UMP Georges Mothron, soit un peu moins que Robert Hue, candidat PCF soutenu par le PS dès le premier tour, qui avait obtenu 49,62 % au second tour (38,63 % au premier) des législatives de 2002[6],[7]. Il réalise un score inférieur de neuf points à celui de Ségolène Royal un mois plus tôt, soit 57,42 % au second tour à Argenteuil (34,58 % au premier) et 58,23 % à Bezons (33,21 % au premier)[8],[9].

Mandats locaux à Argenteuil (2008-2011)[modifier | modifier le code]

En 2007, dans la perspective des élections municipales de 2008, Faouzi Lamdaoui revendique, vu son résultat au second tour des législatives contre le député-maire Georges Mothron, la tête de liste à Argenteuil, également réclamée par deux conseillers généraux PS, Philippe Doucet et Alain Leikine, sur fond de contestation à propos du fichier des quelques 500 membres de la section locale du PS, mais aussi de volonté du secrétariat national du PS d'imposer un candidat de la diversité. Candidat à l'investiture socialiste pour les élections municipales à Argenteuil, il obtient moins de 1% des voix, battu par le Conseiller général du canton d'Argenteuil-Nord Philippe Doucet [10].

Doucet et Lamdaoui finissent par être convaincus de se présenter sur la même liste, soutenue par le PCF et Lutte ouvrière, tandis que Leikine se présente en dissidence, avec le soutien des Verts, du PRG et du PT[8],[11],[12],[13],[14],[15],[16]

En fin de compte candidat en troisième position sur la liste de gauche, qui l'emporte, il devient adjoint au maire et vice-président de la Communauté d'agglomération Argenteuil-Bezons (CAAB)[17].

En décembre 2009, le maire Philippe Doucet annonce[18] qu'il lui retire sa délégation en même temps que celle d'une autre élue, ainsi que les indemnités perçues à ce titre, à cause d'« un travail quasi-inexistant », un « absentéisme intolérable » et « des indemnités qui n'avaient plus aucune justification depuis des mois ». Le Conseil municipal de la ville prend acte de ce retrait de délégation et vote à l'unanimité le retrait du statut d'adjoint au Maire à Faouzi Lamdaoui le 14 décembre 2009.

Continuant à s'opposer au maire, Philippe Doucet, il refuse de voter le budget, qui comportait des hausses d'impôts, décidées afin de redresser les comptes de la ville, puis publie un document critiquant le maire. Il est menacé d'exclusion du PS[1].

Durant l’été 2011, après ces années de dures polémiques, il démissionne de ses mandats locaux à Argenteuil. Il déclare au Journal du dimanche « J'ai été traité de "chauffeur de François Hollande" ou encore de son "responsable presse" par la fédération socialiste du Val-d'Oise, qui est à majorité pro-Martine Aubry et Dominique Strauss-Kahn. Ça joue aussi. ».

Échéances électorales de 2012[modifier | modifier le code]

Faouzi Lamdaoui, présenté par le quotidien Le Monde comme un "sherpa" de François Hollande[19] est nommé son chef de cabinet dans le dispositif de campagne de l’élection présidentielle de 2012[1],[20],[21].

Il a été candidat à l’investiture socialiste pour les élections législatives de 2012 dans la neuvième circonscription des Français de l’étranger, mais en fin de compte c'est Pouria Amirshahi, soutenu par Martine Aubry, qui a été désigné candidat socialiste le 29 novembre[22],[23],[24],[25].

Annoncé le 15 mai dans la première circonscription de Somme (Abbeville-Amiens nord)[26], avec Nicolas Dumont (1er vice président du conseil régional de Picardie et maire d'Abbeville) pour suppléant[27], il est écarté dès le lendemain lors des investitures par le PS au profit de Pascale Boistard[28],[29], adjointe au maire de Paris Bertrand Delanoë, ce qui est interprété comme un « règlement de compte » de Martine Aubry vis-à-vis de François Hollande[30],[31].

Faouzi Lamdaoui hérite, après la présidentielle de 2012, d'un poste de conseiller chargé de « l'égalité et de la diversité » auprès de François Hollande. Quelque temps après avoir perdu l’usage de son permis de conduire, à la suite d'excès de vitesse au volant trop fréquents, il affirme avoir reçu des lettres de menaces de mort. Une protection policière – avec la voiture qui va avec – lui est accordée. À compter de cette date, il se fait conduire à travers Paris par deux policiers du Service de protection des hautes personnalités (SPHP)[32]. Ce privilège ne durera que deux mois. Le 30 juillet 2013, le conseiller aurait piqué une colère noire en montant dans la voiture : il n'y avait pas de pain au chocolat pour l'accueillir. Selon Charlie Hebdo[33], Faouzi Lamdaoui furieux, aurait alors immédiatement appelé la SPHP pour se plaindre[34].

Deux jours après l'affaire, Faouzi Lamdaoui est déchu de cette protection rapprochée et se voit retirer sa voiture avec chauffeur. « Au plus haut sommet de l’État, on a estimé qu'il fallait mettre un terme à cette histoire », affirme un policier à Charlie Hebdo. Selon l'hebdomadaire, le rapport relatant l'incident aurait disparu de la base informatique de la SPHP[34],[32]. Loin de se terminer ainsi, un proche collaborateur de Faouzi Lamdaoui, Mustapha Saha, envoie un texte à plusieurs sites web d'information qui sous des pseudonymes divers le relaient et accusent Charlie Hebdo de « racisme » et d'« islamophobie », accusations reprises dans la presse algérienne[35],[36].

Accusation de fraude fiscale[modifier | modifier le code]

Le 10 juin 2014, l’hebdomadaire L'Express révèle[37] que Faouzi Lamdaoui pourrait être entendu dans le cadre d'une enquête préliminaire, pour d’éventuels « recel d'abus de biens sociaux » et « fraude fiscale »[38],[39].

À la suite d'une perquisition, les enquêteurs se sont interrogés sur les « rémunérations élevées » qu'il aurait perçues et sur une possible dissimulation de ces sommes au fisc français, liés aux sociétés Alpha Distributions et Alpha (devenue Cronoservice), deux SARL inscrites dans la même société de domiciliation parisienne[38] ; la première, liquidée en juin 2010 et radiée du registre du commerce en mars 2012 et la seconde cessant ses activités en juin 2012 et radiée en mars 2014[37]. En 2010 déjà, Alpha Distributions avait été épinglée par la Commission des infractions fiscales pour « dissimulation de recettes imposables »[40].

Il démissionne de son poste de conseiller du président le 3 décembre 2014, après avoir été cité à comparaître dans cette affaire d’abus de bien social[41].

Anciens mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Marcelo Wesfreid, « Lamdaoui, le discret chef de cabinet de Hollande », L'Express, 21 novembre 2011
  2. « Faouzi Lamdaoui annonce sur Twitter sa nomination au cabinet Hollande », Le Lab Europe 1, 19 mai 2012.
  3. AFP, « L'équipe élyséenne officiellement formée, 31 nominations autour de Hollande », Le Parisien, 19 mai 2012
  4. Faouzi Lamdaoui, Tout compte fait !, Le Figaro, 8 juillet 2002
  5. Christine Ollivier, « Diversité - Faouzi Lamdaoui: “Du marketing politique” », France-Soir, 7 mai 2009
  6. Pierre-Yves Lambert, « Candidats d'origine non-européenne aux législatives de juin 2007 », Suffrage Universel, 18 juin 2007
  7. résultats officiels de la 5e circonscription du Val-d'Oise aux législatives de 2002, résultats officiels de la 5e circonscription du Val-d'Oise aux législatives de 2007, Site du Ministère de l'Intérieur
  8. a et b Jean-Michel Normand, Querelles préélectorales au PS en Seine-Saint-Denis et dans le Val-d'Oise, Le Monde, 22 septembre 2007
  9. résultats officiels des présidentielles de 2007 à Argenteuil et à Bezons, Site du Ministère de l'Intérieur
  10. « Le PS d’Argenteuil résiste au candidat de Paris », David Revault d’Allonnes, Libération, 28 septembre 2007
  11. Olivier Zanetta, « Zizanies socialistes à Argenteuil », Le Monde,‎ 31 janvier 2008 (consulté le 2008-01-31)
  12. Florence Muracciole, « Faouzi Lamdaoui : "Aux municipales, place aux quartiers populaires" », Le Journal du dimanche, 5 août 2007
  13. Eric Delporte, « Municipales : le PS se déchire pour Argenteuil », Le Parisien, 17 septembre 2007
  14. Charlotte Chaffanjon, « Municipales : le PS se déchire à Argenteuil », Le Point,‎ 25 septembre 2007 (consulté le 2008-01-19)
  15. « Alain Leikine, un vrai casse-tête pour le PS », Le Parisien,‎ 12 janvier 2008 (consulté le 2008-01-19)
  16. « Alain Leikine exclu du PS », Le Parisien,‎ 19 janvier 2008 (consulté le 2008-01-19)
  17. « Les élus socialistes d'Argenteuil », Blog de la section et des élu(e)s socialistes d'Argenteuil
  18. VoNews: Argenteuil : Philippe Doucet retire leurs délégations à deux adjoints, vonews.fr, 8 décembre 2009
  19. Un proche conseiller de François Hollande visé par une enquête préliminaire pour faux, Emeline Cazi, lemonde.fr, 30 novembre 2012
  20. Thomas Wieder, « Moscovici, Le Foll, Sapin, Valls : les postes-clés de l'équipe Hollande », Le Monde, 16 novembre 2011
  21. Faouzi Lamdaoui, sur le site de campagne de François Hollande
  22. « Le poulain de Hollande », Le Parisien, 6 novembre 2011
  23. Michel Revol, «Le cas Faouzi Lamdaoui:Le chef de cabinet de Hollande est dans la ligne de mire d'Aubry. », Le Point, 15 décembre 2011.
  24. Laure Bretton, « Investitures au PS: Aubry remporte une victoire sur Hollande », Libération, 29 novembre 2011
  25. AFP/Vincent Nguyen, « Législatives PS: Lamdaoui en colère contre Hollande », L'Express, 30 novembre 2011
  26. Frédéric Pétronio, « Mohamed Boulafrad prépare le terrain pour Faouzi Lamdaoui  », Le Courrier picard, 15 mai 2012.
  27. Georges Charrières, Faouzi Lamdaoui candidat dans la Somme, Le Courrier picard, 15 mai 2012
  28. Jennifer Alberts, « Faouzi Lamdaoui n'ira pas dans la 1re de la Somme», France 3 Picardie, 16 mai 2012.
  29. « Législatives:Boistard serait investie dans la Somme », Le Courrier picard, 16 mai 2012
  30. Michel Veron, « Législatives: le premier coup tordu d'Aubry, écartée de Matignon, à Hollande », L'Express, 16 mai 2012.
  31. Julien Martin, « La "vengeance" de Martine Aubry », Le Nouvel Observateur, 16 mai 2012.
  32. a et b Caprice à l’Elysée : un conseiller de Hollande exigeait que le SPHP lui achète des pains au chocolat, rue89.com, 31 octobre 2013
  33. Les gros caprices du conseiller de hollande, charliehebdo.fr, 4 décembre 2013
  34. a et b Le proche de Hollande et la viennoiserie, lefigaro.fr, 1er novembre 2013
  35. Les attaques contre Charlie Hebdo venaient de l'Élysée, charliehebdo.fr, 5 décembre 2013
  36. Charlie Hebdo : les attaques provenaient… de l’Élysée !, Altana Otovic, bvoltaire.fr, 12 décembre 2013
  37. a et b « Soupçons de fraude fiscale contre le conseiller de Hollande Faouzi Lamdaoui » ; Eric Pelletier et Marcelo Wesfreid pour L'Express, sur le site www.lexpress.fr - 10 juin 2014.
  38. a et b « Faouzi Lamdaoui, conseiller de Hollande, soupçonné de fraude fiscale » ; Le Monde, sur le site www.lemonde.fr - 10 juin 2014.
  39. « Faouzi Lamdaoui, conseiller de François Hollande, soupçonné de fraude fiscale » ; Camille Polloni pour Rue89, sur le site rue89.nouvelobs.com - 10 juin 2014.
  40. « Soupçons de fraude fiscale contre le conseiller de Hollande Faouzi Lamdaoui », Eric Pelletier et Marcelo Wesfreid, L'Express.fr, 10 juin 2014.
  41. David Revault d'Allonges, « Démission de Faouzi Lamdaoui, proche conseiller de Hollande », lemonde.fr, 3 décembre 2014.
  42. Organigramme des élus de la CAAB, consulté le 22 mars 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]