Fantax

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fantax
Série
Fantax, le superhéros français
Fantax, le superhéros français

Scénario J. K. Melwyn-Nash
Chott
Max-André Dazergues
Dessin Chott
Robert Rocca
Remy Bordelet
Assistant Bob Roc
Claude Bardet
Genre(s) Super-héros

Personnages principaux Fantax
Lieu de l’action France
Époque de l’action Années 1940

Pays Drapeau de la France France
Langue originale français
Éditeur Éditions Pierre Mouchot
Collection Reportages sensationnels
Première publication 1946
Nb. d’albums 39

Prépublication Paris-Monde Illustré, 1946
Fantax Magazine, 1949
Fantax, 1959

Fantax est une série de bande dessinée de super-héros française créée par J. K. Melwyn-Nash et par le dessinateur Chott. Ce fut l’un des premiers héros costumés publiés dans la presse française et, sans doute, le plus connu de son époque.

Description[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

Fantax, dénué de capacités extraordinaires, rassemble les signes distinctifs des super-héros : il se présente dans un costume rouge et noir et cache sa véritable identité. Dans la vie civile, il se nomme Lord Horace Neighbour, exerçant la très honorable profession d’attaché d’ambassade. Héros de l’ombre, il se déguise et sort la nuit pour faire la chasse aux gangsters qu’il affronte grâce à sa ruse et à sa force physique.

Analyse[modifier | modifier le code]

Fantax fait une première et brève apparition en 1946 dans le journal hebdomadaire lyonnais Paris-Monde Illustré[1] qui disparait rapidement. Il parait ensuite, au no 1 du 15 juillet 1946 jusqu'au no 39 du deuxième trimestre 1949, dans un fascicule qui lui est consacré et porte son nom dans la collection Reportages sensationnels.

Le dessinateur et scénariste Chott lance Fantax Magazine, en fin année 1949, qui va durer six numéros. Ce sont des nouvelles policières, peu illustrées pour un public plus âgé. En 1959, une nouvelle revue Fantax est lancée, avec un format à l'italienne, mais ne dure que huit numéros.

Quelques épisodes ont été dessinés par Robert Rocca. Le dessinateur Chott a également écrit quelques scénarios, notamment les huit derniers publiés en 1959 et illustrés par Rémi Bordelet.

Postérité[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

La série se fait particulièrement remarquer par sa violence, voire par un certain sadisme, qui vaut à ses auteurs quelques déboires judiciaires. Fantax n’hésite pas, par exemple, à torturer ses adversaires pour leur faire avouer leurs crimes. L'acharnement judiciaire conduit en 1959 au découragement de Chott, son dernier auteur, et à l’arrêt de la série.

Influence[modifier | modifier le code]

Héros évoluant sur une frontière ténue entre le bien et le mal, Fantax tient plus de sombres prédécesseur tels que The Shadow ou Fantômas que de justiciers au grand cœur comme le Fantôme et Batman. Pour cette même raison, sa postérité la plus évidente se rencontre dans la presse italienne ou anglaise, avec des personnages tels que Diabolik, Satanik ou Spiderman (qui ne doit pas être confondu avec le super-héros des Marvel Comics).

Publications[modifier | modifier le code]

Revues[modifier | modifier le code]

Paris-Monde Illustré[modifier | modifier le code]

  • Fantax chez les Gangsters, 1946, du no 26 au 47.

Fantax Magazine (Première série)[modifier | modifier le code]

Fantax Magazine (Seconde série)[modifier | modifier le code]

Fantax Magazine (Troisième série)[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Intégrale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hop n°126, 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]