Fantasy au cinéma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Fantasy est un des trois grands genres cinématographiques de l'imaginaire avec le cinéma fantastique et le cinéma de science-fiction. Il connait deux grandes périodes de succès dans les années 1980 d'abord puis dans les années 2000 ensuite.

Le sous-genre heroic fantasy livre un certain nombre de films jugés comme des nanars.

Historique[modifier | modifier le code]

C'est en 1939 qu'arrive sur grand écran, l'un des premiers films de fantasy. Il s'agit l'adaptation de Disney du conte de fées Le Magicien d'Oz par Victor Fleming. Mais c'est au début des années 1980 que se développe réellement la fantasy au cinéma. En 1982, Conan le Barbare, de John Milius, est un succès au box-office avec un héros créé cinquante ans plus tôt qui consacre Arnold Schwarzenegger. En 1983, Dark Crystal, de Jim Henson est encensé grâce à ses animatroniques révolutionnaires. En 1984, Wolfgang Petersen adapte avec succès un classique de la Fantasy allemande : L'Histoire sans fin. En 1988, c'est Ron Howard qui réalise le film culte Willow sur un scénario de Georges Lucas.

Après un déclin dans les années 1990, la fantasy revient au cinéma au début des années 2000. Peter Jackson y livre le plus ambitieux projet cinéma de fantasy : l'adaptation du Seigneur des anneaux de J. R. R. Tolkien. C'est un grand succès critique et commercial, notamment grâce aux progrès réalisés dans le domaine des effets spéciaux. Surfant sur cet immense succès, les producteurs lancent l'adaptation de plusieurs succès littéraire de fantasy. En 2005, c'est le livre Le Lion, la Sorcière blanche et l'Armoire magique, premier tome du Monde de Narnia de qui est adapté. Suivent ensuite en 2006 Eragon, adaptation du roman de Christopher Paolini et en 2007 Stardust adaptation du livre de Neil Gaiman et À la croisée des mondes : La Boussole d'or, adaptation du roman de Philip Pullman[1].

Films[modifier | modifier le code]

Nanars[modifier | modifier le code]

Le sous-genre heroic fantasy semble être propice à la production de films nanars. Des films où se côtoient, selon le site Nanarland « peaux de bêtes miteuses, casques à cornes dignes de Monty Python : Sacré Graal !, barbares aux muscles huileux, amazones en culottes courtes, épées invincibles en plastique et monstres en caoutchouc ». Le site recense dans la catégorie nanars d'heroic fantasy, en plus de nombreux vidéofilms, plusieurs films sortis au cinéma : Kalidor, Les Barbarians, Dar l'invincible 2, Kull le conquérant, Beowulf et Donjons et Dragons[2].

Sources[modifier | modifier le code]