Fantasy General

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fantasy General
Éditeur Strategic Simulations, Inc.
Mindscape
Développeur Strategic Simulations, Inc.
Musique Rick Rhodes
Danny Pelfrey

Date de sortie 1996
Genre Jeu de stratégie au tour par tour
Mode de jeu Un joueur, multijoueur
Plate-forme DOS
Média CD-ROM
Contrôle Clavier, souris

Évaluation ELSPA : 3+

Fantasy General est un jeu de stratégie au tour par tour qui se déroule dans un univers médiéval-fantastique ; il a été édité en 1996 par Strategic Simulations, Inc. (SSI).

Ce wargame, basé sur le moteur de Panzer General, propose une longue campagne, cinq scénarios, et un éditeur appelé « Arène » ; le mode multijoueur permet de jouer par mail.

Ambiance[modifier | modifier le code]

Le jeu reconstitue des batailles dans le monde fictif d'Aer, sorti de sa période féodale pendant l'Âge de l'Éveil grâce à une renaissance tant au niveau des sciences que de la magie. Mais après plus d'un siècle de prospérité et de progrès, le monde a vécu des années sous le joug d'un sorcier maléfique et incroyablement puissant : le Seigneur de l'Ombre.

Une résistance embryonnaire, guidée par le Conseil des Cinq, s'est dressée contre la terreur et les ténèbres. Aujourd'hui, le Conseil estime qu'il y a une chance de vaincre : le joueur incarne le champion qui affrontera les sinistres lieutenants du Seigneur de l'Ombre, puis le sorcier retranché dans sa forteresse.

L'armée rebelle partira reconquérir la Keldonie, un continent jadis fertile désormais opprimé par le roi orque Dragga ; elle devra reprendre l'île des Quatre Vents, autrefois verdoyante, maintenant ravagée par l'horrible sorcier Aelcar ; elle devra traverser les jungles du royaume d'Avernion, dirigé par le machiavélique Ssazikar le Serpent ; elle devra soustraire la glaciale Pothie à l'horrible Maloch de Lancenoire. Et enfin seulement, elle pourra lancer l'assaut contre le Seigneur de l'Ombre, d'abord sur l'archipel d'Écailledragon et ensuite sur la très inhospitalière île de Feu.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Principes généraux[modifier | modifier le code]

La carte du front est divisée en hexagones, chacun représentant un terrain plus ou moins difficile à traverser et plus ou moins favorable aux différents types d'unités. Au début de la bataille, un brouillard de guerre masque les ennemis (sauf ceux déjà à portée de vue) : le joueur ne voit que la topographie des lieux (forêts, montagnes, marais, rivières, temples, sanctuaires, villes, etc.) et les objectifs signalés par des bannières clignotantes. Les combats commencent après une phase de déploiement dans des zones prédéterminées de la carte.

Pour l'emporter, le joueur doit atteindre ses objectifs avant la fin d'un certain nombre de tours. En campagne, une victoire rapide peut débloquer certaines options : par exemple, gagner la première bataille du deuxième continent en 13 ou 14 tours permettra de tenter de libérer le maitre-ingénieur Ferras, et donc de recruter des unités mécaniques ; ensuite, une autre course contre la montre sera nécessaire pour libérer l'ingénieur Niels, ce qui rendra possible la réparation de ces unités mécaniques.

Le joueur doit gérer un budget pour acquérir des unités et remplacer ses pertes. En campagne, l'or finance également la recherche de troupes plus puissantes et la mise à jour de l'armée[1]. L'achat d'objets magiques est quant à lui restreint au mode « Arène ».

Unités[modifier | modifier le code]

Les unités appartiennent à quatre races (animal, magique, mécanique, mortel) divisées en plusieurs catégories : infanterie lourde ou légère, cavalerie lourde ou légère, tirailleurs, tireurs à l'arc ou à armes à feu médiévales, chasseurs aériens et bombardiers, engins de siège, jeteurs de sort, héros.

Chaque unité est définie par son mode de déplacement, son nombre de points de mouvement, sa portée de repérage des ennemis, son type d'attaque (physique, magique, mécanique), son potentiel d'attaque pour chaque type d'attaque, sa distance de combat (corps-à-corps, à courte ou à longue portée), son expérience, ses effectifs (avec morts et blessés ; ces effectifs correspondent à des points de vie et conditionnent le nombre d'attaques[2]), son moral, son potentiel de défense, sa résistance magique, son alignement (camp du bien, du mal, ou neutre), ses aptitudes spécifiques, et sa panoplie de sortilèges.

À l'exception des engins de siège, une unité achetée par le joueur peut également porter un objet magique aux effets variés (nouvelle capacité ou amélioration d'une capacité, nouveau sortilège, etc.).

Champions[modifier | modifier le code]

Toute partie commence par le choix d'un champion, qui n'est pas matérialisé sur la carte mais qui apporte des bonus globaux à son armée. Les champions sont personnalisables dans les parties multijoueurs, mais sont prédéfinis dans les scénarios et la campagne :

  • le seigneur Marcas est recruteur d'infanterie (réduction des couts de l'infanterie), célèbre (apparition plus fréquente de héros), seigneur de guerre (taille de l'armée accrue), et général (les nouvelles recrues sont déjà expérimentées) ;
  • le chevalier maréchal Calis est jeteur de sorts (guérison de toutes les unités[3]), recruteur de cavalerie (réduction des couts de la cavalerie), charismatique (amélioration du moral des unités), et guérisseur (conversion des blessures en perte de moral) ;
  • Mordra la sorcière est jeteuse de sorts (guérison de toutes ses unités animales, ou peste sur les unités ennemies[3]), maitresse des bêtes (possibilité de recruter des unités animales) et invocatrice de monstres (invocation de deux unités magiques[3]) ;
  • l'archimage Krell est jeteur de sorts (un sort par tour : boule de feu, peur, faiblesse, ou tornade) et archimage (possibilité de recruter des unités magiques).

Complément au manuel[modifier | modifier le code]

Les raccourcis claviers suivants ne sont pas documentés :

  • F12 → fin du tour,
  • D → disperser unité,
  • V → mode vue,
  • J → jeter sort d'unité.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Seules les troupes de la race des mortels peuvent être mises à jour.
  2. Néanmoins, des créatures appelées « Entités solitaires » possèdent un nombre d'attaques indépendant du nombre de points de vie.
  3. a, b et c Une fois par bataille.

Liens externes[modifier | modifier le code]