Fantasio (personnage)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fantasio.
Fantasio
Personnage de fiction apparaissant dans
Spirou et Fantasio et Gaston.

Sexe Masculin
Activité(s) Reporter
Secrétaire de rédaction au Journal de Spirou[1]

Créé par Jean Doisy
André Moons (première apparition, marionnette)
Jijé (apparence définitive, bande dessinée)
Série(s) Spirou et Fantasio
Gaston Lagaffe

Fantasio est un personnage de fiction créé par Jean Doisy[2] dans Le Journal de Spirou en 1942. Son apparence définitive a été établie par Jijé en 1944. Il est apparu pour la première fois sous forme de marionnette, réalisée par André Moons selon les instructions de Jean Doisy, et avait alors une apparence différente[3]. Il est l'un des personnages principaux de la série de bande dessinée Spirou et Fantasio.

Biographie fictive[modifier | modifier le code]

Fantasio est un journaliste. Des albums de la collection Le Spirou de… donnent des éléments de sa jeunesse. Débutant avant-guerre au Moustique comme journaliste à potins, il rencontre Spirou à cette époque. Dans Le Journal d'un ingénu, déjà très gaffeur, il aide, malgré lui, les Allemands à faire capoter les pourparlers entre la Pologne et l'Allemagne. Conséquence de quoi, la Pologne est envahie en 1939 par les Nazis, ce qui déclenche la Seconde Guerre mondiale.

Démobilisé après les combats, Fantasio revient à Bruxelles désormais occupée par les Allemands. Dans Le Groom vert-de-gris, Fantasio se fait embaucher comme employé aux archives au quotidien Le Soir, et commence à se passionner pour les inventions et à les expérimenter.

Quelques années plus tard, Fantasio devient secrétaire de la rédaction du Journal de Spirou[4]. Il tente vainement de faire travailler Gaston Lagaffe, dont les gaffes le mettent régulièrement en fureur. À cause de ce dernier, il échoue systématiquement dans la signature de contrats avec Monsieur de Mesmaeker. Il finira par quitter la rédaction au moment où Franquin abandonne Spirou pour se consacrer exclusivement à Gaston, mais continuera ensuite à travailler dans le journalisme, et à accompagner Spirou dans ses aventures.

Description[modifier | modifier le code]

Physique[modifier | modifier le code]

Le premier Fantasio est brun et a un aspect très différent de celui que lui confère Jijé. Cette apparence lui a été attribuée par André Moons, lorsqu'il a créé sa marionnette selon les instructions de Jean Doisy[3]. Un personnage sur la couverture d'un recueil Spirou réalisée par Jijé, que l'on interprétait jusque là comme la première apparition de Fantasio en bande dessinée, se trouve en fait être une caricature d'André Moons. Le personnage était brun avec une mèche blanche et avait des allures de dandy[5]. Lorsque Fantasio apparait officiellement dans les aventures de Spirou, il devient blond avec une raie au milieu et huit mèches rebelles. Il porte presque toujours un costume avec une veste bleue, un pantalon noir et un nœud papillon rouge.

Personnalité[modifier | modifier le code]

Fantasio est parfois grincheux, souvent maladroit, mais c'est avant tout un personnage de gentil loufoque, sympathique et drôle, alors que Spirou est généralement plus sobre. Lorsqu'on le retrouve aux côtés de Gaston Lagaffe, c'est ce dernier qui joue le rôle de fantaisiste, et Fantasio apparaît alors beaucoup plus sérieux et austère que lorsqu'il se trouve avec Spirou.

Fantasio perd de sa bonne humeur lorsqu'il est confronté à l'arrivée de Gaston et de Seccotine dans son entourage proche. Il devient sérieux, puis même irascible[6]. Il s'énerve à la moindre fantaisie du Marsupilami et se met en colère dès qu'un de ses collaborateurs le contredit.

Évolution du personnage[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

On présente souvent Jijé comme le créateur de Fantasio. En réalité, c'est le premier rédacteur en chef de Spirou, Jean Doisy, le vrai papa de Fantasio[2]. Il apparaît a priori dans le numéro 23 du Journal de Spirou en 1939. Il anime à l'époque la rubrique Voyez-vous les erreurs ?. À ses débuts, Fantasio est bien un fantaisiste, mais il n'est pas spécialement blond. Plus tard, une marionnette prend ses traits, réalisée par André Moons. Il est alors brun et a une apparence différente[3]. C'est à la demande de Doisy, qui souhaite que Spirou ait un autre comparse que l'écureuil Spip, que Jijé intègre Fantasio à la bande dessinée. S'écartant du croquis que lui avait remis Doisy pour définir le physique de Fantasio, et qui ressemblait à « une espèce de magicien ou de poète (...) Jean-Louis Barrault jeune », Jijé recrée graphiquement un nouveau personnage, non plus dandy mais de nouveau fantaisiste. Contrairement à une légende, Jijé n'a pas donné à Fantasio les traits de Jean Doisy[7]. On découvre cette mouture de Fantasio dans Le pilote rouge paru dans l'Almanach 1944. Avec le temps, il devient de plus en plus blond, et prend des faux airs du héros américain masculin de la série Blondie[8]. Cette nouvelle apparence, créée sans l'accord de Jean Doisy, a valu à Jijé quelques disputes avec celui-ci[5]. Ce Fantasio est encore très différent de la forme définitive qu'il prendra lors de la période Franquin.

La période Franquin[modifier | modifier le code]

Contrairement au Fantasio de Jijé, pleinement acteur et à l'origine de la plupart des aventures, celui de Franquin se trouve souvent victime d'évènements extérieurs à sa volonté. C'est le cas, par exemple, avec son héritage, dans Spirou et les Héritiers. Il est également victime des actes de vengeance de son cousin Zantafio dans Spirou et les Héritiers et La Mauvaise Tête. Mais le Fantasio de Franquin est aussi plus fantaisiste : il danse en homme fluorescent dans Il y a un sorcier à Champignac, invente des lunettes à essuie-glace et une voiture montée sur grue à roulettes, ainsi que le fameux fantacoptère dans Spirou et les Héritiers. C'est d'ailleurs cette qualité d'inventeur qui lui sauve la mise face à Zorglub, lorsqu'il évite la zorglommisation grâce à la canne qu'il a bricolée dans Z comme Zorglub. Colérique et impulsif face à un Spirou calme et réfléchi, il tient parfois le même rôle d'antihéros que Donald pour Mickey.

Franquin fait apparaître Fantasio dans la série Gaston Lagaffe mais il disparaît de la série quand Franquin abandonne Spirou et Fantasio pour se consacrer uniquement à Gaston. Son rôle d'alter-ego de Gaston est alors repris par le personnage de Prunelle (Fantasio apparaissant une dernière fois dans le gag n°551).

La période Fournier[modifier | modifier le code]

Le Fantasio de la période Fournier est plus aventureux lorsqu'un de ses amis se retrouve en danger. Ainsi est-ce le cas dans Tora Torapa où il se lance sans regret, bien que rassuré par la perspective d'aller en Polynésie, à la poursuite de ceux qui ont enlevé Zorglub. Cependant, son caractère redevient difficile : lorsque par exemple Spirou veut partir au Niokolo-Koba, il refuse dans un premier temps de le suivre, bien qu'il soit ravi d'être là dès qu'il voit Ororéa. En effet, Fantasio est amoureux de la jeune femme, ce qui marque une évolution dans sa personnalité.

Jean-Claude Fournier a admis en interview n'avoir jamais aimé ce personnage et l'avoir longtemps traîné comme un boulet, ayant toujours eu du mal à lui trouver un véritable rôle[9].

Nic et Cauvin[modifier | modifier le code]

Bien que le duo Nic-Cauvin ait peu apporté à la série, Fantasio est tout de même redevenu dans cette période adepte des fantaisies. L'achat d'un bateau moisi et sa curiosité scientifique seront en effet les sources des trois aventures réalisées par Nic et Cauvin.

Tome et Janry[modifier | modifier le code]

Avec Tome et Janry, Fantasio redevient très proche de sa personnalité à l'époque de Franquin. Touché par le virus du reportage, râleur, il fait quand même preuve de son abnégation habituelle notamment lorsqu'il s'agit d'aider John Héléna, pourtant son vieil ennemi, atteint par un virus. Acceptant jamais sans trop grogner de partir à l'aventure, il râle la plupart du temps lorsqu'un obstacle imprévu vient ralentir leur progression. Les albums La Vallée des bannis et Vito la déveine montreront néanmoins un côté beaucoup plus sombre de sa personnalité, à savoir l'amertume de n'être que le faire-valoir de Spirou, qu'il exprimera soit par une démence provoquée par un venin toxique (La Vallée des bannis), soit en passant par des phases dépressives (Vito la déveine). Avec le temps, il développe une autre facette inattendue : son côté un rien dandy était évident, notamment dans le choix de sa garde-robe, mais il devient plus tard un séducteur opportuniste, comme on le voit dans Luna fatale et Machine qui rêve.

Morvan et Munuera[modifier | modifier le code]

Fantasio est, sous la plume de Morvan et Munuera, tantôt un peu frimeur, tantôt héroïque, tantôt atteint de consumérisme, et, fidèle à lui-même, un rien maladroit. Le personnage a toutefois changé: il n'hésite plus à se lancer dans l'aventure et supporte relativement calmement les situations imprévues qui peuvent lui tomber dessus. Le graphisme du personnage est lui aussi quelque peu différent, avec une touche de manga dans le découpage et le mouvement.

Yoann et Vehlmann[modifier | modifier le code]

Yoann et Vehlmann continuent d'attribuer à Fantasio le rôle de comparse comique, en insistant sur son caractère gaffeur et parfois impulsif. Le trait de Yoann fait évoluer notablement le physique de Fantasio en l'affublant d'une calvitie, tout en lui conservant ses mèches rebelles sur le sommet du crâne (la calvitie est présente dès l'album Les Géants pétrifiés, que Yoann et Vehlmann réalisent en 2006 dans la collection Une aventure de Spirou et Fantasio par…, quatre ans avant de reprendre la série principale ; à noter que Fabrice Parme représente également Fantasio dégarni dans un autre album hors-série, Panique en Atlantique).

Le Spirou de…[modifier | modifier le code]

En janvier 2006 est lancée la série Le Spirou de… (aussi appelée Une aventure de Spirou et Fantasio par…), composée de one shots confiés à des auteurs différents.

Dans Les Géants pétrifiés, Fantasio joue en quelque sorte le rôle du méchant au côté de Bill Callaway et de sa jolie assistante (dont Fantasio est amoureux) en voulant devancer Spirou dans la découverte de Rae Kauwheke. Il découvre en fait que Callaway se sert de lui pour amener des informations, ce qui l'amène à repasser du côté des gentils.

Dans Les Marais du temps, Fantasio apparaît de nouveau comme un personnage farfelu et grognon.

Dans Le Tombeau des Champignac, Fantasio retrouve son veston bleu, apparu sous Franquin.

Dans Le Journal d'un ingénu, Emile Bravo introduit le personnage comme un journaliste à scandales, farfelu et exubérant, entraînant Spirou dans ses premières aventures.

Dans Le Groom vert-de-gris, Yann et Olivier Schwartz décrivent Fantasio comme un zazou participant à la résistance dans une Belgique occupée par l'armée nazie.

Dans Panique en Atlantique, Lewis Trondheim et Fabrice Parme prennent eux aussi comme axe principal le métier de journaliste de Fantasio, dont ils font un reporter-paparazzi particulièrement gaffeur et malchanceux.

Œuvres où le personnage apparaît[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Comédie musicale[modifier | modifier le code]

  • Les Aventures de Spirou (Suzanne Jehan, 1944)

Conte audio[modifier | modifier le code]

Les disques Adès, dans la collection Le petit ménestrel, publièrent dans les années 1980 plusieurs contes audio des aventures de Spirou et Fantasio :

Séries animées[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Journal de Spirou n°1312 du 6 juin 1963.
  2. a et b Jacky Goupil, Livre d'or Franquin, Hounoux, SEDLI,‎ novembre 1982, 100 p. (ISBN 2867250021), p. 8
  3. a, b et c Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernault, « On recherche… », La Véritable histoire de Spirou, 17 mai 2010.
  4. Essentiellement dans la série Gaston.
  5. a et b Christelle Pissavy-Yvernault, « Joyeux anniversaire Fantasio ! », La Véritable histoire de Spirou, 8 octobre 2010.
  6. Jacky Goupil, Livre d'or Franquin, op. cit., p.18.
  7. Les « Spirou » de Jijé (1ère partie), bdzoom.com, 29 novembre 2010
  8. Jacky Goupil, Livre d'or Franquin, op. cit., p.7-8.
  9. Entretien avec Jean-Claude Fournier, 15 août 2012, YouTube.