Fanny Lewald

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fanny Lewald

Description de l'image  Fanny Lewald.jpg.
Nom de naissance Fanny Marcus
Naissance 24 mars 1811
Kœnigsberg, Prusse-Orientale
Décès 5 août 1889
Dresde, Allemagne
Langue d'écriture allemand
Mouvement Vormärz

Fanny Lewald (née Fanny Marcus, le 24 mars 1811 à Kœnigsberg, morte le 5 août 1889 à Dresde) est une écrivain allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fanny est l'aînée des neuf enfants de David Marcus, un commerçant juif, et de sa femme Zipora Assur. Elle prend le nom de Leward en même temps que son père en 1831. Il permet à deux de ses fils en 1826 et à sa fille en 1829 à se convertir au protestantisme afin qu'ils aient accès à plus de professions et à sa fille de se marier à un chrétien. Bien que sa famille ne soit pas religieuse, elle est victime des émeutes Hep-Hep. Fanny regrettera cette conversion et se méfiera de la religion.

Elle va dans une école privée jusqu'à l'âge de 14 ans, après que son père le lui permette enfin, en dépit de ses réserves sur le besoin d'éducation de sa fille aînée plutôt douée. Elle ne rentre pourtant pas à l'université avec ses frères. On lui confie des activités qui reviennent à une femme lettrée : artisanat et travaux ménagers légers, enseignement du clavier et lecture. Lorsque sa mère est malade, elle gère le budget de la famille.

Grâce à son cousin journaliste August Lewald (de), elle écrit des articles et publie en 1843 deux romans Clementine et Jenny, d'abord de façon anonyme pour garder le respect de sa famille. Elle veut vivre de son écriture et quitte Kœnigsberg pour aller à Berlin.

En 1845, elle rencontre l'écrivain Therese von Bacheracht (de) et elles deviendront de grandes amies. Elle fait la connaissance lors d'un voyage d'étude à Rome en 1845 et 1846 du professeur, écrivain et critique Adolf Stahr (de) qui devient son grand amour. Il vit alors avec sa femme avec qui il a eu cinq enfants. Fanny Leward refuse un ménage à trois. Durant des années, Stahr ne la voit qu'une fois par semaine jusqu'à l'automne 1852 où il vient la rejoindre à Berlin. Il divorce et ils peuvent se marier deux ans et demi plus tard.

Fanny Lewald est une femme émancipée : elle se bat pour l'éducation des filles et l'accès au travail des femmes, et contre le mariage forcé (elle avait résisté avec succès à un tel mariage dans sa jeunesse avec un homme non aimé). Son troisième roman Eine Lebensfrage fait l'apologie du divorce. Elle traite des questions sociales dans d'autres livres. Elle écrit aussi beaucoup de nouvelles et de récits de ses voyages. Elle décrit les révolutions de 1848 à Paris, Francfort et Berlin.

Après la Révolution de Mars, la "George Sand allemande" ouvre un salon politique et littéraire. Elle compte parmi ses amis et connaissances Heinrich Heine, Charles-Alexandre de Saxe-Weimar-Eisenach, Franz Liszt, Karl August Varnhagen von Ense (de), Ferdinand Lassalle, Hedwig Dohm, Ernst Dohm (de), Ida Hahn-Hahn (de), Johann Jacoby (de) et Heinrich Laube.

Œuvre (sélection)[modifier | modifier le code]

  • 1842 : Clementine
  • 1843 : Jenny
  • 1843 : Einige Gedanken über Mädchenerziehung
  • 1843 : Andeutungen über die Lage der weiblichen Dienstboten
  • 1845 : Eine Lebensfrage
  • 1847 : Diogena
  • 1847 : Italienisches Bilderbuch
  • 1849 : Prinz Louis Ferdinand
  • 1850 : Erinnerungen aus dem Jahr 1848
  • 1851 : Dünen- und Berggeschichten
  • 1851 : England und Schottland
  • 1856 : Die Kammerjungfer
  • 1861–1863 : Meine Lebensgeschichte
  • 1863 : Osterbriefe für die Frauen
  • 1868 : Erzählungen
  • 1870 : Für und wider die Frauen
  • 1875 : Benvenuto
  • 1887 : Erinnerungen an Franz Liszt
  • 1887 : Erinnerungen an Fürst Hermann von Pückler-Muskau
  • 1888 : Die Familie Darner
  • 1888 : Zwölf Bilder aus dem Leben

Source, notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :