Fannie Ward

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fannie Ward

Description de cette image, également commentée ci-après

Fanny Ward, 1917.

Nom de naissance Fannie Buchanan
Naissance
Saint-Louis, Missouri
États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 79 ans)
New York, État de New York
États-Unis
Profession Actrice

Fannie Ward, de son vrai nom Fannie Buchanan est une actrice américaine de théâtre et de cinéma muet née le à Saint-Louis dans le Missouri et morte le dans son appartement de Park Avenue à New York. Fannie Ward est surtout connue pour son rôle comique dans le film Forfaiture (The Cheat), un film à forte connotation sexuelle sorti en 1915 de Cecil B. DeMille. Son apparence sans âge la conduit vers la célébrité. La nécrologie 28 janvier 1952 du New York Times la décrivit comme étant « une actrice qui n'a jamais quitté le haut de l'affiche dans son métier » et qui « se consacrait sans relâche à paraître éternellement jeune, une habitude qui la rendit célèbre[1],[2]. »

Biographie[modifier | modifier le code]

Fannie Buchanan et son frère Benton sont les enfants de John Buchanan, marchand en mercerie, et sa femme Eliza[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Fannie Ward débuta sur scène en 1890 comme ange de l'amour dans Pippino avec Eddie Foy (en:Eddie Foy, Sr). Elle venait à New York pour devenir une actrice célèbre. En 1894, elle s'embarqua pour Londres, elle obtint un petit rôle dans The Shop Girl qui lui valut de bonnes critiques allant jusqu'à la comparer à Maude Adams. En 1898, cependant, elle épouse un riche marchand de diamants et prêteur d'argent, après quoi elle se retira de la scène. Elle se remit à jouer en 1905, suite à plusieurs affaires infructueuses de son mari qui le rendirent, pour citer un journal économique, « pratiquement sans le sou[4]. »

En 1915, alors que la carrière de Fannie Ward s'essouffle, le réalisateur et producteur Cecil B. DeMille parvient à la convaincre de tourner dans Forfaiture (The Cheat), un mélodrame muet avec une vedette japonaise, l'acteur Sessue Hayakawa. Le film fit sensation grâce à l'association des thèmes de rencontre ethnique et des connotations sexuelles : Fannie Ward incarne une femme du monde qui détourne de l'argent à l'aide d'un trafiquant d'ivoire, ce qui entraîne des conséquences douloureuses[5]. Le film lança la carrière de Cecil B. DeMille et de Hayakawa qui devint la première star du cinéma hollywoodien[6].

En 1926, elle commercialisa son image de jeunesse éternelle en ouvrant une boutique de beauté à Paris, The Fountain of Youth (La Fontaine de jouvence).

Mariages[modifier | modifier le code]

Fannie Ward se maria deux fois. La première fois en 1898 avec Joseph Lewis, un prêteur d'argent et marchand de diamants britannique. Elle divorça en 1913. Puis en 1914 avec John Wooster Dean, un acteur qui joua avec Fannie Ward dans de nombreuses pièces et de nombreux films.

Fannie Ward n'aura eu qu'une fille, Dorothé Mabel Lewis, née de sa liaison avec Charles Vane-Tempest-Stewart (7e Marquis de Londonderry) (en:Charles Vane-Tempest-Stewart, 7th Marquess of Londonderry).

Décès[modifier | modifier le code]

Fannie Ward fut retrouvée inconsciente dans son appartement de Park Avenue, New York, le 25 janvier 1952. Sa perte de connaissance est liée à un AVC et entraînant son décès deux jours plus tard, le 27 janvier.

Filmographie[modifier | modifier le code]

A Gutter Magdalene (1916)
The Yellow Ticket, 1918
The Profiteers, 1919

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. La citation dans sa version originale : « an actress who never quite reached the top in her professional ... [and who] tirelessly devoted herself to appearing perpetually youthful, an act that made her famous ».
  2. Fannie Ward Dies; Perennial Flapper, The New York Times, 28 janvier 1952
  3. Ces informations sont enregistrées sur ancestry.com, la liste 1880 U. S. Federal Census, Fannie Buchanan à l'âge de 7 ans, Dans la maison d'Eliza et John Buchanan. Son frère y est également mentionné.
  4. Joseph Lewis Left $20,000, The New York Times, 9 décembre 1928
  5. Kathryn Shattuck, What's On Today, The New York Times, 14 novembre 2008
  6. Sessue Hayakawa is Dead at 83, The New York Times, 25 novembre 1973