Fanfiction

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une fanfiction, ou fanfic, est un récit que certains fans écrivent pour prolonger, amender ou même totalement transformer un produit médiatique qu'ils affectionnent, qu'il s'agisse d'un roman, d'un manga, d'une série télévisée, d'un film, d'un jeu vidéo ou encore d'une célébrité[1],[2].

Une fanfiction reprend, en les développant différemment, les thèmes classiques du scénario d'origine, le canon. Elle peut continuer l'histoire (sequelle), en raconter la préface (préquelle) ou encore combler les béances du scénario[3].

Écrire une fanfiction permet au lecteur ou au spectateur de mettre en scène ce qu'il aurait souhaité trouver dans l'œuvre d'origine.

Les fanfictions sont souvent centrées sur les personnages : elles explorent en profondeur leur psychologie, mettent en scène les relations qu'ils entretiennent entre eux, ajoutent ou approfondissent des romances, mettent en valeur des personnages secondaires, introduisent de nouveaux personnages dans la trame. Elles peuvent aussi s'approprier l'univers inventé par un (ou des) auteur(s) en le développant ou en l'utilisant pour y faire jouer uniquement des personnages inédits.

La liberté de publication, l'anonymat possible[4], l'écriture à plusieurs ou disruptive[5] et l'absence de recherche de profit permettent de traiter de thèmes qui empêcheraient l'histoire de correspondre à un créneau commercial défini ou qui seraient impropres pour une œuvre destinée à un grand nombre ou à un jeune public. Ce mode de création, souvent au sein d'une communauté apprenante est aussi considéré par de nombreux auteurs comme un moyen d'apprendre à écrire[6], de développer l'imaginaire individuel et collectif[7].

Fanfic et culture populaire[modifier | modifier le code]

Considérée par certains comme une revanche de l'écrit sur l'audiovisuel, la fanfic est un mode d'expression issu de la culture populaire, comme le dit Henry Jenkins directeur de l'Institut de technologie du Massachusetts : « La fanfiction est une manière pour la culture de réparer les dégâts commis dans un système où les mythes contemporains sont la propriété des entreprises au lieu d'être celle des gens[8]. »

Au Japon, les fanfics sont très répandues (surtout pour les animes sous forme de dōjinshi) et elles existent même pour les jeux vidéo où les personnages sont souvent très charismatiques.

Fanfiction et communauté[modifier | modifier le code]

La pratique de l'écriture ou lecture de la fanfiction est fortement communautaire et l'aspect d'apprentissage et d'entraide y est particulièrement présent. La communauté joue aussi un rôle notamment pédagogique de groupe d'écriture en ligne[9],[10]. En effet, ces lieux de rencontre autour d'une passion commune (espaces d'affinité[11]) sont propices à une forte solidarité et encouragent l'investissement personnel en faveur des autres fans[12].

Les formes d'interaction entre les fans sont multiples : on remarque, par exemple, que les profils des auteurs sont souvent une forme de dialogue à l'intention des lecteurs[13]. De même, ils mettent souvent des notes en marge de leurs chapitres pour demander à ceux qui les lisent ce qu'ils ont pensé de l'histoire ou pour les engager à donner leur avis sur la suite à donner.

Les sites de publication prennent en compte cette volonté de contact en permettant aux lecteurs de poster un commentaire, un feed-back, une review, en vue d'encourager l'auteur ou de lui faire part de critiques ou suggestions sur son texte[14]. Il est d'usage que ce dernier y réponde pour remercier les lecteurs de leur soutien ou réagir à leurs remarques.

La forme en feuilleton des histoires est également idéale pour maintenir des relations sur plusieurs mois entre celui qui écrit l'histoire et ceux qui en attendent les mises à jour.

L'influence des lecteurs peut agir avant même la publication : afin d'éviter de laisser des fautes d'orthographe ou des incohérences de scénario, il n'est pas rare que le texte soit relu par une autre personne fréquentant le site, un beta-lecteur, avant d'être publié. Ce travail collaboratif (notamment en mode wiki ) permet d'améliorer la qualité et la richesse des fanfictions[15].

Il est également à noter qu'à l'inverse du monde des grands wiki (dont Wikipédia) qui est plutôt masculine, la communauté de la fanfiction est très féminine (entre 75 et 80 % de femmes[16],[17]). Cet aspect date de l'origine de la fanfiction, qui s'est tout d'abord développée au sein des communautés très masculines de science-fiction, mais qui s'en est séparée car les auteurs amateurs de SF n'étaient pas intéressés par ce que les auteures de fanfiction Star Trek désiraient écrire[18].

Moyens de diffusion/réutilisation[modifier | modifier le code]

À l'origine, les fanfictions étaient publiées dans des fanzines, des magazines écrits par des fans sur le modèle de ceux qui contenaient de la science-fiction originale[19]. Ils étaient vendus lors des conventions de science-fiction ou envoyés par la poste. Ensuite, les listes de diffusion sur internet ont permis d'envoyer les fanfictions à des lecteurs inscrits.

Aujourd'hui, pour diffuser leurs écrits, les fanfics utilisent surtout l'Internet, et notamment des sites de publication en ligne permettant à tout inscrit de publier lui-même ses écrits (exemples : http://www.freestory.org, http://www.fan-fiction.net, http://www.ublot.com, http://www.fanfictionschallenges.com, http://www.fanfic-fr.net, http://www.fanfictions.fr, http://www.francofanfic.com, http://fanfiction.superforum.fr), éventuellement sur un site spécifiquement dédié à une série (ex : http://www.24-fr.com/forum/forum30.php voire http://www.startreknewvoyages.com. pour Startrek) Certains préfèrent co-écrire leurs textes en s'inspirant de mondes inventés par eux ou créés par d'autres, et les partager en licence ouverte par exemple sur le site Wattpad, créé en février 2006. Ce site a pris son essor avec l'arrivée de l'iPhone et du Kindle en 2007 pour atteindre plus de 30 millions d'utilisateurs mi-2014. Il a aussi intégré plus 17 000 ebooks en provenance du Projet Gutenberg et produit de nombreux textes librement accessibles sur téléphone mobile, d’abord sur iPhone (mars 2009), puis sur BlackBerry (avril 2009), Android (juin 2009) et iPad (avril 2010).
Wattpad est en outre devenue la plate-forme multimédia-réseau social d'écrivains/réutilisateurs/lecteurs/traducteurs pourvoyant le plus sous licence Creative Commons 4.0 (la dernière version de Creative Commons, également adaptée aux bases de données)[20]. Il offre aux créateurs et remixeurs du monde entier (avec plus de 50 langues disponible en 2014[20]) des histoires pouvant être lues ou écrites à partir de téléphones, tablettes ou ordinateurs[20]. Les histoires publiées sous cette licence sont téléchargeables, consultables et réutilisables par n'importe qui dans le monde. Mi-juillet 2014, 300 000 histoires étaient déjà partagées sous licence CC (Creative Common), avec la possibilité pour les Wattpadders qui le souhaitent de rester anonyme[20]. Ceci permet aux auteurs qui offrent leurs histoires, en les considérant comme un bien commun avec la permission de partager leur écriture, de les ouvrir à de nouveaux publics et lectorats et à de nouvelles possibilités créatives, de se faire connaître, de travailler en réseaux collaboratifs[20]. Si des lecteurs ou réutilisateurs souhaitent rémunérer les auteurs publiant en licence ouvertes Creative Commons ils le peuvent, mais sans obligation.

Certains auteurs préfèrent les plates-formes de blog ou créent des sites personnels, éventuellement pour y ajouter d'autres créations de fan comme des fanart.

Les sites peuvent être exclusivement destinés à publier des fanfictions mais on trouve aussi des forums de fans dont la publication d'histoires n'est qu'un à-côté. Les sites de publication sont spécialisés dans un fandom particulier ou acceptent tous les fandoms.

Les fanfictions sont le plus souvent publiées par chapitres, sur le modèle des feuilletons d'autrefois ou les séries dont elles sont souvent issues.

Diversité et popularité des sources d'inspiration[modifier | modifier le code]

Chiffres collectés le 2 novembre 2012[21]

Les sources d'inspiration des auteurs de fanfiction sont nombreuses et les supports des œuvres exploitées sont très divers.

fanfiction.net est l'un des sites de publication de fanfictions le plus fréquenté : plus de 2,6 millions de membres[22] écrivant en 40 langues. Son analyse permet donc de se faire une idée assez précise de la popularité d'un fandom, même si certains y sont minorés, préférant s'épanouir sur des forums spécialisés.

Pas moins de 7 593 fandoms différents sont catégorisés sur fanfiction.net.

Leur évaluation fait apparaître une grande disparité de succès d'un fandom à l'autre. S'il y a énormément d'œuvres qui inspirent les auteurs de fanfictions, les trois plus exploitées, Harry Potter, Naruto et Twilight représentent à elles seules 1,13 million de fanfictions sur les 5 millions que totalise le site, soit près du quart des textes postés (22,6 %).

Les livres[modifier | modifier le code]

Le roman jeunesse Harry Potter sort complètement du lot avec ses 651 052 histoires, ce qui correspond à la moitié (52,4 %) de la section des livres (1,17 million d'histoires).

Un certain nombre de facteurs peuvent expliquer ce succès. Pour commencer, la notoriété de la série romanesque a coïncidé avec le développement d'internet, préfigurant le Web 2.0 et la fanfiction en ligne au début des années 2000. Ensuite, l'adaptation au cinéma a aussi contribué à faire connaitre l'œuvre par davantage de personnes. Enfin, la parution des 7 tomes qui s'est étalée sur 10 ans a entretenu l'attente et la possibilité d'imaginer une suite, qui sont les principaux moteurs de l'écriture des fanfictions.

Il est suivi par Twilight qui, bien que n'ayant démarré qu'en 2006, présente déjà 202 300 histoires (17 % de la catégorie Livres).

On trouve ensuite Le Seigneur des anneaux (46 900), Percy Jackson (31 500). Hunger Games, bien que très récent, atteint la cinquième place (26 000). On remarque que tous ces livres ont bénéficié d'une adaptation au cinéma.

Les animés[modifier | modifier le code]

Bien que la fanfiction se soit historiquement développée autour d'une série télévisée, ce sont les mangas et animations japonaises (animés) qui totalisent le plus d'histoires : plus d'1,45 million de récits sont placés dans cette catégorie, dont un quart (22 %) sont basés sur le manga Naruto (314 000 histoires). InuYasha (105 000 histoires), Hetalia - Axis Powers (72 000) et Bleach (68 500) sont aussi très populaires.

Les séries télévisées[modifier | modifier le code]

Les séries viennent ensuite avec 1 million d'histoires. On trouve Glee (83 000 histoires), Supernatural (67 000 histoires), et Buffy contre les vampires (44 800 histoires) dans le trio de tête. Doctor Who suit de près avec 42 000 histoires.

Autres sources[modifier | modifier le code]

D'autres sources servent aussi de base pour les récits de fans :

À cela, s'ajoutent 161 000 histoires classées dans Divers, qui s'inspirent des mythologies existantes ou inventées, des feuilletons radiophoniques ou des websérie.

Certaines fanfictions peuvent aussi se baser sur des personnages connus comme les artistes de groupes de musique célèbres. Mais comme c'est en principe interdit sur le site de fanfiction.net, on ne peut les comptabiliser.

Légalité[modifier | modifier le code]

Les droits d'auteur[modifier | modifier le code]

D'un point de vue juridique, copier, diffuser, faire des arrangements d'une œuvre protégée, même à titre gratuit, constitue une violation des droits d'auteur. Il en est de même en cas de production d'un travail dérivé basé sur une œuvre dont on ne détient pas les droits[23].

Les titres, noms, courtes phrases, idées ne peuvent pas être protégés par le copyright[24]. A contrario, pour être protégeables, les personnages, lieux et situations doivent être particulièrement caractérisés[25].

Conformément à la Convention de Berne signée par la plupart des États, la durée de la protection est prévue a minima jusqu'à l'expiration de la 50e année après la mort de l'auteur. Les pays peuvent aménager ce délai. Dans les pays membres de l’Union européenne la durée de protection a été harmonisée à 70 ans post mortem pour la plupart des œuvres[26]. Il a été allongé à 70 ans aux États-Unis par le Copyright Term Extension Act. Ensuite, les œuvres tombent dans le domaine public et peuvent être exploitées par ceux qui le désirent.

La Convention de Berne évoque aussi la notion de droit moral, mais les États-Unis y ont opposé des réserves. Ils n'en accordent que pour les créations d'art visuel[27].

Les exceptions aux droits d'auteur[modifier | modifier le code]

Dans toutes les législations, les droits d'auteurs rencontrent des exceptions en vue de préserver la liberté d'expression et encourager la création. Ainsi, les œuvres parodiques ou critiques sont légalement autorisées dans la plupart des pays, dont la France. Il est également permis d'écrire pour soi, tant que la publication ne sort pas du cercle privé[28].

En droit américain, c'est la doctrine du Fair Use qui définit les exceptions aux règles du Copyright. Savoir si la pratique de la fanfiction entre ou non dans son champ d'action n'a toujours pas été tranché par les tribunaux des États-Unis car personne n'a porté ce genre de cas devant la justice américaine.

L'avocate Rebecca Tushnet a étudié des cas s'y rapprochant et en a conclu que la publication des fanfictions devraient bénéficier du Fair Use si la justice devait se prononcer[29], mais d'autres organismes s'intéressant à la création sur internet sont moins affirmatifs[30].

On voit souvent apparaître des disclaimers (annonces) au début des fanfictions qui déclarent publiquement que ces dernières sont issues d'une œuvre préexistante. À défaut de constituer une protection juridique, ces déclarations permettent au moins d'éviter que quiconque puisse croire qu'il s'agisse d'une tentative d'appropriation[29].

Débat sur la conception du droit d'auteur[modifier | modifier le code]

Les opposants au droit d'auteur tel qu'il existe aujourd'hui estiment que l'interdiction des travaux dérivés est globalement dommageable. Lawrence Lessig expose dans Culture libre[31], d'une part qu'une législation trop stricte sur les travaux dérivés est nuisible à la créativité en général, et donc nuisible à un trop grand nombre pour l'intérêt de quelques-uns et d'autre part, que l'exemple japonais des dōjinshi montre que ces œuvres ont un effet positif en général sur l'industrie du manga dont ils violent les droits.

D'autres soulignent que les droits d'auteurs sont souvent détenus par des sociétés de production, et que c'est donc des intérêts purement commerciaux qui sont protégés, au détriment de la créativité[8]. Il est également soutenu que la fanfiction est par essence une critique littéraire de l’œuvre exploitée et devrait donc bénéficier de la tolérance qui y est habituellement attachée[29],[32].

L'arrêt Suntrust v. Houghton Mifflin Co. est invoqué pour appuyer cette revendication. En effet, en 2001, une cour a dû se prononcer sur la commercialisation d'un livre The Wind Done Gone (en) d'Alice Randall. Aucun nom issu de Autant en emporte le vent n'est expressément repris mais la situation des personnages, leurs surnoms, leurs relations sont suffisamment caractérisés pour qu'il soit évident qu'on se trouve devant la réécriture du célèbre ouvrage, du point de vue d'une esclave métis. Une Cour d'Appel fédérale a affirmé que la violation du copyright ne faisait aucun doute, mais que « The Wind Done Gone n'est pas un commentaire général sur les états Sudistes du temps de la Guerre de Sécession mais une critique particulière et une réponse ciblée à la description de l'esclavage et des relations entre les Noirs et les Blancs que l'on trouve dans Autant en emporte le vent. Le fait que Randall ait choisi de présenter ses critiques sous une forme fictionnelle, donnant à sa contestation une forme plus efficace que ne l'aurait été un article universitaire, ne prive pas à lui seul The Wind Done Gone de la protection prévue par le Fair Use.[33] ».

La position des détenteurs des droits d'auteur[modifier | modifier le code]

Auteurs refusant la fanfiction sur leurs œuvres[modifier | modifier le code]

Les fanfictions reprenant les œuvres des auteurs ci-dessous ne sont pas permis sur le site fanfiction.net, qui indique respecter le vœu exprimé des auteurs[34].

Ont également indiqué leur volonté de ne pas faire l'objet de fanfiction :

La position des sociétés détentrices des droits d'auteur[modifier | modifier le code]

De nombreuses maisons de production restent hostiles à la fanfiction et envoient des lettre de mise en demeure aux sites de publication[38]. D'autres, cependant, vont apprécier l'effet publicité que la fanfiction leur fait indirectement et ne pas agir contre les fans et même prévoir un espace fanfiction sur leur site officiel[39].

Pour le cas de la franchise Halo, qui est à la propriété de Microsoft Game Studios, les fanfictions et les fan-métrages d'animation (majoritairement des machinimas) sont acceptés. Cependant, deux court-métrages fan-film particulièrement cités sur les sites communautaires des fans, Halo: Faith et Halo: Operation Chastity, semblent rencontrer des problèmes. En effet, les réalisateurs de Halo: Faith ont annoncé peu de temps avant la sortie du projet sur internet (prévue le 20 octobre 2011) que la date était reportée pour des raisons administratives[40],[41], après une rencontre prévu par Microsoft, le réalisateur annonce l'annulation du tournage pour atteinte aux droits de propriété intellectuelle sur la licence Halo appartenant à Microsoft[42]. Quant à Operation Chastity, un teaser était prévu pour l'été 2011 mais, de manière inexpliquée, il n'y a plus aucune information au sujet de ce dernier projet depuis mi-juin 2011[43].

La fanfiction et le contrôle des droits d'auteur[modifier | modifier le code]

Certains auteurs invoquent le fait que les droits d'auteur sont leur moyens de subsistance et il craignent d'en perdre complètement et définitivement le contrôle s'ils ne s'opposent pas à toute violation du copyright, qu'elle soit préjudiciable ou non[36],[35]. Il semble cependant que les droits d'auteurs ne se perdent pas sans qu'on y renonce officiellement et totalement[44]. Il est donc possible d'accepter la fanfiction tout en continuant à exploiter son œuvre.

Le cas Marion Zimmer Bradley est souvent invoqué[36] pour montrer que l'indulgence envers la fanfiction expose à être attaqué par les fans pour plagiat. En effet, elle a beaucoup encouragé la fanfiction sur son œuvre avant de l'interdire suite à un désaccord qu'elle a eu avec une auteure. La réalité est plus nuancée car le cas était particulier[45].

Le respect de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Pour d'autres auteurs, la question est plutôt morale. Ils ne souhaitent pas que d'autres auteurs publient des histoires mettant en scène les personnages qu'ils ont inventés. Ainsi, Anne Rice indique : « Rien que la pensée qu'on puisse utiliser mes personnages dans une fanfiction me contrarie énormément »[46].

Certains soulignent à quel point les fanfictions déforment les personnages qu'ils ont créés ou font valoir le risque de confusion entre le canon et le travail des fans. Ainsi, si Robin Hobb s'oppose à l'utilisation de ses personnages dans le cadre d'une fanfiction[47], elle accepte qu'ils servent de base à un fanart en expliquant : « le fanart ne peut pas être confondu avec mon écriture. L'art, c'est des images (ou des sculptures etc.). Ce n'est pas des mots sur une page. Personne ne va voir l'image d'un loup et se dire “c'est de Robin Hobb” »[48].

Les auteurs refusant la fanfiction sur leur œuvre ne sont pas forcément opposés à la fanfiction en tant que telle : ils peuvent l'estimer parfaitement légitime quand elle s'applique à une œuvre tombée dans le domaine public ou si l'auteur est d'accord. C'est le cas de P. N. Elrod[49] et Diana Gabaldon[37].

Les auteurs favorables à la fanfiction[modifier | modifier le code]

Un certain nombre d'auteurs indiquent, quant à eux, qu'ils sont favorables aux fanfictions inspirées de leurs histoires. Stephenie Meyer, par exemple, propose sur son site officiel un lien vers la page de fanfiction.net qui la concerne[50].

Des auteurs sont même allés jusqu'à eux-mêmes publier les fanfictions écrites sur leurs œuvres. En 1977, Marion Zimmer Bradley a lancé un fanzine, qui a été publié durant plus de 10 ans, contenant des fanfictions sur le cycle de Ténébreuse avant le triste incident qui l'a amenée à cesser cette collaboration[45]. Plus récemment (en 2012), Erik l'Homme a organisé un concours de fanfiction officiel sur la série A comme Association avec Rajot Editeur et Gallimard Jeunesse[51], et le travail des dix lauréats peut être consulté sur le site officiel de la série[52].

Même s'ils y sont favorables, les auteurs se sentent parfois obligés de prendre du recul par rapport aux production des fans, pour ne pas être accusés par la suite d'y avoir trouvé l'inspiration. Ainsi, Terry Pratchett demande que les histoires ne soient pas postées là où il a l'habitude d'échanger avec ses fans[53]. De même, Lois McMaster Bujold (La saga Vorkosigan) se déclare fièrement fan-ac friendly author mais indique aussi qu'il est considéré comme prudent de la part des auteurs de ne pas lire les fanfictions les concernant et qu'elle a dû, à son corps défendant, apprendre à l'éviter[54].

D'autres auteurs ont exprimé leur accord, explicitement ou implicitement[55] :

Les auteurs favorables sous conditions[modifier | modifier le code]

Certains auteurs émettent cependant des conditions, notamment que la publication soit à titre gratuit ou respecte certaines règles de publication. Ainsi, Mercedes Lackey demande que les histoires soient proposées en Creative commons[64]. Anne McCaffrey a toute une page pour décrire les règles à suivre pour exploiter son monde[65]. J.K. Rowling, si elle est dans l'ensemble très favorable à la fanfiction, se préoccupe des histoires sur Harry Potter qui ne conviendraient pas aux mineurs et qui seraient sur des sites non protégés[66].

Les lecteurs mis à contribution[modifier | modifier le code]

L'univers étendu de Star Wars s'est ainsi construit sur une collaboration de George Lucas avec des auteurs fan de sa première série[67],[68].

La fanfiction légalisée[modifier | modifier le code]

En 2013, la société Amazon a lancé Kindle Worlds[69] dont le principe est d'obtenir des licences sur des séries. Les fans peuvent auto-publier leurs écrits sur Amazon qui verse des royalties à l'auteur d'origine en échange.

Vocabulaire spécifique[modifier | modifier le code]

La fanfiction a des particularités qui ont fait naitre des termes qui lui sont propres. Nées aux États-Unis, on retrouve beaucoup de termes en anglais dans le vocabulaire utilisé par les Français. L'influence des fans adeptes de manga et d'animes a également légué quelques mots à consonance japonaise.

Généralités[modifier | modifier le code]

  • Fandom : Univers (personnages, lieux, faits historiques, etc.) d'une œuvre littéraire, cinématographique ou télévisuelle, sur lequel s'appuie une fanfiction. Par extension, le terme désigne aussi la communauté de fans rassemblés autour d'une œuvre spécifique ou d'un développement particulier d'une œuvre sous forme de fanfic (couple, situation, époque…). Le mot est formé sur le modèle de Kingdom.
  • Disclaimer : Message d'avertissement se trouvant en tête de l'histoire ou des chapitres. L'auteur y précise que les personnages et l'univers qu'il utilise ne lui appartiennent pas et qu'il ne tire aucun profit pécuniaire de la publication de son texte. Il y cite normalement le titre de l'œuvre exploitée et son auteur d'origine.
  • Rating : Classification de la fanfiction quant à sa lisibilité par un jeune public. Les deux échelles d'évaluation les plus couramment utilisées sont celle de la MPAA, ou celle de l'initiative FictionRatings, cette dernière est d’ailleurs utilisée sur fanfiction.net[70].
  • Reviews : Commentaires laissés par les lecteurs afin de donner leurs impressions et/ou réactions sur la fiction.
  • Béta-reader ou Bêta-lecteur : Personne qui corrige et vérifie la qualité de la fanfiction avant sa publication. Son rôle est à la fois celui de correcteur mais aussi celui de donner conseils et premiers avis sur l'histoire. Il peut faire partie de l'entourage de l'auteur, mais le plus souvent est un autre fan qui offre ses services.

Précisions sur l'histoire[modifier | modifier le code]

Pour aider les lecteur à faire leur choix dans le grand nombre de fanfictions existantes, les auteurs indiquent de manière plus ou moins codée le type d'histoire qu'ils proposent.

La longueur et l'avancée de l'histoire[modifier | modifier le code]

On trouve des fanfictions qui font quelques paragraphes et d'autres qui peuvent atteindre plusieurs centaines de chapitres et des centaines de milliers de mots.

  • O.S ou One Shot : Fic courte, en un seul chapitre.
  • Drabble ou vignette : Exercice littéraire qui consiste à écrire des textes contenant un nombre de mots limités : 100 mots ou un multiple de 100 (200, 500).
  • Ficlet : Fiction courte.
  • WIP : Histoire en cours d'écriture.
  • Hiatus : Une histoire en hiatus est non terminée et en suspens avec possibilité qu'elle soit continuée.

Rapport entre la fanfiction et l'œuvre d'origine[modifier | modifier le code]

Si les lecteurs de fanfictions recherchent avant tout à se replonger dans l'histoire qu'ils ont appréciée, la richesse des fanfictions vient également de la manière dont les auteurs vont se détacher du texte originel pour apporter d'autres éléments.

  • Canon : Correspond à l'histoire officielle. Une fanfiction canon suit scrupuleusement le scénario d'origine. Elle peut cependant ajouter des personnages et des situations tant que ce n'est pas contraire à ce qui a été précisé par l'auteur originel.
  • AU ou UA (Alternative Universe ou Univers Alternatif) : L'auteur annonce qu'il va volontairement diverger de l'histoire officielle ; un événement a changé le cours de l'histoire, les personnages subissent des modifications (âge, sexe, caractère, talents), un élément significatif n'est pas pris en compte ou ajouté. Parfois, les personnages sont transposés dans un contexte qui n'a rien à voir.
  • Une sous-catégorie des AU sont les cross-over, souvent notés x-over ou XO : Histoire croisant deux univers différents originaires de deux œuvres originales différentes. On a aussi les fics Universe qui ne reprennent que le contexte, pas les personnages.

Le genre littéraire[modifier | modifier le code]

Dans la fanfiction, on retrouve tous les genres littéraires de la littérature classiques : aventure, romance, policier, horreur…

  • Songfic : Fanfic axée autour d'une chanson.
  • Angst : Indique une fiction où le héros est souvent traité de tortures morales ou physiques. Le terme désigne aussi plus généralement une fic où les personnages hésitent longuement sur qui ils sont, pourquoi ils agissent ainsi, etc.
  • Deathfic : Fanfiction où l'un des personnages principaux est amené à mourir.
  • Darkfic : Histoire où le héros est du côté des méchants. L'histoire pourra traiter des thèmes dérangeants de manière assez crue.
  • Parodie-Insert : Comme son nom l'indique, une parodie où un personnage existant (ou plusieurs) est inséré, lui faisant un portrait humoristique, et souvent rabaissé par rapport aux personnages principaux.
  • Hurt/Comfort : Un personnage sera mis dans une situation difficile moralement avant d'être réconforté par un autre protagoniste.
  • MyST : En référence à une émission de télévision américaine du nom de « Mystery Science Theater » qui diffusait des films de série B à des gens enfermés et obligés à critiquer ces films. Dans le monde de la fanfic, le terme désigne un scénario où des gens sont enfermés dans un lieu où ils doivent commenter des fanfics qui leur sont soumises.

Les personnages[modifier | modifier le code]

Tout comme l'intrigue, les personnages peuvent être conformes à leur œuvre d'origine ou présenter des caractères très différents. De même, l'auteur d'une fanfiction peut choisir d'ajouter des personnes à celles qui existent déjà ou de mettre en valeur un personnage secondaire. C'est ainsi qu'un personnage ayant un rôle limité dans l'histoire originelle peut devenir le héros d'une fanfiction ou le témoin privilégié de l'intrigue d'origine en faisant l'objet d'une focalisation interne.

  • I.C. (In Character) : Se dit du comportement d'un personnage dans une fanfiction lorsqu'il est en phase avec la description qui en est donnée dans l'œuvre originale.
  • O.O.C. (Out of Character) : À l'opposé du précédent, se dit d'un comportement peu vraisemblable pour un personnage par rapport à l'œuvre originale.
  • O.C. (Original Character) : Personnage qui n'appartient pas à l'univers original, mais qui est créé par l'auteur de la fanfiction.
  • P.O.V ou pov (Point Of View), suivi du nom d'un personnage : Placé en début de paragraphe à l'intérieur d'une fan fiction, indique que le lecteur s'apprête à lire les pensées d'un personnage (d'un point de vue littéraire, basculer en focalisation interne). La narration est donc faite par le personnage. Un marqueur de fin (par exemple End POV) peut être utilisé pour indiquer le retour à une narration extérieure.
  • « Mary Sue » (« Gary Stu » pour un garçon) : Personnage charismatique, créé pour emporter l'adhésion des lecteurs par ses qualités intellectuelles, physiques et morales frôlant la perfection. La Mary Sue est souvent distinguée par un (ou plusieurs) trait(s) physique(s) insolite(s) (exemples : yeux pervenche, cheveux violets, etc). Elle est aimée de tous les personnages de l'histoire, qu'elle éclipse par sa forte personnalité et par la place qu'elle prend dans le récit. Les personnages canons, par le rôle de faire-valoir dans lequel elle les cantonne, en deviennent souvent OOC. Cet effet secondaire, ainsi que la perfection incarnée du personnage, a rendu la Mary Sue antipathique à beaucoup de lecteurs. Un personnage d'origine peut être qualifié ainsi, qu'il soit ou non conforme au canon, si son caractère s'approche de la définition de la Mary Sue/Gary Stu.
    Son nom provient d'une fanfiction parodique de Star Trek, écrite pour dénoncer le phénomène[71].
  • Le Self-Insert (ou SI) : O.C. qui est l'avatar de l'auteur qui se met ainsi en scène aux côtés des personnages principaux.
  • Character bashing (maltraitance de personnage) : Fiction dans laquelle un personnage donné cumule tous les défauts au profit du reste de l'équipe ou d'un autre personnage. Les auteurs montrent ainsi leur aversion pour un des personnages canons ou montrent que ses actions sont beaucoup moins innocentes que ne le présente l'auteur d'origine.
  • Dark! Nom-du-personnage : Héros normalement gentil qui bascule du côté des méchant dans le récit.
  • Fem! Nom-du-personnage : Héros normalement de sexe masculin qui bascule au sexe féminin dans le récit de plusieurs manières possibles.

Les relations entre les personnages[modifier | modifier le code]

Énormément de fanfiction sont centrées sur la relation entre les personnages et notamment les romances. C'est généralement attribué à la forte proportion de femmes qui composent la communauté.

  • X, /, + : Placé entre deux noms de personnages, indique que la fanfiction abordera (principalement ou non) une relation entre ceux-ci. Généralement, X et / sont utilisées pour des relations amoureuses et/ou sexuelles (aussi qualifiées de pairing où le premier personnage est le dominant et le second le dominé) , + indiquant plus une relation d'amitié.
  • Gardian : Relation de type filiale entre deux personnages (souvent précisé pour bien indiquer qu'on ne sera pas en présence d'un slash malgré des liens forts entre deux personnages de même sexe).
  • Le het : Met en scène des relations hétérosexuelles.
  • Le yaoi : Met en scène des relations homosexuelles entre hommes et le yuri, des relations homosexuelles entre femmes.
  • Le slash : Met en scène un couple de deux hommes dans un univers yaoi (de même que le femslash pour un couple de deux femmes dans un univers yuri).

Romance et érotisme[modifier | modifier le code]

Les romances sont plus ou moins marquées dans l'intrigue et s'accompagnent parfois de scènes érotiques.

  • WAFFy ou WAFF (ou "Fluff", "Fluffy") : Acronyme anglophone pour “Warm And Fuzzy Feelings” soit : “des Sentiments Doux et Tendres” désigne une romance, plus ou moins poussée.
  • Guimauve, SAP, glucose, glucosé ou toute autre référence au sucre : Indique une histoire très romantique, fleur bleue.
  • Harlequin : Du nom de la célèbre maison d'édition, indique une fanfic dans laquelle la romance, la violence, et/ou le sexe sont exagérément poussés, le but du jeu étant d'être le moins vraisemblable possible. Ce terme peut-être utilisé par autodérision par l'auteur lui-même, ou bien pour se moquer de l’œuvre d’un autre auteur.
  • Le lime : Scène qui sous-entend des rapports sexuels et décrit souvent des attouchements plus ou moins poussés.
  • Le lemon : Scène décrivant un rapport sexuel explicite. Smut est un synonyme de lemon, plus fréquemment utilisé sur les réseaux sociaux.
  • Le PWP ('Plot? What Plot?' (Intrigue, quelle intrigue ?) ou 'Porn Without Plot' (Porno sans intrigue) : Fic courte, souvent un O.S., dont le scénario est très peu développé car juste présent pour mettre en scène un lemon. Ou bien mettre en scène une petite histoire humoristique ou tendre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr)Sébastien François, « Appropriations et transpositions amateurs des mass-médias sur Internet »,‎ 2010 (consulté le 13 avril 2013)
  2. Entretien de David Christoffel avec Sébastien François dans Radio Thésards : http://plus.franceculture.fr/factory/radio-thesards/les-fans-fictions
  3. (fr) Martial Martin, « Les fanfictions sur Internet », Médiamorphoses hors série, no 3,‎ 2007, p. 186-189 (lire en ligne)
  4. Chawki, M. (2009). Anonymity in cyberspace: F inding the balance between privacy and security . International Journal of Technology Transfer and Commercialisation, 9 (3), 183
  5. Peckham, I. (1996). If it ain‘t broke, why fix it?: Disruptive and constructive computer - mediated response group practices. Computers and Composition, 13, 327 - 339
  6. Brown, J.S. & Duguid, P. (1991). Organizational learning and communities - of - practice: Toward a unified view of working, learning, and innovation. Organization Science, 2 (1 ), np
  7. Black, R. W. (2009). Online fan fiction, glob al identities, and imagination. Research in the Teaching of English, 43 (4), 397 - 425
  8. a et b « Fan fiction is a way of the culture repairing the damage done in a system where contemporary myths are owned by corporations instead of owned by the folk. » (en) Henry Jenkins, Textual poachers : television fans & participatory culture, Routledge,‎ 1992, 343 p. (ISBN 0-415-90572-9)
  9. Gere, A. R. (1987) Writing groups: History, theory, and implications . Carbondale, IL: Southern Illinois UP.
  10. Olson - Horswill, L. (2002). Online writing groups. Teaching English in the Two - Year College, 30 (2), 188 - 197
  11. (en) « Affinity space », Wikipedia en anglais (consulté le 1er sept 2011)
  12. (en) Henry Jenkins, « An Interview with Rebecca Black », Confessions of an Aca-fan,‎ 2008 (consulté le 1er sept 2011) - (fr) Traduction
  13. (fr) Sébastien François, « Les fanfictions, nouveau lieu d'expression de soi pour la jeunesse ? », Agora débats/jeunesse, vol. 15, no 46,‎ février 2008, p. 58-68 (ISSN 1268-5666, lire en ligne)
  14. Littleton, C. E. (2011). The Role of Feedback in Two Fanfiction Writing Groups (Doctoral dissertation, Indiana University of Pennsylvania), aout 2011, PDF, 145 pages.
  15. Karpovich, A. I. (2006). The audience as editor: The role of beta readers in online fan fiction communities. In K. Hellekson & K. Busse (Eds.), Fan fiction and fan communities in the age of the internet (p. 171 - 188). Jefferson, NC: McFarland & Co
  16. (en) « Fan Fiction Demographics in 2010 : Age, Sex, Country », Fan Fiction Statistics - FFN Research,‎ 2011 (consulté le 6 sept 2011)
  17. Gillilan , C. L. (1999). Zine fans, zine fiction, zine fan dom : Exchanging the mundane for a woman - centered world ; Dissertation Abstracts International, 60, 04A
  18. (en) « A conversation with Paula Smith - § 3.25 », Transformative Works and Cultures (consulté le 6 sept 2011) - (fr) « Traduction »
  19. (en) Henry Jenkins, « An Interview With Joan Marie Verba », Confessions of an Aca-fan,‎ 2010 (consulté le 1er sept 2011) - (fr) Traduction
  20. a, b, c, d et e Wattpad et Creative Commons (2014), Communiqué du 21 juillet 2014 : Open stories’ now available on Wattpad for creators and remixers worldwide Wattpad rolls out Creative Commons 4.0 licensing options to 30 million people
  21. (fr) « Répartition des histoires par catégorie et fandom », Etude Fanfiction,‎ 2012 (consulté le 1er juillet 2012)
  22. (en) « FanFiction.Net Member Statistics », Fan Fiction Statistics - FFN Research,‎ 2010 (consulté le 1er sept 2011)
  23. (en) « Copyright Law, Circ 96, chap 1, §6 », U.S. Copyright office
  24. (en) « What Is Not Protected by Copyright? (p.3) », U.S. Copyright office (consulté le 1er sept 2011)
  25. (en) « How can I tell if a character I have used is copyright protected? », Chilling Effect (consulté le 1er sept 2011) - (fr) « Traduction »
  26. (fr) Droit d'auteur
  27. (fr) Copyright
  28. (fr) « Article L122.5 du Code de la propriété intellectuelle, alinéa 4 », Légifrance (consulté le 1er sept 2011)
  29. a, b et c (en) Rebecca Tushnet, « Legal Fictions: Copyright, Fan Fiction, and a New Common Law? », Loyola of Los Angeles Entertainment Law Review, vol. 17, no 3,‎ 1997, p. 651-686 (lire en ligne) - (fr) « Traduction »
  30. (en) « FAQ about Fan Fiction », Chilling Effect (consulté le 1er aout 2011) - (fr) « Traduction »
  31. (fr) Lawrence Lessig, « Culture libre. Comment les médias utilisent la technologie et la loi pour confisquer la culture et contrôler la créativité », nonfiction.fr,‎ 2004 (consulté le 10 nov 2011)
  32. (en) Henry Jenkins, « Fan Fiction as Critical Commentary », Confessions on a Aca-fan,‎ 2006 (consulté le 3 sept 2011) - (fr) « Traduction »
  33. « TWDG is not a general commentary upon the Civil-War-era American South, but a specific criticism of and rejoinder to the depiction of slavery and the relationships between blacks and whites in GWTW. The fact that Randall chose to convey her criticisms of GWTW through a work of fiction, which she contends is a more powerful vehicle for her message than a scholarly article, does not, in and of itself, deprive TWDG of fair-use protection. » (en) « Suntrust v. Houghton Mifflin Co. »,‎ October 10, 2001 (consulté le 6 dec 2011)
  34. « guidelines » (consulté le 20 sept 2011) (fr) « "Traduction" »
  35. a et b (en) O.S.Card, « OSC Answers Questions »,‎ 2004 (consulté le 3 sept 2011) - (fr) « Traduction »
  36. a, b et c (en) G.R.R. Martin, « Someone Is Angry On the Internet »,‎ 2010 (consulté le 3 sept 2011) - (fr) « Traduction »
  37. a et b (en) Diana Gabaldon, « Fan-fiction and moral conundrums » (consulté le 3 sept 2011) - (fr) « Traduction »
  38. (en) « FAQ about Fan Fiction - How do companies usually react to FanFic? », Chilling Effect (consulté le 1er aout 2011) - (fr) « Traduction »
  39. (en) « Harry Potter Dialogue Centre » Fan Fiction », warnerbros (consulté le 5 sept 2011)
  40. (fr) « Le courrier communautaire », Halo.fr,‎ 2011 (consulté le 14 janvier 2012)
  41. (fr) « Du nouveau à propos des fan-films », Halo.fr,‎ 2011 (consulté le 14 janvier 2012)
  42. (fr) « Fin du voyage pour Halo: Faith », Halodestiny.net,‎ 2012 (consulté le 19 Juillet 2012)
  43. (fr) « Un article sur Opération Chastity dans OXM », Halo.fr,‎ 2011 (consulté le 14 janvier 2012)
  44. (en) Brad Templeton, « 10 Big Myths about copyright explained » (consulté le 3 sept 2011) - (fr) « Traduction »
  45. a et b (en) Jim C. Hines, « Marion Zimmer Bradley vs. Fanfiction »,‎ 2010 (consulté le 3 sept 2011) - (fr) « Traduction »
  46. (en) Anne Rice, « Important message from Anne on "Fan Fiction" », site officiel de l'auteur (consulté le 3 septembre 2011)
  47. (en) Robin Hobb, « May I write fan-fiction based on your characters or set in your world? », Site officiel de l'auteur (consulté le 3 sept 2011)
  48. (en) Robin Hobb, « I read that you allow fan art but not fan fiction. That’s not fair! Why do you do that? », Site officiel de l'auteur (consulté le 3 sept 2011)
  49. (en) P.N. Elrod, « Fan fic - sí! Public Domain - sí-sí-sí!!! », son blog sur LiveJournal (consulté le 3 sept 2011)
  50. (en) Stephenie Meyer, « Twilight Series Fansites, lettre F », Site officiel (consulté le 16 septembre 2011)
  51. (fr) Erik l'Homme, « A comme Association : les résultats du concours de fanfictions », dailymotion (consulté le 2 dec 2012)
  52. (fr) « Les bonus : Concours de fanfictions : les résultats ! », www.acommeassociation-leslivres.fr (consulté le 2 dec 2012)
  53. (en) Terry Pratchett, « Fan Fiction » (consulté le 3 sept 2011)
  54. (en) Lois McMaster Bujold, « Lois-Bujold mailing list », lists.herald.co.uk Mailing Lists, rechercher : 'Subject: Fanfic, speculation, and Star Trek' (consulté le 20 sept 2011)
  55. (en) « Professional Author Fanfic Policies », Fanlore (consulté le 20 sept 2011)
  56. (en) Partie fanfiction sur son site officiel, « Fan Fiction », Meg Cabot fiction Club (consulté le 20 sept 2011)
  57. (en) Paul Cornell, « The Twelve Blogs of Christmas: Nine », Blog officiel (consulté le 20 sept 2011)
  58. (en) Jasper Fforde, « Frequently Asked Questions », jasperfforde.com (consulté le 20 sept 2011)
  59. (en) Neil Gaiman, « How to survive a collaboration », Neil Gaiman's Journal (consulté le 20 sept 2011)
  60. (en) Diana Wynne Jones, « Answers from Diana », Site officiel (consulté le 20 sept 2011)
  61. (en) Guy Gavriel Kay, « FAQ », Bright Weavings (consulté le 20 sept 2011)
  62. (en) Ursula Le Guin, « FAQ », ursulakleguin.com (consulté le 20 sept 2011)
  63. (en) Malene Arpe, « Television's afterlife », .thestar.com (consulté le 20 sept 2011)
  64. (en) Mercedes Lackey, « News: Concerning Fanfiction », The World of Mercedes Lackey (consulté le 3 sept 2011)
  65. (en) Anne McCaffrey, « Fan Fiction Rules », The Worlds of Anne McCaffrey (consulté le 3 sept 2011)
  66. (en) J.K. Rowling, « Rowling backs Potter fan fiction », site de la BBC (consulté le 3 septembre 2011) (fr) « Traduction »
  67. (fr) « Univers étendu de Star Wars », starwars-universe.com (consulté le 10 fev 2012)
  68. (fr) « Star Wars et fanfiction », Etude fanfiction (consulté le 10 fev 2012)
  69. https://kindleworlds.amazon.com/
  70. (en) « fictionratings » (consulté le 3 sept 2011)
  71. (en) « A conversation with Paula Smith », Transformative Works and Cultures (consulté le 3 sept 2011) - (fr) « Traduction »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Black, R. W. (2004). Anime-inspired affiliation: An ethnographic inquiry into the literacy and social practices of English language learners writing in the fanfiction community. In annual meeting of the American Educational Research Association, San Diego, CA.
  • Black, R. W. (2005). Access and Affiliation: The Literacy and Composition Practices of English‐Language Learners in an Online Fanfiction Community. Journal of Adolescent & Adult Literacy, 49(2), 118-128.
  • Black, R. W. (2005). Online fanfiction: What technology and popular culture can teach us about writing and literacy instruction. New Horizons for Learning Online Journal, 11(2).
  • Black, R. W. (2006). Language, culture, and identity in online fanfiction. E-learning, 3(2), 170-184.
  • Black, R. (2007). Fanfiction writing and the construction of space. E-Learning and Digital Media, 4(4) (résumé).
  • Black, R. W. (2008). Just don’t call them cartoons: The new literacy spaces of anime, manga and fanfiction. Handbook of research on new literacies, 583-610.
  • Blasingame, K. “I Can’t Believe I’m Saying It Twice in the Same Century... but ‘Duh...’” 1 The Evolution of Buffy the Vampire Slayer Sub-Culture Language through the Medium of Fanfiction. Slayage, 20, 34.
  • Boucherit, A. (2012). Fanfictions. Médium, (1), 51-64 (Lien Cairn).
  • Burns, E., & Webber, C. (2009). When Harry Met Bella: Fanfiction is All the Rage. But is it Plagiarism? Or the Perfect Thing to Encourage Young Writers?. School Library Journal, 55(8), 26-29 (résumé).
  • Davies, R. (2005). The slash fanfiction connection to bi men. Journal of Bisexuality, 5(2-3), 195-202.
  • Gabas, Aliette, Fanfiction : de la transfiction inter-artistique à l'effacement de la figure de l'auteur, mémoire de master, Lettres, Université Rennes 2, 2014 (lire en ligne)
  • Grazzi, E. (2012). The sociocultural dimension of ELF in the English classroom: The case of fanfiction through social networking. A Journal of TESOL Italy, 38(1), 7.
  • Hale, L. M. (2005). History of fanfiction. In Fanfic symposium. (2005, June 5)
  • Lee, K. (2004). Under the waterfall: A fanfiction community‘s analysis of their self-representation and peer review. Refractory: A Journal of Entertainment Media, 2.
  • Lewis, D. (2004). Understanding the power of fan fiction for young authors. Kliatt, 38(2), 4-7.
  • LIU, Y. K., ZHANG, X. P., YAN, Y. N., & HUANG, T. Y. (2001). Reconsideration fo the Fanfiction and Position of Manufacturing Industry in the 21th Century [J]. Economic Problems, 6, 004 (http://en.cnki.com.cn/Article_en/CJFDTOTAL-JJWT200106004.htm résumé]).
  • Martin, M. (2007). Les «fanfictions» sur Internet, Mediamorphoses 186
  • Tosenberger, C. (2008). Homosexuality at the online Hogwarts: Harry Potter slash fanfiction. Children's Literature, 36(1), 185-207.
  • Rust, L. (2003). Welcome to the house of fun: Buffy fanfiction as a hall of mirrors. Refractory: A Journal of Entertainment Media, 2, 1-6.
  • Thomas, B. (2007). Canons and Fanons: Literary Fanfiction Online. Digital Dichtung Journal, 37.
  • Thomas, B. (2010). Gains and Losses? Writing it All Down: Fanfiction and Multimodality. New Perspectives on Narrative and Multimodality, 142-54.
  • Thomas, B. (2011). What Is Fanfiction and Why Are People Saying Such Nice Things about It?. Storyworlds: A Journal of Narrative Studies, 3(1), 1-24 (résumé).
  • Tosenberger, C. (2008). " Oh my God, the Fanfiction!": Dumbledore's Outing and the Online Harry Potter Fandom. Children's Literature Association Quarterly, 33(2), 200-206 (résumé).