Famille von der Goltz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chapelle funéraire des comtes von der Goltz à Charlottenburg

La famille von der Goltz est une famille de l'aristocratie prussienne originaire de la Nouvelle Marche qui subsiste aujourd'hui et qui s'est divisé en de nombreuses branches au cours de l'histoire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Selon la tradition familiale, la famille prend son origine avec les comtes de Dienheim (originaires de Rhénanie). Le comte Andreas von Dienheim devient au début du XIIe siècle seigneur de la guerre du roi de Pologne, Boleslas III Bouche-Torse. En se mariant avec la fille héritière de Johann Prawda, seigneur de Gostyn, Andreas von Dienheim hérite de la seigneurie de Golczewo[1], à l'origine du nom de famille actuel.

L'ancêtre dont on retrouve des mentions écrites du 12 mars 1297 est Arnoldus de Goltzen. Il fonde pour le compte du margraviat de Brandebourg la ville de Dramburg dans la Nouvelle Marche. Pendant la grande marche vers l'Est, la famille s'installe en Poméranie orientale et plusieurs membres se joignent à l'ordre de Saint-Jean et à l'ordre Teutonique dans toute la Poméranie et la Prusse-Orientale.

La famille se divise au milieu du XIVe siècle en deux branches — suivant le nom de leurs domaines — les Noirs (branche de Clausdorf) et les Blancs (branche de Heinrichsdorf[2]). Les premiers subistent dans leurs domaines jusqu'au partage de la Pologne, les seconds s'installent au Brandebourg.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Armes des comtes von der Goltz de la branche de Heinrichsdorf, à partir de 1786.
Armes des barons von der Goltz à partir du XVIIIe siècle.
Palais Glotz-Kinsky.

En Prusse-Occidentale, la famille possédait de nombreux domaines. Les comtes von der Goltz consistaient au milieu du XIXe siècle en plusieurs lignées, celles de Clausdorf (divisée en lignée de Teschendorf et lignée de Tlukum), Heinrichsdorf et Sortlack, ainsi que des lignées cadettes. Les barons von der Goltz, quant à eux, se partageaient en différentes branches : celles de Sortlack (à l'origine des branches de Leißienen[3], Fingatten, Domnaw, Mertensdorf[4] et Großlaut), Brotzen, Giesen, Curtow et Clausdorf (à l'origine des domaines de Schellin, Konsbruch et Kopriewe).

Les barons von der Goltz étaient installés dans leurs domaines de Kreitzig près de Schivelbein, Kattun près de Schneidemühl, Kopriewe, Pozdanzig et Pflastermühle près de Schlochau, Tillitz près de Strasburg in Westpreußen, Mertensdorf et Sortlack près de Friedland de Prusse-Orientale et Kallen près de Fischhausen.

Une branche s'installe en Autriche en 1598 avec le mariage de Günther von der Goltz et de Maria Salome von und zu Polheim. Il devient général de cavalerie de l'armée du Saint-Empire et gouverneur de Moravie et de Bohême. L'empereur Ferdinand II voulait lui octroyer le titre de prince d'Empire, mais il renonce. Son neveu, Joachim Ferdinand von der Goltz, devient conseiller à la cour à Prague et meurt en 1678 à Vienne, où il est enterré dans la crypte de l'église des Augustins. C'est de cette branche qu'est issu Maximilian Martin von der Goltz qui s'illustre pendant la guerre de Trente Ans et dont la ville de Golčův Jeníkov (Goltsch-Jenikau en allemand) porte le nom. Un descendant, le comte Johann Ernst Wenzel von der Goltz, fait construite en 1755-1765 l'imposant Palais Goltz-Kinsky (de), place de la Vieille-Ville à Prague, décoré par Carlo Giovanni Bossi[5]. Cette branche catholique s'éteint à la fin du XVIIIe siècle avec la mort du comte Ernst Ignatz Johann Nepomuk von der Goltz.

La famille von der Goltz donne naissance à nombre de diplomates, haut-fonctionnaires et savants, et surtout à de grands officiers, dont cinq maréchaux, trente-huit généraux, et un amiral. Du temps du royaume de Prusse, dix-neuf membres de la famille se voient décorer de l'Ordre Pour le Mérite. Rien que pour la seule année 1806, l'armée prussienne accueillait dans ses rangs vingt-et-un comtes, barons et seigneurs von der Goltz. En 1836, ils étaient vingt-six.

Quelques personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Neues allgemeines deutsches Adels-Lexicon, vol. 3, pp. 593–596
  2. Aujourd'hui Siemczyno en Pologne
  3. Aujourd'hui Rodniki près de Kaliningrad
  4. Aujourd'hui Tiomkino près de Kaliningrad
  5. (cs) « Bossi Carlo Giuseppe », sur http://abart-full.artarchiv.cz/, Informační systém abART (consulté le 12 septembre 2013).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Friedrich von der Goltz, Nachrichten über die Familie der Grafen und Freiherren von der Goltz, Strasbourg, 1885.