Famille royale d'Espagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Maison de Bourbon en Espagne.
Armoiries des souverains espagnols.

Avec le roi Felipe VI, la reine, la princesse des Asturies, seules les personnes portant le titre d’infant ou infante d’Espagne peuvent représenter la Couronne et l’État lors des cérémonies officielles ; elles composent la famille royale d’Espagne.

En 2014, il y a cinq infantes (la fille cadette, les deux sœurs et les deux tantes du roi) et un seul infant, nommé en tant que tel par le roi, il s’agit de son cousin Charles de Bourbon-Siciles.

Disposition constitutionnelle[modifier | modifier le code]

La Constitution espagnole de 1978 définit les modalités de la couronne au paragraphe III de l'article 56 à l'article 65.

Elle établit notamment à l'article 57.1 les modalités de succession au trône :

« La Couronne d’Espagne est héréditaire pour les successeurs de S.M. le roi Juan Carlos Ier, héritier légitime de la dynastie historique. La succession au trône suivra l’ordre régulier de progéniture et de représentation, la ligne antérieure étant toujours préférée aux postérieures ; dans la même ligne, on précédera le degré le plus proche au plus lointain ; au même degré, l’homme à la femme et, dans le même sexe, l’aîné au cadet. »

La famille royale (description)[modifier | modifier le code]

Famille royale[modifier | modifier le code]

La famille royale inclut :

Famille du roi[modifier | modifier le code]

    • S.A.R. Elena de Borbón y Grecia, infante d'Espagne, duchesse de Lugo (soeur du roi)
      • S.E. don Felipe de Marichalar y de Borbón (fils de l'infante Elena)
      • S.E. doña Victoria de Marichalar y de Borbón (fille de l'infante Elena)
    • S.A.R. Cristina de Borbón y Grecia, infante d'Espagne, duchesse de Palma de Mallorca et S.E Iñaki Urdangarin, duc de Palma de Mallorca (soeur du roi et son époux)
      • S.E. don Juan Valentín Urdangarín y de Borbón (fils de l'Infante Cristina)
      • S.E. don Pablo Nicolás Urdangarín y de Borbón (fils de l'Infante Cristina)
      • S.E. don Miguel Urdangarín y de Borbón (fils de l'Infante Cristina)
      • S.E. doña Irene Urdangarín y de Borbón (fille de l'Infante Cristina)
  • S.A.R. María del Pilar de Borbón, infante d'Espagne, duchesse de Badajoz (tante du roi)
  • S.A.R. Margarita de Borbón, infante d'Espagne, duchesse de Soria et d'Hernani (tante du roi)

Le titulaire de la couronne[modifier | modifier le code]

Le titulaire de la couronne est la personne qui est le fils du roi ou le roi lui-même, en vertu des règles de succession définies à l'article 57 de la constitution.

Il est appelé roi ou reine d'Espagne et reçoit le traitement de Majesté.

Quand la couronne appartient à une femme, on fait allusion à elle comme « reine propriétaire » afin de marquer la différence avec la « reine consort », qui est dénommée ainsi uniquement pour être l'épouse du roi.

La reine consort ou le consort de la reine[modifier | modifier le code]

Article 58 de la Constitution espagnole de 1978 :

« La Reine consort ou le consort de la Reine ne pourra pas assumer des fonctions constitutionnelles, sauf en ce qui concerne les dispositions sur la Régence. »

Lorsque le titulaire de la couronne est un homme, son consort prend le titre de reine et reçoit le traitement de Majesté.

Lorsque le titulaire de la couronne est une femme, son consort prend le titre de prince et reçoit le traitement d'altesse royale. Il n'existe aucune disposition constitutionnelle empêchant une "reine propriétaire" d'élever son conjoint à la dignité de roi consort, avec le traitement de Majesté.

L'héritier de la Couronne[modifier | modifier le code]

Article 57.2 de la Constitution espagnole de 1978 :

« Le prince héritier, dès sa naissance ou dès qu’il aura été désigné comme tel, portera le titre de prince des Asturies ainsi que les autres titres attachés traditionnellement au successeur de la Couronne d’Espagne. »

La personne appelée directement à la succession au trône, c'est-à-dire, la personne qui se transformerait automatiquement en roi ou reine d'Espagne au cas où l'actuel roi ou reine décéderait ou abdiquerait, est élevée à la dignité de prince ou de princesse des Asturies et reçoit le traitement d'altesse royale.

La dignité de prince ou de princesse des Asturies et le traitement d'altesse royale correspondent à l'héritier de la couronne depuis le moment même où il est positionné en premier lieu de l'ordre de succession au trône, soit par sa naissance (comme serait le cas du premier fils du roi) soit plus tard (comme serait le cas ou le prince des Asturies décède et qu'il a dû être remplacé).

Le consort du prince ou de la princesse des Asturies hérite du titre et du traitement d'altesse royale, et ce sans distinction de sexe.

Les enfants du titulaire de la Couronne[modifier | modifier le code]

Les fils et les filles du titulaire de la Couronne qui ne bénéficie pas de la dignité de princes ou de princesse des Asturies, ainsi que les fils et les filles de ce dernier, sont depuis leur naissance Enfants d'Espagne et reçoivent le traitement d'altesses royales.

Leurs consorts bénéficieront du titre et recevront le traitement que le titulaire de la couronne juge nécessaire de leur accorder, conformément à la Constitution espagnole de 1978.

Les fils et les filles des Infants d'Espagne ont la considération de Grand d'Espagne, et bénéficient du même traitement que celui d'Excellence.

Du mariage[modifier | modifier le code]

Article 57.4 de la Constitution espagnole de 1978 :

« Les personnes qui, ayant droit à la succession au trône, contracteraient un mariage malgré l’interdiction expresse du Roi et des Cortes générales seront exclues de la succession à la Couronne ainsi que leurs descendants. »

Par conséquent les mariages des fils du roi se transforment en affaire d'État, ils doivent donc disposer non seulement de l'approbation du souverain mais également de celle du Parlement ; dans le cas contraire, ils perdent toute légitimité au trône.

Liens externes[modifier | modifier le code]