Famille japonaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Au Japon, la famille joue un rôle fondamental pour une bonne insertion dans la société japonaise.

Depuis l'époque Tokugawa, la cellule familiale de base était constituée par l’ie. Après la Seconde Guerre mondiale, les forces d'occupation alliées établirent un nouveau concept familial basé sur l'égalité des droits pour les femmes, l'héritage partagé entre tous les enfants et le libre choix de carrière et de mariage.

Dans les années 1980, on a vu apparaître le phénomène dit du célibataire parasite, terme employé pour la première fois par Masahiro Yamada en 1997 : phénomène où les jeunes gens restent jusqu'à un âge avancé chez leurs parents, principalement pour des questions matérielles[1].

Le recensement d'octobre 2010 fait apparaitre que le nombre de personnes par foyer est en moyenne de 2,46 personnes, le plus bas jamais enregistré[2]. 31 % des foyers comprennent une seule personne, catégorie supérieure pour la première fois aux foyers de trois personnes (un couple et leur enfant) : 29 %[2].

Traditionnellement, ce sont les femmes qui gèrent les revenus du foyer[3]. Ainsi en 2012, les pères de famille ont reçu en moyenne 38 457 yens (près de 300 euros) de leur compagne pour effectuer leurs achats personnels, en baisse de 3,2 % en un an, et deux fois moins que le record de 1990[3].

Mariage[modifier | modifier le code]

Article connexe : Mariage shinto.

Depuis la fin des années 1960, la plupart des mariages se font sur la base d'une attraction mutuelle et non plus par arrangement familial (お見合い, o-miai?), bien que les rencontres restent, encore aujourd'hui, parfois arrangées par la famille.

En 2009, 15,5 % des couples de quinquagénaires seraient issus de « mariages arrangés » (お見合い, o-miai?), contre seulement 1,35 chez les trentenaires, qui rencontrent plus souvent leur futur conjoint dans leur entreprise (24 à 29 % selon les sexes et âges), par des amis et relations (15 à 25 %), à l'école/université (11 à 15 %) ou sur Internet (7,2 %)[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masahiro Yamada, « Le modèle familial japonais en pleine mutation », Nippon.com, le 25 septembre 2012
  2. a et b (en) Single-member households top 30% in Japan, AP/Kyodo sur Breitbart, le 29 juin 2011
  3. a et b 295 euros : le deuxième salaire des hommes japonais, La Tribune, le 2 juillet 2013
  4. « Le web prend la place des entremetteurs pour former les couples japonais », sur Aujourd'hui le Japon, AFP,‎ 5 septembre 2009 (consulté le 5 septembre 2009)

Lien externe[modifier | modifier le code]