Famille de Ravinel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La famille de Ravinel est une famille de la noblesse, originaire d'Anjou, établie en Lorraine depuis 1465 et anoblie en 1663 par le duc de Lorraine Charles IV. Le chef de famille est baron du Saint-Empire depuis 1755.

Baron François de Ravinel[modifier | modifier le code]

François Dieudonné baron de Ravinel ( 1768-1848 ), a épousé en 1805 Caroline Félix Charlotte Hélène Thibaut de Ménonville (1785-1850) fille de François Louis Thibaut de Ménonville (1738-1823) et Charlotte Hélène Félix, comtesse de Pardieu. La famille de Ménonville possède le château de Villé à Nossoncourt. Il émigre en 1791, sert dans l'armée de Condé puis en Autriche. Il rentre en France sous le Directoire et s'installe au château de Nossoncourt. Il devient le maire de cette localité vosgienne sous l'Empire. Il est élu député en 1824 et siège parmi les ultras. Il n'est pas réélu en 1827 et se retire de la vie politique.

Baron Louis de Ravinel[modifier | modifier le code]

Louis, 4e baron de Ravinel (1806-1867) renonce à entrer dans la magistrature après la révolution de 1830, par fidélité aux Bourbons. Il est avocat de 1828 à 1833, puis se retire sur ses terres, dans le château familial de Villé. Il est maire de Nossoncourt en 1834. Il est conseiller général du canton de Rambervillers à partir de 1848. Il est battu aux élections législatives de mai 1849. Mais il est élu député lors d'une partielle en juillet de cette année. Il siège à droite et proteste lors du coup d'État du 2 décembre 1851. Il est réélu député en 1852, dans la 3e circonscription des Vosges. Il siège au Corps législatif, s'intègre à la majorité, mais demeure de tendance légitimiste. Il est réélu en 1857 et en 1863.

Baron Charles de Ravinel, député des Vosges de 1871 à 1876[modifier | modifier le code]

Charles de Ravinel
Fonctions
Parlementaire français
député
18711876
Gouvernement IIIe République
Biographie
Date de naissance 29 octobre 1839, à Nancy
Date de décès 27 octobre 1905
Résidence Vosges

Fils de Louis et de Charlotte de Foblant (1814-1843), il entre dans l'administration centrale des finances en 1862. Il est nommé adjoint à l'Inspection générale en 1865. Il épouse en 1866 Charlotte Guérin (1843-1919), fille d'un des propriétaires de la Faïencerie de Lunéville-Saint-Clément. En 1867, à la mort de son père, il se présente aux élections pour le remplacer. Mais il est battu par le candidat officiel, le manufacturier Nicolas Géliot. Il est battu à nouveau en 1869. En revanche, il remplace son père comme maire de Nossoncourt, jusqu’à sa mort en 1905, et comme conseiller général de Rambervillers, jusqu'en 1871, puis de 1873 à 1877 et enfin de 1889 à 1895. Il devient en janvier 1870 chef de cabinet de Louis Buffet, ministre des Finances originaire des Vosges. Mais le ministre démissionne en avril. Il est élu aux élections de 1871 et devient député des Vosges. il siège au centre-droit et s'oppose à l'amendement Wallon, qui officialise la République. Il n'est pas réélu en 1876, échoue en 1877, aux sénatoriales de 1882 et encore aux législatives de 1885. Il est alors le chef de l'opposition de droite dans les Vosges, face au camp républicain.

Il est également administrateur de plusieurs entreprises : les Faienceries de Lunéville, la Société nancéiene de crédit industriel et de dépôts, dont il est un des fondateurs, la Soudière de la Meurthe, les Cristalleries de Saint-Louis, les verreries de Gironcourt et la Compagnie de Châtillon-Commentry.

Il a trois enfants, deux fils et une fille, Marguerite (1870-1937), qui épousa le général Lyonnel de Bouvier. Le château d'Adoménil, acheté par la famille Guérin en 1888, entre dans la famille jusqu'à sa vente en 1978 au Conseil Général.

Maurice de Ravinel[modifier | modifier le code]

Caveau au cimetière de Préville de Charles et Anne, barons de Ravinel.

Frère cadet (1843-1896) de Charles, marié à Anne Marie-Louise Génin (1845-1918) est préfet des Deux-Sèvres de mai 1873 à avril 1875[1] puis de la Meuse d'avril à décembre 1875.

Baron François de Ravinel ( 1867-1944 )[modifier | modifier le code]

Fils de Charles, Saint-Cyrien, il est maire de Nossoncourt et conseiller général de Rambervillers de 1919 à 1925.

André de Ravinel (1868-1942)[modifier | modifier le code]

Deuxième fils de Charles, André est officier, maire de Rehainviller en Meurthe-et-Moselle et conseiller général de ce département, pour le canton de Gerbéviller, depuis 1919. Il est membre de l'Action française en 1905 quand la Ligue s'implante en Lorraine cette année-là. Il est aussi délégué régional du duc de Guise. Il est battu aux cantonales en octobre 1931, des maires du canton ayant décidé de présenter un candidat contre lui, au nom du "drapeau républicain"[2].

Il épouse Marie Mathieu de Vienne. Son fils, Yves, né le 28 décembre 1911, meurt pendant la Seconde Guerre mondiale. Il était lieutenant au 222e R.I., Chevalier de la Légion d'Honneur, croix de guerre 39-45.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.deux-sevres.pref.gouv.fr/fichiers/Prefecture/histoire_des_prefets.htm
  2. Leur adresse aux électeurs précise que l'élection se joue sur le terrain politique afin que le canton de Gerbéviller ne soit pas représenté par un "royaliste avéré". André de Ravinel ne revendiquait pas son appartenance à l'Action française mais ses opinions étaient connues de ses électeurs : "Vous connaissez mes opinions, je respecte les vôtres", lit-on dans sa progression de foi. Le candidat Adelin Thomas, radical indépendant, bat le baron au premier tour, par 739 voix contre 684. Le baron a déposé une protestation à la préfecture le 23 octobre mais elle a été rejetée par le Conseil d'Etat le 17 juin 1932. In Jean-François Colas, "Les droites nationales en Lorraine dans les années 1930 : acteurs, organisations, réseaux", thèse de doctorat, Université de Paris X-Nanterre, 2002

Sources[modifier | modifier le code]

  • Gilles Grivel, "Charles de Ravinel", in Jean El Gammal (dir. ), "Les parlementaires lorrains de la IIIe République", Metz, Ed. Serpenoise, 2006, p. 401-403