Famille Michaux de Villarepos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La famille Michaux, dont il est parlé ici, provient du village de Villarepos [réf. souhaitée] , actuel canton de Fribourg en Suisse.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Étienne Michaux, fils du précédent, né le 29 mai 1771 à Versailles, mort le 17 juillet 1850 à Moisson. Soldat au régiment des gardes suisses (1789-1791), puis soldat fusilier au régiment de Diesbach (1791). Nommé sous-lieutenant à la Légion du Nord (1792), capitaine adjoint (1794 -1798) à l'état-major des Pyrénées-Orientales. Il devient commissaire des guerres (1798-1799), commissaire ordonnateur en chef des guerres (1799-1814). Il sera intendant-général (1810) de l'armé du Portugal, ordonnateur en chef des troupes françaises au Hanovre puis affecté à Caen « dont il est prié de ne pas s’éloigner sans autorisation »[réf. souhaitée], il est prié de rendre compte des sommes mises à sa disposition en tant qu’ordonnateur de l’armée du Hanovre.[réf. souhaitée] Nommé en 1808 au 8e corps de l’armée d’Espagne, en 1811 il est destitué de ses fonctions d’ordonnateur et exilé à 40 lieues de Paris.[réf. souhaitée] Le 2 avril 1814, le gouvernement prononce l'annulation de sa destitution [réf. souhaitée] et il est désigné pour former une commission d'approvisionnement chargée de pourvoir aux besoins des armées alliées, mais on le met en demi-solde à cause de l'état de paix.[réf. souhaitée] En mars 1815, il est nommé ordonnateur en chef du corps d'armée commandé par le duc de Berri puis est mis à la retraite en 1816[1]. Il fut préfet provisoire de Seine-et-Oise.
Il épouse en première noce Angélique Lucie Hall, fille de Pierre Adolphe Hall, miniaturiste Suédois, peintre du roi et des enfants de France. Ils eurent deux enfants : Étienne Hector (1804) et Étienne Jules (1806). Devenu veuf en 1819, il épouse en seconde noces Joséphine Charlotte Dujardin (1835-1875).
Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur le 25 mars 1804[1] [2], chevalier de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis (1823) [réf. souhaitée], chevalier de l'Ordre de l'Épée de Suède [réf. souhaitée].
  • Étienne Hector Michaux, né le 23 janvier 1804 à Paris. Capitaine, commandant puis chef de bataillon au recrutement de l'Hérault, il participe à la campagne de Morée. Embarqué le 28 août 1828, il rentre en France en 1831[3]. Il épouse Marie-Sophie Tihay dont il eut un fils. Il est Chevalier (1844) puis officier (1857) de la légion d'honneur[3], chevalier de l'Ordre de l'Épée de Suède (1856)[3].
  • Étienne Jules Michaux (1806-1887), marié en 1838 à Julie Marie Lhôte dont : Félix Jules Étienne (1839) et Marie Julie Augustine (1846). Il effectue la majeure partie de sa carrière militaire à l'École de cavalerie de Saumur où il prend sa retraite avec le grade de général de brigade. Il est chevalier (1845), officier (1852) puis commandeur (1861) de la légion d'honneur[4], chevalier de l'Ordre Royal de l'Épée de Suède (1845)[réf. souhaitée]. Il coécrit avec Émile Debost un ouvrage intitulé Cinésie équestre, nouvelle étude du cheval et principes inédits d'équitation rationnelle et de haute école, édité par la Librairie Militaire J. Dumaine.
  • Étienne Hector Jules Michaux (1849-1912), marié en 1885 à Jeanne Gabrielle Sophie Clothilde Monnereau. En 1868 il intégre le 1er régiment de lanciers. Il participe à la campagne contre l'Allemagne de 1870 à 1871. En 1872, il sort de l'École Spéciale Militaire et entre à l'École de Cavalerie en qualité d'officier-élève. Il termine sa carrière en 1889 avec le grade de capitaine-commandant du 5e régiment de cuirassiers[5]. Il est chevalier (1894) de la légion d'honneur[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]