Famille Manesse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rüdiger Manesse, bourgmestre de Zurich en 1383 (d'après un livre publié en 1696)
"Codex Manesse", le duc Jean Ier de Brabant.

La famille Manesse, en latin Manasses, était une importante famille bourgeoise de Zurich.

Du XIIIe siècle au XVe siècle cette famille fut représentée au sein du conseil municipal de Zurich et donna deux bourgmestres à cette ville où elle a également joué un rôle culturel important. Elle détient, pendant cette période, plusieurs fiefs des abbayes de Fraumünster et d'Einsiedeln ainsi que du Saint-Empire romain germanique.

Plusieurs membres de cette famille furent adoubés chevaliers.

Le Codex Manesse[modifier | modifier le code]

Son nom reste associé à un des plus célèbres[1] manuscrits poétiques et héraldiques médiévaux, le Codex Manesse, conservé actuellement à l'universite de Heidelberg. Il avait été commandé à un artiste (dont le nom n'est pas connu) par Rüdiger II Manesse le Vieux (né avant 1252 et mort le 5 septembre 1304 à Zurich), conseiller de Zurich de 1252 à 1304, et son fils Jean.

La famille Manesse portait comme armoiries un « écu de gueules à deux chevaliers combattant l'un étant abattu par l'autre », armes parlantes, le nom Manesse pouvant être interprété comme "mann esser", mangeur d'homme.

Important témoignage sur l'origine de l'héraldique[modifier | modifier le code]

Né dans un milieu de la bourgeoisie urbaine et commandité par lui le Codex Manesse témoigne ainsi que, contrairement à ce qui est souvent cru, l'héraldique tout autant que la littérature courtoise des Minnesänger s'est autant développé à ses débuts dans la bourgeoisie urbaine que dans la noblesse.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Article Manesse, Dictionnaire historique et biographique de la Suisse, vol. 5, Neuchâtel, Administration du Dictionnaire historique et biographique de la Suisse,‎ 1930 [détail des éditions]
  • (de) Daniel Gutscher: Das Grossmünster in Zürich, Berne, 1983, p. 141–142.
  • Franziska Hälg-Steffen, « Manesse » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 8 décembre 2009.
  • (de) Hans Hoffmann: Das Grossmünster in Zürich. Baugeschichte bis zur Reformation. Die vorreformatorische Ausstattung, Zurich, 1941, p. 167–168 et 207.
  • (de) Ilona Oestreich: Hadloub und Manesse - ein Zugang zum Literarisierungsprozess von Minnesang?, Mémoire universitaire, 1996.
  • (de) Schweizerisches Landesmuseum Zürich (éditeurs.): Die Manessische Liederhandschrift in Zürich (Catalogue d'exposition), 1991, p. 33.
  • (de) Hans Wysling: Gottfried Keller, Zurich 1990, p. 300–313.
  • (de) Julika Zimmermann: Die Schreiber des Codex Manesse, Mémoire universitaire, 2002

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ernst Bertram, August Langen, Friedrich von der Leyen, Das Buch deutscher Dichtung, volume 2, 1939, p. 485: "Er hat wahrscheinlich, so wie es Gottfried Keller in seinen Züricher Novellen schildert, im Auftrag des Ratsherrn Manesse in Zürich, die berühmteste Liederhandschrift des deutschen Mittelalters zusammengestellt.". Ainsi que: Iso Camartin , Die vier Literaturen der Schweiz, 1995, p. 7: "In Zürich entsteht, basierend auf der Sammlung des Ritters und Ratsherrn Rüdiger von Manesse und seines Sohnes Johannes, zwischen 1300 und 1340 die wohl berühmteste und kostbarste Liederhandschrift des Mittelalters, die Manessische..."

Voir aussi[modifier | modifier le code]