Famille Kalonymus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Shem Tov et Kalonymus ben Kalonymus.

La famille Kalonymus ou Kalonymos est une famille de rabbins médiévaux originaire de Lucques en Toscane et dont une branche s'est établie en Allemagne, à Spire et à Mayence. Son nom pourrait être une traduction en grec du nom hébreu Chemtov qui signifie le bon nom. Nombre de ces membres sont à l'origine du hassidisme médiéval.

Les traces les plus anciennes de cette famille remontent à la seconde moitié du VIIIe siècle en Italie. Les premières communautés prospères d'Ashkenaz sont fondées, selon la tradition, après que Charlemagne, à moins que ce ne soit Charles le Chauve, désireux de faire venir des savants à sa cour, a fait venir à lui la famille Kalonymus[1],[2].

Rien ne dit que cette famille était apparentée à la famille Kalonymus établie en Provence[2].

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

Selon la Jewish Encyclopedia, fondée sur l'œuvre d'Eléazar de Worms et de Salomon Louria le Maharshal, l'arbre généalogique de la famille serait comme indiqué ci-dessous.

  • Meshoullam I (780)
    • Ithiel Ier (800)
      • Meshoullam II (825)
        • Moïse I (850)
          • Jekuthiel I (876)
            • Kalonymus I (900)
              • Moïse II (926)
                • Jekuthiel II
                • Kalonymus II (950)
                  • Meshoullam ben Kalonymus le Grand de Rome ou de Lucques (976)
                    • Kalonymus III (1000)
                      • Hananeel I
                      • Moïse III (1020)
                        • Kalonymus IV
                        • Hananeel II
                        • Ithiel II
                          • Moïse IV (1060)
                            • Meshoullam de Mayence (1080)
                        • Jekuthiel de Spire (fl. 1070)
                          • Moïse V de Spire (1070)

Quelques membres notables de la famille[modifier | modifier le code]

Ithiel Ier[modifier | modifier le code]

Ithiel Ier est l'auteur d'une seli'hah en huit strophes, commençant par תבלת משחרי בניך [3].

Moïse I ben Meshoullam[modifier | modifier le code]

Moïse I ben Meshoullam est un poète liturgique qui vécut à Rome ou Lucques vers l'an 850.

Kalonymus II ben Moïse[modifier | modifier le code]

Kalonymus II ben Moïse est un halakhiste et poète liturgique qui vécut à Lucques ou à Rome vers 950. Il fut consulté par Rabbenou Guerschom. Son œuvre est difficile à séparer de celle de son fils Meshoullam ben Kalonymos le Grand. Dans la chronique de Dithmar, évêque de Mersebourg, il est relaté qu'un juif italien de Mayence, Kalonymus risqua sa vie pour sauver Otton II sévèrement battu et menacé d'être capturé par les Sarrasins, en Calabre au Cap Colonna en juillet 982[4].

Meshoullam le Grand[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Meshoullam ben Kalonymos.

.

Kalonymus III ben Meshoullam[modifier | modifier le code]

Kalonymus III est un poète liturgique qui vécut à Mayence vers l'an 1000. La légende d'Amnon lui attribue d'avoir dicté durant un rêve au rabbi Amnon de Mayence, le piyout Ounetanè Toqef, toujours lu à Roch Hachana.

Kalonymus ben Isaac l'aîné[modifier | modifier le code]

Kalonymus ben Isaac est un halakhiste allemand qui vécut à Spire aux XIe et XIIe siècles. C'est le père de Samuel le Hassid, le grand-père de Judah le Hasid et l'arrière-grand-père de Judah ben Kalonymus, comme indiqué dans l'arbre généalogique ci-dessous.


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Kalonymus ben Isaac l'aîné
(mort en 1126)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Samuel le Hassid
 
 
 
 
 
 
 
 
Judah
 
 
 
 
 
 
 
Meir
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Golde
 
Abraham
 
Yehoudah HaHassid

(mort en 1217)
 
 
Kalonymus ben Judah le jeune

(vers 1160)
 
Fille
 
Kalonymus

"ha-Parnas"
 
Moïse
 
Samuel
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Eleazer ha-

Darshan (vers 1240)
 
 
 
 
 
Moses Zaltman
 
 
 
 
Meir
 
Judah
 
David
 
 
 
Simcha

(vers 1223)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Moïse Azriel

HaDarshan (vers 1280)
 
 
 
 
 
Tobiah
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Meshullam

(c.1240)
 
 
 
 
 
 

Kalonymus est cité dans les Tossafot et on pense qu'il fut rabbin à Mayence avant de devoir fuir à Spire durant la première croisade, en 1096.

Samuel le Hassid[modifier | modifier le code]

Samuel ben Kalonymus le Hassid de Spire est un poète liturgique et philosophe de Spire du XIIe siècle, qui a aussi vécu en Espagne et en France et surnommé « le Prophète » par Salomon Louria. On lui attribue un poème, le Chir Ha-Yihoud, divisé en sept parties correspondant aux jours de la semaine et consacré à l'unité de Dieu[5].

Yehoudah HaHassid[modifier | modifier le code]

Yehoudah HaHassid[6] connu aussi sous le nom de Judah de Ratisbonne est un écrivain mystique mort en 1217. Vers 1195, à la suite de persécutions, il quitte Spire pour Ratisbonne où il crée une yechivah qui a de nombreux élèves dont Eléazar de Worms, qui dans ses œuvres, se montre très reconnaissant envers lui en le citant comme le « père de la sagesse ».

On lui attribue de nombreux miracles et il serait un des principaux contributeurs au « Sefer Hassidim », le livre des Pieux, un ouvrage mêlant les traités d'éthique, d'ascétisme et de mystique. Il accorde une moindre importance à l'étude de la halakha et à celle du Talmud au profit d'un retour vers la Bible.

Kalonymus ben Judah le jeune[modifier | modifier le code]

Kalonymus ben Judah le jeune est un poète liturgique qui vécut à Spire vers 1160, auteur de nombreuses selihot incorporées au mahzor.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Richard Gottheil et Isaac Broydé, « Kalonymus », sur Jewish Encyclopedia
  2. a et b (en) Joseph Dan, « Kalonymus », sur Jewish Virtual Library
  3. Voir l'article en anglais http://en.wikipedia.org/wiki/Kalonymos_family
  4. Hirsch Graëtz, « Histoire des Juifs, troisième période, deuxième époque, chapitre II », François-Dominique Fournier (l'édition originale est parue de 1853 à 1875) (consulté le 21 décembre 2007)
  5. (en) Joseph Jacobs et M. Seligsohn, « Samuel ben Kalonymus he-Hasid of Speyer », Jewish Encyclopedia
  6. (en) Kaufmann Kohler et Max Schloessinger, « Judah ben Samuel He-Hasid of Regensburg », Jewish Encyclopedia