Famille Gagarine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gagarine (homonymie).
Armoiries des princes Gagarine

La famille Gagarine (en russe Гагарин, parfois translittéré Gagarin) est une maison princière riourikide originaire de la région de Briansk, en Russie. Elle descend des princes souverains de Starodoub.

Origines[modifier | modifier le code]

La famille Gagarine se réclame du viking Riourik[1], prince varègue mort en 879, premier prince de Novgorod et fondateur de la dynastie riourikide qui règne sur le territoire de la « Rus' de Kiev »[2] jusqu'au XIIe siècle, puis sur la Moscovie à partir de 1276.

L'arbre généalogique des princes Gagarine fait remonter leur ascendance à ce prestigieux ancêtre par le grand-prince Ivan Vsevolodovich, apanagiste de la principauté souveraine de Starodoub. Son descendant direct au quatrième degré, Michaïl Ivanovitch (1224-1281), à son tour prince souverain de Starodoub, donne naissance à trois fils dont le benjamin, Youri dit « Gagara », est la souche de la maison Gagarine.

Youri « Gagara » — qui tient ce surnom du plongeon, oiseau aquatique des régions septentrionales — a en effet, à son tour, trois héritiers mâles qui conservent le sobriquet de leur père et sont à l'origine de tous les princes Gagarine :

  1. Daniel, cité en 1550, est l'auteur d'une lignée éteinte en 1860.
  2. Dimitri, cité en 1555, est l'auteur de la lignée 1 toujours présente.
  3. Youri, cité en 1556, est l'auteur de la lignée 2 toujours présente.

Malgré leur illustre ascendance, l'histoire russe montre que les princes Gagarine ne jouent guère un rôle marquant dans l'empire des tsars avant la fin du XVIIe siècle[3], sauf à assurer leur position de boyards de haut rang. Ce n'est qu'à partir des années 1700 qu'ils se mettent au service du monarque et en sont récompensés par des titres, des biens et des faveurs. Les princes Gagarine ont été titulaires de nombreuses décorations et ordres militaires ou civils de l'Empire russe. L'un d'eux, Pavel Pavlovitch Gagarine, présente la particularité de les avoir tous reçus.

Le nom de Gagarine est parfois porté en Russie par des familles ou des personnes n'ayant aucun lien avec cette maison princière[4]. C'est le cas du cosmonaute Youri Gagarine qui a d'ailleurs vivement réfuté toute parenté[5].

Parentèle[modifier | modifier le code]

Par l'ancêtre commun Riourik, la famille Gagarine cousine avec les plus anciennes maisons princières russes. Notamment :

Principales figures[modifier | modifier le code]

Lignée 1[modifier | modifier le code]

  • Matvei Petrovitch Gagarine (†1721), voïévode de Nertchinsk de 1693 à 1706, est nommé président du prikaze (administrateur) de la Sibérie par le tsar Pierre Ier de Russie. En 1707, il devient gouverneur de la province de Moscou. Il retourne en 1711, en tant que gouverneur, en Sibérie d'où il encourage, au nom du tsar, des expéditions vers les îles Kouriles et le Kamtchatka[6]. Il est le premier Gagarine à exercer un rôle marquant au service du tsar. Ses excès en Sibérie et les immenses richesses qu'il y accumule lui attirent cependant la disgrâce du souverain : il est arrêté et exécuté par pendaison le 17 juillet 1721. Sa fortune est confisquée, son fils Alexis condamné à servir comme simple matelot et sa fille cadette enfermée au couvent[7].
  • Vassili Ivanovitch Gagarine (cité dès 1692), neveu du précédent, est appelé par son oncle en 1711 à Iakoutsk, au siège du gouvernorat de Sibérie, pour organiser les expéditions en mer d'Okhotsk vers les Kouriles et le Kamtchatka[8]. Sa haute position sociale le fait qualifier de stolnic knyaz[9]. Cette position n'est pas affectée par la disgrâce de son oncle et il est plus tard nommé gouverneur de Novgorod par le tsar Pierre Ier.
    • Sergei Vassilievitch Gagarine (1713-1782), fils du précédent, sénateur de l'Empire, est admis au Conseil privé de la Cour. Dont cinq fils :
      • Vassili Sergeevitch Gagarine (†1791), fils ainé du précédent. Mort sans postérité.
      • Sergei Sergeevitch Gagarine (1745-1798), frère cadet du précédent, succède à son père au Conseil privé de la Cour.
        • Nikolai Sergeevitch Gagarine (1784-1842), fils du précédent. Commandant la 1re division d'infanterie lors du siège de Moscou en 1812, il se distingue la même année à la bataille de la Moskova. En 1819, il épouse Maria Alexeeva Bobrinkaya, petite-fille de l'impératrice Catherine II et du prince Grigori Orlov. Le 16 octobre 1833, il est nommé vice-président du cabinet du tsar Nicolas 1er. Il meurt assassiné par un de ses anciens garde-forestiers. Sa descendance directe est toujours assurée (2010).
        • Sergei Sergeevitch Gagarine (1795-1852), frère du précédent, dirige les théâtres impériaux de 1929 à 1833.
          • Sergei Sergeevitch Gagarine (1832-1890), fils du précédent, collectionneur, membre du conseil de l'université Shtiglica, meurt sans postérité.
      • Pavel Sergeevitch Gagarine (1747-1789), troisième fils de Sergei Vassilievitch
        • Pavel Pavlovitch Gagarine (1789-1872), fils du précédent, vice-chancelier de l'Empire en 1867, président du Conseil des ministres, président du Conseil d'État, procureur général du Sénat de Moscou (1864), vice-président du Conseil de l'Empire, etc. Il présente la particularité d'avoir été récipiendaire de tous les ordres et décorations de la Russie impériale.
      • Ivan Sergeevitch Gagarine (1754-1810), quatrième fils de Sergei Vassilievitch, diplomate, succède à son père au Conseil privé de la Cour. Sa descendance directe est toujours assurée (2010).
      • Fedor Sergeevitch Gagarine (1757-1794), cinquième fils de Sergei Vassilievitch, est un général-major de l'armée russe. Exerçant successivement les commandements du régiment de grenadiers de Moscou et du régiment de grenadiers de Sibérie, il est en poste à Varsovie en 1794, lors du soulèvement de la population polonaise (celui-ci aboutira quelques mois plus tard à la sanglante bataille de Praga). Dès les premiers jours, le 17 avril, il est pris par les insurgés et frappé à mort à la tempe avec le cerclage d'une roue.
        • Fedor Fedorovitch Gagarine (1786-1863), fils du précédent, est un officier de l'armée russe. Mort sans postérité.

Lignée 2[modifier | modifier le code]

Portraits[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Ferrand, « Les familles princières de l'ancien empire de Russie », vol. 1, p. 4, J. Ferrand, 1980. (ASIN B000XADZ1I)
  2. Située actuellement en Russie près de la frontière septentrionale de l'Ukraine.
  3. Prince Pierre Dolgoroukov, « Mémoires », p. 80, Cherbulier et Georg, Genève, 1867.
  4. En Russie, les serfs étaient parfois désignés du nom de leur maître ou de la terre auxquels ils étaient attachés.
  5. « Le premier cosmonaute a déclaré dans sa conférence de presse à Moscou qu'il n'y avait rien de commun entre lui et les princes Gagarine. […] Avec un visible dédain (« il n'y a pas de princes dans ma famille ») l'homme du peuple se défend d'être confondu avec ses homonymes. » in Revue Esprit, vol. 29, 1961, p. 276.
  6. « J'ai entendu dire […] que vous avez l'intention de faire une expédition vers le pays ou les îles opposés à l'embouchure de la rivière Kolima, mais que vous hésitez à le faire sans en avoir l'ordre. En cette occurrence, je crois nécessaire de vous engager à le faire. Si vous découvrez d'autres îles, prenez en soin. […] Je vous écris ceci sur ordre de Sa Majesté le tsar. » Lettre au voïvode Trauernicht (28 janvier 1711), in Hubert Howe Bancroft, « Histoire de l'Alaska », Œuvres complètes, vol. XXXIII, p. 28, A.L. Bancroft & Company Publishers, San Francisco, 1886. lire en ligne (page consultée le 25 novembre 2010)
  7. Prince Pierre Dolgoroukov, op. cit., p. 81-84.
  8. Parmi les ordres qu'il envoie, sa première lettre au chef de l'expédition lui commande de « faire une enquête diligente sur les iles situées à l'opposé de l'embouchure de la Kolima et la terre du Kamtchatka, savoir quels peuples y habitent, sous quelles lois ils vivent, quelles sont leurs activités. » In Hubert Howe Bancroft, op. cit., p. 27.
  9. Hubert Howe Bancroft, op. cit., p. 27.
  10. En 1917, son portrait accroché dans la maison de sa sœur, la princesse Tatiana, sauve celle-ci d'une arrestation. Le chef bolchevik venu l'emmener souligne avoir servi sous les ordres de son frère, « un vrai chic type », et demande à ses hommes de se retirer. In Prince Grégoire Grégorièvitch Gagarine, site officiel des princes Gagarine lire en ligne (page consultée le 26 novembre 2010)
  11. Princess Anna P. Gagarina, galerie du site officiel des princes Gagarine lire en ligne (site consulté le 26 novembre 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Site officiel des princes Gagarine