Famille Fratellini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Image représentant deux personnes Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille Fratellini.

La famille Fratellini est une famille d'artistes de cirque d'origine italienne, dont trois frères, Paul, François et Albert, furent des clowns mondialement célèbres entre 1909 et 1940.

Le trio Fratellini en 1932

Les racines familiales[modifier | modifier le code]

Giuliano Fratellini est né en 1745, il s’est marié à Maria Maddalena Di Angelo ; leur fils, Annibale Gaspero Fratellini, est né en 1765, et s’est marié à Anna Vittoria Neri ; le couple a eu cinq enfants dont Giovacchino Fratellini. Giacchino Fratellini (1791-1904), marié à Giuseppa Gozzini eurent six enfants dont Enrico Gaspero, né à Florence le 18 juin 1842. Après avoir assisté à une représentation du Circo Truzzi, Enrico Gaspero s’enfuit pour rejoindre une troupe de saltimbanques. Il n’a que dix ans et est vite repris. Patriote italien rebelle, il fut un compagnon de Giuseppe Garibaldi et prit part avec lui à l'unification de l'Italie, il est fait prisonnier. Il profite de « ce temps libre » pour cultiver la gymnastique acrobatique. De retour, il se forme à la célèbre école de gymnastique et mimodramatique de Giuseppe Tramagnini à Florence en même temps que Ludovico Pucci (né en 1840), Augusto Frediani (1846-1936) et Carlo Giacchi (né en 1842) avec qui il fonde une petite troupe vers 1868 : les « Cassettoni », qui littéralement signifie les petites casseroles ! Les trois amis travaillent au trapèze, au tapis ainsi que comme clowns. Ils entreprennent leur première tournée en Italie.
L’américain James W. Myers crée son propre cirque et engage le jeune clown et acrobate aérien, Enrico Gaspero Fratellini, avec lequel il tourne en Égypte. En 1868, Enrico Gaspero rencontre une jeune artiste, Giovanna Pilori qu’il épouse rapidement car elle est enceinte, il a vingt-six ans. Leurs trois premiers enfants meurent jeunes, puis c’est la naissance de Luigi (Louis) Fratellini, le 6 août à Florence, qui est l’aîné de la fratrie. Ses sept premières années, Luigi les passe sous la garde de sa mère et de sa grand-mère, son père étant en tournée sur les routes. Après Luigi suivront six autres naissances au cours des différentes tournées : Luigi, Rafaelo, Paolo, François, Pietro, Antonio et Valentino-Alberto. C’est la deuxième génération de la dynastie Fratellini. L’histoire du cirque ne retiendra que quatre de ces sept frères.

1873 marque les débuts du travail de Luigi avec son père Enrico Gaspero au Circo Fassioni en Sicile. En 1875, La Real Compañia equestre Italiana dirigée par le caballero David Guillaume donne des représentations, en Amérique du Sud. Une Entrata jimnástica de las escaleras por los señores Fratellini, Turri, Romoli i Giacchi figure au programme. Puis en 1876 Enrico Gaspero travaille au Chili et en Argentine (toujours avec Romoli et Giacchi) dans la compagnie du Cirque Guillaume (célèbre famille banquiste). Enrico Gaspero est volage et oublie femme et enfant. il gagne bien sa vie, mais au moment où l’Italie lui manque et qu’il veut rentrer, il se fait voler toutes ses économies (1 500 lires) par une jolie femme. Voulant les récupérer dans un « bouge », il se fait passer à tabac. C’est grâce aux autorités consulaires qu’il est rapatrié (en marchant péniblement avec des cannes). À son retour d’Amérique, Luigi (son aîné) a sept ans, son séjour américain l’a tellement marqué qu’il jette à la mer son matériel de trapéziste et sa vie durant il répétera et fera promettre à ses enfants de ne jamais aller travailler en Amérique : les quatre frères respecteront toute leur vie cette exigeante promesse. C’est en 1876 que naït Rafaelo, deuxième fils d’Enrico Gaspero, qui a trente-quatre ans. L’année suivante, ce sera une tournée italienne (mais cette fois, avec sa femme et ses enfants) au Circo Fassio. Le 4 août, c’est la naissance à Catane en Sicile, de Paolo (Paul) Fratellini, troisième enfant d’Enrico Gaspero. Premier contrat à Paris au Cirque d'été de Paris où débutent les Fratellini, « clowns italiens » (en réalité Gustave et ses partenaires, Romoli et Giacchi). Au même programme figurent une cavalerie de sept chevaux de M. Loyal et Billy Hayden, clown excentrique. En 1878 Gustave quitte l’Italie, (il ne sait pas qu’il mourra sans y retourner). Après des engagements à l’Hippodrome de Paris et au Circus Hengler à Londres (toujours avec ses deux partenaires), il travaille ensuite au Cirque Fernando, à Paris. Le 19 janvier 1897, naît à Paris François Fratellini, quatrième fils de Giovanna Pilori et d’Enrico Gaspero, dit Gustave Fratellini. Luigi a onze ans et il travaille en piste (avec son père) au Cirque des Champs-Élysées. On le renomme Louis. Les Fratellini sont maintenant deux : Gustave et Luigi, toujours avec leurs deux partenaires, Romoli et Giacchi. En mai, au programme de l’Hippodrome du Pont de l’Alma à Paris apparaissent Geronimo Medrano, le numéro de trapèze de Baptiste Gillardoni, Louis Fratellini dans son numéro de jockey et M. et Mme Bradbury et Eliza Petzold, écuyers d’école. Suivent des engagements à Londres, au Circus Hengler, au Cirque Fernando qui tourne en Belgique et au Circus Corty Althoff. Le 22 avril 1882, naît Pietro, cinquième enfant d’Enrico Gaspero et de Giovanna Fratellini Pilori. Et l’année suivante, c’est la naissance d’Antonio, leur sixième enfant. Le 27 janvier 1885, alors qu’ils sont en engagement au Circus Salamonsky, naît à Moscou, Valentino-Alberto (Albert) Fratellini, septième enfant de Gustave (qui a alors quarante-deux ans) et de Giovanna Fratellini. Les contrats de la famille s’enchaînent, mais avec une certaine prédilection pour l’Europe du Nord et la Russie. Enrico Gaspero meurt à Paris le 29 décembre 1902.

Le trio culte[modifier | modifier le code]

Les frères Fratellini en 1930

Luigi (Louis) Fratellini, né à Florence (Italie) le 6 août 1868 et mort à Varsovie (Pologne) en novembre 1909. Il a épousé Alexandrine Prosperi et ils ont eu cinq enfants dont plusieurs firent carrière au cirque.

Paolo (Paul) Fratellini, né à Catane (Italie) le 18 janvier 1877 et mort au Perreux (France) le 18 juin 1940, s’est marié à Gladys Kenworthy ; ils ont eu six enfants dont plusieurs firent une carrière au cirque. La plus célèbre de ses petites-filles était Anny dite Annie Fratellini, (fille de Victor).

François Fratellini, né à Paris le 18 janvier 1879 et mort au Perreux-sur-Marne le 19 juin 1951, s’est marié à Jeanne Peres. Le couple a eu quatre garçons : Enrico, Albertino, Paolino et François. Puis ils adopteront une fille, Ferdinanda. Trois des garçons travailleront sous le nom des Pierrots de Villette, puis à quatre sous le nom des Kraddocks.

Valentino-Alberto (Albert) Fratellini né le 27 janvier 1885 à Moscou (Russie) et mort le 25 juin 1961 à Épinay-sur-Seine. Albert s’est marié à Amalia di Palma ; ils ont eu une fille Alberta-Luisa, mariée au directeur de cirque néerlandais Ernest Carré.

Pour les quatre frères Fratellini, les contrats affluent et, en 1909, deux propositions différentes arrivant qui concernent la même période, les frères décident pour la première fois de se séparer. Valentino-Alberto, qui se fera prénommé Alberto et François travailleront à deux et vont au Circus Schumann, en Allemagne, alors que Luigi et Paolo travaillent à Copenhague, puis à Varsovie, au Circus Ciniselli.

En novembre Luigi meurt à Varsovie, de la variole noire, il n'a que quarante-et-un ans. Paolo termine seul le contrat. À la suite de cette tragédie, le clan se resserre, Alberto et François accueillent leur frère Paolo et créent ainsi le trio qui les rendra célèbre. Ils font bourse commune et s’occupent de la veuve et des enfants laissés par Luigi. Le trio débute au Zirkus Busch, de Berlin ; puis s’en vont chez Ciniselli à Saint-Pétersbourg, au Circusz Beketow à Budapest et au cirque Nikitine à Moscou. Les contrats s’enchaînent, ils travaillent à travers toute l’Europe.

En 1914, le trio signe un contrat d’une année renouvelable avec Madame Medrano, mais la guerre survient et les cirques ferment. Ils retrouveront néanmoins le cirque stable Medrano où ils seront pensionnaires de 1915 à 1924. Le spectacle se renouvelle toutes les deux semaines, les Fratellini aussi. C’est à cette période que naissent maintes entrées clownesques impliquant souvent tous les enfants et petits-enfants des trois frères.

Les trois frères ont tourné ensemble pendant trente-et-un ans, partout en Europe pour imposer leur génie comique. Originaux et novateurs, ils adaptent pour le jeu à trois des entrées jusqu’à présent interprétées par le duo classique du clown blanc et de l’auguste. En modifiant ainsi l’action et l’intrigue des sketchs, ils redessinent les caractères des personnages, et créent un comique plus fringant. Ils se produisent dans les plus grands music-halls parisiens et acquièrent une célébrité jamais égalée. Charles Dullin, Jacques Copeau, André Antoine, Firmin Gémier et les comédiens du Français s’inspirent de leur jeu. Jean Cocteau leur écrit en 1920 une farce, Le Bœuf sur le toit, sur une musique de Darius Milhaud et dans des décors de Raoul Dufy. Raymond Radiguet situe quant à lui une scène de son roman Le Bal du comte d’Orgel (1923) dans leur loge.

Leur engagement au Cirque Medrano, à Paris, le 1er septembre 1915, pendant la Première Guerre mondiale, eut un énorme retentissement et contribua au regain d'intérêt pour le cirque à cette époque. François jouait l'élégant clown blanc, Albert faisait l'Auguste souffre-douleur et Paul, le contre-pitre, qui arborait un habit et un chapeau claque trop grand pour lui, prenait parti pour l'un ou pour l'autre de ses frères, au gré des numéros. Ils se produisirent au cirque, mais aussi au music-hall, à la Comédie-Française, au théâtre Desanti, etc.

Devenus des vedettes à Paris, ils firent l'objet d'une véritable culte de la part de spectateurs, qui se rendaient au cirque uniquement pour voir leurs numéros, dont certains duraient près de trois quarts d'heure. Ils suscitèrent une abondante production de livres, illustrés, affiches, objets publicitaires. Ils furent également prisés des artistes et intellectuels parisiens comme Jean Cocteau, Raymond Radiguet (qui en firent des personnages de leurs œuvres), Charles Dullin, Jacques Copeau... Ils inspirèrent aussi Picasso, Derain, Dufy,Gimel...

La loge des Fratellini[modifier | modifier le code]

« On se rendait dans leur loge comme dans celle d'une danseuse.

Il y avait là des épaves grandioses, des objets dépouillés de leur signification première, et qui, chez ces clowns, en prenaient une bien plus haute. Pour rien au monde, M. et Mme d'Orgel ne se fussent dispensés, étant au cirque, de cette visite aux clowns. Pour Anne d'Orgel, c'était se montrer simple. »

— Raymond Radiguet, Le Bal du comte d'Orgel (roman), 1924

François Fratellini[modifier | modifier le code]

Le 14 novembre 1905, François Fratellini se marie avec une jeune écuyère : Jeanne Pérès (née le 29 janvier 1880). Son père, Jean Pérès, est né en Belgique en 1821, sa mère Rosalie Françoise Magnon est écuyère et maître de ballet, elle est née en 1837, à Neuchâtel en Suisse. Les parents de Rosalie Françoise sont Louis Jacques Magnon et Françoise Hortense Longuemare.

François et Jeanne Fratellini auront quatre garçons : Enrico (Kiko) né à Berlin, le 10 novembre 1906; Albertino (Bertho) né Londres, le 10 février 1909 ; Paolino (Popol) né à Moscou, le 28 janvier 1913 et François (Baba) né à Paris le 27 mai 1914. De plus, Jeanne et François adopteront une fille, (originaire, comme eux, de Florence en Italie) : Ferdinanda née le 5 mars 1922.

C’est au cirque Medrano que se produisent pour la première fois les trois fils aînés de François : Henri, Paul et Albertino, dans un numéro d’acrobatie nommé Les Pierrots de Willette. (Willette en hommage au peintre Montmartrois, ami de la famille).

Les années passent, les personnages des Pierrots sont des enfants, nous arrivons en 1932, ils sont devenus des hommes... Alors on réfléchit, s’habilleront-ils en toréadors? en ramoneurs ? en tyroliens ?... Leur mère leur suggère des costumes de marins... dans ce même temps, ils vont au cinéma et voient le Capitaine Craddock, une comédie musicale allemande, réalisée par Hans Schwarz, mettant en scène des personnages de marins, on connaît la chanson Les gars de la marine popularisée par les Comedians Harmonists... Pour éviter la confusion avec le film ont change le C par un K, ce sera les Kraddock qui quelquefois s’ornera d’un «s» final.

Travaillant ensemble les Fratellini (les parents) et les Craddock (les enfants) vont bientôt faire routes séparées. En 1935 les Fratellini retrouvent la «route» avec le chapiteau de Medrano Voyageur puis travaillent au cirque stable de la rue des Martyrs à Paris, alors que les enfants partent travailler avec une grande revue à travers tous les États-Unis. Ils reviendront en France 1939, mais pour une courte durée, la guerre commence, ils partent pour l’Espagne.

En 1940, alors que les troupes de l’armée allemande entrent dans Paris, Paul Fratellini meurt… Il y aura bien quelques tentatives d’engager d’autres partenaires pour le remplacer et reformer un trio, mais ce ne sera jamais plus pareil, le trio fraternel a vécu.

Les Fratellini junior[modifier | modifier le code]

C’est aussi en 1940 qu’Albertino atteint du typhus meurt à Madrid. Les Craddock restent en Espagne et au Portugal. Albertino ne sera jamais remplacé, les frères ne travailleront plus qu’à trois. C’est en Espagne, à Madrid que François (Baba) épousera, le 5 novembre 1939, sa sœur adoptive Ferdinanda, le couple aura deux enfants, Henriquetta née à Madrid, en 1941 et Albertino dit Tino née à New York, en 1947.

C’est le 19 juin 1951 que François Fratellini s’éteint entouré de toute sa famille.

Les Craddock, veulent faire revivre le trio clownesque familial et c’est le 14 avril 1956 au Radio Théâtre, qu’apparaissent pour la première fois le trio Fratellini junior, ils reprennent les plus célèbres entrées de leurs aînés (la Corrida, la Cavalerie du clown, la Poupée mécanique), sans jamais les copier, mais les Craddock sont aussi au programme. Du 11 novembre 1958 au 1er mars 1959, les Fratellini (avec les deux numéros) vont travailler en Russie et en Chine, dans le cadre d’échange culturel, c’est la première fois que des occidentaux se produise dans ces deux pays communistes aux portes extrêmement fermées.

Fin octobre 1961, c’est la dernière représentation des Craddock au Hansa Theater de Hambourg. Mais le trio clownesque continuera jusqu’au 19 mars 1964, lorsque Popol, meurt d’une crise cardiaque. Le spectacle continue, Kiko reprend le personnage d’auguste de Popol et Gino (fils de Kiko) celui de clown du trio. Le 31 mars 1968, Kiko, malade s’éteint à son tour, et c’est la fin du trio des Fratellini junior.

La dynastie de François Fratellini[modifier | modifier le code]

Les fils de François Fratellini sont : Enrico dit Kiko Fratellini (1906-1968) s’est marié à Suzanne Carteau, ils ont eu deux enfants.

Albertino dit Berto Fratellini (1909-1940) s’est marié à Alexandrine Voronianski; ils ont eu deux enfants.

Paolino dit Popol Fratellini (1913-1954) s’est marié à Gladys Robinson; ils ont eu une fille.

François dit Baba Fratellini (1914-1981) s’est marié avec sa sœur adoptive Ferdinanda; ils ont eu deux enfants à savoir Enriquetta et Albertino.

Enriquetta Fratellini (1941-1998) s’est mariée à Stefano Guarneri; ils ont eu un garçon.

Albertino dit Tino Fratellini (1947-1994) s’est marié à une danseuse : Carol Tippetts; ils ont eu deux enfants, Rebecca et Francesco.

Baba Fratellini avec différents partenaires dont son fils Tino, travaille au cirque Bouglione, où le 5 octobre 1970, l’on fête ses cinquante ans de piste à Bruxelles.

Par la suite, Baba et son fils partent en engagement, en Italie ou Tino rencontre sa future femme, Carol, qui fait partie du ballet du cirque et participe à différents numéros.

Baba Fratellini, travaille, pendant neuf ans, en Italie, aux Circo Darix Togni et Cesare Togni, avec son fils Tino et Carol, la future femme de ce dernier. Baba, malade, doit arrêter la piste. Tino et Carol terminent seuls l’engagement familial.

De retour en France, (pour être plus près de Baba) Tino et Carol Fratellini sont engagés pour la saison 1979-1980 du Cirque à l’Ancienne Alexis Grüss. Au cours de huit saisons qui suivent, on a pu les voir tous deux en piste dans maints numéros allant de l’acrobatie à la comédie clownesque, de la barre russe à l’acrobatie à cheval. Au Cirque Alexis Grüss on est polyvalents, et Tino y développe un incontestable génial talent d’Auguste.

Avec le Cirque à l’Ancienne Alexis Grüss, outre les hivers parisiens, Carol et Tino Fratellini parcourent la France, effectuent des tournées aux Pays-Bas, travaillent à Berlin, à Furuvick (Suède), ce cirque fut même le seul à se produire à Venise (Piazza San Angelo) lors du Carnaval. La fin de la douzième saison sera noire pour le Cirque Alexis Grüss qui se termine, en tristesse. La politique politicienne, le changement de gouvernement, (la droite succédant à la gauche et ne renouvelant pas l’expérience de Cirque National), contraint la direction à des licenciements drastiques. C’est ainsi que les Grüss-Bouglione, les Reichenbach, les Bogino-Reyes, les Dufresnoy (Casaly’s) et les Fratellini enterrent, en grandes pompes, le Cirque National, dimanche 15 février 1987 au spectacle de 17h30.

«Une des plus belles aventures artistiques victime des fossoyeurs officiels», titre le quotidien L’Humanité, en présence (entre autres) de Mme Danièle Mitterrand, du comédien Roger Hanin et du comique Raymond Devos. Firmin Grüss, âgé alors de six ans, de s’exclamer : « … et bien, il y a autant de monde qu’à la première !»...

Tino Fratellini[modifier | modifier le code]

La séparation est déchirante, Alexis Grüss ne veut pas laisser partir son ami, mais Tino est contraint de faire vivre sa famille et fait (à contrecœur) ses valises, il s’en va, avec son épouse Carol et leur fille Rebecca (née en 1982), entamer une nouvelle aventure, au Cicus Roncalli, en Allemagne. Tino y sera un maître de manège dont le public se souviendra longtemps. Il fera aussi partie des entrées clownesques avec Bernhard Paul, Cervantes, Angelo Muñoz et Francesco Caroli ; ainsi qu’avec Petit Gougou et Eddy Sosman et enfin avec Pipo (Sosman) et Gaston (Häni). Tino fera même le clown et endossera, en 1999 le costume pailleté dont la silhouette et la prestance ne sera pas sans rappeler celle de son grand-père François.

C’est aussi chez Roncalli qu’est né le si drôle numéro de main à main d’acrobates 1900 de Tino et Toni. C’est juste après que Tino et son partenaire Toni (Antonio de Jesus Feirreira) remportèrent une Étoile d’Argent au premier Festival du Cirque de Vérone et dans la foulée un Clown d’Argent au Festival international du Cirque de Monte-Carlo, le 5 mars 1992 que Carol Fratellini met au monde son fils Francesco.

Francesco Fratellini[modifier | modifier le code]

Malheureusement le fils connaîtra trop peu son père. Alors qu’il est en engagement à Artisten Tiere Attractionnen (ATA), à Vienne, en février 1994 ou il interprète une entrée clownesque avec Pipo et Gaston, Tino Fratellini est pris de violents maux de ventre, on doit l’hospitaliser et l’on diagnostique un cancer. Après une lourde opération, Tino rejoindra, pour sa convalescence, le Circus Roncalli, mais il n’entrera plus sur la piste où il travailla huit ans, et c’est le dix septembre que Tino s’éteint à Cologne. Carol et ses enfants deviennent, par la force des choses sédentaires. Les années passent, Rebecca poursuit ses études, passe son bac et est engagée comme apprentie écuyère au Cirque National suisse Knie.

Pour vraiment apprendre et pratiquer «le métier», son frère Francesco rejoint l’Accademia d’Arte Circense (Académie des Arts du Cirque) de Vérone en Italie.

Une vraie école de cirque, voulue et créée par des directeurs de cirque, dirigée par des hommes de cirque, avec des professeurs de cirque et des élèves issues de familles de cirque !

À Vérone, l’arrière-petit-fils de François Fratellini est en bonne compagnie avec quatorze des arrières-petits enfants de Ferdinando Togni (American Circus) ; ainsi qu’avec deux petites-filles de Darix Togni (Circo Florilegio) ; ainsi qu’avec quatre enfants de la famille du Circo Rossi et un petit-fils du grand clown Pipo Sosman ; toutes des familles de cirques chargées d’histoires et de légendes.

Francesco est repéré et de suite engagé par Alexis Grüss, le 19 novembre 2009 c’est la première à Paris de Pampa au Cirque National Alexis Grüss et après Enrico Gaspero ; François ; Baba et Tino, Francesco Fratellini, à son tour, foule la sciure de cette piste, exactement trente ans après que son père y est lui-même entré et ceci n’est pas dépourvu de nostalgie.

Rebecca et Francesco sont les deux seuls Fratellini descendant de la grande dynastie des Fratellini qui travaillent en piste.

Annie Fratellini[modifier | modifier le code]

  • Annie Fratellini, née à Alger le 14 novembre 1932, morte à Paris le 30 juin 1997, est la première femme à jouer l'auguste. Elle se maria une première fois avec le musicien Philippe Brun, fit un deuxième mariage avec le cinéaste Pierre Granier-Deferre (dont elle a une fille, Valérie, née le 2 janvier 1960). En troisièmes noces, elle a épousé l'acteur et réalisateur Pierre Etaix. Ils créèrent ensemble, en 1974, l'École nationale du cirque Annie Fratellini.

Annie Fratellini repose au cimetière Montmartre.

À savoir[modifier | modifier le code]

La famille Fratellini a un caveau au cimetière de Pantin et un autre au Perreux.

Il n'y a qu'une seule rue qui porte le nom des Fratellini dans toute la France, elle se situe au Perreux-sur-Marne. Il existe néanmoins une rue Annie Fratellini située aux abords de l'Académie Fratellini, centre international des arts du spectacle, à la Plaine Saint-Denis (93).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]