Famille Bronfman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Image représentant deux personnes Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille Bronfman.

La famille Bronfman est une famille d'influence qui est devenue célèbre avec Samuel Bronfman, lequel a fait fortune dans la boisson alcoolisée au cours du XXe siècle avec la compagnie Seagram. La plupart de la famille est basée à Montréal (ou Westmount) et à New York.

Membres[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

En 1952, Samuel et Saidye Bronfman mettent sur pied une fondation familiale, l'une des plus importantes en matière d'octroi de bourses privées. Leur premier objectif est d'encourager l'initiative et l'esprit d'entreprise parmi les Canadiens. De plus, le couple aide généreusement l'Université McGill à construire un pavillon portant son nom. Il sera aussi un généreux donateur au Musée des beaux-arts de Montréal.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • (en) Peter Charles Newman, Bronfman dynasty: the Rothschilds of the new world, McClelland and Stewart,‎ , 318 p.
  • (en) Glenn Fowler, « Baroness Aileen Bronfman de Gunzburg, 60 », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  • Rédaction Le Monde, « Dissolution de l'empire des frères Bronfman », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • (en) Michael Robert Marrus, Samuel Bronfman: The Life and Times of Seagram's Mr. Sam, University Press of New England [for] Brandeis University Press,‎ , 551 p..
  • Rédaction Le Monde, « Seagram : Edgard Bronfman J. succède à son père au poste de directeur-général », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Harry Bellet, « La femme qui a sauvé Montréal », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • (en) Michael Newton, The Encyclopedia of Kidnappings, Infobase Publishing,‎ , 385 p. (lire en ligne), p. 40.
  • Martine Orange, « Edgar Bronfman veut remettre la main sur les studios Universal », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Eric Leser, « Time Warner choisit Edgar Bronfman pour reprendre ses activités musicales », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Rédaction Le Monde, « Vivendi Universal : Edgar Bronfman et Edgar Bronfman Jr ont démissionné de leurs postes d'administrateurs du groupe français », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Anne Pélouas, « Edward Bronfman, un empereur torontais », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • (en) Nicholas Faith, The Bronfmans: The Rise and Fall of the House of Seagram, Macmillan,‎ , 352 p. (lire en ligne).