Falaise (Ardennes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Falaise (homonymie).
Falaise
Mairie de Falaise
Mairie de Falaise
Blason de Falaise
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Ardennes
Arrondissement Arrondissement de Vouziers
Canton Canton de Vouziers
Intercommunalité Communauté de communes de l'Argonne Ardennaise
Maire
Mandat
Jacques Lantenois
2014-2020
Code postal 08400
Code commune 08164
Démographie
Population
municipale
339 hab. (2011)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 22′ 45″ N 4° 43′ 48″ E / 49.3792, 4.7349° 22′ 45″ Nord 4° 43′ 48″ Est / 49.3792, 4.73  
Superficie 9,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Falaise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Falaise

Falaise est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Falaise est en haut d'une falaise de gaize de plus de 100 mètres. Exposé au vent, le village connaît des hivers vigoureux et longs, et des étés courts. L'épaisse couche de neige qui recouvre habituellement la campagne environnante durant les mois hivernaux offre une protection naturelle aux nombreux vergers de Falaise ; en effet, le village est aussi réputé pour ses quetsches, ses mirabelles et ses prunes vendues aux marché de Vouziers, d'Attigny, de Rethel et jusqu'à Reims.

Histoire[modifier | modifier le code]

D'après des archives datant d'avant la Révolution française, Falaise tirerait son nom de la grande falaise blanche au sommet de laquelle le village est perché. Longtemps cet emplacement privilégié a fait de Falaise un endroit stratégique, d'abord au Ier siècle av. J.-C., pendant la campagne des Gaules de Jules César. Le fameux général romain n'est pas venu en personne, mais son bras droit Labienus a campé en haut de la falaise pendant plusieurs mois en attendant le départ des Germains qui occupaient la vallée. Puis, au cours des Ve et VIe siècles de notre ère, ce furent les Vandales et les Burgondes qui tentèrent d'attaquer le village.

Une rumeur non vérifiée prétend qu'une épouse de Charlemagne (dont un des palais se trouvait à Attigny, non loin de là) avait coutume de passer ses étés à Falaise, réputée pour son eau de grande qualité.

Au XVIe siècle, Falaise (Falloise) était la seigneurie de la famille d'Orthe (ou d'Ort), riche famille protestante qui y possédait une maison forte.

Pendant la Révolution française, les troupes autrichiennes pillèrent l'église datant du XIIe siècle et la légende veut que saint Benoît ait arrêté le bras du canonnier qui avait ordre de tirer sur la nef centrale.

Au cours des deux guerres mondiales, Falaise ne fut guère épargnée. Le Kronprinz y a fait construire en 1916 un bunker appelé « die Zane », et en 1944 les commandos américains franchirent l'Aisne pour délivrer le village.

Falaise a aussi longtemps été un passage obligé pour les voyageurs désireux de traverser l'immense forêt d'Argonne, par la trouée de la Croix-aux-Bois. Il reste de cette époque pas si ancienne quelques auberges, converties depuis en fermes ou en logements. La plus remarquable se trouve en avant de l'église, il ne reste de sa devanture d'origine qu'une pierre de taille ornée d'une coupe et d'un cheval.

Outre la fruiticulture, Falaise s'enorgueillit de ses élevages de vaches que l'on peut voir traverser le village quotidiennement, à la grande joie des enfants qui récoltent les bouses séchées pour en faire des statuettes, une autre spécialité locale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 René Busquet[1]    
mars 2014 en cours Jacques Lantenois    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 339 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
456 496 492 482 511 536 534 566 550
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
562 498 518 509 486 527 452 457 508
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
470 352 375 372 344 338 349 322 306
1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 - -
269 253 326 326 342 346 339 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Falaise

Les armes de Falaise se blasonnent ainsi :

tranché au 1) d’argent au lion de gueules posé sur le trait de la partition et un pont d’une arche d’azur mouvant de la pointe et des flancs, au 2) de sinople à l’étoiles d’or[4].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Bunker du Kronprinz à « La Zane »
  • Église romane du XIIe siècle
  • Gouffre dit « le froyon du Falaira », une cavité naturelle de plus de 50 m de profondeur
  • Point de vue sur la vallée de l'Aisne
  • Tour de Champagne, un vestige de l'époque franche dont il reste un pan de mur noir qui domine le village
  • Ferme de Sisale-près-de-Bagot, un élevage d'émeus et d'autruches, le seul dans les Ardennes
  • Chapelle allemande de 1917 rénovée en juillet 2014
  • Monument à la gloire de Dieu, rénové récemment

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Arthur Rimbaud, né à Charleville, ayant vécu à Roche, poussait ses promenades jusqu'à la grand-place de Falaise où il se reposait sous le marronnier.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin (fichier au format PDF)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  4. Banque du Blason

Liens externes[modifier | modifier le code]