Fair Game (film, 2010)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fair Game.

Fair Game

Réalisation Doug Liman
Scénario Jez Butterworth et John Butterworth
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 2010

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Fair Game est un film américain réalisé par Doug Liman, sorti en 2010. Inspiré de l'Affaire Plame-Wilson et du livre Fair Game: My Life as a Spy, My Betrayal by the White House de Valerie Plame, il a été sélectionné en compétition officielle pour le Festival de Cannes 2010.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Valerie Plame, agent de la CIA au département chargé de la non-prolifération des armes, est chargée d'une enquête sur l'existence ou non d'un programme d'armement nucléaire en Irak. Son mari, le diplomate Joseph Wilson, spécialiste dans les questions africaines, se voit confier une mission qui doit prouver si l'Irak a acheté de l'uranium enrichi au Niger. Les conclusions de son rapport sont claires : il est impossible que de l'uranium ait pu quitter le Niger pour l'Irak sans que les autorités américaines ne le sachent. Mais lorsqu'il entend que George W. Bush, justifie la Guerre en Irak, par l'achat d'uranium en provenance du Niger par Saddam Hussein, Joseph Wilson décide de révéler la vérité de son rapport dans les plus grands journaux américains. C'est alors le début d'un lynchage médiatique de Joe et sa femme, dont la véritable identité est révélée, par l'administration Bush. Son identité étant révélée, Valerie est contrainte de quitter la CIA et commence alors pour elle un combat pour réhabiliter son identité, pour sauver ses contacts en Irak et pour sauver sa famille.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Remarque : Pour sa version française, le directeur artistique de ce film a choisi de remplacer les voix habituelles de Sean Penn et Naomi Watts (respectivement Emmanuel Karsen et Hélène Bizot), engendrant la colère des fans et une campagne de boycott sans précédent.

Source et légende : Version française (V. F.) sur AlloDoublage[1]

Analyse[modifier | modifier le code]

L'introduction d'images d'archives des discours de G.W. Bush et de Valerie Plame (les dernières images du film sont le début de l'audition de Valerie Plame au Congrès américain) ont pour but d'ajouter un degré de réalisme.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche de doublage V. F. du film » sur AlloDoublage, consulté le 6 juin 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]