Fains-la-Folie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fains-la-Folie
Carte de Fains-la-Folie et des communes limitrophes.
Carte de Fains-la-Folie et des communes limitrophes.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Chartres
Canton Voves
Intercommunalité Communauté de communes de la Beauce vovéenne
Maire
Mandat
Philippe Voyet
2014-2020
Code postal 28150
Code commune 28145
Démographie
Population
municipale
320 hab. (2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 13′ 31″ N 1° 38′ 26″ E / 48.2253, 1.640648° 13′ 31″ Nord 1° 38′ 26″ Est / 48.2253, 1.6406  
Altitude Min. 132 m – Max. 146 m
Superficie 21,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fains-la-Folie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fains-la-Folie

Fains-la-Folie est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Fains.
Fin. n. f. Vers 975. Variante : Faim, Fains, Feings. Latin classique fines, pluriel de finis = frontière, borne, limite d’un champ, au pluriel : confins ; ancien français fins = frontières, limites (FEW, III, 561b). Dans la langue usuelle du VIIe s., fines servit à désigner des domaines situés à la frontière des civitates et des pagi ou à la limite des villae et des vici, car l’idée de limite s’associait tellement à celle de domaine que finis devint le synonyme de villa ; le datif-ablatif pluriel finibus aboutit régulièrement à finiis, et à fins ou fains, avec consonnification du i en hiatus. Le s final est étymologique. La forme fames = faim est une latinisation de la forme romane incomprise.
Fames, vers 1130 (Bibliothèque nationale de France-Ms Latin 9223 Cartulaire Notre-Dame de Josaphat, p. 44) ; Fenae, 1247 (Archives Départementales d'Eure-et-Loir-G, chapitre Notre-Dame de Chartres) ; Feins, 1264 (Bibliothèque nationale de France-Ms Latin 9223 Cartulaire Notre-Dame de Josaphat) ; Fains, 1300 (Bibliothèque Municipale de Chartres, Ms 24, Polyptyque du chapitre Notre-Dame de Chartres) ; Fains, décembre 1352 (Archives Nationales-JJ 81, n° 539, fol. 274) ; Fains, janvier 1419 (Archives Nationales-JJ 170, n° 285, fol. 238 v°) ; Faings, 1446 (Archives Départementales d'Eure-et-Loir-G 907) ; Fains, octobre 1461 (Archives Nationales-JJ 198, n° 109, fol. 99 v°) ; Fains, 1592 (Archives Départementales d'Eure-et-Loir-G 136) ; Faings, 1740 (Bibliothèque Municipale d’Orléans, Ms 995, fol. 75) ; Fains, XVIIIe s. (Carte de Cassini).

La Folie-Herbault.
Bas latin folia = feuille, pluriel neutre de folius, pris pour un féminin singulier : transcription du français folie en latin. Dès 1185, ce nom représente une altération, d’après fou = hêtre, de feuillée = abri de feuillage, écrit folie ; puis, folie étant compris comme action extravagante, vers 1283, ce nom désigne une construction coûteuse, un domaine qui ruina son propriétaire ; enfin, avant 1640, une maison de campagne où l’on vient s’amuser, faire des folies, sens justifié par l’idée de dépenses extravagantes qu’elle nécessite, construction et entretien : Aucunes maisons des bourgeois [d’Orléans] sont si belles et basties superbement que, pour estre de peu de revenu à leur maistre, l’on les appele par ce nom de folie, y joignant le nom du seigneur et maistre (Le Maire, Histoire et antiquitez de la ville et duché d’Orléans, 1648, p. 29). La variante latine stulticia prouve que le mot folie était déjà incompris fin XIe s. et que le clerc, dont le français est la langue maternelle, traduit folie par son latin appris, donc savant. Paysage de Gâtine.
Herbault. Bas latin Heribaldus, heri, variante de hari = armée, et bald = audacieux ; nom de personne d’origine germanique.
Stultitia Herlebaldi, vers 1123 (Bibliothèque nationale de France-Ms Latin 9223 Cartulaire Notre-Dame de Josaphat, p. 23) ; La Folie Herbaut, 1288-1696 (Archives Départementales d'Eure-et-Loir-G 136) ; Folia Herbaldi, 1289 (A.D. 28-Abbaye Notre-Dame de Josaphat) ; Folia Helebault, 1302 (Cartulaire du Grand-Beaulieu) ; Folia Herbaudi, 1358 (Archives Départementales d'Eure-et-Loir-G 907) ; Folia Halbaudi, 1359 (Archives Départementales d'Eure-et-Loir-G 907) ; La Folie Herbault, 1740 (Bibliothèque Municipale d’Orléans, Ms 995, fol. 104) ; La Folie Herbault, XVIIIe s. (Carte de Cassini) ; La Folie, hameau, 1835 (Cadastre) ; La Folie, 1933 (Cadastre).

Réunion réalisée de Fains d’avec La Folie-Herbault sous le nom de Fains-la-Folie par Ordonnance Royale du 28 avril 1834 (A.N.-F 2 II Eure-et-Loir 1, plan annexé à la minute). La commune de La Folie-Herbault devient la section E de la nouvelle commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Philippe Voyet    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune de Fains-la-Folie comptait 320 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres chiffres sont des estimations.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
406 299 406 393 446 620 590 631 621
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
650 682 654 583 578 574 561 583 582
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
538 539 516 462 474 448 437 459 405
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
384 355 282 281 286 264 321 320 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Jacques[modifier | modifier le code]

Église Saint-Jacques de la Folie-Herbault, Logo monument historique Classé MH (1905)[3].

Fains-la-Folie dans les arts[modifier | modifier le code]

Fains-la-Folie est cité dans le poème d’Aragon, Le conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[4].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Ville fleurie : une fleur attribuée par le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France au Concours des villes et villages fleuris[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  3. « Église de la Folie-Herbault », base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375
  5. Villes et villages fleuris - Eure-et-Loir