Fadrique Álvarez de Toledo y Enríquez de Guzmán

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Don Fadrique Álvarez de Toledo, IV Duque de Alba.

Fadrique Álvarez de Toledo y Enríquez de Guzmán (1537Lisbonne, 11 décembre 1583), également appelé Don Fadrique, est le quatrième duc d'Albe, duc de Huéscar, marquis de Coria et Grand Commandeur de l'Ordre de Calatrava.

Biographie[modifier | modifier le code]

Second fils de Fernando Álvarez de Toledo et de María Enríquez, il hérita du duché d'Albe à la mort de son père. En 1555, il se maria avec Guiomar de Aragón, et en 1562 avec María Pimentel, dont il n'eut pas de descendance[1].

Entre 1557 et 1558, il remplaça occasionnellement son père durant les absences de celui-ci à la charge de vice-roi de Naples[2].

Il avait fait des promesses de mariage à Madeleine de Guzmán, dame de la reine Anne d'Autriche, mais ne les avait pas satisfaites, ce qui lui valut d'être arrêté et emprisonné au château de La Mota, à Medina del Campo, en 1566. Madeleine de Guzmán sera recluse au monastère de Santa Fe de Tolède.

L'année suivante, don Fadrique fut mis en liberté contre l'engagement de servir dans l'armée durant trois ans à la frontière avec Oran et d'être banni de la cour trois années de plus[3], mais en avril 1568, le rencontrant à Murcie, alors qu'il attendait d'embarquer vers Oran, Philippe II commua cette peine pour un nouvelle mission dans les Flandes[4], où son père était à la tête des tercios en tant que gouverneur des Pays-Bas espagnols.

Don Fadrique fut commandant de l'armée de la couronne espagnole aux Pays-Bas espagnols sous les ordres de son père durant la première phase de la guerre de Quatre-Vingts Ans. Il collabora militairement avec celui-ci lors du siège de Mons et était à la tête des troupes qui firent le sac de Malines, Zutphen et Naarden et les sièges de Haarlem et Alkmaar. En 1574, le duc et son fils don Fadrique revinrent à Madrid.

En 1578, à la demande de Madeleine de Guzmán, toujours enfermée, Philippe II ordonna de rouvrir le procès contre don Fadrique, durant lequel ce dernier fut incarcéré au château de Tordesillas et en suite à nouveau dans celui de La Mota. Au cours des enquêtes qui ont été menées, on découvrit que, dans le but d'éviter le mariage avec la plaignante, Fadrique s'était marié en secret avec María de Toledo (fille de García Álvarez de Toledo y Osorio, marquis de Villafranca et vice-roi de Sicile, cousin du duc d'Albe), moyennant une autorisation de son père le duc d'Albe, contrevenant aux dispositions du roi. Fadrique resta enfermé dans sa prison, et son père fut chassé de la cour, d'où il partit en exil à Uceda[5].

En raison de son mauvais état de santé et des précaires conditions de son enfermement, en mai 1580, Fadrique fut libéré de sa prison, à la condition de résider dans la ville de Alba, d'où il lui était interdit de sortir[5].

De son union avec María de Toledo, il eut en 1582 un fils, mort en bas-âge[6]. Lui a succédé dans ses titres de noblesse son neveu Antonio Álvarez de Toledo y Beaumont.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Geneall.net.
  2. Virreyes de Nápoles, en la Colección de documentos inéditos para la historia de España, vol XXIII, pag. 162.
  3. Cédula emitida por Felipe II el 11 de febrero de 1567, permitiendo la salida de don Fadrique de su prisión, op. cit., vol. L, pags. 288-289.
  4. Cédula emitida por Felipe II el 7 de abril de 1568, ordenando a don Fadrique viajar a Flandes, op. cit., pags. 290-291.
  5. a et b Documentos sobre las causas que dieron motivo a la prisión de D. Fadrique, hijo del duque de Alba, y también a la del mismo duque, op. cit., vol. VII, pags. 464-524, y vol. VIII, pags. 483-529.
  6. Cartas de Santa Teresa de Jesús, pags. 26-27.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]