Facteur neurotrophique dérivé du cerveau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le facteur neurotrophique issu du cerveau, Brain-Derived Neurotrophic Factor, aussi connu sous le nom de BDNF, est une protéine[1] qui chez les humains est codée par le gène BDNF[2],[3]. Le BDNF est un membre de la famille des neurotrophines qui sont des facteurs de croissance qui sont proches du Nerve Growth Factor (NGF). On trouve les facteurs neurotrophiques dans le cerveau et dans le système nerveux périphérique.

Fonction[modifier | modifier le code]

Le BDNF agit sur certains neurones du système nerveux central et du système nerveux périphérique. Ils sont impliqués dans la survie des neurones existants. Ils encouragent la croissance et la différenciation de nouveaux neurones et des synapses[4],[5]. Dans le cerveau, il est actif dans l'hippocampe, dans le cortex, le prosencéphale basal. Ce sont des aires vitales pour l’apprentissage, la mémoire et d'autres fonctions cognitives[6]. Le BDNF lui-même est important dans la mémoire à long terme[7]. Le BDNF fut le second facteur neurotrophique qui fut caractérisé après le facteur de croissance des nerfs (Nerve Growth Factor) NGF.

Bien que la grande majorité des neurones dans le cerveau des mammifères soient formés avant la naissance, des parties du cerveau adulte retiennent la capacité de faire grandir de nouveaux neurones à partir des cellules souches neurales dans un processus appelé neurogenèse. Les neurotrophines sont des molécules qui aident à stimuler et à contrôler la neurogenèse. Le BDNF étant l'une des plus actives[8],[9],[10]. Des souris nées sans la capacité de fabriquer du BDNF souffrent de troubles du développement du cerveau et du système nerveux sensoriel et meurent souvent rapidement après leur naissance. Ceci suggère que le BDNF joue un rôle important dans le développement neuronal[11].

Distribution tissulaire[modifier | modifier le code]

Malgré son nom, le BDNF est en fait trouvé dans de nombreux tissus et types cellulaires et pas seulement dans le cerveau. Il est aussi exprimé dans la rétine, le système nerveux central, les neurones moteurs, les reins et la prostate [réf. souhaitée]. Le BDNF est présent à haute concentration dans l'hippocampe et le cortex cérébral. Le BDNF est aussi retrouvé dans la salive humaine[12].

Mécanisme d'action[modifier | modifier le code]

Le BDNF se fixe à au moins deux récepteurs à la surface des cellules, TrkB (prononcez Track B) et le LNGFR (pour low affinity nerve growth factor receptor- récepteur à faible affinité pour le facteur de croissance des nerfs, aussi connu sous le nom p75)[13]. Il peut aussi moduler l'activité de nombreux récepteurs à neurotransmetteurs, notamment l'alpha-7 nicotinic receptor (récepteur alpha 7 nicotinique)[14]. Le TrkB est un récepteur tyrosine kinase (ce qui signifie que ces actions sont médiées via l'addition de molécules de phosphates sur certaines tyrosines de la cellule, ce qui active la signalisation cellulaire). Il y a aussi d'autres Trk récepteurs associés, TrkA et TrkC. Il y a d'autres facteurs neutrophiques proches du BDNF : le NGF (pour facteur de croissance nerveux), le NT-3 (pour neurotrophine-3) et NT-4 (pour neutrotrophine-4). Alors que le TrkB est le récepteur primaire pour le BDNF et le NT-4, le TrkA est un récepteur pour le NGF et le TrkC est un récepteur primaire pour le NT-3. Le NT-3 se fixe au TrkA et au TrkB aussi, mais avec moins d'affinité[13].

L'autre récepteur BDNF, le p75 remplit une fonction un peu moins claire. Quelques chercheurs ont montré que le p75NTR se fixe et sert de « lavabo » pour les neurotrophines. Les cellules qui expriment à la fois les récepteurs p75NTR et les récepteurs Trk peuvent, par conséquent, avoir une plus grande activité, puisqu'elles ont une plus grande microconcentration de la neurotrophine[réf. nécessaire][pas clair]. Il a aussi été montré, cependant, que le p75NTR peut signaler à une cellule de mourir par apoptose. Ainsi, les cellules qui expriment le p75NTR en l'absence de récepteurs Trk peuvent mourir plutôt que vivre en présence d'une neuroptrophine[réf. nécessaire].

Sécrétion[modifier | modifier le code]

Le BDNF est fabriqué dans le réticulum endoplasmique et sécrété à partir des vésicules à cœur dense. Il se fixe à la carboxypeptidase E (CPE) et l'arrêt de cette fixation a été proposée comme cause de la perte de la sortie du BDNF des vésicules à cœur dense. Le phénotype des souris BDNF knock out peut être sévère, avec parfois une léthalité postnatale. D'autres traits incluent la perte de neurones sensitifs qui affectent la coordination, l'audition, l'équilibre, le goût et la respiration. Les souris Knock out peuvent aussi montrer des anomalies cérebelleuses et une augmentation du nombre des neurones sympathiques[15].

L'exercice physique augmente la sécrétion de BDNF au niveau de l'ARNm et de la protéine dans l'hippocampe des rongeurs. Il existerait une augmentation possible de cette neurotrophine après l'exercice physique chez les humains[16],[17].

La caféine améliore la mémoire de reconnaissance et cet effet pourrait être causé par l'augmentation du BDNF et du TrkB immunocontent ? dans l'hippocampe[18].

Génétique[modifier | modifier le code]

La protéine BDNF est codée par le gène aussi appelé BDNF. Chez les humains, ce gène est situé sur le chromosome 11[2],[3], Val66Met dans un SNP polymorphisme mononucléotidique dans le gène où deux allèles existent l'un avec une adénine, l'autre avec une guanine. Ceci entraîne une variation entre la valine et la méthionine dans le codon 66[19],[20].

Le Val66Met est probablement le SNP le mieux étudié du gène BDNF.

Le polymorphisme Thr2lle pourrait être lié au syndrome congénital d'hypoventilation centrale (syndrome d'Ondine[21],[22]. En 2009, on a retrouvé une association entre des variants proches du gène du BDNF et l'obésité dans deux très grandes études d'association génétique de l'indice de masse corporelle[23],[24].

Association avec des pathologies[modifier | modifier le code]

Articles connexes : plasticité neuronale et myélencéphale.

De nombreuses études ont montré un possible lien entre le BDNF et des pathologies comme la dépression[25],[26], la schizophrénie[27], les troubles obsessionnels compulsifs[28], la maladie d'Alzehimer[29], la maladie de Huntington[30], le syndrome de Rett[31], la démence[32], l'anorexie mentale[33] ou la boulimie[34].

De petites périodes d'activité physique peuvent produire une augmentation du BDNF sérique. Cette sécrétion serait bloquée par la pollution atmosphérique[35]. Chez les rongeurs, l'expression génique du BDNF dans le cerveau pourrait aussi être diminuée après l'exposition à la pollution de l'air[17],[36].

L'augmentation des niveaux de BDNF peuvent induire un changement dans la récompense dépendante aux opioïdes quand elle est exprimée dans l'aire tegmentale ventrale chez les rats[37].

Dépression[modifier | modifier le code]

L'exposition au stress et à l'hormone du stress, la corticostérone, a montré qu'elle diminuait l'expression de BDNF chez les rats et si l'exposition est persistante, ceci entraîne une éventuelle atrophie de l'hippocampe. On a trouvé une atrophie de l'hippocampe et des autres structures limbiques chez les patients atteints de dépression chronique. Par ailleurs, les rats élevés pour être hétérozygotes pour le BDNF, qui, par conséquent, diminuent leur expression, ont aussi une atrophie de l'hippocampe. Ceci suggère un lien causal entre le développement d'une dépression et l'existence du BDNF. De même, le neurotransmetteur excitateur glutamate, l'exercice physique et les traitements antidépresseurs augmentent l'expression de transcrits de BDNF spécifiques dans l'hippocampe du rat et de nombreux traitements pour la dépression (comme les antidépresseurs et l'électroconvulsivothérapie) augmentent l'expression de BDNF dans le cerveau et une restauration possible bénéfique de l'application clinique de l'électroconvulsivothérapie. On a montré que cela pouvait protéger ou inverser cette atrophie. Des diminutions du BDNF dans l'hypothalamus ont été impliquées dans le développement de la dépression et dans l'hyperphagie qui peut entraîner une obésité.

Eczéma[modifier | modifier le code]

De haut niveaux de BDNF et de substance P ont été trouvés associés avec une augmentation de la démangeaison due à l'eczéma.

Épilepsie[modifier | modifier le code]

L'épilepsie a été associées à des polymorphisme du BDNF. Compte tenu du rôle vital du BDNF dans le développement du cerveau, il y a possiblement une grande influence du BDNF dans le développement de pathologies du cerveau. Des taux d'ARNm de BDNF et de protéine BDNF sont connus pour être augmentés dans l'épilepsie. Le BDNF module la transmission synaptique excitatoire et inhibitrice en inhibant les courants post synaptiques médiés par des récepteurs GABA. Ceci fournit un mécanisme potentiel pour l'up-régulation observée.

Maladie d'Alzheimer[modifier | modifier le code]

Des analyses post-mortem ont montré une diminution des taux de BDNF dans les tissus cérébraux chez les personnes atteintes de maladie d'Alzheimer, bien que la nature de l'association reste non claire. Des études suggèrent que les facteurs neurotrophiques ont un rôle protecteur contre la toxicité béta-amyloïde. On a suggéré qu'une connexion entre la dépression et la démence était lié au BDNF. La dépression crée une atrophie de l'hippocampe. Quand des antidépresseurs sont administrés, les niveaux de BDNF sont augmentés pour protéger et augmenter le volume de l'hippocampe et des autres cellules. Dans la maladie d'Alzheimer, l’hippocampe est aussi atteint, ce qui entraîne une baisse des taux de facteurs neurotrophiques. Un autre lien possible entre le BDNF et la démence est l'exercice physique car il peut augmenter le BDNF et protéger la cognition chez les personnes âgées.

Addiction à des drogues[modifier | modifier le code]

Le BDNF est un régulateur critique de la dépendance aux drogues. Les animaux qui sont exposés de manière chronique aux drogues montrent une augmentation du BDNF dans l'aire tegmentale ventrale du cerveau, et quand le BDNF est injecté directement dans l'aire tegmentale ventrale des rats, les animaux se comportent comme s'ils étaient dépendants des opioides.

Interactions[modifier | modifier le code]

On a montré une interaction protéique entre le BDNF et le TrkB. On a aussi montré que le BDNF interagit avec la chaîne de signal de la reelin. L'expression de la reelin par les cellules de Cajal-Retzius est diminuée durant le développement sous l'influence du BDNF.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Binder DK, Scharfman HE, « Brain-derived Neurotrophic Factor », Growth Factors, vol. 22, no 3,‎ septembre 2004, p. 123–131 (PMID 15518235, PMCID 2504526, DOI 10.1080/08977190410001723308).
  2. a et b (en) Jones KR, Reichardt LF, « Molecular cloning of a human gene that is a member of the nerve growth factor family », Proc. Natl. Acad. Sci. U.S.A., vol. 87, no 20,‎ octobre 1990, p. 8060–8064 (PMID 2236018, PMCID 54892, DOI 10.1073/pnas.87.20.8060, Bibcode 1990PNAS...87.8060J).
  3. a et b (en) Maisonpierre PC, Le Beau MM, Espinosa R, Ip NY, Belluscio L, de la Monte SM, Squinto S, Furth ME, Yancopoulos GD, « Human and rat brain-derived neurotrophic factor and neurotrophin-3: gene structures, distributions, and chromosomal localizations », Genomics, vol. 10, no 3,‎ juillet 1991, p. 558–568 (PMID 1889806, DOI 10.1016/0888-7543(91)90436-I).
  4. (en) Acheson A, Conover JC, Fandl JP, DeChiara TM, Russell M, Thadani A, Squinto SP, Yancopoulos GD, Lindsay RM, « A BDNF autocrine loop in adult sensory neurons prevents cell death », Nature, vol. 374, no 6521,‎ mars 1995, p. 450–453 (PMID 7700353, DOI 10.1038/374450a0, Bibcode 1995Natur.374..450A).
  5. (en) Huang EJ, Reichardt LF, « Neurotrophins: Roles in Neuronal Development and Function », Annu. Rev. Neurosci., vol. 24,‎ 2001, p. 677–736 (PMID 11520916, PMCID 2758233, DOI 10.1146/annurev.neuro.24.1.677).
  6. (en) Yamada K, Nabeshima T, « Brain-derived neurotrophic factor/TrkB signaling in memory processes », J. Pharmacol. Sci., vol. 91, no 4,‎ avril 2003, p. 267–270 (PMID 12719654, DOI 10.1254/jphs.91.267).
  7. (en) Bekinschtein P, Cammarota M, Katche C, Slipczuk L, Rossato JI, Goldin A, Izquierdo I, Medina JH, « BDNF is essential to promote persistence of long-term memory storage », Proc. Natl. Acad. Sci. U.S.A., vol. 105, no 7,‎ février 2008, p. 2711–2716 (PMID 18263738, PMCID 2268201, DOI 10.1073/pnas.0711863105, Bibcode 2008PNAS..105.2711B).
  8. (en) Zigova T, Pencea V, Wiegand SJ, Luskin MB, « Intraventricular administration of BDNF increases the number of newly generated neurons in the adult olfactory bulb », Mol. Cell. Neurosci., vol. 11, no 4,‎ juillet 1998, p. 234–245 (PMID 9675054, DOI 10.1006/mcne.1998.0684)
  9. (en) Benraiss A, Chmielnicki E, Lerner K, Roh D, Goldman SA, « Adenoviral brain-derived neurotrophic factor induces both neostriatal and olfactory neuronal recruitment from endogenous progenitor cells in the adult forebrain », J. Neurosci., vol. 21, no 17,‎ 1er septembre 2001, p. 6718–6731 (PMID 11517261, lire en ligne).
  10. (en) Pencea V, Bingaman KD, Wiegand SJ, Luskin MB, « Infusion of brain-derived neurotrophic factor into the lateral ventricle of the adult rat leads to new neurons in the parenchyma of the striatum, septum, thalamus, and hypothalamus », J. Neurosci., vol. 21, no 17,‎ 1er septembre 2001, p. 6706–6717 (PMID 11517260, lire en ligne).
  11. (en) Ernfors P, Kucera J, Lee KF, Loring J, Jaenisch R, « Studies on the physiological role of brain-derived neurotrophic factor and neurotrophin-3 in knockout mice », Int. J. Dev. Biol., vol. 39, no 5,‎ octobre 1995, p. 799–807 (PMID 8645564, lire en ligne).
  12. (en) Mandel AL, Ozdener H, Utermohlen V, « Identification of Pro- and Mature Brain-derived Neurotrophic Factor in Human Saliva », Arch. Oral Biol., vol. 54, no 7,‎ juillet 2009, p. 689–695 (PMID 19467646, PMCID 2716651, DOI 10.1016/j.archoralbio.2009.04.005).
  13. a et b (en) Patapoutian A, Reichardt LF, « Trk receptors: mediators of neurotrophin action », Curr. Opin. Neurobiol., vol. 11, no 3,‎ juin 2001, p. 272–280 (PMID 11399424, DOI 10.1016/S0959-4388(00)00208-7).
  14. (en) Fernandes CC, Pinto-Duarte A, Ribeiro JA, Sebastião AM, « Postsynaptic action of brain-derived neurotrophic factor attenuates alpha7 nicotinic acetylcholine receptor-mediated responses in hippocampal interneurons », J. Neurosci., vol. 28, no 21,‎ mai 2008, p. 5611–5618 (PMID 18495895, DOI 10.1523/JNEUROSCI.5378-07.2008).
  15. (en)MGI database: phenotypes for BDNF homozygous null mice. http://www.informatics.jax.org/searches/allele_report.cgi?_Marker_key=537&int:_Set_key=847156
  16. (en) Cotman CW, Berchtold NC, « Exercise: a behavioral intervention to enhance brain health and plasticity », Trends Neurosci., vol. 25, no 6,‎ juin 2002, p. 295–301 (PMID 12086747, DOI 10.1016/S0166-2236(02)02143-4).
  17. a et b (en) Bos I, De Boever P, Buekers J, Emmerechts J, Jacobs L, Mishra V, Meeusen R, Nemery B, Van Poppel M, Nawrot T, Int Panis L, « Traffic related gene expression changes in mouse brain tissue. », Inhalation Toxicology, vol. 24, no 10,‎ août 2012, p. 676–686 (DOI 10.3109/08958378.2012.714004).
  18. (en) Costa MS, Botton PH, Mioranzza S, Ardais AP, Moreira JD, Souza DO, Porciúncula LO, « Caffeine improves adult mice performance in the object recognition task and increases BDNF and TrkB independent on phospho-CREB immunocontent in the hippocampus », Neurochem. Int., vol. 53, no 3-4,‎ septembre 2008, p. 89–94 (PMID 18620014, DOI 10.1016/j.neuint.2008.06.006).
  19. (en) Egan MF, Kojima M, Callicott JH, Goldberg TE, Kolachana BS, Bertolino A, Zaitsev E, Gold B, Goldman D, Dean M, Lu B, Weinberger DR, « The BDNF val66met polymorphism affects activity-dependent secretion of BDNF and human memory and hippocampal function », Cell, vol. 112, no 2,‎ janvier 2003, p. 257–269 (PMID 12553913, DOI 10.1016/S0092-8674(03)00035-7).
  20. (en) Bath KG, Lee FS, « Variant BDNF (Val66Met) impact on brain structure and function », Cogn Affect Behav Neurosci, vol. 6, no 1,‎ mars 2006, p. 79–85 (PMID 16869232, DOI 10.3758/CABN.6.1.79).
  21. (en) « Omim - Brain-Derived Neurotrophic Factor; BDNF », omim.org (consulté le 26 février 2013).
  22. Weese-Mayer DE, Bolk S, Silvestri JM, Chakravarti A, « Idiopathic congenital central hypoventilation syndrome: evaluation of brain-derived neurotrophic factor genomic DNA sequence variation », Am. J. Med. Genet. (en), vol. 107, no 4,‎ 2002, p. 306–310 (PMID 11840487, DOI 10.1002/ajmg.10133).
  23. (en) Thorleifsson G, Walters GB, Gudbjartsson DF, Steinthorsdottir V, Sulem P, Helgadottir A, Styrkarsdottir U, Gretarsdottir S, Thorlacius S, Jonsdottir I, Jonsdottir T, Olafsdottir EJ, Olafsdottir GH, Jonsson T, Jonsson F, Borch-Johnsen K, Hansen T, Andersen G, Jorgensen T, Lauritzen T, Aben KK, Verbeek AL, Roeleveld N, Kampman E, Yanek LR, Becker LC, Tryggvadottir L, Rafnar T, Becker DM, Gulcher J, Kiemeney LA, Pedersen O, Kong A, Thorsteinsdottir U, Stefansson K, « Genome-wide association yields new sequence variants at seven loci that associate with measures of obesity », Nat. Genet., vol. 41, no 1,‎ janvier 2009, p. 18–24 (PMID 19079260, DOI 10.1038/ng.274).
  24. (en) Willer CJ, Speliotes EK, Loos RJ, Li S, Lindgren CM, Heid IM, Berndt SI, Elliott AL, Jackson AU et al., « Six new loci associated with body mass index highlight a neuronal influence on body weight regulation », Nat. Genet., vol. 41, no 1,‎ janvier 2009, p. 25–34 (PMID 19079261, PMCID 2695662, DOI 10.1038/ng.287).
  25. (en) Dwivedi Y, « Brain-derived neurotrophic factor: role in depression and suicide », Neuropsychiatr Dis Treat, vol. 5,‎ 2009, p. 433–449 (PMID 19721723, PMCID 2732010, DOI 10.2147/NDT.S5700).
  26. DOI:10.1017/S1461145708009309.
  27. (en) Xiu MH, Hui L, Dang YF, De Hou T, Zhang CX, Zheng YL, Chen DC, Kosten TR, Zhang XY, « Decreased serum BDNF levels in chronic institutionalized schizophrenia on long-term treatment with typical and atypical antipsychotics », Prog. Neuropsychopharmacol. Biol. Psychiatry, vol. 33, no 8,‎ août 2009, p. 1508–1512 (PMID 19720106, DOI 10.1016/j.pnpbp.2009.08.011).
  28. (en) Maina G, Rosso G, Zanardini R, Bogetto F, Gennarelli M, Bocchio-Chiavetto L, « Serum levels of brain-derived neurotrophic factor in drug-naïve obsessive-compulsive patients: A case-control study », J Affect Disord, vol. 122, no 1–2,‎ août 2009, p. 174–178 (PMID 19664825, DOI 10.1016/j.jad.2009.07.009).
  29. (en) Zuccato C, Cattaneo E, « Brain-derived neurotrophic factor in neurodegenerative diseases », Nat Rev Neurol, vol. 5, no 6,‎ juin 2009, p. 311–322 (PMID 19498435, DOI 10.1038/nrneurol.2009.54).
  30. (en) Zajac MS, Pang TY, Wong N, Weinrich B, Leang LS, Craig JM, Saffery R, Hannan AJ, « Wheel running and environmental enrichment differentially modify exon-specific BDNF expression in the hippocampus of wild-type and pre-motor symptomatic male and female Huntington's disease mice », Hippocampus, vol. 20, no 5,‎ juin 2009, p. 621–636 (PMID 19499586, DOI 10.1002/hipo.20658).
  31. (en) Zeev BB, Bebbington A, Ho G, Leonard H, de Klerk N, Gak E, Vecsler M, Vecksler M, Christodoulou J, « The common BDNF polymorphism may be a modifier of disease severity in Rett syndrome », Neurology, vol. 72, no 14,‎ avril 2009, p. 1242–1247 (PMID 19349604, PMCID 2677489, DOI 10.1212/01.wnl.0000345664.72220.6a).
  32. (en) Arancio O, Chao MV, « Neurotrophins, synaptic plasticity and dementia », Curr. Opin. Neurobiol., vol. 17, no 3,‎ juin 2007, p. 325–330 (PMID 17419049, DOI 10.1016/j.conb.2007.03.013).
  33. (en) Mercader JM, Fernández-Aranda F, Gratacòs M, Ribasés M, Badía A, Villarejo C, Solano R, González JR, Vallejo J, Estivill X, « Blood levels of brain-derived neurotrophic factor correlate with several psychopathological symptoms in anorexia nervosa patients », Neuropsychobiology, vol. 56, no 4,‎ 2007, p. 185–190 (PMID 18337636, DOI 10.1159/000120623).
  34. (en) Kaplan AS, Levitan RD, Yilmaz Z, Davis C, Tharmalingam S, Kennedy JL, « A DRD4/BDNF gene-gene interaction associated with maximum BMI in women with bulimia nervosa », Int J Eat Disord, vol. 41, no 1,‎ janvier 2008, p. 22–28 (PMID 17922530, DOI 10.1002/eat.20474).
  35. (en) I. Bos, L. Jacobs, T.S. Nawrot, B. de Geus, R. Torfs, L. Int Panis, B. Degraeuwe, R. Meeusen, « No exercise-induced increase in serum BDNF after cycling near a major traffic road. », Neuroscience Letters, vol. 500, no 2,‎ août 2011, p. 129–132.
  36. (en) Bos I, De Boever P, Int Panis L, Sarre S, Meeusen R, « No up-regulation of hippocampal BDNF expression in rats exposed to UFP during exercise. », Neuroscience,‎ 2012.
  37. (en) Vargas-Perez H, Ting-A Kee R, Walton CH, Hansen DM, Razavi R, Clarke L, Bufalino MR, Allison DW, Steffensen SC, van der Kooy D, « Ventral tegmental area BDNF induces an opiate-dependent-like reward state in naive rats », Science, vol. 324, no 5935,‎ juin 2009, p. 1732–1734 (PMID 19478142, PMCID 2913611, DOI 10.1126/science.1168501, Bibcode 2009Sci...324.1732V).