Fabulous Trobadors

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fabulous Trobadors

Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical rap-musique folklorique occitane
Années actives Depuis 1987
Site officiel www.fabulous-trobadors.com
Composition du groupe
Membres Claude Sicre et Ange B.

Les Fabulous Trobadors sont un groupe de musique toulousain, attaché au quartier Arnaud-Bernard et fondé en 1987, ayant développé un style particulier basé sur la déclamation de textes en langue toulousaine, le folklore occitan et les rythmes du Nordeste du Brésil.

Historique[modifier | modifier le code]

Claude Sicre compose les textes et « rappe », tandis que Ange B. (Jean-Marc Enjalbert à la ville) rappe aussi et joue le Human beatbox en produisant de nombreux sons au seul moyen de sa bouche (beats, scratchs, trompette, guitare, etc.).

Les textes de leurs chansons — qui sont parfois en occitan — sont particulièrement soignés, avec comme constantes l'engagement politique (dénonciation nominative de nombreux politiques), l'humour, le jeu de mots, et l'usage fréquent du calembour. Pendant leurs concerts, une bonne partie est en improvisation, sous forme de « joutes oratoires » ou « duels de tchatches », tout droit issus de la tençon des trobadors occitans. Le spectacle est également dans la salle, puisque de nombreuses danses folkloriques s'y déroulent.

Les Fabulous Trobadors sont également engagés dans des mouvements associatifs et de participation citoyenne. Ainsi ils prônent dans leurs chansons la défense de l'identité culturelle (notamment occitane), la décentralisation, la lutte contre un libéralisme acharné (voir antilibéralisme), et appellent de leurs vœux une GRQM - une Grande Révolution des Quartiers du Monde - au sein de la Ligne Imaginot, où les mots solidarité et respect reprendraient un sens.

Discographie[modifier | modifier le code]

Participations[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

« Depuis 1975, nous menons à Arnaud-Bernard une expérience de contre-pouvoir civique (le comité de quartier) et de contre-pouvoir culturel. Ce qui nous semble la priorité en France : l'organisation de contre-pouvoirs, pour approfondir la vie démocratique. Loin des utopies politiques. En 1981, François Mitterrand et Jack Lang ont dit qu'ils voulaient "changer la vie". Typiquement français : tout passe par l'État et le politique. Nous prenons en main nos affaires et nous changeons la vie nous-mêmes. »[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Propos recueillis dans Mondomix n°3, mai 2003, p 16

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]