Fabrizio Dionigi Ruffo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fabrizio Ruffo.
Fabrizio Dionigi Ruffo
Image illustrative de l'article Fabrizio Dionigi Ruffo
Biographie
Naissance
à San Lucido (Italie)
Décès (à 83 ans)
à Naples (Italie)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
in pectore
par le
pape Pie VI
Titre cardinalice Cardinal-diacre de S. Angelo in Pescheria
Cardinal-diacre de S. Maria in Cosmedin
Cardinal-diacre de S. Maria in Via Lata
Évêque de l’Église catholique
Fonctions épiscopales Camerlingue du Collège cardinalice

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Fabrizio Dionigi Ruffo de Bagnara dit le Général-cardinal (né le à San Lucido, dans la province de Cosenza, en Calabre, alors dans le royaume de Naples et mort le à Naples) fut un homme d’État napolitain et un cardinal de l'Église catholique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fabrizio Dionigi Ruffo fut trésorier de Pie VI, qui le créa cardinal, quoiqu'il ne fût que diacre. Ayant perdu les bonnes grâces du pape, il retourna à Naples et s'y montra l'adversaire d'Acton.

Venu de Sicile il débarqua le 8 février 1799, prit la tête de l'armée de la Santa Fede (la Sainte Foi) et il souleva la Calabre contre les Français républicains, aidé de quelques troupes régulières.

Lors de sa marche en avant il supprima les droits féodaux et seigneuriaux ce qui explique en partie le soutien populaire mais les sanfédistes étaient également partisans du rétablissement du catholicisme.

Le cardinal reprit Naples à la République parthénopéenne le 13 juin 1799 avec l'aide des Russes, des Anglais et même des Turcs. La répression sanglante qui s'exerça dans la ville fut plutôt ordonnée par le roi Ferdinand Ier et les anglais que par lui.

En 1805 il désapprouva une nouvelle guerre contre la France, et fut disgracié pour ce motif par le roi Ferdinand. En 1809 il fut déporté à Paris avec le pape Pie VII.

Il est un des héros du roman d'Alexandre Dumas, la San Felice, qui raconte l'histoire sanglante de la République parthénopéenne, et dresse un portrait mitigé du cardinal.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]