FIDAL (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fédération italienne d'athlétisme.

FIDAL Avec 1400 avocats en France et des partenaires dans 150 pays, FIDAL est le premier cabinet d’avocats d’affaires en France par la taille et le chiffre d’affaires* et le premier cabinet français dans le top 100 mondial[1].

Les avocats de FIDAL conseillent 80 000 entreprises et organismes de toutes tailles et leurs dirigeants, des groupes internationaux aux entreprises du middle-market, avec la même exigence de qualité et de connaissance du marché de leurs clients.

FIDAL a réalisé un chiffre d’affaires de 322,5 M€ millions d’euros en 2013.

Activités[modifier | modifier le code]

Leader sur son marché, FIDAL est le premier cabinet d’avocats d’affaires indépendant en France et le seul cabinet français dans le top 100 mondial. Fort de 1400 avocats répartis dans 90 bureaux, le cabinet a structuré une large gamme de services juridiques et fiscaux, et développé une approche par marchés afin de garantir aux clients des solutions innovantes et adaptées aux enjeux de leurs métiers.

FIDAL conseille et défend les intérêts de 80 000 clients composés de grands groupes, de PME, de collectivités publiques, d’associations et d’organismes sans but lucratif, tant au niveau local qu’à l’international.

Doté d’une organisation unique, FIDAL est la seule société d’avocats capable de mobiliser des ressources et des spécialités partout en France afin de répondre à l’ensemble des problématiques de ses clients, quel que soit le lieu où ils sont implantés. Pour les accompagner dans leurs projets transfrontaliers, le cabinet peut s’appuyer sur ses filiales au Vietnam, en Tunisie, en Algérie et sur ses partenaires privilégiés au Canada et au Brésil. Sur le plan fiscal, un accord de coopération non exclusif avec KPMG International lui donne accès à des correspondants dans 150 pays.

L’expertise, l’éthique et les valeurs partagées par les équipes garantissent aux clients un service « cousu main » depuis 1922.

Historique[modifier | modifier le code]

1922 : Albert Liothaud, expert-comptable, s’inspirant des fiduciaires suisses établit à Grenoble La Fiduciaire de France.

1923 : Les frères Fernand et Léon Galtier, dirigeants d’un cabinet d’expertise, rejoignent le comité de direction de La Fiduciaire de France et s’attellent à la fiscalité : « C’est par la fiscalité qu’il faut commencer, car c’est elle qui forcera à la rigueur comptable ». Le cabinet quitte ses modestes locaux et s’installe rue de Penthièvre à Paris.

1924 : Albert Meary entre au conseil de direction : l’équipe des pionniers est au complet. Il développe les activités de conseil juridique, fiscal et comptable. Il impulse la décentralisation qui permet d’être plus près du client et donc plus rapidement à sa disposition Installation à Paris au 12 rue de Penthièvre

1925 : 3 directions et bureaux (Lyon, Nancy et Lille), 16 collaborateurs, 100 abonnés

Fin 1928 la Fiduciaire de France compte déjà 10 directions régionales et 24 bureaux.

1933 : Les premiers bénéfices

1935 : 43 directions et bureaux, 235 collaborateurs, 5000 abonnés

1936 : La Fiduciaire fête son dixième million de francs d’honoraires (anciens francs)

1945 : Une ordonnance de l’Ordre des experts comptables impose la scission entre les activités comptables d’une part, et les activités juridiques et fiscales d’autre part. La Fiduciaire de France (futur KPMG SA) est conservée comme société d’expertise comptable et la Société Juridique et Fiscale de France (futur FIDAL) est créée de manière indépendante pour regrouper les activités de conseil juridique et fiscal. L’ordonnance de 1945 et la séparation de Fidex et Fidal

1949 : Les 25 ans de direction d’Albert Méary

1955 Le service Fiscal compte 140 personnes et réalise 4,12 millions de francs d’honoraires

1955 : 200 directions et bureaux, 235 collaborateurs, plus de 25000 abonnés en France métropolitaine et en Afrique du Nord Décès de M. Méary

1966 : Installation au 2bis, rue de Villiers - Siège de FIDAL & KPMG à Levallois-Perret

1967 : Le service Fiscal compte 235 personnes et réalise 23,5 millions de francs d’honoraires

1971 : Une Loi réglemente la profession juridique et crée le titre de "Conseil juridique", en vue de rapprocher les avocats et les conseils juridiques (effectif en 1992). La Société Juridique et Fiscale de France exclut de son actionnariat toute personne n‘étant pas conseil juridique ou avocat.

1973 : les 50 ans de la Fiduciaire

1983 : des outils « modernes » Les premiers micro-ordinateurs à la disposition des conseils juridiques

1992 : Adoption définitive de la raison sociale FIDAL, Société d’Avocats.

1997 : Détention exclusive du capital par des avocats en activité au sein du cabinet FIDAL.

2003 : Suite au vote de la Loi de Sécurité Financière en France et du Sarbanes Oxley Act aux Etats-Unis, visant à réglementer les conflits d’intérêts au sein des réseaux pluridisciplinaires, FIDAL réaffirme la totale indépendance de ses avocats.

En 2008, le Conseil de surveillance de FIDAL fixe à cinq le nombre des membres du nouveau directoire, entré en fonction le 21 octobre 2008. La présidence en est confiée à Jean Gousset, auparavant directeur Général, membre du directoire.

En octobre 2012, Régis Lassabe et Yves de Sevin ont été nommés respectivement Président du directoire et Directeur général de FIDAL.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. radiographie des cabinets d’avocats d’affaires en France, Juristes Associés

Annexes[modifier | modifier le code]