FB Mondial

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

FB Mondial

Description de l'image  Logo MONDIAL.jpg.
Création 1929 à Milan
Siège social Drapeau d'Italie Bologne (Italie)
Activité Constructeur de motocyclettes
Société mère Societa' Gruppo Mondial SRL
via Dante N.5, Meda, (MI)
Un modèle de course
Un cyclomoteur de série

FB Mondial est un marque de motocyclettes italienne fondée en 1929 à Milan, en Lombardie.

Historique[modifier | modifier le code]

FB Mondial est née sous l'impulsion des frères Boseli. FB signifie « Fratelli Boseli », les frères Boseli (Luigi, Carlo, Ettore, et Ada). Un leader de la Chambre de la famille des Comtes Boselli, riches propriétaires terriens de Ankaran dans la province de Piacenza. Le Conte Giuseppe a eu l'idée, étant donné la période très favorable à des moyens de transport, d'impliquer la famille, formé par les frères Luigi, Carlo, Ettore, et Ada, dans la constitution d'une société pour construire des triporteurs, FB (frères Boselli). Les usines sont construites lorsque le PC est à Bologne, dans des entrepôts appartenant à Oreste et Alfonso Drusiani, respectivement père et fils, de solides techniciens proches de la famille Boselli.

Le triporteur subit de bonnes réactions de la part du public, étant réputés très robustes et fiables, mais c'est la guerre, Bologne a été lourdement bombardée et les hangars Drusiani rasés. Les quelques machines restantes ont été les prises par les autorités militaires et de la jeune FB ne restent plus rien. À la fin du conflit, Boselli a gardé de nombreuses ressources économiques pour pouvoir restaurer la société, si bien que, en 1946, les livraisons de triporteurs reprennent.

Pendant ce temps Alfonso Drusiani, conçoit et construit un nouveau moteur de la moto, de nouveaux, pour les petits déplacements, 125 cm3, mais un quatre temps à double arbre et, à cette époque, on pensait que la complexité du moteur ne pourrait pas résister à des bas régimes pour les déplacements. Le projet, cependant, est souhaité par Guiseppe Conte, qui a décidé, avec l'approbation des frères pour l'aider à la production de triporteurs mais aussi de motos, qui ont été nommées FB Mondial. Ils étaient inventés par Alfonso Drusiani et Lino Tonti notamment.

Mondial domine le monde de la moto avec d'innombrables victoires en grand prix, Mondial était devenu aux yeux des fans, surtout des jeunes, un mythe, le cyclo que tout le monde voulait, de sorte que Boselli a décidé d'étendre la production de motos pour le marché privé. Le succès de la part du public a été immédiate, en particulier car le Mondial livré entre les mains de l'acheteur d'une moto série qui si elle n'est pas égal au modèle utilisé pour la course, vous suffisait amplement. Mondial a agrandi son usine et ils en ont construit une à Milan, dans la Via San Giusto, où il y avait aussi les bureaux de la direction, l'augmentation des effectifs de salariés et de nombreux emplois manufacturiers ont été confiés à des tiers. À la ferme de Bologne Michelini a été confiée à la production de moteurs à quatre temps, 125 et 175 cm3. Des concessionnaires ont ouvert dans toute l'Italie pour atteindre le quota de 300 magasins et les commandes de motos ont été autant de raison pour cesser la production de triporteurs pour se consacrer exclusivement à la construction de motos. Des erreurs ont été commises dans la maison Mondial, il a été décidé à la fin de la saison 1957 officiellement de quitter la course.

Il y a eu plusieurs tentatives pour rétablir Mondial sur le devant de la scène, mais ce fut autant d'échecs. Malgré tout, FB Mondial restera une véritable légende dans l'histoire de l'Italie et du monde de moto.


La compétition[modifier | modifier le code]

Dans ce domaine, les résultats ne se font pas attendre. Mondial ne court que depuis 1948 et a remporté sa première course au GP d'Automne à Monza grâce à Nello Pagani en 125.

Lors de la première année de competition moto en 1949, il y avait 6 Mondial sur 10 dans les points en 125 cm3 ! le vainqueur, Nello Pagani, remportant deux victoires, une autre était apportée pour Mondial par Gianni Leoni, classé 5e. En 1950 Mondial figure aux 3 premières places du classement général en 125, avec une victoire en grand prix pour chacun des 3 coureurs. L'histoire se repete en 1951, avec toujours 3 Mondial aux 3 premières places en 125 ; chacun des deux premiers gagnant une course. En 1952, Carlo Ubbiali est vice-champion du monde en 125 cm3, lui qui avait gagné le titre l'année d'avant. Suivit ensuite quelques années où Mondial ne gagna plus. Enfin, en 1957, Mondial fait le doublé 125-250, en ayant 3 Mondial aux trois premières places en 250 cm3, Tarquinio Provini, vainqueur en 125 se classant notamment second en 250 (en gagnant 3 grand prix en 125 et 2 en 250).

Son palmarès compte 18 victoires en championnat du Monde (14 en 125 et 4 en 250) ainsi que 5 titres mondiaux par pilote (4 en 125 et 1 en 250) et 5 titres constructeurs.

Différents titres mondiaux:

En 1957, les trois grandes marques italiennes FB-Mondial, Gilera et Moto Guzzi annoncent conjointement leur retrait de la compétition. Les trois constructeurs mettent en avant le coût croissant de la compétition dans une période de récession du marché moto, la mauvaise image des sports mécaniques à l'époque en Italie et l'augmentation des performances des machines de GP mettant en cause la sécurité des pilotes. Pourtant les pilotes seront particulièrement mal traités car la plupart apprendront la nouvelle de la défection de leurs employeurs par la presse. Néanmoins, Mondial parvient à gagner le titre en 125 et 250 cm3 cette année-là[1].

Guiseppe Pattoni, ancien employé de Mondial, récupère le matériel de l'usine et crée avec Lino Tonti (ancien créateur de modèles chez Mondial) la marque Paton. Il met en piste les premières 125 et 175 modifiées, qui obtiennent des places honorables au Tourist Trophy, dans les mains d'un certain Mike Hailwood.

Par la suite, Mike Hailwood se servira d'un Mondial privé pour courir en 250 cm3 en 1959, se classant 5e.

Les différents modèles[modifier | modifier le code]

La production reste florissante jusqu'en 1960 avec des succès sportifs et commerciaux. Mondial aura eu le temps de commercialiser de nombreux modèles[2]:

  • La 200 Tourisme avec fourche télescopique
  • La 250 Super Sport à cinq vitesses
  • La 200 Sport
  • La 160 Tourisme télescopique
  • La 125 RCE
  • La 48 SS
  • La 160 Luxe
  • La 125 Tourisme de 1959
  • La 175 TV
  • La 175 Sport, à double pot d'échappement
  • La 75 Sport à réservoir intégré
  • Le Mondialino 50
  • Le 50 Sport
  • Le Record, aujourd'hui une pièce de collection dont le prix atteint des sommets
  • L'Enduro (parmi les derniers produits) avec absence de silencieux
  • La 125 moteur Sachs, le dernier modèle produit

Déclin puis tentatives de relances[modifier | modifier le code]

À partir de 1960, Mondial décline peu à peu pour s'arrêter en 1979.

La marque sera relancée entre 1987 et 1989, mais sans renouer avec le succès.

Roberto Ziletti tentera de remettre la marque à flot en 2001. La Piega est mise sur le marché. Elle utilise un moteur d'origine Honda. Suivront les déclinaisons privées de carénage RZ Starfighter et Nuda. Cette dernière est conçue et produite par le constructeur français Boxer. L'histoire se répète. La production ne rencontre pas son public. Mondial met à nouveau la clef sous la porte.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Il est intéressant de voir que Gianni Leoni n'a jamais été champion du monde 125 cm³, malgré ses 3 victoires en grand prix sur Mondial (une en 1949, 1950 et 1951).

Mondial avait préparé une moto avec valve d'actionnement desmodromique (avant Ducati), mais la marque coula avant qu'elle n'ait eu le temps de la produire[3].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://racingmemo.free.fr/MOTO-GP-1957.htm
  2. http://utenti.lycos.it/fbmondial/modelli.htm
  3. http://motorbike-search-engine.co.uk/classic_bikes/mondial-classic-motorcycles.php