F. William Engdahl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Frederick William Engdahl (né en 1944) est un économiste, écrivain et journaliste américain qui s'exprime sur des sujets de géopolitique, d'économie et d'énergie depuis plus de trois décennies. Il collabore régulièrement à un certain nombre de publications dont Nikon Keizai Shimbun, Foresight Magazine, Grant's Investor.com, European Banker et Business Banker International et la revue italienne des études de géopolitique Eurasia. Il a participé à de nombreuses conférences internationales concernant la géopolitique, l'économie et l'énergie, et exerce une activité de conseil économique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu un diplôme en sciences politiques de l'Université de Princeton et passé une thèse en économie comparée à l'Université de Stockholm, il travaille comme économiste et journaliste indépendant à New York et en Europe, abordant comme sujets l'effondrement de l'Union soviétique, la crise économique asiatique, l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (le GATT pour reprendre le sigle anglais), les négociations commerciales du cycle de l'Uruguay, les politiques alimentaires de l'Union européenne, la politique du Fonds monétaire international, la question de la dette du Tiers monde, les fonds de couverture (en anglais hedge funds), et le rôle politique du commerce des dérivés (en anglais derivatives).

L'auteur collabore régulièrement à un certain nombre de publications dont Asia Times Online, Asia Inc., Nihon Keizai Shimbun (Japon), la revue Foresight, les journaux Freitan (Allemagne) et ZeitFragen (Suisse), Grant's Investor.com, European Banker et Business Banker International. Il écrit souvent pour le Centre de recherche sur la mondialisation (en anglais Center for Research on Globalization), FinancialSense.com et 321Gold.com, entre autres sites Internet.

Il a participé à de nombreuses conférences internationales sur des sujets traitant de géopolitique, d'économie, d'organismes génétiquement modifiés, d'approvisonnement énergétique : Montreaux Global Investors' Forum, Centre for Energy Policy Studies (Londres), la banque Negara Indonesia (Jakarta), la Chambre internationale de Commerce (Zagreb) et l'Institut international des études stratégiques (Moscou).

Il habite actuellement en Allemagne où il exerce des activités de conseil en matière de risque géopolitique et enseigne dans la Section économique de l'Université des sciences appliquées de Wiesbaden.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Économiste et écrivain, F. William Engdahl est l'auteur de succès de librairie sur le pétrole et la géopolitique : A Century of War: Anglo-American Oil Politics and the New World Order (1993)[1], ouvrage traduit en français sous le titre « Pétrole, une guerre d'un siècle : l'ordre mondial anglo-américain », en arabe, coréen, allemand, croate et turc, Seeds of Destruction : The Hidden Agenda of GMO [2] (2007).

Depuis plus de trente ans, il écrit sur des questions de politique, d'économie, de géopolitique, d'énergie, d'agriculture, sur l'Organisation mondiale du commerce et sur le Fonds monétaire international, ses premiers travaux remontant au premier choc pétrolier et à la crise céréalière mondiale du début des années 1970.

A Century of War: Anglo-American Oil Politics and the New World Order[modifier | modifier le code]

Dans ce livre, l'auteur retrace l'histoire de l'emprise exercée par l'industrie pétrolière sur l'économie du monde depuis la période suivant la 1re guerre mondiale jusqu'à nos jours. Il développe la thèse que la géopolitique du pétrole est à l'origine de l'effondrement de l'Union soviétique, de l'éclatement de la Yougoslavie et de l'ascension et la chute des Talibans. Il révèle, documents à l'appui, que la décision des États-Unis et du Royaume-Uni d'entrer en guerre contre l'Irak est une initiative stratégique pour contrôler l'économie mondiale pour les cinq décennies à venir. Il aborde le rôle de Zbigniew Brzezinski et George Ball dans l'exploitation du modèle de balkanisation islamique mis en avant par Bernard Lewis ; il y dévoile également le rôle des États-Unis dans le renversement en 1979 du Shah d'Iran en vue de moduler le prix du pétrole et d'arrêter l'expansion soviétique.

Seeds of Destruction. The Hidden Agenda of Genetic Manipulation[modifier | modifier le code]

Cet ouvrage documenté veut démontrer qu'une fraction de l'élite socio-politique américaine cherche à contrôler la base même de la survie de l'homme : la production de « notre pain quotidien ». Selon Engdahl, contrôlez l'alimentation et vous contrôlez les gens. Allant au-delà de la critique des manipulations génétiques en tant que technique scientifique, l'auteur décrit un monde où la manipulation génétique et le brevetage des formes de vie servent à contrôler la production alimentaire.

Full Spectrum Dominance: Totalitarian Democracy in the New World Order[modifier | modifier le code]

Ce titre[3] désigne la main-mise absolue sur la planète que cherche à obtenir la faction américaine à la tête du ministère de la Défense, des industries militaire et pétrolière, et ce en créant un réseau planétaire de bases militaires et en suscitant des conflits. Pour changer les régimes, on fait appel à la propagande, aux révolutions de couleur et à tout un arsenal de techniques de guerre psychologique et économique[4].

Thèses de l'auteur[modifier | modifier le code]

Sur le pic pétrolier[modifier | modifier le code]

L'auteur insiste sur le fait qu'il existe deux théories en présence concernant l'origine du pétrole[5] :

  1. la théorie biologique, privilégiée en Occident : le pétrole serait les restes fossiles de la faune et la flore des ères géologiques passées;
  2. la thèse abiotique, privilégiée dans l'ancienne Union soviétique puis en Russie : le pétrole se formerait dans les profondeurs de la planète et gagnerait la croûte terrestre.

Selon la première explication, la quantité de pétrole serait donc finie et l'humanité aurait dépassé le sommet (le « pic pétrolier ») d'une courbe en forme de cloche. Selon la deuxième, il n'y a pas de pic pétrolier et il suffit de forer très profondément pour trouver du pétrole. Cette théorie aurait été validée dans les années 1960 par la découverte d'immenses gisements dans le bassin prétendument stérile du Dnieper-Donets et plus récemment au large des côtes du Viêt Nam.

Prenant conscience de l'importance stratégique du savoir-faire des géologues russes, les États-Unis auraient cherché à en bénéficier mais leur demande officielle a été rejetée et leur tentative d'acquérir des participations dans l'entreprise pétrolière Ioukos contrecarrée.

En prévision du tarissement des gisements de l'Arabie séoudite, du Koweït et du Nigeria qu'ils contrôlent, les États-Unis chercheraient à s'emparer des grands gisements d'Irak et d'Iran tout en entourant la Russie de bases militaires et de sites antimissiles permettant de couper les liens portuaires et les oléoducs alimentant l'Europe de l'Ouest, la Chine et le reste de l'Asie.

Sur le réchauffement planétaire[modifier | modifier le code]

Article : Global Warning Gets the Cold freeze, 7 avril 2008.
La publicité faite par les gouvernements et les médias occidentaux à ce qu'il est convenu d'appeler le réchauffement planétaire, se heurte désormais au constat que l'hiver très rigoureux qu'a connu l'hémisphère nord en 2008 a vu la reformation des glaces de l'Arctique.

Plusieurs climatologues nord-américains ont reconnu que les simulations informatiques qu'ils employaient ne tenaient pas compte suffisamment de l'influence de la circulation des masses d'air sur les courants marins. De plus, des climatologues russes avancent que le refroidissement récent est lié à la baisse d'activité du soleil.

La campagne médiatique autour du prétendu réchauffement planétaire a été mise sur pied par les élites dirigeantes anglo-américaines pour régenter l'économie mondiale et réduire la croissance démographique. Ces élites sont toutefois divisées sur la façon d'atteindre ces buts. Une faction est pour la manière forte (contrôle de l'approvisionnement énergétique par la force militaire), l'autre faction privilégie le recours aux instances internationales.

Sur la guerre en Afghanistan[modifier | modifier le code]

Engdahl développe la thèse que l'armée américaine est en Afghanistan moins pour éliminer l'organisation Al-Qaïda – dont « la présence est très réduite »[6] – que pour deux raisons passées sous silence[7] :

  1. d'une part établir et contrôler l'approvisionnement des marchés internationaux de l'héroïne et utiliser celle-ci comme arme contre ses adversaires géopolitiques ;
  2. d'autre part installer une force de frappe militaire à proximité de la Russie et de la Chine dont la coopération croissante menace sa domination tous azimuts (« full spectrum dominance »).

Retrait d'un de ses articles[modifier | modifier le code]

Après la publication d'un article intitulé Risky geopolitical game: Washington plays ‘Tibet Roulette’ with China sur divers sites web, il en déclara le retrait[8].

Comment William Engdahl se définit[modifier | modifier le code]

« Tout d'abord, je n'entretiens aucun lien avec M. Larouche et cela depuis des années. Je ne suis pas un fasciste, un antisémite, un néo-nazi, ni un adepte de droite de la théorie du complot, contrairement à ce que laissent entendre certaines accusations lancées sur l'Internet. (...) Je demande seulement à être jugé en fonction de ce que je dis et non de qui j'ai fréquenté autrefois »[9].

Interventions[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • En 2009, dans le documentaire The Idiot Cycle (en), William Engdahl affirme que la Fondation Rockefeller est à l'origine des premières bourses de recherche sur la modification génétique de semences nécessaires à l'alimentation humaine et animale. Il pointe aussi du doigt le pouvoir donné par la production et le brevetage de semences essentielles aux grandes sociétés de l'industrie agroalimentaire (Monsanto, Syngenta et deux autres).

Publications[modifier | modifier le code]

en anglais[modifier | modifier le code]

  • A Century of War: Anglo-American Oil Politics and the New World Order, Pluto, London, 2004, rev. ed., 303 p., ill., (ISBN 0-7453-2309-X)
  • Seeds of Destruction. The Hidden Agenda of Genetic Manipulation, Centre for Research on Globalization Publishing, 2007, (ISBN 0-9737147-2-7)
  • Full Spectrum Dominance: Totalitarian Democracy in the New World Order, Third Millennium Press, Boxboro, MA, 2009, (ISBN 978-0-9795608-6-6)
  • Gods of Money: Wall Street and the Death of the American Century, edition.engdahl, 2010, (ISBN 978-3-9813263-1-4)
  • Myths, Lies and Oil Wars, edition.engdahl, Wiesbaden, 2012, (ISBN 978-3981326369)
  • Target: China : How Washington and Wall Street Plan to Cage the Asian Dragon, Progressive Press,‎ 2014 (ISBN 978-1615777105)

en français[modifier | modifier le code]

  • Pétrole, une guerre d'un siècle : L'ordre mondial anglo-américain [« A Century of War: Anglo-American Oil Politics and the New World Order »], Jean-Cyrille Godefroy,‎ 2007, 331 p. (ISBN 978-2865532001)
  • OGM semences de destruction : L'arme de la faim [« Seeds of Destruction The Hidden Agenda of Genetic Manipulation »], Jean-Cyrille Godefroy,‎ 2008, 299 p. (ISBN 978-2865532049)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Litt. « Un siècle de guerre : la politique pétrolière anglo-américaine et le nouvel ordre mondial ».
  2. Litt. « Les semences de la destruction : l'ordre du jour caché des OGM ».
  3. Litt. « domination de la totalité du spectre ».
  4. Source : présentation de l'éditeur.
  5. (en) War and "Peak Oil". Confessions of an ‘ex’ Peak Oil believer - globalresearch.ca, 26 septembre 2007. Traduction en français : (fr) La guerre et le « pic pétrolier ». Confessions d'un « ex-croyant » de la théorie du pic pétrolier - Mondialisation.ca, 8 octobre 2007
  6. James Jones, conseiller en sécurité nationale du président Obama
  7. (en) America's Phoney War in Afghanistan, 21 octobre, 2009. Traduction en français : (fr) La géopolitique derrière la guerre bidon des États-Unis en Afghanistan - voltairenet.org, 5 novembre 2009.
  8. (en) F. William Engdahl, Risky geopolitical game: Washington plays ‘Tibet Roulette’ with China, Online Journal, Apr 14, 2008 (l'article qui a fait l'objet d'un retrait par son auteur [1] : « I, F. William Engdahl, herewith declare the following retraction of my article, ‘Risky Geopolitical Game: Washington Plays ‘Tibet Roulette’ with China,’ published amongst others on the website... » consulté le 20 novembre 2014, est sur le site journeyeast.tripod.com, consulté le 21 novembre 2014)
  9. Cf (en) F. W. Engdahl, On my origins and my work, 9 mars 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]