Fêtes de Bayonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bayonne.
Fêtes de Bayonne
Baionako Bestak (eu)
Las Hèstas de Baiona (oc)
Logo officiel des fêtes
Logo officiel des fêtes

Observé par Bayonne
Type Feria
Commence Fin juillet
Finit Début août
Date 23 au 27 juillet (en 2014)
Célébrations Corridas, fête foraine, feu d'artifice
Lié à Roi Léon

Les Fêtes de Bayonne (Baionako Bestak en basque, Las Hèstas de Baiona en occitan), sont une période de fête dans la ville de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) qui commence le mercredi qui précède le premier week-end du mois d'août (normalement le premier mercredi du mois d'août mais le début a été avancé depuis quelques années en raison d'une affluence devenue trop importante) et se termine le dimanche suivant (en cas de week-end à cheval sur les deux mois, elles s'achèveront toujours le premier dimanche d'août). En 2004, ces fêtes réunissaient entre 1,3 et 1,5 million de visiteurs, faisant de ces fêtes les plus importantes de France. La tenue de rigueur est blanche, accompagnée d'un foulard et d'une ceinture rouge (cinta ou faja). Cette tenue, non traditionnelle de la région, provient en fait de la Navarre en Espagne.

La ville est membre de l'Union des villes taurines françaises. Durant les fêtes, deux corridas ont lieu.

Histoire des fêtes[modifier | modifier le code]

Fêtes de Bayonne 2004, le roi Léon
Corso lumineux 2004 - Char du musée basque

Les fêtes de Bayonne (qui s'appelaient à l'époque « grandes fêtes d'été ») ont eu lieu pour la première fois en 1932 inspirées des fêtes de Pampelune (sanfermines, fêtes de San Fermin): Les premières fêtes de Bayonne ont été officiellement déclarées ouvertes le mercredi 13 juillet 1932 et ne se sont interrompues que pendant les années de guerre de 1940 à 1944. Une bande de copains de la section rugby de l'Aviron bayonnais fréquente les fêtes de Pampelune et propose de créer celles de Bayonne dans le même esprit. L'idée est concrétisée par le Comité des fêtes de l'époque et son président Benjamin Gomez qui proposent à la municipalité un programme de qualité accompagnant la célébration du 14 juillet : grande journée basque proposant aubades, passes-rues, concerts, partie de pelote basque; grande journée du commerce local avec courses de vaches dans les rues du Petit Bayonne; journées des fleurs avec corso de voitures fleuries et concours d'élégance automobile aux allées Paulmy; première sortie des géants bayonnais, créés également par Benjamin Gomez[réf. nécessaire].

En 2005, un record (nouveau record du monde) a été battu avec un paquito chocolatero long de 1 400 mètres et 4 000 personnes.
En 2006, ce record a été battu avec 5 100 personnes pour une longueur de 1 700 mètres.
En 2007, ce record a de nouveau été battu avec 6 000 personnes pour une longueur de 2 000 mètres.
En 2008, ce record a de nouveau battu avec 7 764 personnes pour la longueur de 2 588 mètres.
Depuis quelques années, une affluence record dépassant le million de personnes en 5 jours est enregistrée. Cela place cet événement parmi les plus importantes fêtes au monde, en termes d'affluence.

Couleurs[modifier | modifier le code]

Pendant la période des fêtes, deux couleurs sont prédominantes : le blanc et le rouge. La tenue officielle est le blanc avec le foulard rouge et la ceinture rouge.
Mais les couleurs de la tenue ont évolué depuis l'origine. Lors des premières fêtes, en 1932, les couleurs étaient le bleu et le blanc (le bleu venait du bleu de travail des ouvriers). Ce bleu fut ensuite remplacé par le rouge, à l'instar des fêtes de Pampelune, les Sanfermines, où le rouge et le blanc sont les couleurs officielles. Une polémique continue de nos jours, une minorité préférant les bleu et blanc originels (qui peuvent se rapporter aussi aux couleurs du club omnisports le plus important de la ville, l'Aviron bayonnais). On peut aussi trouver du vert, une autre des couleurs du drapeau basque.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Tout d'abord, les fêtes de Bayonne s'étalent depuis quelques années sur sept jours (elles commencent le mercredi avant le premier dimanche d'août). La tradition basco-gasconne y est représentée : pelote, musiques et danses ; corridas, courses de vachettes (dont une fictive pour les enfants), défilés de chars, bandas, concerts, bals, toros de fuego, feux d'artifice animent les fêtes.

La marionnette du roi Léon, veille attentivement sur ses ouailles durant toutes les fêtes.

Héros d'une bande dessinée de Jean Duverdier, ce personnage est inspiré d'une figure de la vie bayonnaise, Léon Dachary (Raphaël Dachary à l'état-civil), réputé à l'époque pour ses frasques.

C'est lui qui lance les fêtes en jetant, du balcon de la mairie, les fameuses clés de la ville, avec une personnalité invitée : Luis Mariano, Johnny Hallyday en 1960, Zazie, Jean-Jacques Goldman (2002), Francis Cabrel, Guy Forget, Tony Estanguet en (2005), Anne-Sophie Lapix, Jules-Édouard Moustic et Éric Bayle en 2006, Hélène Ségara, Bernard Lavilliers, certains membres de l'équipe des Girondins de Bordeaux comme Lilian Laslandes, Élie Baup et François Grenet ainsi que des membres de l'Aviron bayonnais rugby pro. En 2007 Yannick Noah a eu l'honneur de jeter des clés du balcon de la mairie accompagné de Mathieu Crépel et de Richard Dourthe. En 2008 ce sont Christophe Hondelatte et Jean-Michel Aphatie, originaires de la région accompagnés d' Amélie Mauresmo qui jettent les clés à la foule. En 2009 l'ouverture a été réalisée par Laurent Gerra, Craig Gower, Rémi Martin et Julien Puricelli. En 2010 c'est Frédéric Beigbeder, dont la famille est installée à Guéthary, qui a ouvert les fêtes. En 2011, c'est Philippe Guillard (commentateur sportif sur Canal+ et néo-réalisateur) qui est l'invité d'honneur. En 2012, Vincent Cassel fait partie des invités vedettes.

Incidents[modifier | modifier le code]

L'ensemble de ces fêtes se déroule en général dans une bonne ambiance ; toutefois, l'affluence extrêmement importante cause les incidents habituels dans ce genre de manifestations, malgré une forte campagne publicitaire pour le civisme, sécurité et prévention notamment massivement diffusée en 2008[réf. nécessaire]. Elle a également appelé à adopter l'esprit des fêtes qui impose de respecter la ville ainsi que les traditions locales.

Lors de l'édition 2012, aucun incident grave n'a été évoqué à l'exception d'une personne encadrant les courses de vaches grièvement blessée suite à un coup de corne d'une vachette dont la protection n'avait pas tenu.

Lors de l'édition 2013 un viol a été commis en marge des festivités[1].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sud-Ouest.fr : un viol a été commis lors des Fêtes de Bayonne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]