Fête de Gadhimai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La fête de Gadhimai est une fête hindoue qui a lieu une fois tous les cinq ans au temple Gadhimai de Bariyapur, District de Bara, à environ 160 km au sud de la capitale Katmandou, dans le sud du Népal.

Elle est l'occasion du plus grand sacrifice d'animaux au monde (entre 300 000 et 500 000) derrière l'Aïd el Kebir où de nombreux bovins, ovins et caprins sont sacrifiés - des buffles (Bubalus bubalis, appelés localement « PaaDa »), porcs, chèvres, poulets et pigeons - dans le but de plaire à Gadhimai, déesse de la puissance[1].

Description[modifier | modifier le code]

Environ 5 millions de personnes participent au festival, dont la majorité sont des Indiens des États de l'Uttar Pradesh et du Bihar. Ils assistent à la fête au Népal afin de contourner l'interdiction sur les sacrifices d'animaux dans leur propre État[2],[3]. Les participants estiment que les sacrifices d'animaux pour la déesse hindoue Gadhimai chasseront le diable et leur apportera la prospérité[4].

Un mois avant le rituel de 2009, le gouvernement népalais a réalisé qu'il y aurait une pénurie «grave» de boucs pour le sacrifice rituel, ainsi que pour la consommation de viande de chèvre pendant le festival. Ils ont mené une campagne à la radio demandant aux agriculteurs de vendre leurs animaux[5].

Déroulement de la cérémonie[modifier | modifier le code]

La fête du 24 novembre 2009 et le sacrifice des animaux a pris fin le 25, avec le grand prêtre du temple nommé Saptabali réalisant les sacrifices rituels de souris blanche, pigeon, coq, canard, porc et buffle mâles. Plus de 20 000 buffles ont été sacrifiés la première journée[6]. On estime que 300 000 à 500 000 animaux ont été tués pendant la fête de Gadhimai de 2009[2]. Les sacrifices rituels sont effectués par plus de 200 hommes dans un abattoir près du temple[7].

Accidents[modifier | modifier le code]

Trois très jeunes enfants de pèlerins venus observer la fête de Gadhimai sont morts à cause du grand froid[6]. Six personnes sont mortes après avoir bu de l'alcool frelaté[3].

Controverses[modifier | modifier le code]

La fête a suscité de nombreuses protestations de militants des droits des animaux. En 2009, des militants, dont Brigitte Bardot et Maneka Gandhi ont fait plusieurs tentatives pour faire arrêter le rituel et écrit au gouvernement népalais pour lui demander d'arrêter ces tueries[8],[9]. Un fonctionnaire a fait observer qu'ils ne saurait « interférer dans des traditions populaires vieilles de plusieurs centaines d'années »[2].

Ram Bahadur Bomjon, considéré par certains de ses partisans comme la réincarnation de Bouddha, a déclaré qu'il allait tenter de faire arrêter les sacrifices, prêchant la non-violence et offrant sa bénédiction à la place[10],[11]. Sa promesse avait incité le gouvernement à envoyer des forces supplémentaires pour prévenir tout incident[11].

Après la fête, la viande, les os et les peaux des animaux sacrifiés sont vendus à des entreprises de transformation et de tannerie en Inde et au Népal[1]. Les Intouchables locaux (dalits) de la caste Chamar peuvent consommer de la viande de buffle de la fête. Cette année, malgré les protestations et les appels à boycotter la consommation de viande par des groupes d'intouchables, de nombreux dalits sont arrivés au temple pour chercher de la viande pour leur consommation.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b (en) Joanna Jolly, « Devotees flock to Nepal animal sacrifice festival », BBC,‎ 24 novembre 2009 (lire en ligne)
  2. a, b et c (en) « Gadhimai festival begins despite protests in Nepal », The Hindu,‎ 24 novembre 2009 (lire en ligne)
  3. a et b (en) Sudeshna Sarkar, « Indians throng Nepal's Gadhimai fair for animal sacrifice », The Times of India,‎ 24 novembre 2009 (lire en ligne)
  4. (en) « Gadhimai Festival: Nepal Mass Animal Sacrifice Festival To Go Ahead Despite Protests », The Huffington Post,‎ 20 novembre 2009 (lire en ligne)
  5. (en) « Gadhimai Festival: Nepal Mass Animal Sacrifice Festival To Go Ahead Despite Protests », The Huffington Post,‎ 20 novembre 2009 (lire en ligne)
  6. a et b (en) « Over 20,000 buffaloes slaughtered in Gadhimai festival », NepalNews.com,‎ 25 novembre 2009 (lire en ligne)
  7. (en) Zhang Xiang, « Gadhimai festival begins in central Nepal », Xinhua News Agency (consulté le 25 novembre 2009)
  8. (en) « Bardot appeal over animal slaughter at Nepal festival », BBC,‎ 20 novembre 2009 (lire en ligne)
  9. (en) Anil Bhanot, « The Gadhimai sacrifice is grotesque », The Guardian,‎ 25 novembre 2009 (consulté le 25 novembre 2009)
  10. (en) « Sacrifice of 200,000 Animals Proceeds Despite Pleas, Prayers », Environment News Service,‎ 22 novembre 2009 (consulté le 25 novembre 2009)
  11. a et b (en) « Buddha boy fails to turn up at Gadhimai », Republica,‎ 20 novembre 2009 (lire en ligne)