Félix De Mûelenaere

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Félix de Mûelenaere
Comte Félix de Mûelenaere
Comte Félix de Mûelenaere
Fonctions
3e chef de cabinet belge
24 juillet 183120 octobre 1832
Monarque Léopold Ier
Gouvernement de Muelenaere
Coalition unioniste
Prédécesseur Joseph Lebeau
Successeur Albert Goblet
Biographie
Date de naissance 5 avril 1793
Lieu de naissance Pittem (Pays-Bas autrichiens)
Date de décès 5 août 1862 (à 69 ans)
Lieu de décès Pittem (Belgique)
Nationalité belge
Parti politique Parti catholique
Profession Procureur
Résidence 16, rue de la Loi

Félix De Mûelenaere
Chefs de cabinet belges

Le comte Félix Amandus de Mûelenaere (Pittem, Flandre-Occidentale,5 avril 1793 - 5 août 1862, Pittem) est un homme politique belge catholique modéré.

Formation[modifier | modifier le code]

Il est diplômé en 1815 à l'École de droit de Bruxelles, faisant partie de l'Université impériale fondée par Napoléon et établie en 1806 dans le palais de Charles de Lorraine.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il s'inscrit au barreau de Bruges. Il est ensuite nommé procureur du Roi et est élu par les États provinciaux de Flandre pour siéger au parlement de La Haye. À partir de 1825, il s'oppose à la politique de Guillaume Ier des Pays-Bas, notamment en ce qui concerne le monopole d'État sur l'enseignement voulu par le souverain. En 1829, celui-ci empêche donc sa réélection par des pressions sur les États de Flandre.

En 1830, il est élu au Congrès national, puis est nommé par le gouvernement provisoire gouverneur de Flandre occidentale. En juillet 1831 il soutient Joseph Lebeau au Congrès dans son combat pour l'adoption du traité des XVIII articles. Après son adoption, Lebeau le recommande à Léopold Ier au poste de Premier ministre.

Il forme alors un gouvernement unioniste, formé de Jean-Joseph Raikem (catholique) à la Justice, Étienne de Sauvage (libéral) à l'Intérieur, Jacques Coghen (libéral) aux Finances et Amédée de Failly (sans étiquette) à la Guerre. Il prend ses fonction le 27 juillet 1831.

Peu après la formation de ce gouvernement, le 2 août 1831, les hostilités avec les Pays-Bas reprennent. Dans l'urgence, Jospeh Lebeau revient au gouvernement en tant que ministre sans portefeuille, pour démissionner dès la fin des combats.

Suite à la défaite belge, la conférence de Londres rédige le traité des XXIV articles. Félix De Muelenaere se bat au parlement pour la ratification de ce traité, seul garant de la paix. Après le vote, il espère que les grandes puissances forceront Guillaume Ier à ratifier le traité. Le roi, qui ne croit pas à ce scénario, envoie le général Albert Goblet à Londres pour l'infirmer. En octobre 1832, Félix De Muelenaere remet sa démission au roi, probablement vexé par ce procédé.

Il est en 1836 sollicité pour le poste de ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Barthélémy de Theux de Meylandt, mais il renonce. Il est chargé par Jean-Baptiste Nothomb en 1843, avec Charles Liedts et Adolphe Dechamps, de négocier à Paris un accord d'union douanière avec la France, projet qui est finalement abandonné. Il reste ministre sans portefeuille jusqu'en 1847, tout en restant gouverneur de la province de Flandre-Occidentale, poste qu'il abandonne en février 1849.

Il est ensuite élu député de Tielt et le reste jusqu'à sa mort.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean Bartelous, Nos Premiers Ministres, de Léopold Ier à Albert Ier, 1983, Bruxelles, éd. J.M. Collet.
  • Théodore Juste, Le Comte de Muelenaere, Ministre d'Etat, d’après des documents inédits, C.Muquardt, Bruxelles, 1869.