Félix De Baerdemaecker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Félix De Baerdemaecker

Description de cette image, également commentée ci-après

Félix De Baerdemaecker (photographie anonyme, 1878).

Naissance 31 août 1836 à Louvain
Décès 19 novembre 1878 (à 42 ans) à Ledeberg
Nationalité belge Drapeau de la Belgique
Activités peinture
Formation Académie de peinture d'Anvers
Maîtres Jacob Jacobs
Mouvement artistique Pleinairisme
Le Hameau de Maurenne
Image illustrative de l'article Félix De Baerdemaecker
Vue du hameau de Morenne (sic) près d'Hastière. Étude préparatoire au tableau du Musée des Beaux-Arts de Gand.
Artiste Félix De Baerdemaecker
Date non datée [1875]
Technique huile sur toile
Dimensions (H × L) 35 5 × 50 5 cm
Localisation collection privée

Félix De Baerdemaecker (31 août 1836 à Louvain – 19 novembre 1878 à Ledeberg) était un artiste-peintre belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un engagement qui le retient sous les drapeaux de sa quatorzième à sa vingtième année, il reçoit une formation artistique à l'Académie de peinture d'Anvers. Il y excelle dans la classe de peinture de paysages et d’animaux dirigée par Jacob Jacobs (nl) dont il finit par fréquenter l’atelier privé.

Lors d’un séjour de quelques années à Namur, il participe à la fondation du Cercle artistique et littéraire local et poursuit son action de propagande artistique à Gand, au sein du Kunstgenootschap comme de l’Association des artistes gantois.

Il meurt jeune encore et reçoit un enterrement civil, ainsi qu'il en a formulé la volonté expresse.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Félix De Baerdemaecker a régulièrement représenté des sites du pays flamand. Les paysages de Wallonie semblent toutefois avoir constitué la part la plus importante de sa production artistique : Amblève, Lesse, Meuse, Semois et Basse-Sambre namuroise d’où sa femme est originaire. Ainsi le souligne amicalement le critique d'art Gustave Lagye (1843-1908) à l'occasion d'une exposition collective à Namur en 1877 :

De Baerdemaecker, dont je ne ferai point un éloge superflu de peur que, le sachant mon collaborateur dans la Fédération, le public namurois ne prenne cet articulet pour de la réclame, De Baerdemaecker, dis-je, continue à courir le monde pour en revenir toujours à l'Ardenne des premiers et heureux amours. Mais qu'il peigne le Barrage de Pont-à-Lesse, l'Écluse de Bauce ou les Cours de ferme aux environs de Gand, toujours son crayon aimable et sa brillante palette s'en donnent à cœur joie, s'attaquant à des sites franchement picturaux.[1]

Le Musée des Beaux-Arts de Gand possède de lui un Hameau de Maurenne auquel Camille Lemonnier a consacré les phrases suivantes (1875) :

Quant à l’adresse, elle est souvent considérable. Cette adresse, vous la retrouverez chez M. De Baerdemaecker, dans ses jolies eaux rayées d’égratignures et lustrées de reflets coquets, au milieu d’un miroitement de paillettes ; mais M. De Baerdemaecker a prouvé qu’il ne craignait pas de sortir de la manière un peu chatoyante qui lui est habituelle pour aborder les brutalités du gris : son Hameau de Maurenne, massé sur une butte de terre, et pris par un temps pluvieux, a la justesse de caractère et d’impression qu’il faut.[2]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'Opinion libérale (Namur), 2e année (1877), no 192.
  2. « Exposition triennale des Beaux-Arts à Bruxelles », Gazette des Beaux-Arts. Courrier européen de l'art et de la curiosité, 220e livraison (1er octobre 1875), pp. 350 (texte) et 351 (reproduction du tableau d'après un dessin de l'artiste) [1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1992 : Luc HIERNAUX, « Paysages d’Ardenne et Meuse dans l’œuvre de Félix De Baerdemaecker (1836-1878), peintre flamand », De la Meuse à l'Ardenne (Saint-Hubert), n° 15, pp. 29–62.
  • 1995 : Luc HIERNAUX, « Félix De Baerdemaecker (Louvain, 1836 – Ledeberg, 1878), peintre flamand des vallées wallonnes », dans les Actes du Congrès de Liège, 20-23 VIII 1992, Liège, LIe Congrès de la Fédération des Cercles d’archéologie et d’histoire de Belgique et 4e congrès de l’Association des Cercles francophones d’histoire et d’archéologie de Belgique, vol. 3, pp. 189–197.
  • 1996 (nl) : Luc HIERNAUX, notice dans le Nationaal Biografisch Woordenboek, t. 15, p. 21.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Photothèque de l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA) [2].
  • Vlaamse Kunst Collectie [3].