Félix Charpentier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Félix Charpentier

Félix Charpentier est un sculpteur français né à Bollène le 10 janvier 1858, mort à Paris le 7 décembre 1924.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Monument commémorant du centenaire de la réunion d'Avignon et du Comtat Venaissin à la France

Après l’école des beaux-arts d’ Avignon, il est l’élève de Jules Cavelier et d’ Amédée Doublemard à l’école des beaux-arts de Paris en 1877 ; dès 1879, il présente ses œuvres au Salon des Artistes Français et il y paraitra chaque année[1].

Il est primé par une médaille d'argent à l'Exposition Universelle de 1889 et sa notoriété ne cessa de s'amplifier. Il reçoit, en 1890, la médaille de 1ère Classe et le Prix du Salon pour le marbre « La chanson » puis en 1893 la Médaille d'Honneur pour le marbre « les Lutteurs ».Cette œuvre sera acquise par l’État et elle orne, depuis 1905, la place de l’hôtel de ville de Bollène Élevé au grade de chevalier de la Légion d'honneur, il est décoré le 21 avril 1892, à Avignon par le préfet du Vaucluse à l’occasion de la réception du monument commémorant le centenaire de la réunion du Comtat Venaissin à la France » qu’il a réalisé; il sera fait officier le 9 février 1901[2].

En 1899, l'Autriche décerna à Félix Charpentier la Grande Médaille d'Or à l'Exposition triennale Internationale de Vienne pour le « Globe Endormi ». En 1900, il est élu maire de Chassant (Eure-et-Loir) où il a élu domicile[3].

Son œuvre[modifier | modifier le code]

L'improvisateur, exemplaire en bronze d'un plâtre de 1887

Charpentier fut un travailleur infatigable et plus de 350 de ses œuvres sont répertoriées à ce jour.

On lui doit de très nombreuses statues que l’on retrouve dans plusieurs musées nationaux comme « l’Étoile filante » (au musée de Nîmes) ou « l’Illusion » ou dans des jardins publics (Paris, Avignon); il a laissé également un nombre important de petits bronzes qui sont toujours cotés sur le marché de l'art.

À partir de 1893, l’État lui passe commande de nombreux monuments publics qu’il s’agisse de la décoration de la Gare de Lyon à Paris ou d’un bas relief pour le Grand Palais « l’Art Contemporain ».

Après la guerre, on lui commanda de nombreux monuments aux Morts :

Dans son département d'adoption l'Eure et Loir : Béville-le-Comte, Bonneval, Brou, Chassant, Combres, Dangeau, Frétigny, Fruncé, Unverre.

Dans sa Provence natale: Bollène, Roquemaure, Sainte-Cécile-les-Vignes, Saint-Paul-Trois-Châteaux.

Dans d'autres départements : Misy-sur-Yonne, Genas.

Il réalisa de nombreux bustes et médaillons tels Frédéric Mistral ou Gaston Boissier (au musée de Nîmes), Jean-Marie Mengue, Paul Doumer, Gaston Doumergue


Avignon - Œuvres de Félix Charpentier au Jardin des Doms


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Félix Charpentier ses débuts
  2. Félix Charpentier ses succès
  3. Félix Charpentier Biographie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :