Fédération française de la montagne et de l'escalade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fédération française de la montagne et de l’escalade
Image illustrative de l'article Fédération française de la montagne et de l'escalade

Sigle FFME
Sport(s) représenté(s) Alpinisme
Canyonisme
Escalade
Raquette à neige
Randonnée
Ski-alpinisme
Création 1945
Président Pierre You
Siège Paris, Drapeau de la France France
Clubs 1 100
Licenciés 68 211 (en 2012)[1]
Site web www.ffme.fr

Fondée en 1945, la fédération française de la montagne et de l’escalade (FFME) est une association française, de type loi 1901. Elle est chargée d'assurer la promotion et le développement en France de l'escalade, du canyonisme, de la raquette à neige, du ski-alpinisme, de l'alpinisme et de la randonnée montagne, et a reçu à ce titre une délégation du ministère des Sports[2] pour les quatre premières activités.

La FFME est membre du comité national olympique et sportif français (CNOSF), de la fédération internationale d'escalade[3], aussi connue sous le nom anglais d'International Federation of Sport Climbing (IFSC), et de l'International Ski Montaineering Federation (ISMF)[4]. Elle est présidée depuis 2005 par Pierre You. Sa liste a été reconduite à 55% des suffrages exprimés lors de l'Assemblée Générale à Avon-Fontainebleau le 30-31 mars 2013, face à une liste alternative menée par Claude Chemelle.

En février 2010, lors de l'assemblée générale de l'IFSC, elle a été choisie pour organiser les championnats du monde d'escalade 2012 qui se sont déroulés au palais omnisports de Paris-Bercy du 12 au 16 septembre 2012[5].

Lors de l'assemblée générale de l'IFSC du 25 février 2012, la FFME est à nouveau choisie pour organiser les Championnats du monde jeunes 2014 à Nouméa[6]. Le comité régional de Nouvelle Calédonie sera chargé de la mise en place de cet événement.

Historique[modifier | modifier le code]

Fondation (1945)[modifier | modifier le code]

La Fédération française de la montagne (FFM) est créée en 1945 sous l'impulsion du Haut commissariat aux sports. Celui-ci souhaitait initialement que ce soit le Club alpin français (CAF) qui se transforme en Fédération de la montagne. Mais, devant les réticences du vieux club, une autre structure parallèle est créée : la FFM[7],[8]. Les deux organisations vont dès lors coexister, avec des approches un peu différentes de la montagne.

La présidence de la FFM est confiée au géologue et alpiniste Louis Neltner.

L'Annapurna (1950) et les grandes expéditions[modifier | modifier le code]

Sous la direction de Lucien Devies, la FFM organise l'expédition à l'Annapurna de 1950, avec Maurice Herzog, Louis Lachenal, Lionel Terray, Gaston Rébuffat, Marcel Ichac (pionnier du cinéma de montagne), Jean Couzy, Marcel Schatz, Jacques Oudot (médecin) et Francis de Noyelle (agent de liaison). La médiatisation de la première conquête mondiale d'un sommet de 8000 mètres (les conférences à la salle Pleyel, le livre Annapurna, premier 8000 de Maurice Herzog, le livre de photos Regards vers l'Annapurna, le film Victoire sur l'Annapurna de Marcel Ichac, etc.) rapportent un véritable trésor de guerre à la FFM. Ce qui lui permet de financer dans les années qui suivent d'autres grandes expéditions françaises à l'assaut de grands sommets de la planète.

De la FFM à la FFME (1987)[modifier | modifier le code]

En 1985 est créée la Fédération française d'escalade (FFE) qui donne naissance en 1986 aux grandes compétitions d'escalade.

En 1987, la Fédération française de la montagne (FFM) et la Fédération française d'escalade (FFE) fusionnent pour créer la Fédération française de la montagne et de l'escalade (FFME)

En 2002-2003, un projet de fusion entre la FFME et le CAF (en fait appelé Fédération des Club alpins français) échoue.

Rôles de la FFME[modifier | modifier le code]

La FFME est délégataire de l'État français pour organiser et promouvoir les activités sportives suivantes[2] :

La FFME développe également les disciplines annexes telles que l'alpinisme et les expéditions (où elle a joué un rôle historique avec la conquête de l'Annapurna, premier 8 000, et de plusieurs grands sommets dans le monde), ou la randonnée en montagne (hors sentiers).

La fédération regroupe plus de 1 100 clubs répartis sur le territoire français, et rassemble entre 60 000 et 82 000 licenciés en club ou hors clubs[7]. Des comités régionaux et départementaux relaient l'action de la fédération au niveau local.

Outre l'entraînement des équipes de France (escalade, ski de randonnée, équipe nationale jeunes alpinistes), la FFME joue un rôle moteur dans l'organisation des championnats et des compétitions, dans la formation des bénévoles des clubs (initiateurs) et des officiels des compétitions. La FFME défend le libre accès aux sites de pratique en concertation avec ses interlocuteurs institutionnels (autres fédérations, partenaires locaux, pratiquants, CIPRAetc.).

Classement national[modifier | modifier le code]

Chaque année, et tout au long de la saison, la FFME édite un classement national pour l'escalade[9] et le ski alpinisme[10].

Ces classements ont divers rôles au delà d'un classement pur et simple des meilleurs français dans ces disciplines, et permettent la sélection en équipe de France. Ils sont aussi des critères pour les athlètes de haut niveau.

Les championnats du monde d'escalade 2012[modifier | modifier le code]

La FFME a organisé les championnats du monde d'escalade en 2012 au palais omnisports de Paris-Bercy. Paris a été retenue comme ville organisatrice par la Fédération internationale d'escalade (IFSC). Ces championnats ont été l’occasion pour la FFME de recevoir une nouvelle fois une importante manifestation sportive internationale, après le succès des championnats d'Europe d'escalade 2008 dans la capitale parisienne. 512 athlètes (dont 62 en Handisport) de 56 nations ont participé aux qualifications et aux phases finales des trois compétitions (Bloc, Difficulté, Vitesse)et plus de 16 000 spectateurs sont venus pour encourager les compétiteurs pendant toute la durée de la compétition.

Partenariats[modifier | modifier le code]

La FFME a noué des relations avec plusieurs partenaires. Au début de l'année 2012, les partenaires et fournisseurs officiels sont :

Quelques chiffres[modifier | modifier le code]

La FFME, c'est[7] :

  • 82 000 licenciés ;
  • 1 100 clubs ;
  • 122 comités territoriaux ;
  • 2 000 titres de formation par an ;
  • 9 500 diplômés fédéraux ;
  • 10 000 compétiteurs ;
  • 250 évènements sportifs par an.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Atlas national des fédérations sportives 2012.
  2. a et b « Arrêté du 29 mars 2005 accordant la délégation à la Fédération française de la montagne et de l'escalade », sur www.legifrance.gouv.fr,‎ 8 avril 2005 (consulté le 21 janvier 2012)
  3. (en) « Member Federations », sur www.ifsc-climbing.org,‎ 1er février 2012 (consulté le 21 janvier 2012)
  4. « International Ski Montaineering Federation », sur www.ismf-ski.org (consulté le 21 janvier 2012)
  5. « Bercy 2012, c'est voté! », sur www.ffme.fr,‎ 27 février 2010 (consulté le 21 janvier 2012)
  6. « Championnat du monde jeunes 2014 à Nouméa », sur www.ffme.fr,‎ 27 février 2012 (consulté en 29 février 2012).
  7. a, b et c « La Fédération Française de la Montagne et de l'Escalade (FFME) », sur www.ffme.fr,‎ 5 mai 2011 (consulté le 21 janvier 2012)
  8. « FFCAM - Qui sommes nous? », sur www.ffcam.fr,‎ 31 janvier 2001 (consulté le 21 janvier 2012)
  9. « Escalade - Classement », sur www.ffme.fr,‎ 19 décembre 2011 (consulté le 21 janvier 2012)
  10. « Ski-alpinisme - Classement », sur www.ffme.fr,‎ 5 mai 2011 (consulté le 21 janvier 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]