Fédération française d'éducation physique et de gymnastique volontaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fédération française d'éducation physique et de gymnastique volontaire
Logo de la FFEPGV
Logo de la FFEPGV

Sigle FFEPGV
Nom précédent LGEP (1888)
FFGE (1953)
FFGEGV (1964)
Sport(s) représenté(s) plus de 50 activités sportives non compétitives
Création 1972
Président Françoise SAUVAGEOT
Siège Montreuil
Nations membres Drapeau de la France France
Clubs 6 528
Licenciés 546 000 (en 2014)
Site internet http://www.ffepgv.fr

La Fédération française d'éducation physique et de gymnastique volontaire (ou FFEPGV) est une fédération sportive française fondée en 1888 et dédiée à l'éducation physique, et plus particulièrement aux différentes formes de gymnastique.

La fédération[modifier | modifier le code]

Forte de 550 000 licenciés, encadrés par 7 800 animateurs sportifs diplômés répartis dans ses 7 400 clubs affiliés, la FFEPGV est la 1re fédération française de sports non compétitifs et la 5e, tous sports confondus, hors fédérations scolaires[1].

La gymnastique volontaire est une pratique éducative, de proximité et en groupe d'activités physiques diversifiées organisées en séances. Elle sert d'accompagnement pour entretenir, améliorer, dynamiser la santé, le bien-être et la qualité perçue de la vie ainsi que les relations sociales et citoyennes. Elle a une approche humaniste. C'est une pratique non compétitive fondée sur la connaissance de soi et prônant la solidarité. La spécificité de l'EPGV est de permettre d'accompagner chaque personne dans ses démarches grâce à une pédagogie adaptée et différenciée.

La FFEPGV réunit ainsi tous les publics et toutes les tranches d’âge autour de pratiques sportives diverses telles que : gymnastique douce, gymnastique rythmique, fitness, stretching, danse, marche, randonnée pédestre, jogging, équilibre, adresse, renforcement musculaire, sports collectifs, sports d’opposition, capoeira, hip-hop, etc.

séance EPGV 2007
séance EPGV 2007
séance EPGV 2007
séance EPGV 2007
Philippe Tissié 1901
Philippe Tissié 1901
séance EPGV Pau 1916
séance EPGV Pau 1916
EPGV Ecole Normale Pau 1913
EPGV Ecole Normale Pau 1913
Gymnastique Volontaire Stockholm 19393
Gymnastique Volontaire Stockholm 1939
séance EPGV 2007
séance EPGV 2007

Une vocation humaniste[modifier | modifier le code]

La FFEPGV est depuis ses origines, en 1888, un mouvement humaniste, attaché à l’amélioration des conditions de vie de l’humanité, par l’éducation physique et la vie associative en particulier. Cet engagement perdure, et se retrouve aujourd’hui dans le concept de « sport santé » que la FFEPGV, membre du Comité national olympique et sportif français (CNOSF) et du collège des fédérations multisports et affinitaires[2], et donc missionnée par l'État[3], se doit de mettre en avant.

Le concept de « sport santé » est le suivant : faire de l’exercice régulièrement au sein de structures associatives adaptées suffit à apporter santé et bien-être à tous. La mission de service public de la FFEPGV lui donne ainsi pour vocation d'accueillir, conseiller et former tous les publics à l'exercice de pratiques sportives exclusivement non compétitives, afin d'éviter toute dérive liée à la recherche de performances et ainsi privilégier la santé et le bien-être de ses pratiquants.

Activités physiques[modifier | modifier le code]

Les 550 000 licenciés de la FFEPGV pratiquent nombre d’activités physiques qui diffèrent selon l’âge, la condition physique et les attentes et besoins des pratiquants. Les activités proposées s’adressent aux 3 publics, à partir de 9 mois : enfants, adultes et seniors.

Les objectifs des séances varient selon chacun. Il peut s’agir de développer son équilibre, sa souplesse, son habileté, sa tonicité, de diversifier ses aptitudes physiques ou d’apprendre à gérer ses dépenses énergétiques.

Il peut aussi s’agir de développer sa personnalité, sa créativité, de favoriser ses relations avec les autres, de gérer son stress ou de renforcer sa confiance en soi. Par exemple en pratiquant des sports collectifs ou d’opposition.

Enfin certaines activités, en particulier celles dédiées aux seniors, ont pour objectif d’entretenir son équilibre, sa mémoire et sa vivacité intellectuelle, pour mieux organiser et valoriser sa vie quotidienne.

Fondamentalement, les activités proposées par les animateurs sportifs diplômés d'État de la FFEPGV ne nécessitent pas de matériel sportif ni d’infrastructure, et peuvent se pratiquer en salle comme en extérieur.

Cependant, il est fréquent de constater l’utilisation de balles, ballons, anneaux, cerceaux, quilles, plots, steps, cordes à sauter, bandes élastiques et tapis de sol, voire de raquettes, de petites haltères, de disques « gliding »…

S’il est bien entendu possible et recommandé de pratiquer l’éducation physique et la gymnastique volontaire chez soi ou seul en extérieur, c’est dans le cadre associatif que la grande majorité des licenciés de la FFEPGV profitent de ses bienfaits.

Les séances conduites par les animateurs sportifs de la FFEPGV sont personnalisées, suivant le principe de la « pédagogie différenciée ». Ainsi, au cours d’une même séance, les pratiquants n’exercent pas forcément tous simultanément les mêmes activités.

Historique[modifier | modifier le code]

La FFEPGV trouve son origine dans le courant hygiéniste[4] de la fin du XIXe siècle. L’idée d’un lien direct entre l’exercice physique et le bien-être physique et moral se répand à travers l’Europe.

Plusieurs structures associatives se créent alors et l’une d’entre elles connaît un succès remarquable : il s’agit de la Ligue Girondine de l’Éducation Physique (LGEP), dont la FFEPGV poursuit aujourd’hui les objectifs de santé physique et mentale.

La LGEP est fondée en 1888 par le Docteur Philippe Tissié[5]. Celui-ci prône l’éducation physique et la gymnastique pour toutes les couches sociales, tous les âges, et pour les deux sexes. Respectueux des différences, il s'oppose à la notion de compétition sportive. Il se distingue en cela de l'approche de Pierre de Coubertin.

Prenant modèle sur la gymnastique volontaire suédoise[6], initiée par Pier Henrick Ling[7], Philippe Tissié est partisan d’une forme de gymnastique douce aux gestuelles simples, en opposition avec les concepts d’exercices physiques intenses et obligatoires associés à des techniques complexes, en vigueur chez les autres théoriciens du sport de l’époque, dont Georges Hébert.

Philippe Tissié est enfin un ardent défenseur d’une éducation physique rationnelle, soulignant ses bienfaits moraux par opposition au sport professionnel, et du développement du sport universitaire. Il créa et organisa ainsi durant de nombreuses années des « Lendits scolaires », manifestations sportives amicales réunissant des centaines de participants des universités du Sud-Ouest de la France.

Les successeurs du Docteur Tissié continuèrent avec la même constance la défense de ses idées, avec la même conviction.

Cependant, historiquement la Ligue Nationale d'Éducation Physique fondée en octobre 1888 par le ministre des affaires extérieures de la Commune Insurrectionnelle de Paris, « nègre » de Jules Verne, qui fut également député du X arrondissement de Paris, Paschal Grousset (alias Philippe Daryl; 1844-1909) qui rédige en cette même année 1888 La Renaissance physique semble être la véritable origine de la Ligue Française d'Éducation Physique. Grousset veut en effet, favoriser l'accès de tous à l'exercice physique et favoriser la santé de tous notamment des plus faibles. Il s'oppose à la pratique sportive anglaise et leur préfère les jeux français. ll s'oppose notamment très violemment, ainsi que le fera plus tard Philippe Tissié, au Baron Pierre Frédi de Coubertin. Il pense également que la compétition élimine les plus faibles et préfère en conséquence la coopération à la compétition.

La LGEP devint la Fédération française de gymnastique éducation (FFGE) en 1953, puis la Fédération française de gymnastique éducation et de gymnastique volontaire (FFGEGV) en 1964.

Enfin, fusionnant avec la Fédération française d'éducation physique (FFEP) le 16 janvier 1972, la FFGEGV devient la Fédération française d'éducation physique et de gymnastique volontaire (FFEPGV).

À partir des années 1960, la Gymnastique Volontaire[8] fait partie du paysage éducatif et sportif français. Jusqu’aux années 1970, elle est l’une des rares impliquées dans le domaine de la gymnastique pour adultes.

Depuis, la Fédération a fait croître spectaculairement ses effectifs - jusqu'à devenir la 1re fédération française de sports non compétitifs - grâce à une organisation structurée et à une politique fédérale de formation initiale et continue reconnue pour sa qualité.

Structures et chiffres-clés[modifier | modifier le code]

Membre du CNOSF et du collège affinitaire des fédérations multisports, la FFEPGV réunit 550 000 licenciés au sein de 7400 associations sportives affiliées.

Parmi ces 550 000 pratiquants – un chiffre en augmentation de 800 % au cours des 35 dernières années – on compte plus de 90 % de femmes.

Encadrés par 24 000 dirigeants bénévoles et 7 800 animateurs sportifs diplômés, ces pratiquants ont pu bénéficier de plus d’1,5 million de séances d’activités physiques au cours de l’année 2009.

La formation occupe une place très importante dans le fonctionnement de la FFEPGV. Plus de 20 000 jours de formation sont en effet actuellement dispensés chaque année.

Ce sont les 23 Comités régionaux (CoReg) et les 100 Comités départementaux (CoDep) qui coordonnent et mettent en œuvre les actions de formation initiale et continue des animateurs et des dirigeants d’associations. Les CoReg et les CoDep assurent par ailleurs le développement régional et départemental de la FFEPGV.

Une Direction Technique Nationale, comme dans toute fédération sportive, définit une politique technique pour l’ensemble des activités sportives exercées au sein des clubs affiliés à la FFEPGV. Et surtout, elle définit le contenu des formations et l’organisation des séances suivant la spécificité de l’EPGV, la pédagogie différenciée : pas de mouvement de groupe uniforme, chaque pratiquant exécute ses propres exercices, personnalisés en fonction de son âge, sa condition physique, ses attentes et ses besoins.

Enfin, une Direction Générale chapeaute l’ensemble des services associatifs, juridiques, administratifs, financiers et communication.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Les Chiffres-clés du Sport publiés par le Ministère de la santé et des sports, décembre 2009, points 10 et 11
  2. Comité National Olympique Français
  3. [Ministère de la Santé et des Sports – Secrétariat d’État aux Sports : http://www.sports.gouv.fr/francais/acteurs-du-sport/les-federations/liste-des-federations-sportives-2742]
  4. Dictionnaire Culturel du Sport, Éditions Armand Colin, Paris 2010, page 381 et 150 ans d’EPS, Jean Zoro, Éditions AEEPS 2002, page 187.
  5. L’Éducation Physique au point de vue historique, scientifique, technique, critique, pratique et esthétique, Docteur Philippe Tissié, 1901, Imprimerie Larousse – Fonds documentaire FFEPGV
  6. La Gymnastique volontaire – Mouvement pour l’amélioration de la santé publique, Éditions Mezata, Göteborg, 1939 – Fonds documentaire FFEPGV.
  7. Em samling Gymnastiska Ställningar och Rörelseformer, Pier Henrick Ling, Stockholm, 1893, Kungi, Boctrykeriert, Norstedt & Söner – Fonds documentaire FFEPGV.
  8. cf. Manuel de Gymnastique volontaire, Éditions Gévédit, Paris, 1974 – Fonds documentaire FFEPGV.