Fédération CJA

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Logo de la CJA

Fédération CJA ( l’appellation usuelle est aussi de Montreal Jewish Federation en langue anglaise) est l'association représentant les 71 380 juifs[1] de la région métropolitaine de Montréal au Québec, au Canada. La fédération se définit comme l'organisme central juif pour la philanthropie et la défense des droits de la communauté juive de Montréal[N 1]. C'est par la CJA que passe le financement, la planification et la coordination des différents services sociaux juifs de Montréal[2].

La CJA est l'une des 156 fédérations régionales juives nord-américaines. De plus la CJA est membre du Congrès juif canadien, du United Israel Appeal Federations Canada et du United Jewish Communities.

Monument commémoratif à Montréal pour les anciens combattants juifs qui se sont battus sous le drapeau canadien et qui ont fait don de leurs vies.

Histoire de la fédération[modifier | modifier le code]

La Fédération CJA a été fondée en 1917[N 2]avec l'espoir d'unir la communauté juive de Montréal au delà de ses divisions et de fournir une organisation centrale pour supporter les 14 organisations locales d'alors dans le Montréal des années 1920.

La fédération s'implique dans toutes les questions majeures auxquelles fait face la communauté juive montréalaise, y compris les restrictions gouvernementales dans l'immigration canadienne dans les années 1920, la pauvreté extrême pendant la dépression, la montée de nazisme non seulement en Europe, mais aussi à Montréal pendant les années 1930[3], et l'assistance aux survivants de l'Holocauste[N 3], le support à la naissance de l'État Israël en 1948, les vagues d'immigration des juifs hongrois après le soulèvement raté de 1956[N 4]et l'exode massif des juifs sépharades des pays du Maghreb lors des évènements de 1967[N 5]. La fédération s'implique aussi dans le combat contre l'antisémitisme[4],[5], . La Fédération développe également des services d'aide aux besoins des juifs les plus vulnérables à Montréal entre autres chez les personnes âgées et chez les nouveaux arrivants.

L'Appel juif unifié[modifier | modifier le code]

Chaque année, la fédération organise une levée de fonds dans les médias montréalais. L'appel juif unifié permet de recueillir les sommes d'argent nécessaire au financement des activités et des services de la fédération juive. $41,4 millions de dollars canadiens sont collectés lors de la campagne 2009[6], $ 36,6 millions lors de la campagne 2010[7] et $ 41,1 millions en 2011[8]. La Fédération CJA récolte ainsi des fonds afin de financer les services sociaux juifs et supporter les organisations locales juives mais c'est la direction de la fédération qui décide comment et où seront allouer les sommes rammassées[9].

Services sociaux juifs[modifier | modifier le code]

Les services sociaux membres de la CJA et les organisations locales CJA sont l'Agence Ometz[10], le Centre d'éducation juif Bronfman (en), le Camp de vacances B'nai Brith (en), la Communauté sépharade unifiée du Québec[11],[N 6], le Centre communautaire Cummings pour les personnes agées (en), le Centre d'aide étudiant Hillel (en), le Centre d'emploi juif de Montréal[12], les services sociaux Ometz à la famille juive[13], le service d'aide aux immigrants juifs de Montréal[14], la bibliothèque juive de Montréal (en), le Centre commémoratif de l'Holocauste à Montréal, le Centre Segal des arts de la scène et le Théâtre Yiddish Dora Wasserman, également le centre communautaire juif YM-YWHA Weider (en).

Nouvelle direction[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Andres Spokoiny.

En mars 2009, Andres Spokoiny[N 7] est nommé le nouveau directeur général de la Fédération CJA. Il s'exprime couramment en langue anglaise, française, espagnole, en hébreu, en Yiddish et un peu en portugais[15]. Ce qui représente un atout étant donné la diversité linguistique au sein des juifs de Montréal. Très vite Spokoiny se positionne pour un nouveau style de leadership[16]. La nouvelle direction de la fédération désire faire alors une large enquête sociologique sur la communauté juive de Montréal. C'est ainsi que débute en 2010 le projet Imagine 2020 [17]. En novembre 2010, les résultats de l'enquête confirment une communauté juive hétérogène composée des Hasidims (26 %), des orthodoxes (24 %), des Massorti (15 %), des réformistes et reconstructionnistes (9 %) et des juifs refusant toute appartenance religieuse (25 %)[18] Dans sa vision de l'avenir, la nouvelle direction de CJA croit fermement que la Fédération doit reconnaître la pluralité de tous les Juifs de Montréal y compris des non-croyants[19]. Le directeur Spokoiny, et sa successeur Deborah Corber[20] s'engagent à construire des ponts entre les différentes branches de la communauté juive montréalaise sans laisser de côté les juifs non-croyants particulièrement chez la jeune génération non impliqués avec les groupes juifs organisés[21].

« The Jewish people are more diversified henceforth than formerly. The federation is looking for innovative ideas. The world has changed dramatically. We have to change, too... »

— Andres Spokoiny

Pour la fédération, il est maintenant évident qu'il y a de nombreux Juifs à Montréal qui ne sont connectés d'aucune façon avec les différentes synagogues ou d'autres organisations communautaires juives laïques[22]. Il faut pour la fédération trouver de nouvelles façons pour rejoindre ces juifs montréalais et éviter leur assimilation[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Tandis que la région urbaine de Toronto est le centre majeur de la communauté juive canadienne, Montréal est longtemps la porte d'entrée au Canada pour l'arrivée des Juifs. Selon le recensement canadien de 2001, les Juifs canadiens sont au nombre de : 180 000 à Toronto, 92 975 à Montréal, 22 590 à Vancouver, 14 790 à Winnipeg, 13 445 à Ottawa, 7 950 à Calgary, 4 920 dans Edmonton et 4 675 dans Hamilton. Le dernier Recensement canadien de 2006 confirme cette tendance démographique: 141,685 juifs dans le Toronto métropolitain sur 71,380 à Montréal. Sources: Statistique Canada pour 2001 et Statistique Canada pour 2006
  2. se référer aux pages Histoire des Juifs au Canada et Congrès juif canadien
  3. Montréal est précédé par Israël et par New York pour le nombre des survivants de l'Holocausete qui ont trouvé refuge après la Seconde Guerre mondiale. Environ 40000 survivants de l'Holocauste sont accueillis à Montréal en 1945, 1946 et 1947. Source: Paul-Andre Linteau, Histoire de Montréal depuis la Confédération, Édition Boréal. pages 467 à 468. 1992.(ISBN 978-2890524415)
  4. En 1956, environ 1,500 juifs trouvent refuge à Montréal. Source: Joe King, Les Juifs de Montréal, trois siècles de parcours exceptionnel, pages 221 à 228. Editor: Édition Carte Blanche. 2002.(89590-002-7)
  5. En 1967, près de 25,000 juifs marocains se réfugient à Montréal. Source: Marie Berdugo-Cohen, Yolande Cohen et Joseph Levy, Juifs marocains à Montréal: témoignages d’une immigration moderne, Montréal. Edition VLB. 1987.
  6. L'immigration juive maroccaine à montréal commence en 1956. Ce mouvement migrateur atteint son sommet en 1967 pendant la guerre israélienne-arabe de 1967.
  7. Auparavant Andres Spokoiny travaille pendant 12 ans pour le American Jewish Joint Distribution Committee(JDC), une organisation pour supporter les differentes communautés juives dans le monde entier. Spokoiny travaille alors comme directeur régional du JDC avec des communautés juives en Pologne, dans les pays baltes et les régions européennes de la Russie après la chute du communisme. Spokoiny est aussi impliqué dans d'autres projets pour développer des communautés Massorti pour l'Europe du Nord-Est.Sources Jewish Journal du 8 mars 2007 et Federation CJA appoints new Executive Director du 10 mars 2009

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.:

  • Pierre Anctil. Trajectoires juives au Québec. Presses de l'Université Laval. Québec. 246 pages. Novembre 2010. (ISBN 978-2-7637-8969-9) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pierre Anctil. Le Rendez-vous manqué Les Juifs de Montréal face au Québec de l'entre-deux-guerres. Presses de l'Université de Montréal. Québec. 366 pages. Janvier 1990. (ISBN 2-89224-112-X). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Paul-Andre Linteau, Histoire de Montréal depuis la Confédération, Édition Boréal. 613 pages. 1992.(ISBN 978-2890524415).Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Vidéos de la Fédération CJA[modifier | modifier le code]