Fédération étudiante collégiale du Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fédération étudiante
collégiale du Québec

Logo de l’association
Cadre
But Défendre les droits et les intérêts des étudiants collégiaux
Zone d’influence Drapeau : Québec Québec
Fondation
Fondation 1990
Identité
Siège Montréal, Québec
Structure Fédération étudiante
Président Alexis Tremblay
Vice-président Émilie Joly
Secrétaire générale Fanny Salois-Trudeau
Membres 19 associations membres
[réf. nécessaire]
Slogan Représenter, défendre, soutenir
Site web www.fecq.org

La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) est une organisation étudiante représentative québécoise de niveau collégial fondée en 1990. Elle se donne pour mission de défendre les intérêts des étudiants, de faire progresser la condition étudiante et plus généralement, d'agir en tant que porte-parole de la jeunesse québécoise. Ses revendications principales concernent l'aide financière aux études[1], les cégeps en région[2] et la cote R[3] et les droits de scolarité[4] à l'université. En plus de s'exprimer pour une éducation accessible et de qualité, elle prend position sur de plusieurs autres enjeux tels que les élections[5], l'environnement[6], l'emploi[7] et la guerre[8].

Considérée comme plus modérée[9], la FECQ était parmi les associations étudiantes ayant participé à la grève étudiante québécoise de 2012.

Fondation[modifier | modifier le code]

La FECQ fut fondée le 10 mars 1990 durant la mobilisation contre la hausse des frais de scolarité universitaires imposée par le ministre Claude Ryan par un groupe d'associations étudiantes collégiales réfractaires au recours à la grève générale illimitée prôné par le regroupement étudiant principal de l'époque, l'Association nationale des étudiants et étudiantes du Québec (ANEEQ). Déçues de l'échec des dernières mobilisations de l'ANEEQ, ces associations réfractaires souhaitaient s'éloigner de la tradition syndicale combative, dominante jusqu'alors au sein du mouvement étudiant, pour s'orienter sur un modèle de lutte étudiante reposant sur la concertation et le partenariat avec l'État[10].

Structure[modifier | modifier le code]

Associations membres[modifier | modifier le code]

Les 19 associations étudiantes suivantes sont membres [réf. nécessaire] :

Répartition des associations membres de la FECQ selon les régions.
Répartition des associations membres de la FECQ selon les régions.

Le statut de membership de certaines de ces associations est sujet à controverse. Voir la section Controverse sur le nombre d'associations membres.

Assemblée générale[modifier | modifier le code]

Instance suprême de la FECQ, l'Assemblée générale réunit les délégations des associations membres une fois par année pour élire les membres du Conseil exécutif et adopter les États financiers de la Fédération. Cette instance peut également adopter des modifications aux règlements généraux.

Les décisions y sont adoptées selon un processus semi-proportionnel et à double majorité. La semi-proportionalité accorde un nombre de votes plus important (jusqu'à neuf) aux associations étudiantes ayant un grand membership. La double majorité signifie que toute décision doit être soutenue par la majorité des votes et la majorité des associations membres. En assemblée générale, pour qu'une association puisse utiliser tous ses droits de votes, elle doit présenter un nombre de délégués au-moins égal à ce nombre. Si ce nombre n'est pas atteint, ses votes sont limités à son nombre de délégués présents. Par exemple, l'Association générale des étudiants du Collège Édouard-Montpetit, qui possède sept votes en assemblée et en congrès doit amener sept délégués; si elle n'en présente que cinq, elle ne pourra utiliser que cinq votes.

Congrès[modifier | modifier le code]

Aussi formé des délégations des associations membres, le Congrès délibère de toute question concernant la Fédération et ses dossiers. Le Congrès est précédé de commissions consultatives chargées d'émettre des recommandations au Congrès.

Le processus décisionnel est identique à celui de l'Assemblée générale, excepté que les associations n'ont pas un nombre minimal de délégués à présenter.

Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

Le Conseil d'administration est composé d'un élu par association membre. Il veille à la bonne gestion de la Fédération et est responsable d'émettre des recommandations de modifications aux règlement généraux.

Conseil exécutif[modifier | modifier le code]

Le Conseil exécutif coordonne des activités de la Fédération et applique les décisions du Congrès et des autres instances. Il est élu par ses membres lors de l'Assemblée générale annuelle, en fin d'année.

Les membres du Conseil exécutif de la FECQ
Poste 2014-2015 2013-2014 2012-2013 2011-2012 2010-2011 2009-2010
Présidence Alexis Tremblay Éliane Laberge Léo Bureau-Blouin Xavier Lefebvre-Boucher
Vice-présidence Émilie Joly Vincent Fortier-Martineau Vincent-Olivier Bastien Simon Harvey Mathieu Morin Ariane Brisson
Secrétariat général Fanny Salois-Trudeau Camille Thériault-Marois Étienne Dion Stéfanie Tremblay
Coordination aux affaires sociopolitiques et à la recherche Francis St-Laurent Jonathan Marleau Vincent Fortier-Martineau Léa Turbide Alexandre St-Onge-Perron Julien Boucher
Coordination aux relations et communications Mylène Beuchée Nicolas Groulx Charlotte Watson Gabrielle Brais Harvey Poste inexistant
Coordination aux affaires étudiantes Marie-Pier Dorion Anthony Bissonnette Jonathan Marleau Marie-Ève Bujold Simon Harvey Sonia Palato
Responsables aux affaires internes Antoine Côté Émilie Joly Anthony Bissonnette Simon Turbide Marie-Ève Bujold Gabrielle Brais-Harvey
Vincent Limoges Alexis Tremblay Guillaume Courtemanche Patrick Laprise Simon Turbide Yoan Brel
Anis Telmat

Finances[modifier | modifier le code]

En plus des dons non récurrents d'organisations comme les centrales syndicales québécoises[18], les principales sources de financement de la FECQ sont les cotisations demandées aux membres et un financement gouvernemental. En effet, les dirigeants de la FECQ reçoivent une allocation financière spéciale du gouvernement selon le nombre d'étudiants représentés par la Fédération[19].

La hausse des cotisations demandées de 5$ à 10$ par an en 2013[20] est d'ailleurs une des causes de la vague de désaffiliation en cours depuis l'automne 2012[21]. Pour fin de comparaisons, les cotisations annuelles de la FEUQ et de l'ASSÉ sont respectivement de 5$[22] et de 3$[23].

En 2012, le montant dédié à rémunérer les exécutants de la FECQ était de 100 000$, soit 20% du budget total de l'époque[24].

Affiliations et désaffiliations récentes[modifier | modifier le code]

Depuis la fin de la grève étudiante québécoise de 2012, une crise ébranle la FECQ. Dans une lettre ouverte[25]publiée le 24 novembre 2012, d'anciens militants étudiants membres de la Fédération évoquent un manque de transparence et de démocratie pour justifier leur perte de confiance[26],[27],[28]. En guise de réaction, une seconde lettre ouverte, celle-ci en soutien à la FECQ, fut publiée, soutenant que la Fédération est victime d'une « vague de désinformation »[29].

Depuis, les associations suivantes ont quitté la FECQ :


Les associations suivantes se sont prononcées en faveur de rester membre de la FECQ:

  • Conseil de vie étudiante de l'École Nationale d'Aérotechnique du Collège Édouard-Montpetit (CVE-ENA). Le CVE-ENA s'est également prononcé en faveur à majorité, de rester membre de la FECQ au mois de mars 2013.
  • Association générale des étudiantes et étudiants du Collège de Chicoutimi (AGEECC)[34]. Elle s'est prononcée le 4 octobre 2013 à 50,6% des voix, soit une différence de 7 votes[35]. De plus, certaines personnes critiquent le processus référendaire sur la base que la FECQ pouvait envoyer jusqu'à 4 représentants externes, alors qu'un seul représentant pour le camp en défaveur de la FECQ était autorisé[36]. Depuis, les exécutants de l'association étudiante maintiennent un boycott de la fédération. Ils s'abstiennent de participer à toute instance ou activité de la FECQ et refusent la présence de tout exécutant national au Collège de Chicoutimi à moins d'une invitation de leur part[37].


D'autres associations ont tenu des référendums d'affiliation à la FECQ :

  • Association générale étudiante du Campus Notre-Dame-de-Foy (AGENDF) a rejoint la FECQ [38].
  • Association générale des étudiantes et étudiants du Cégep de Lanaudière à Terrebonne (AGEECLT) a rejeté l'affiliation [39].

Controverse sur le nombre d'associations membres[modifier | modifier le code]

Quatre des associations étudiantes que la FECQ liste comme parmi ses membres ne se considèrent plus membres de la Fédération, dont certaines depuis plusieurs années, sans pour autant que le regroupement ne le reconnaisse.

Selon les règles de la FECQ, un processus de désaffiliation ne peut être valide qu'à la suite d'un référendum avec un quorum d'au moins 10 % des membres de l'association. De surcroît, la FECQ tient à ce qu'elle soit avisée d'une désaffiliation pour envoyer sur place « afin de bien informer les élèves »[40].La Fédération estime que ces associations n'ont pas respecté les règles dictant le processus de désaffiliation.

Or, les associations concernées ne reconnaissent pas à la FECQ le droit de déterminer ces règles et estiment a contrario qu'elles ont le droit d'établir leurs propres règles régissant leur processus de désaffiliation. De plus, celles-ci ne paient plus de cotisation à la FECQ[41].

Il s'agit de :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Budget 2008 - Mobilisation étudiante - La FECQ réclame la mise en chantier de l'éducation postsecondaire », CNW Telbec,‎ 5 mars 2008 (consulté le 16 décembre 2012)
  2. (en) « Opération sauvetage » à Gaspé - La FEC-CSQ, le SPECGIG et la FECQ unissent leur voix pour dénoncer la lenteur gouvernementale, CNW Telbec,‎ 17 février 2011 (consulté le 16 décembre 2012)
  3. (en) « 75 % des étudiants souhaitent modifier la Cote R : La FECQ interpelle Line Beauchamp », CNW Telbec,‎ 12 avril 2011 (consulté le 16 décembre 2012)
  4. « La FECQ prône le maintien du gel des droits de scolarité », Journal Métro,‎ 13 décembre 2012 (lire en ligne)
  5. (en) « Projet de loi 13 : une revendication de la FECQ et de la FEUQ qui favorise la participation électorale des jeunes pourrait se réaliser », CNW Telbec,‎ 30 novembre 2012 (consulté le 16 décembre 2012)
  6. (en) « L'environnement : une priorité pour les Collèges! », CNW Telbec,‎ 2 mars 2007 (consulté le 16 décembre 2012)
  7. La Presse Canadienne, « La FEUQ et la FECQ s'inquiètent du bas taux d'emploi chez les jeunes de 20-24 ans », Huffington Post Québec,‎ 7 juillet 2012 (lire en ligne)
  8. « Le Québec se mobilise pour la justice et la paix au LIBAN maintenant ! », FTQ,‎ 3 août 2005 (consulté le 16 décembre 2012)
  9. Valentine Pasquesoone, « Québec: Qui sont les acteurs du conflit? », Le Monde,‎ 25 mai 2012 (lire en ligne)
  10. Benoît Lacoursière, « Le désanchantement: De la grève de 1988 à la dissolution de l'ANEEQ (1994) », dans Le mouvement étudiant au Québec de 1983 à 2006, Montréal, Québec, Sabotart Édition,‎ novembre 2007
  11. Association générale des étudiants du Collège Ahuntsic
  12. Association des étudiantes et étudiantes du cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, campus de Rouyn-Noranda
  13. Fédération étudiante collégiale du Québec
  14. Association générale des étudiants du Collège de Rosemont
  15. Association étudiante du cégep de Rivière-du-Loup
  16. Page facebook de l'AGENDF
  17. Page facebook du RÉÉCSH
  18. Philippe Teisceira-Lessard, « La FECQ veut doubler ses cotisations », La Presse,‎ 21 novembre 2012 (lire en ligne)
  19. « La grève du printemps dernier a coûté cher », sur LCN, le 17 janvier 2006
  20. Christine Bouthillier, « La FECQ hausse ses frais », Le Journal de Montréal,‎ 1er mars 2013 (lire en ligne)
  21. « L'AGECTR dit non à la FECQ », L'Hebdo Journal,‎ 28 mai 2014 (lire en ligne)
  22. « Pourquoi cotiser 2,50$ à la FEUQ? », sur feuq.qc.ca (consulté le 15 août 2014)
  23. « Statuts et règlements de l'Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante (ASSÉ) » (consulté le 15 août 2014)
  24. Charles Lecavalier, « La FECQ doit 70 000$ », TVA Nouvelles,‎ 25 novembre 2012 (lire en ligne)
  25. UNE FÉDÉRATION GANGRENÉE
  26. a, b, c et d Lisa-Marie Gervais, « Vague de désaffiliation à la FECQ », Le Devoir,‎ 24 novembre 2012 (lire en ligne)
  27. Radio-Canada.ca, « Des étudiants dénoncent le manque de transparence de la FECQ », Radio-Canada,‎ 24 novembre 2012 (lire en ligne)
  28. « La FECQ est «gangrenée», selon des associations étudiantes », TVA Nouvelles, 25 novembre 2012.
  29. L'envers de la médaille
  30. Carl Thériault, « Le Cégep de Rimouski se désaffilie de la FECQ », Le Soleil,‎ 3 décembre 2012 (lire en ligne)
  31. Résultat de référendum à l'AGEECJ
  32. « L'AGECTR dit non à la FECQ », L'Hebdo journal,‎ 28 mai 2014 (lire en ligne)
  33. William Trépanier, « Déclin du syndicalisme étudiant », Le Nouvelliste,‎ 6 mai 2014 (lire en ligne)
  34. « Le Cégep de Chicoutimi demeure affilié à la FECQ », Radio-Canada,‎ 5 octobre 2013 (lire en ligne)
  35. Critique du contrat référendaire de l'AGEECC
  36. Résultat de référendum à l'AGEECC
  37. Lettre de l'exécutif de l'AGECC à la FECQ
  38. Résultat de référendum à l'AGENDF
  39. Résultat de référendum à l'AGEECLT
  40. David Migneault, « La FECQ conteste la désaffiliation des cégeps de Saint-Félicien et Alma », L'Étoile du Lac,‎ 21 janvier 2013 (lire en ligne)
  41. Marie-Andrée Chouinard, « 37 000 membres à la FECQ plutôt que les 60 000 affichés », Le Devoir,‎ 29 avril 2005 (lire en ligne)
  42. Résultat de la désafiliation à L'AECA
  43. Leboeuf, Pierre-André. Entrevue par Jean-Pierre Girard. Les étudiants du Collège d'Alma se désaffilient de la FECQ. Première Chaîne. 10 décembre 2012. Accédé le 12 décembre 2012.
  44. Marc St-Hilaire, « Les étudiants du Cégep de Saint-Félicien quittent la FECQ », Le Quotidien,‎ 16 juin 2012 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Autres associations étudiantes nationales au Québec[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]