Ezzat Ibrahim al-Douri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ezzat Ibrahim Al-Duri)
Aller à : navigation, rechercher
Ezzat Ibrahim al-Douri
Ezzat Ibrahim al-Douri (à l'extrême droite), en 1989.
Ezzat Ibrahim al-Douri (à l'extrême droite), en 1989.

Surnom Izzat le Rouge, Le diable roux[1]
Naissance
Daour
Origine Irakien
Allégeance Flag of Iraq (1991-2004).svg République d'Irak (1962-2003)
Flag of Iraq (1991-2004).svg Armée des hommes de la Naqshbandiyya (depuis 2003)
Grade Field marshal
Conflits Guerre Iran-Irak
Guerre du Golfe
Guerre d'Irak
Commandement 2e division d'infanterie (1977-1981)
Chef de l'Armée des hommes de la Naqshbandiyya (depuis 2003)
Chef du Parti Baas irakien (depuis 2006)
Autres fonctions Vice-président de la République
Vice-président du Conseil de commandement de la révolution

Ezzat Ibrahim Al-Duri, né le à Daour près de Tikrit est un général irakien et le chef de l'insurrection baassiste après l'invasion américaine de l'Irak. Il est désigné comme le « roi de trèfle » dans le jeu de 55 cartes diffusé par les Américains sur les responsables du régime de Saddam Hussein[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ezzat Ibrahim Al-Duri (droite) 1988

Al-Duri est l'un des artisans du coup d'État de 1968, amenant les baassistes au pouvoir et en 1979 il soutient Saddam Hussein lorsque ce dernier renverse Ahmad Hassan al-Bakr[1].

En 1988, il participe à l'Opération Anfal contre les Kurdes, puis en 1991 à la répression des chiites insurgés lors de l'Insurrection irakienne de 1991, après la guerre du Golfe. En 1999, il est l'objet d'un mandat d'arrêt international pour crimes de guerre[1].

Il devient vice-président de la République et vice-président du Conseil de commandement de la révolution. Lorsque les Américains envahissent l'Irak en 2003, Ezzat Ibrahim al-Douri est le numéro deux du régime[1].

Les États-Unis le désignent alors comme le « roi de trèfle » dans leur jeux de cartes sur les responsables du régime de Saddam Hussein recherchés. Ils mettent aussi sa tête à pris pour dix millions de dollars[1].

Après la mort de Saddam Hussein le , Ezzat Ibrahim Al-Douri prend sa succession en tant que secrétaire général du Parti Baas arabe et socialiste d'Irak et officialise le même jour la création de l'Armée des hommes de la Naqshbandiyya (JRTN), mouvement armé baasiste et soufi. Le , Al-Douri fonde le Commandement suprême pour le Jihad et la Libération, une vaste alliance regroupant 55 factions armées irakiennes, dont la JRTN est la plus importante. Cette alliance rassemble des idéologies diverses, dont des nationalistes et des islamistes. Pour le Parti Baas, Ezzat Ibrahim Al-Duri devient « Cheikh des Moudjahidines et Commandant de la Résistance »[3].

Selon une rumeur, il serait mort d'une leucémie, le . Cette rumeur est démentie peu après et Al-Duri refait surface par l'intermédiaire d'un discours diffusé sur Internet le 7 avril 2012 à l'occasion du 65e anniversaire du parti Baas[4].

En 2014, Ezzat Ibrahim al-Douri et son Armée de la Naqshbandiyya s'allient avec l'État islamique malgré les grandes différences idéologiques qui opposent ces deux mouvements[1]. Cette alliance sunnite effectuée pour des raisons tactiques n'empêche d'ailleurs pas des affrontements sanglants occasionnels[5].

Le 17 avril 2015, le gouvernement irakien affirme qu'Ezzat Ibrahim al-Douri a été tué lors d'une opération militaire menée par les milices chiites et les forces gouvernementales près de Tikrit. Lors de ce discours, le gouverneur de la province irakienne de Salah ad-Din présente al-Douri comme le « Cerveau de l'État Islamique en Irak »[6]. Selon lui l'opération a été menée dans les montagnes d'Hamrine, près d'Al-Alam à quatre kilomètres à l'est de Tikrit, et s'est achevée par la mort de 12 insurgés, dont al-Douri[7],[2]. L'annonce de sa mort est démentie par le Parti Baas irakien[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]