Exuvie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dernière exuvie de Mante orchidée

Chez les arthropodes ou chez les vertébrés, l’exuvie est l'enveloppe (cuticule chitineuse ou peau) que le corps de l'animal a quittée lors de la mue ou de la métamorphose et qui laisse place à une nouvelle cuticule déjà prête en dessous de la précédente.

Les fonctions de l'exuvie[modifier | modifier le code]

Probablement par le bais de la sélection naturelle l'exuvie a au moins une double utilité :

  • Elle permet la croissance de l'animal
  • Elle a une fonction de détoxication de l'organisme[1]. Chez les mammifères c'est le squelette interne qui stocke plus ou moins durablement le plomb (80 % du plomb de tout l'organisme au moins, et plus encore chez le jeune enfant), alors que chez les crustacés qui sont dotés d'un exosquelette (par exemple, chez le crabe violoniste Uca pugnax), la perte de chaque exuvie le débarrasse des métaux toxiques qu'il y a stockés (plomb en particulier) durant toute la phase précédente de croissance, ainsi a-t-on montré qu'un crabe violoniste vivant sur un littoral pollué du New Jersey se débarrasse en moyenne de 12 % du cuivre (Cu), de 76 % du plomb (Pb) et de 22 % du zinc (Zn) que son organisme avait bioaccumulé, alors que son homologue vivant dans un environnement non pollué s'est débarrassé respectivement de 3 % , de 56 % et de 8 % de sa charge en Cu, en Pb et en Zn[1].
    Ceci a des conséquences environnementales : ainsi, en allongeant la durée de l'inter-mue, d'une part le pesticide méthoprène freine aussi le processus de détoxication par la mue et d'autre part, si les humains ne consomment généralement pas les carapaces des crustacés, les prédateurs des crustacés l'ingèrent avec leurs proies. Ils pourraient ainsi absorber des proies ayant accumulé de plus grandes quantité de métaux toxiques quand elles ont été exposées au Méthoprène ou à un produit qui aurait les mêmes effets.

Perturbations environnementales[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

De nombreux invertébrés grandissent et grossissent via des mues successives dont le rythme est contrôlée par une hormone, (l'Ecdysone chez les crustacés). Certains pesticides comme le méthoprène bloquent l'action de cette hormone en s'y substituant (ils miment l'« hormone juvénile » qui empêche le passage au stade adulte. Ces perturbateurs endocriniens visent habituellement des insectes, puces, poux… mais peuvent être emportée par l'eau et potentiellement ou effectivement affecter de nombreux invertébrés aquatiques. En allongeant la durée de l'intermue, et/ou en empêchant la métamorphose de l'individu (mâle ou femelle), celui-ci ne peut alors plus se reproduire car il meurt sans jamais atteindre le stade adulte et de la maturité sexuelle.

Exemples[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lauren L. Bergey & Judith S. Weis (2007) Molting as a mechanism of depuration of metals in the fiddler crab, Uca pugnax ; Marine Environmental Research Vol 64, n°5, décembre 2007, Pages 556–562 (résumé)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]