Expulsion des Marocains d'Algérie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'expulsion des Marocains d'Algérie est un déplacement forcé de la diaspora marocaine vivant en Algérie vers le Maroc, qui a eu lieu en 1975, à la suite de l'annexion du Sahara occidental par le Maroc[1],[2].

Contexte[modifier | modifier le code]

L'expulsion de 1975, appelée également « La marche noire » par les expulsés marocains[3], a été lancée le 18 décembre 1975 par le président algérien Houari Boumédiène, afin d'expulser en 48 heures des dizaines de milliers de Marocains résidant en Algérie, parfois depuis plusieurs générations[4].

Cette expulsion est une conséquence de la rupture des relations diplomatiques entre l'Algérie et le Maroc, à la suite de la confrontation militaire qui oppose les deux pays à Amgala, au Sahara occidental, après la marche verte lancée par le roi Hassan II et l'annexion du Sahara occidental par le Maroc[1]. Selon la presse marocaine, « la décision est intervenue en réaction à la marche verte décrétée par [...] Hassan II »[3].

Selon La Gazette du Maroc, Boumédiène a pris sa décision après concertation avec Abdelaziz Bouteflika, ministre des Affaires étrangères à l'époque, et le conseil de la révolution algérienne composé entre autres du général Larbi Belkheir et Chadli Bendjedid[3].

Le gouvernement algérien mettra fin à ces renvois à la suite des protestations populaires algériennes[5].

Réactions[modifier | modifier le code]

En juillet 2005, l'Association pour la défense des Marocains expulsés d'Algérie (ADMEA) est créée à Nador dans le but de défendre les droits des Marocains expulsés et sensibiliser davantage la communauté internationale[6],[7].

En 2009, dans une interview au magazine marocain Telquel, le chanteur algérien Khaled compare l'expulsion des Marocains d'Algérie durant les années 1970 à une « aberration » et cite le cas des Marocains que les Oranais ont « cachés et d’autres [...] mariés de force pour qu’ils puissent rester en Algérie » et compare ces scènes à « celles de la Seconde Guerre mondiale où des voisins cachaient leurs amis juifs pour leur éviter les camps nazis »[8]. Cependant, selon le quotidien algérien El Watan, Khaled nie avoir tenu les propos que le magazine marocain Telquel lui attribue[9].

Le 9 juin 2010, le gouvernement marocain, aborde publiquement la question et reconnait par la voix de Mohammed Ouzzine, secrétaire d'État aux Affaires étrangères de l'époque, qu'il devait « porter ce fardeau de l'histoire avec les victimes et déployer tous les efforts nécessaires en vue de rendre justice, soutenir et assister les Marocains expulsés d'Algérie et privés de leurs biens sans aucune considération humaine ou juridique »[10].

Le 19 décembre 2011, deux sit-in ont été observés par les expulsés devant l'Ambassade d'Algérie à Rabat et la représentation permanente des Nations unies au Maroc. Lors de ces manifestions, une lettre de revendication a été remise par le président de l'ADMEA au représentant de l'ONU « demandant le recouvrement de tous les droits légitimes des Marocains expulsés d'Algérie et l'engagement d'une action pour régulariser leurs situations matérielles et réparer le préjudice morale qu'ils avaient subi suite à leur expulsion forcée de la part des autorités algériennes en 1975 »[11].

Le 18 janvier 2012, la sénatrice belge, Fatiha Saïdi, dépose une « proposition de résolution concernant les Marocains expulsés d'Algérie en 1975 » au sénat belge[10]. Onze mois plus tard, le 17 décembre 2012, plusieurs Marocains expulsés livrent leurs témoignages au parlement fédéral belge[12]. À l'issue de cette audition, le député fédéral belge, Denis Ducarme, spécialisé dans les questions européennes et internationales, indique que « l'étude qu'il a faite sur ce sujet, révèle bel et bien que les préjudices subis par les Marocains expulsés d'Algérie sont concrets »[12].

En novembre 2012, lors d'une séance plénière de la Chambre basse marocaine, le numéro deux de la diplomatie marocaine, Youssef Amrani, déclare devant les députés que « le royaume n'abandonnera jamais les biens annexés, en 2010 par l’État algérien, des 45 000 familles expulsés en 1975 du territoire du voisin de l'Est », en réaction à l'application d'un article de la loi de finances de l'année 2010 en Algérie, autorisant l'annexion au domaine de l'État algérien des biens des Marocains expulsés de ce pays[13]. En effet, l'article n°42 de la section n°2 relative aux dispositions domaniales de la loi de fiances de 2010 en Algérie, stipule ce qui suit[14] :

« Art. 42. ——— Il est procédé à l’'apurement de la documentation tenue à la conservation foncière des annotations qui ont perdu leur caractère d'’actualité suite à la dévolution à l'’État de la propriété de certains biens immobiliers, consécutivement à des mesures de nationalisation, d'’étatisation ou d'’abandon par leurs propriétaires. »

Le 3 janvier 2013, la Ligue marocaine pour la Défense des droits de l'Homme (LMDDH) rejoint officiellement la cause des Marocains expulsés d'Algérie, et exhorte le gouvernement marocain à agir en vue de prendre les mesures nécessaires pour leur rendre justice[15]. Lors d'une conférence de presse organisée par l'occasion, les deux associations (LMDDH et ADMEA) exigent « des excuses explicites de la part de l'État algérien et l'ouverture des frontières entre les deux pays »[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Benjamin Stora, Algérie, Maroc : histoires parallèles, destins croisés, Maisonneuve & Larose, 2002, p. 28..
  2. Pierre Marie Gallois : L'heure fatale de l'occident, Éditions l'Age d'homme, 2004, p. 15
  3. a, b et c La Gazette du Maroc : Expulsion des Marocains d'Algérie : Quand Boumédiène décida de punir le Maroc.
  4. Collectif, Les accords d'Évian en conjoncture et en longue durée, Karthala 1997, p. 105, note 36 ; Lire en ligne.
  5. Nicole Grimaud, La politique extérieure de l'Algérie (1962-1978), Karthala Éditions,‎ 1984 (ISBN 9782865371112, lire en ligne), p. 18.
  6. Article du journal marocain Aujourd’hui le Maroc du 27/06/2007. Consulté le 27/07/2011.
  7. Article du journal marocain Libération du 30/10/2010. Consulté le 27/07/2011.
  8. « Khaled. “Mohammed VI est mon ami” », Telquel, no 389.
  9. « Le chanteur Khaled parle de sa naturalisation marocaine »
  10. a et b Document législatif n° 5-1440/1 portant sur la proposition de résolution concernant les Marocains expulsés d'Algérie en 1975. Consulté le 4 janvier 2013.
  11. Marocains expulsés d'Algérie : Deux sit-in à Rabat de protestation, Le Matin du Sahara et du Maghreb, consulté le 20/12/2011
  12. a et b Audition au Parlement belge de Marocains victimes d’expulsion arbitraire d’Algérie, yenoo.be. Consulté le 4 janvier 2013.
  13. Marocains expulsés d’Algérie : Alger réagit aux déclarations de Youssef Amrani, yabiladi.com. Consulté le 4 janvier 2013.
  14. [PDF] « Loi n° 09-09 du 13 Moharram 1431 correspondant au 30 décembre 2009 portant loi de finances pour 2010 », Journal officiel de la République algérienne, no 78,‎ 31 décembre 2009, p. 15 (lire en ligne)
  15. a et b Les Marocains expulsés d'Algérie passent à la vitesse supérieure, Aufait Maroc. Consulté le 4 janvier 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]