Excideuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Exideuil.
Excideuil
Le château et le bourg d'Excideuil.
Le château et le bourg d'Excideuil.
Blason de Excideuil
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Excideuil (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Causses et Rivières en Périgord
Maire
Mandat
Annie Sedan
2014-2020
Code postal 24160
Code commune 24164
Démographie
Population
municipale
1 184 hab. (2011)
Densité 236 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 20′ 12″ N 1° 02′ 58″ E / 45.336667, 1.049444 ()45° 20′ 12″ Nord 1° 02′ 58″ Est / 45.336667, 1.049444 ()  
Altitude Min. 140 m – Max. 253 m
Superficie 5,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de Dordogne
City locator 14.svg
Excideuil

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de Dordogne
City locator 14.svg
Excideuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Excideuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Excideuil

Excideuil est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine. C'est le chef-lieu du canton d'Excideuil.

Ses habitants sont appelés les Excideuillais(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

La Loue en aval du pont de la RD 705

Au nord-est du département de la Dordogne, Excideuil (qu'il faut distinguer d'Exideuil, commune de la Charente) est une commune qui, bien que se trouvant dans l'arrondissement de Périgueux correspondant au Périgord blanc, fait partie du Pays du Périgord Vert. Située entre les hautes vallées de l'Isle et de l'Auvézère, dans un paysage de causse, elle est traversée par la Loue, rivière affluent de l'Isle et sous-affluent de la Dordogne.

L'altitude minimale, 140 mètres, se trouve au nord-est du lieu-dit Sarconnat, là où la Loue quitte la commune pour entrer sur celle de Saint-Martial-d'Albarède, juste en amont du pont de l'ancienne voie ferrée. L'altitude maximale avec 253 mètres est localisée à l'extrême-sud-est, à quelques dizaines de mètres de la commune de Saint-Médard-d'Excideuil, au sud du lieu-dit Lescuras.

Situé à environ 60 kilomètres de Limoges, 40 kilomètres de Périgueux, 15 kilomètres de Hautefort et 12 kilomètres de Tourtoirac, le bourg s'étale dans la vallée de la Loue, en rive droite, et se prolonge en périphérie par les communes de Saint-Martial-d'Albarède, Saint-Médard-d'Excideuil et le village de Saint-Martin.

La commune est localement célèbre pour son château médiéval, bâti sur une motte féodale et plusieurs fois assiégé.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Excideuil
Clermont-d'Excideuil
Saint-Martial-d'Albarède Excideuil Saint-Médard-d'Excideuil
Saint-Raphaël

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom d'Eissiduelh[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue des deux faces d'une même pointe à cran découverte dans la grotte de l'Église.

En bordure sud de la vallée de la Loue, au niveau de la falaise des Roches enchantées, la grotte de l'Église a révélé des traces d'une activité humaine au Paléolithique supérieur, par la présence de roches taillées (silex, jaspe ou cristal de roche)[2].

Au Moyen Âge l'histoire d'Excideuil, ancienne capitale du Périgord vert[3], se confond avec celle de son château qui changea de mains à plusieurs reprises. Français, anglais, catholiques, protestants s'y sont succédé du XIVe au XVIe siècle[4].

La seigneurie d'Excideuil fut érigée en marquisat en 1613 pour Daniel de Talleyrand. Ses descendants conservèrent le titre jusqu'en 1890.

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le bourg est identifié sous le nom d'Exideuil. Dès la création des communes, Excideuil fut chef-lieu de district de 1790 à 1800.

En 1823, l'ancienne commune de Saint-Martin-la-Roche fusionne avec Excideuil. En 1863, la commune d'Excideuil s’agrandit (88 hectares) à nouveau par distraction territoriale sur les communes de Saint-Martial-d'Albarède (comprenant alors le château d'Excideuil), de Saint-Médard-d'Excideuil et de Clermont-d'Excideuil (loi du 4 mars 1863)[5].

Liste des marquis d'Excideuil[modifier | modifier le code]

  • 1613-1618 Daniel Ier de Talleyrand (+1618), 1er marquis d'Excideuil, 1er comte de Grignols
  • 1618-1644 Charles II de Talleyrand (v.1596-1644), 2e marquis, son fils
  • 1644-1670 Adrien-Blaise de Talleyrand (1638-1670), 3e marquis, son fils
  • 1670-1731 Jean II de Talleyrand (1642-1731), 4e marquis, son frère
  • 1731-1757 Jean-Charles de Talleyrand (1678-1757), 5e marquis, son fils
  • 1757-1775 Marguerite de Talleyrand (1727-1775), sa fille, épouse son cousin Gabriel II de Talleyrand-Périgord, comte de Grignols
  • 1775-1829 Hélie-Charles Ier de Talleyrand-Périgord (1754-1829), 1er duc de Périgord en 1816, son fils
  • 1829-1879 Hélie-Charles II de Talleyrand-Périgord (1788-1879), 2e duc de Périgord, son fils
  • 1879-1883 Hélie-Roger de Talleyrand-Périgord (1809-1883), 3e et dernier duc de Périgord, son fils
  • 1883-1890 Cécile de Talleyrand-Périgord (1854-1890), dame d'Excideuil et de Grignols, sa nièce

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune d'Excideuil a, dès 1790, été rattachée au canton d'Excideuil qui dépendait du district d'Excideuil. En 1800, les districts sont supprimés et le canton d'Excideuil est alors rattaché à l'arrondissement de Périgueux[6].

Au 1er janvier 2011, Excideuil rejoint la communauté de communes Causses et Rivières en Périgord.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
septembre 1810 septembre 1836 Aubin Barbary de Langlade[Note 1]   Avocat, Député
octobre 1836 1846 Jean Baptiste Chavoix   Médecin
octobre 1846 1848 Gabriel Souffron[Note 2]    
mars 1848 1851 Jean Baptiste Chavoix[Note 3]   Médecin
février 1852   Jean Augustin Gay    
février 1854 1850 Oza Cavailhon[Note 1]    
janvier 1855 mai 1857 Henry Debotas[Note 1]   Notaire
août 1857 1861 Laurent Justin Debrégeas Laurénie    
août 1861 1862 Jean Ambroise Charles Bugeaud de la Piconnerie    
juin 1862   André Piquet    
août 1869 août 1870 De Magnac    
août 1870 1874 Jean Baptiste Chavoix   Médecin
février 1874 1875 De Magnac    
1875 juillet 1876 Labrousse   Conseiller municipal faisant fonctions de maire
juillet 1876 mars 1879 Gustave Hermann[Note 4]   Avocat
mars 1879 juin 1879 Jean Baptiste Charles Vacher   Adjoint faisant fonctions de maire
juin 1879 février 1880 Jean Baptiste Charles Vacher    
février 1880 mars 1881 Aubin Leymarie   Adjoint faisant fonctions de maire
mars 1881 1884 Jean Rabaud   Médecin
mai 1884 1885 Antoine Gauthier    
octobre 1885 mai 1896 Jean Rabaud   Médecin
mai 1896 décembre 1919 Achille Moulinier[Note 5]   Médecin
décembre 1919 1920 Jean Bourzac    
juin 1920 1923 Léopold Lafaye    
mai 1923 mai 1929 Édouard Lagorce    
mai 1929 juillet 1946 Jules Tocheport   Médecin
juillet 1946 octobre 1947 Amédée Rousseau    
octobre 1947 1957 Camille Bedin[Note 4]    
juin 1957 mars 1977 Jean Rebière    
mars 1977 mars 1983 Robert Lamoure PS  
mars 1983 mars 1989 Jean-Marie Rambaud    
mars 1989   Henri Bedin    
avril 1994 juin 1995 Paul Clergerie    
juin 1995 mars 2008 Arnaud Le Guay MDC Avocat
mars 2008 décembre 2012[7] Serge Micouraud[Note 4] SE Directeur d'agence bancaire
décembre 2012 mars 2014 Claude Bossavy[8]   Retraité de la Chambre d'agriculture
mars 2014 en cours Annie Sedan[9] PS Directrice d'école retraitée

Conseillère générale du canton d'Excideuil depuis 2012

Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1823, la commune de Saint-Martin-la-Roche fusionne avec Excideuil.

Démographie de Saint-Martin-la-Roche[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
de Saint-Martin-la-Roche
1793 1800 1806 1821
400 336 345 340
(Source : Ldh/EHESS/Cassini[10])


Démographie d'Excideuil[modifier | modifier le code]

En 2011, Excideuil comptait 1 184 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2006, 2011, 2016, etc. pour Excideuil[11]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
983 870 921 1 173 1 709 1 785 1 907 1 791 1 809
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 970 2 011 2 169 2 115 2 210 2 269 2 389 1 935 1 780
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 757 1 822 1 725 1 609 1 620 1 533 1 715 1 756 1 663
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 578 1 660 1 663 1 535 1 414 1 318 1 318 1 184 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Excideuil dispose d'une école maternelle et d'une école primaire[14].

De plus, c'est l'une des rares communes du nord-est du département à être dotée d'un établissement d'enseignement secondaire, le collège-lycée Giraut de Borneil, cité scolaire comprenant autour de 600 élèves (200 au lycée et 400 au collège)[15].

Culture[modifier | modifier le code]

Excideuil dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Dans son ouvrage Brindeville, Léon Bareau, ancien pharmacien à Excideuil, raconte quelques faits de l'histoire locale de Brindeville, ville imaginaire qui est en fait Excideuil[16].

Sports[modifier | modifier le code]

  • Avenir Excideuil Rugby :
Le premier club de rugby a été créé en 1906 à Excideuil et n'a cessé d'exister depuis. Outre une école de rugby labellisée FFR, les deux équipes seniors évoluent dans la catégorie Honneur du championnat territorial Périgord/Agenais.
  • Football Club Excideuil St Médard[17] :
Le FCESM est né de la fusion entre les clubs d'Excideuil et de Saint-Médard-d'Excideuil.
Le club du FCESM connait une saison 2010-2011 exceptionnelle en voyant ses deux équipes accéder au niveau supérieur. Ainsi, pour la saison 2011-2012, l'équipe A du FCESM évoluera en Promotion de 1re Division (P1) et l'équipe B évoluera en Promotion de 2e division (P2).

Économie[modifier | modifier le code]

Au recensement de 1999, la population active totale (actifs + chômeurs) d'Excideuil s'élève à 475 personnes[18]. Le taux d'activité entre 20 et 59 ans y est de 81 %, ce qui place la commune légèrement en dessous de la moyenne nationale (82,2 %). On y dénombre 68 chômeurs (14,3 % des actifs, taux supérieur à la moyenne nationale 12,9 %). En tout et pour tout, la population comprend 36 % d'actifs, 35,8 % de retraités, 15,6 % de jeunes scolarisés et 12,7 % d'autres personnes sans activité[18].

Par rapport aux moyennes nationales, le pourcentage de retraités y est deux fois plus important (35,8 % contre 18,2 %) et le pourcentage de jeunes scolarisés y est à l'inverse, nettement inférieur (15,6 % contre 25 %).

En 2007[19], la population active totale représente 452 personnes, soit 34,2 % de la population. Le nombre de chômeurs s'est abaissé (49) et le taux de chômage de la population active s'établit à 10,9 %.

L'usine Repetto[20] du célèbre confectionneur de chaussons de la rue de la Paix à Paris, est implantée juste à côté, sur la commune de Saint-Médard-d'Excideuil, en bordure de la Loue.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune possède deux sites protégés :

  • depuis 1982, la Grotte de Sarconnat est un site classé sur 30 hectares[25],[26],
  • depuis 1981, le centre ancien du bourg d'Excideuil, s'étalant sur plus de 15 hectares, est inscrit[27],[28].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La statue du maréchal Bugeaud à Excideuil

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Excideuil

Les armes d'Excideuil se blasonnent ainsi : « De sinople au château d'or maçonné de sable, ouvert du champ, la herse d'or baissée. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean de Beaugourdon et Jean Paul Laurent, Excideuil, 1954, Éditions Graphica
  • Docteur Jacques Gay, En flânant dans les rues d'Excideuil en Périgord, 2009, éd. À la recherche du passé

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Décédé en fonctions.
  2. Révoqué.
  3. Suspendu.
  4. a, b et c Démissionnaire.
  5. De 1915 à 1919, pendant sa mobilisation, le Docteur Moulinier a été remplacé aux fonctions de maire par le conseiller municipal Henri Bourzac.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 25 février 2014.
  2. Sur place, panneau Vestiges de la grotte de l'Église, vu le 10 janvier 2011.
  3. Jean-Luc Aubarbier, Michel Binet, Guy Mandon, Nouveau guide du Périgord-Quercy, p. 178-179, Ouest-France, 1987, (ISBN 2-85882-842-3)
  4. Le château d'Excideuil sur l'Office de tourisme du Haut-Périgord. Consulté le 8 janvier 2011.
  5. Francis A. Boddart, « Evolution territoriale d'Excideuil au XIXe siècle : de la réorganisation administrative à la stratégie urbaine », Revue des Archives départementales de la Dordogne, numéro 9, décembre 1996.
  6. « Notice communale d'Excideuil », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 25 juin 2012)
  7. Démission du maire d'Excideuil, Sud Ouest édition Dordogne du 17 décembre 2012.
  8. Michel Lionnet, Claude Bossavy devient le nouveau maire, Sud Ouest édition Dordogne du 28 décembre 2012.
  9. Elles ont basculé au premier tour, Sud Ouest édition Dordogne du 31 mars 2014, p. 16.
  10. « Notice communale de Saint-Martin-la-Roche », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté en 2 décembre 2012)
  11. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté en 25 février 2014)
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  14. Informations pratiques sur le site d'Excideuil, consulté le 21 avril 2011.
  15. Site de la cité scolaire Giraut de Borneil, consulté le 8 janvier 2011.
  16. Léon Bareau, Brindeville, 1935, Éditions Graphica, Excideuil.
  17. [1]
  18. a et b Données INSEE compulsées par le journal du Net- Emploi à Excideuil. Consulté le 8 janvier 2011.
  19. Insee Chiffres-clés 2007. Consulté le 8 janvier 2011.
  20. Repetto
  21. Gilles Séraphin et Christian Rémy, Le château d'Excideuil, pp. 195-223, dans Congrès archéologique de France. 156e session. Monuments en Périgord. 1999 - Société Française d'Archéologie - Paris - 1999
  22. « Château d'Excideuil », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 18 décembre 2009
  23. « Église d'Excideuil », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 18 décembre 2009
  24. « Maison du 18s d'Excideuil », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 18 décembre 2009
  25. Grotte de Sarconnat sur le site de la DIREN Aquitaine. Consulté le 18 décembre 2009
  26. Carte du site classé 0000627 sur le site de la DIREN Aquitaine. Consulté le 18 décembre 2009
  27. Centra ancien (Excideuil) sur le site de la DIREN Aquitaine. Consulté le 18 décembre 2009
  28. Carte du site inscrit 0000021 sur le site de la DIREN Aquitaine. Consulté le 18 décembre 2009
  29. Fiche d'Aubin Barbary de Langlade sur le site de l'Assemblée nationale, consulté le 8 janvier 2011.
  30. Gillot et Maureau, Résistants du Périgord, édit. Sud Ouest, 2011.
  31. Fiche de René Dujarric de la Rivière sur le site de l'Institut Pasteur, consultée le 8 janvier 2011
  32. Albert Roche sur le site de l'Assemblée nationale. consulté le 16 décembre 2009