Microsoft Excel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Excel)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Excel » redirige ici. Pour les autres significations, voir Excel (homonymie).
Microsoft Excel
Image illustrative de l'article Microsoft Excel
Logo

Développeur Microsoft
Dernière version 2013 sous Windows et 2011 sous Mac OS X (15 juin 2010 sous Windows et 26 octobre 2010 sous Mac OS X)
Environnement Microsoft Windows et Mac OS X
Type Tableur grapheur
Licence Propriétaire EULA
Site web Page officielle Microsoft Excel

Microsoft Excel est un logiciel tableur de la suite bureautique Microsoft Office, développée et distribuée par l'éditeur Microsoft. La version la plus récente est Excel 2013[1].

Il est destiné à fonctionner sur les plates-formes Microsoft Windows ou Mac OS X. Le logiciel Excel intègre des fonctions de calcul numérique, de représentation graphique, d'analyse de données (notamment de tableau croisé dynamique) et de programmation, laquelle utilise les macros écrites dans le langage VBA (Visual Basic for Applications) qui est commun aux autres logiciels de Microsoft Office. Depuis sa création au début des années 1980 mais surtout à partir de sa version 5 (en 1993), Excel a connu un grand succès tant auprès du public que des entreprises prenant une position très majoritaires face aux logiciels concurrents, tel Lotus 1-2-3. La version actuelle du logiciel est Excel 2013 sous Windows et Excel 2011 sous Mac OS X ; dans ces deux environnements, Excel utilise des fichiers portant l'extension xls ou xlsx (à partir de la version 2007). Chaque fichier correspond à un classeur lequel contient des feuilles de calculs organisées. Chaque feuille correspond à un tableau de lignes et de colonnes pouvant contenir des valeurs (numériques ou non) ainsi que des formules permettant les calculs. Suivant les versions, les classeurs peuvent aussi inclure les éléments de programmation que sont les macros.

Historique[modifier | modifier le code]

À l'origine, Microsoft a commercialisé un tableur appelé Multiplan en 1982 qui fut très populaire sur les systèmes CP/M (plus populaire que Lotus 1-2-3 en France, mais pas dans le reste du monde). La première version d'Excel est sortie en 1985 (Multiplan ne fut pas réutilisé) pour les ordinateurs Apple Macintosh alors que la première version pour Windows, la 2.05 (en ligne avec celle pour Macintosh), est sortie en 1987. Elle incluait un Moteur d'exécution (Runtime) de la version 2.1 de Microsoft Windows.

Avec l'introduction de Windows 3.0 en 1990, les ventes d'Excel dépassèrent celles de Lotus 1-2-3 et il atteignit la première place dans la liste des ventes (en nombre de licences). Cet accomplissement permit à Microsoft de détrôner le leader mondial du logiciel en se positionnant comme un véritable concurrent et démontra ainsi ses capacités à développer des logiciels avec interface graphique utilisateur (GUI).

Les tableurs ont été les premières applications importantes pour les ordinateurs personnels et lorsque Excel fut empaqueté avec Microsoft Word et Microsoft PowerPoint dans la suite Microsoft Office (4.x), l'interface de ces deux derniers programmes a dû être revue pour être conforme avec celle d'Excel.

La version 14 actuelle pour systèmes Windows (XP SP2 et ultérieur) se nomme aussi Microsoft Office Excel 2010 et la version actuelle pour Macintosh se nomme quant à elle, Microsoft Excel 2011.

Victime de son succès[modifier | modifier le code]

Très tôt, Excel a été la cible d'une attaque judiciaire sur le copyright par une société qui, dans le domaine de la finance, commercialisait une suite de logiciels portant le nom d'Excel. Microsoft fut d'autant plus ravie de se référer à son programme sous le nom Microsoft Excel qu'elle venait justement de décider en interne de remplacer toute mention de Word par Microsoft Word pour un meilleur positionnement de sa marque. Toutefois, cette pratique a été peu à peu oubliée pour devenir finalement permanente à partir du moment où Microsoft a racheté la marque déposée de l'autre programme. Par ailleurs, Microsoft a apprivoisé l'usage des deux lettres XL pour désigner ce programme et dessiner son icône dans l'environnement Windows et Mac. En complément, l'extension des fichiers que le programme génère est XLS.

Excel apporta un plus et fit tort au tout premier tableur électronique VisiCalc qui fut le premier tableur pour ordinateurs personnels en 1983 : en effet, Excel incluait un module de recalcul intelligent sur une cellule modifiée qui permettait de mettre à jour les valeurs dynamiquement, quitte à alourdir son utilisation lorsque ces recalculs devenaient trop nombreux (Les tableurs précédents n'offraient qu'un recalcul sur ordre de l'utilisateur avec une commande spécifique).

Il était aussi le premier tableur à offrir aux utilisateurs la possibilité de définir l'apparence des tableaux en ayant un panel d'outils pour agir sur la mise en forme ainsi que les attributs des polices de caractère et la mise en forme des cellules elles-mêmes ; il permettait également de pouvoir travailler avec des cellules qui pouvaient contenir aussi bien des données que des formules faisant référence aux cellules adjacentes ou à d'autres cellules de manière relative ou absolue (même si elles étaient dans d'autres feuilles du même classeur ou dans d'autres classeurs).

Il intégra des fonctionnalités graphiques étendues comme la possibilité d'effectuer du publipostage à partir des données issues de tableaux sous forme de base de données vers Microsoft Word.

Sa fonctionnalité essentielle est la consolidation de tableaux (cross reference), qui resta en 2004, plus puissante que celle par exemple, du tableur gratuit OpenOffice.org.

En 1993 naquit la première version de Microsoft Office, rassemblant la version 5.0 de Microsoft Excel et les applications Word et PowerPoint. Ces derniers virent leur interface graphique redessinée afin d'offrir une homogénéité graphique pour l'ensemble des trois applications.

Microsoft Office 4.3 pour Windows
Développeur Microsoft
Environnement Microsoft Windows
Licence propriétaire EULA

À partir de cette période, ce package se vit attribuer le sobriquet de "Killer App" qui, dans le jargon des programmeurs informatiques signifie qu'un logiciel est si attrayant ou populaire qu'il amène à lui seul l'achat ou à l'adoption d'un type particulier de système.

Évolution[modifier | modifier le code]

Dès 1995, Excel intégra un module de programmation en Visual Basic pour Application (VBA) se complémentant – mais ayant plutôt pour vocation de remplacer – les macros instructions des versions 3.0 et 4.0 du même tableur. Malheureusement, ce tout nouveau concept de langage fit de lui une cible privilégiée des virus informatiques…

Visual Basic pour Applications est basé sur le langage de programmation Visual Basic qui offre la possibilité d'automatiser, à l'instar des macros Multiplan et les versions d'Excel précédant la 5.0, des exécutions de tâches de façon très souple et avancée avec notamment le développement de ses propres fonctions pour les utiliser à bon escient dans les feuilles de calcul.

VBA est un puissant complément qui, avec les années, s'est vu considérablement amélioré en se transformant à partir de la version 8.0, en véritable environnement de développement pour l'utilisateur (IDE). Excel offre la possibilité de générer du code Visual Basic par l'intermédiaire de l'enregistreur de macros en reproduisant les opérations effectuées par l'utilisateur et ainsi automatiser les tâches répétitives. VBA permet aussi la possibilité de créer également des formulaires ou encore d'apposer des contrôles directement sur les feuilles de calcul.

Dans les versions suivantes, ce langage autorisait l'utilisation de contrôles externes de bibliothèques dynamiques (ActiveX DLL's) a technologie COM (Component Object Model) et aussi l'usage de modules de classe qui permettent de coder avec une technologie orientée objet.

D'autres fonctionnalités de liaisons dynamiques et incorporées par automatisme (OLE Automation) firent de Microsoft Excel une cible de choix pour les virus-macro. Ce fut un problème réel et sérieux pour les entreprises jusqu'à ce que les éditeurs de logiciels anti-virus soient en mesure de détecter ce type de virus avec leurs produits. Microsoft n'a réagi que tardivement face à ce fléau mais a fini par offrir la possibilités aux applications telles que Microsoft Excel d'avertir et de pouvoir désactiver les macros incluses dans les classeurs ou dans certains compléments.

Il appartenait alors à l'utilisateur de déterminer si les fichiers pourvus de macros qu'il tentait d'ouvrir provenaient d'une source sûre. C'est pourquoi il existe depuis 2002 la notion de signatures numériques sur les documents issus des applications Microsoft Office qui sont le seul moyen de garantir que ces derniers sont dignes de confiance. À partir de la version 2007, les classeurs Excel, les documents Word ou les présentations PowerPoint pourvus de macros se voient greffés d'un m dans l'extension du nom de fichier, qu'ils soient modèle ou document :

Exemple de comparaison des extensions Excel avant et après la version 2007
Type Extension < 2007 Extension ≥ 2007
Classeur sans macros .xls .xlsx
Classeur avec macros .xls .xlsm
Modèle sans macros .xlt .xltx
Modèle avec macros .xlt .xltm

Chaque feuille de Microsoft Excel est composée :

  • de 16 384 lignes sur 256 colonnes jusqu'à la version 95 (7.0)
  • de 65 536 lignes sur 256 colonnes jusqu'à la version 2003 (11.0)
  • de 1 048 576 lignes sur 16 384 colonnes pour les versions 2007 et 2010 soit plus de 17 milliards de cellules par feuille (17.179.869.184 exactement)

La dernière cellule du tableur Excel est donc la case XFD1048576.

Depuis la version 2002 le nombre maximum de feuilles par classeur est limité par la quantité de mémoire disponible mais, auparavant (depuis Excel 5.0), la limite du nombre de feuilles était de 256 dans les paramètres d'ouverture des nouveaux classeurs, avec la possibilité d'insérer des feuilles supplémentaires, manuellement.

En dehors de tout cela, les développeurs des versions 5.0 à 9.0 (5.0 – 95 – 97 – 2000) de Microsoft Excel ont inclus ce que l'on nomme des "œufs de Pâques" (Easter Eggs), petits programmes ou fonctions cachés au sein du programme lui-même comme des animations, des jeux ou encore des messages que l'on pouvait activer à partir de mots-clé ou de combinaisons de touches associés à des jeux de clics. Il y a eu un mini-simulateur de vol, un espace virtuel en 3D où l'on pouvait découvrir le nom de chaque développeur etc.

À partir de la version 10 (XP ou 2002), Microsoft a décidé d'éliminer définitivement de leurs logiciels ces fonctions additionnelles.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Principes simples des formules[modifier | modifier le code]

Il est possible de faire calculer beaucoup de choses à Excel en saisissant une « formule » dans une cellule.

  • Par exemple commencez par saisir = dans la cellule A10 ce qui indique à Excel que vous attendez de lui un calcul dont le résultat s'affichera dans A10.
  • Ensuite entrez les Arguments après le = donc dans A10 tapez =A1+A2
  • Rendez la main à Excel en tapant la touche retour à la ligne ce qui signifie à toi de jouer.
  • Le résultat de l'addition s'affiche dans A10 (A condition qu'il y ait des nombres dans A1 et A2 évidemment)
  • Similaire : dans A10 si on saisit : =A1*A2 le résultat sera la multiplication des nombres contenus dans A1 multipliés par A2.
  • Similaire : dans A10 si on saisit : =A1/A2 le résultat sera la division des nombres contenus dans A1 divisé par A2.
  • Similaire : dans A10 si on saisit : =A1+A2+A4 le résultat sera l'addition des nombres contenus dans A1, A2 et A4.
  • Similaire : dans A10 si on saisit : =A1+(A2*A4) le résultat sera l'addition du contenu de A1 avec le résultat de la multiplication A2 par A4.

Note : la parenthèse permet de décomposer clairement à Excel le calcul qu'il doit effectuer.

Principes simples des fonctions[modifier | modifier le code]

Excel contient aussi des Fonctions, paramétrables ou non, avec des catégories diverses répertoriées par les dernières utilisations (les plus courantes) ou en simple liste de choix...

Somme[modifier | modifier le code]

Par exemple la Fonction : 'SOMME' effectue l'addition d'une zone désignée plage.

Sélectionnez par exemple la cellule A21 et commencez par saisir = (Le = signifie à Excel que vous attendez de lui un calcul). Rentrez le nom de la Fonction : SOMME. Écrivez entre parenthèses les références des cellules ce qui signifie à Excel quelle plage de cellules il doit prendre en compte pour calculer la somme. Vous obtenez ainsi dans la cellule A21 =SOMME(A2:A20) En appuyant sur retour à la ligne, Excel effectue la somme du contenu des cellules A2 jusqu'à A20 et l'affiche dans A21.

Nota : les ' : ' entre A2 et A20 signifient jusqu'à.

Moyenne[modifier | modifier le code]

Si vous tapez par exemple =MOYENNE(A1:A20) En appuyant sur retour à la ligne Excel effectue la moyenne du contenu des cellules A1 jusqu'à A20.

Maintenant[modifier | modifier le code]

Si vous tapez par exemple =MAINTENANT() En appuyant sur retour à la ligne Excel affiche la date du jour et l'heure (de façon dynamique) Nota : les parenthèses sont indispensables bien qu'il n'y ait pas d'arguments à décrire.

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Dans le Menu Insertion, la commande Fonction…, Excel propose un gros catalogue de fonction prêtes à l'emploi avec une description de leur usage.

Les Fonctions Complémentaires[modifier | modifier le code]

Certaines formules reposent sur des packs externes de fonctions complémentaires (par exemple, Utilitaire d'analyses). Les formules sont grossièrement les mêmes que pour OpenOffice.org Calc.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Cette application est un tableur ; autrement dit, elle se présente sous forme de tableaux structurés en lignes et colonnes dans des onglets séparés avec, pour chaque cellule qui compose chaque feuille, des caractéristiques particulières pour les calculs, des outils de génération de graphiques, des outils d'analyse croisée dynamique et un module de programmation par macro ou en développement direct avec le langage Visual Basic pour Application (VBA).

Graphiques[modifier | modifier le code]

Excel permet de dessiner automatiquement des graphiques de visualisation des données chiffrées.

Tableaux croisés dynamiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tableau croisé dynamique.

Macros[modifier | modifier le code]

On peut considérer les produits Microsoft Office sous deux angles de vue. L'angle de l'utilisateur qui se servira du logiciel pour accomplir un certain nombre de tâches afin d'arriver à un certain résultat. Et l'angle de l'informaticien, qui pour certains, voient en MS Office une véritable plateforme de développement. En effet, les macros sous Excel (mais aussi Word, Access, PowerPoint, ...) possèdent une partie sous-jacente qui permet de contrôler entièrement l'application grâce au langage Visual Basic for Applications.

Dans un premier niveau, ces Macro-commandes permettent de mettre, sous la forme de lignes de commande, des tâches longues et/ou répétitives. Mais dans un deuxième, la puissance du langage permet, à l'aide de certaines bibliothèques de composants (Windows ou .NET par exemple), de créer de véritables applications dont Excel (ou Word ou Access) ne seraient que les interfaces graphiques.

Sécurité[modifier | modifier le code]

La protection par mot de passe pour verrouiller l'accès au contenu d'une feuille Excel permet de se mettre à l'abri de modifications faites par inadvertance par des utilisateurs (étourdis) ou tout simplement par pure confidentialité et de réserver la lecture aux titulaires des mots de passe.

Mais contrairement à une croyance répandue, l'utilisation d'un mot de passe ne procure pas une protection totalement efficace contre un utilisateur expérimenté et déterminé. Toutefois, le contournement d'un mot de passe n'est pas à la portée du premier venu :

En effet, à cause d'un niveau chiffrement faible, de nombreux logiciels permettent de découvrir instantanément le mot de passe utilisé par Excel, quelle que soit sa longueur ou le jeu de caractères utilisé. Il est conseillé de choisir au moment de la création/sauvegarde du fichier, l'option qui propose un chiffrement plus fort que celui assigné par défaut.

Formats de fichier[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la version 2007, Microsoft Excel utilisait un format propriétaire binaire caractérisé par l'acronyme BIFF (Binary Interchange File Format).

Excel 2007 utilise cette fois le format propriétaire de fichier Open XML identique à la structure du format XML comme format principal : il porte le nom de XML Spreadsheet dont l'acronyme s'écrit XMLSS. Ce format avait été tout d'abord introduit dans la version 2002 mais n'était pas capable d'encoder les macros écrites avec du langage VBA. Ce format soumis à Open Specification Promise et a été standardisé par l'ISO mais ça n'en fait pas pour autant un Format ouvert[2].

Excel 2007 reste pour autant totalement compatible avec les formats des versions précédentes bien que Microsoft encourage l'usage de ce nouveau format XML. En parallèle, la plupart des versions de Microsoft Excel sont capables de lire les formats externes issus de fichiers CSV, DBF, SYLK ou encore DIF  ; il dispose en plus d'un module d'importation intelligent de fichiers texte.

Formats de fichier binaire Microsoft Excel[modifier | modifier le code]

La spécification de format binaire a été rendue disponible par Microsoft en février 2008 et peut être téléchargée librement.

Formats de fichier Open XML à partir de Microsoft Office Excel 2007[modifier | modifier le code]

Microsoft Excel 2007 autant que les autres applications de la suite Microsoft Office 2007, intègre le nouveau format de fichier faisant partie des spécifications du format XML ouvert (OOXML).

Les nouveaux formats depuis Excel 2007 sont :

Nouveaux formats Excel 2007
Format Extension Commentaires
Classeurs Excel .xlsx Le format Excel par défaut. En réalité, il s'agit d'un format compressé ZIP avec une structure XML sous forme de texte. Ce format est appelé à remplacer le format initial .xls mais ne sait pas incorporer de macros pour des raisons de sécurité.
Format des classeur avec Macros-incorporées .xlsm Identique au format des classeurs Excel mais avec macros incorporées.
Format binaire des classeurs .xlsb Tout comme le format xlsm, ce format stocke les informations du classeur en binaire plutôt qu'en XML de manière à pouvoir ouvrir et enregistrer de manière plus efficace considérant que format est plutôt dédié aux classeurs très volumineux, pourvus de milliers de lignes sur plusieurs centaines de colonnes.
Format des modèles avec Macros-incorporées .xltm Tout comme le format des modèles XLT des versions précédentes qu'il remplace, ce format permet de créer des modèles avec macros incorporées.
Le format des macros complémentaires Excel .xlam Les macros complémentaires Excel sont considérées comme des bibliothèques de fonctions utilisées en référence, offrant des extra-fonctionnalités. Du fait de leur constitution, ce type de fichier supporte bien évidemment les macros.

Exportation des données issues de feuilles de calcul[modifier | modifier le code]

Microsoft Excel fournit un jeu de fonctions d'applications liées directement à l'interface pour pouvoir exploiter des données issues de feuilles de calcul Excel dans des environnements et/ou des applications hétérogènes. Parmi eux se trouvent des composants permettant notamment d'ouvrir des classeurs Excel directement depuis Internet à l'aide de contrôles ActiveX ou encore de composants (PlugIns) comme ceux disponibles dans Adobe Flash Player. D'autres fonctionnalités sont en mesure de copier des données issues de feuilles de calcul Excel directement au sein d'applications Web en utilisant le format CSV (format texte séparé par des virgules).

Programmation[modifier | modifier le code]

Une caractéristique très intéressante de Microsoft Excel est celle de pouvoir écrire du code à travers le langage Visual Basic pour application. La rédaction du code (procédures, fonctions et macros) s'effectue dans un éditeur indépendant du classeur  : Visual Basic Editor (VBE).

L'exploitation du classeur et de son contenu peut alors s'effectuer en utilisant des objets. Le code issu de procédures ou de fonctions peut être exécuté directement (F5) ou à partir de la feuille de calcul ciblée ou depuis un contrôle posé sur une feuille ou sur une fenêtre sous forme de formulaire (UserForm). On peut donc écrire, modifier, déplacer, copier ou agir avec une multitude de possibilités sur le contenu des feuilles de calcul (données et graphiques) et ce, de façon instantanée. Chaque feuille de calcul peut devenir une véritable interface en parfaite homogénéité avec le code qui la supervise ou qui gère ses calculs.

Critiques et défauts[modifier | modifier le code]

Excel a été critiqué sous différents angles et en particulier pour les problèmes de précision sur des calculs en virgule flottante, notamment en comparaison d'autres outils dédiés aux calculs statistiques. Les adeptes d'Excel ont répondu que ces erreurs de précision ne concernaient qu'une minorité d'utilisateurs et que ces mêmes utilisateurs, le plus souvent, avaient des solutions de contournement pour y parer.

Par ailleurs, Excel utilise 1900 comme année de base et considère que celle-ci est bissextile. L'objectif était d'être en mesure de rester compatible avec le bug rencontré dans le tableur Lotus 1-2-3.

Il continue d'être exploité ainsi encore aujourd'hui, même au sein du format de fichier XML ouvert.

Pour contrer certaines failles dans des calculs de date, Excel intègre et gère aussi la base de ses calculs à partir de l'année 1904.

Le bug d'Excel 2007[modifier | modifier le code]

Le 22 septembre 2007, il est apparu que la version 2007 de Microsoft Excel affichait des résultats de calculs incorrects dans certaines situations. En particulier une qui se traduisait lors du calcul d'une paire de nombres (comme 850 et 77,1) devant retourner la valeur de 65 535 une fois l'un multiplié par l'autre  : au lieu d'afficher ce résultat, la valeur de 100 000 apparaît.

Le bug Excel 2007
Développeur Microsoft
Environnement Microsoft Windows
Type Tableur
Licence propriétaire EULA

Ce phénomène se produit avec approximativement 14,5 % de paires de nombres. En parallèle à cela, si l'un des nombres se voit ajouté la valeur 1, Excel recalcule en affichant le résultat déjà affiché additionné de 1 soit 100 001. En revanche, si l'on effectue une opération de soustraction sur l'opération de multiplication originale, le résultat est, cette fois, correctement affiché et ce bon comportement perdure si l'on effectue des opérations de division ou de multiplication par 2.

Microsoft a réagi en conséquence et a rapporté que ce problème existe pour un jeu de 12 valeurs à virgule flottante comprises pour 6 d'entre-elles entre 65 534,99999999995 et 65 535 et six autres valeurs entre 65 535,99999999995 et 65 536 tout en n'incluant pas les valeurs entières de ces nombres.

Quel que soit le calcul effectué pour retourner une de ces valeurs, le résultat s'affichera avec une erreur similaire. Pour autant, la valeur correcte est quant à elle bien stockée en mémoire même si elle est passée à d'autres cellules. Seul le résultat affiché est inexact. Toutefois, quelques cas spécifiques peuvent influer sur le mauvais résultat en mémoire lors d'opérations d'arrondis par exemple. Il fut alors précisé que seule la version 2007 était pénalisée par ce comportement et que les versions précédentes de cette même application ne sont pas concernées par le problème.

Le 9 octobre 2007, Microsoft a mis à la disposition des utilisateurs un correctif idoine. En parallèle à cela, le Service Pack 1 de Microsoft Office 2007 corrige également le problème.

Chris Lomont a pu présenter de façon détaillée la cause de ce problème en expliquant que ce dernier était dû au changement du code de formatage de 16 bits en 32 bits ce qui justifiait le fait que seules ces 12 valeurs étaient concernées. Il a également souligné comment le correctif a pu corriger le problème.

Versions[modifier | modifier le code]

Pour Windows[modifier | modifier le code]

  • 1987 : Excel 2.0 for Windows
  • 1990 : Excel 3.0
  • 1992 : Excel 4.0
  • 1993 : Excel 5.0 (Microsoft Office 4.2 et 4.3 et également une version 32-bit pour Windows NT tournant seulement sur PowerPC, DEC Alpha et MIPS OS)
  • 1995 : Excel pour Windows 95 (version 7.0) – inclus aussi dans Microsoft Office 95
  • 1997 : Excel 97 (version 8.0) - inclus aussi dans Microsoft Office 97 (x86 et aussi DEC Alpha version)
  • 1999 : Excel 2000 (version 9.0) inclus aussi dans Office 2000
  • 2001 : Excel 2002 (version 10.0) inclus aussi dans Office XP
  • 2003 : Excel 2003 (version 11.0) inclus aussi dans Office 2003
  • 2007 : Excel 2007 (version 12.0) inclus aussi dans Office 2007
  • 2010 : Excel 2010 (version 14.0) inclus aussi dans Office 2010
  • 2013 : Excel 2013 (version 15.0) inclus aussi dans Office 2013 et Office 365

Notes :

  • Il n'y a pas eu de version 1.0 pour éviter la confusion avec la version d'Apple.
  • Il n'y a pas eu non plus de version 6.0 du fait que Office 95 a été commercialisé avec Word 7.0. Les deux versions 95 et 4.x de Microsoft Office disposaient de la fonctionnalité OLE 2 permettant la manipulation et l'échange de données de façon automatique… Excel 7.0 portait alors un numéro de version identique à celui de Word.
  • Il n'y a pas de version 13 car cette version ne prenait plus en charge les macros et face au mécontentement des utilisateurs, la version a été abandonnée.

Pour Apple Macintosh[modifier | modifier le code]

  • 1985 : Excel 1.0
  • 1988 : Excel 1.5
  • 1989 : Excel 2.2
  • 1990 : Excel 3.0
  • 1992 : Excel 4.0
  • 1993 : Excel 5.0 (Office 4.X – version Motorola 68000 et première version pour PowerPC)
  • 1998 : Excel 8.0 (Office '98)
  • 2000 : Excel 9.0 (Office 2001)
  • 2001 : Excel 10.0 (Office v. X)
  • 2004 : Excel 11.0 (Office 2004 pour Mac)
  • 2008 : Excel 12.0 (Office 2008 pour Mac)
  • 2010 : Excel 14.0 (Office 2011 pour Mac)

Pour OS/2[modifier | modifier le code]

  • 1989 : Excel 2.2
  • 1990 : Excel 2.3
  • 1991 : Excel 3.0

Les certifications Excel[modifier | modifier le code]

Plusieurs certifications sont disponibles, permettant d'évaluer le niveau en Excel.

Certaines se déroulent dans l'environnement réel des logiciels :


D'autres se présentent sous forme de QCM :

  • Le TOSA (méthode adaptative)[4]
  • Evalu.it[5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Excel 2013[modifier | modifier le code]

Excel 2010 et Excel 2011 pour Mac[modifier | modifier le code]

Excel 2007 et Excel 2008 pour Mac[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :