Ex-homosexuel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ex-homosexuel est un terme et concept utilisé principalement dans les États-Unis d'Amérique pour désigner une personne qui dit s'être identifiée auparavant comme gay ou lesbienne (ou autre que l'orientation hétérosexuelle), mais qui a depuis choisi de se définir comme hétérosexuelle. Certains ex-homosexuels mènent une vie hétérosexuelle, ou vivent en célibataires dans l'abstinence.

Exodus International, la plus grande organisation regroupant des « ex-homosexuels » ayant jamais existé s'est dissoute en 2013 en annonçant que la thérapie ne pouvait changer l'orientation sexuelle de quelqu'un[1].

Mouvement ex-gay[modifier | modifier le code]

Les tenants de ce mouvement affirment que les homosexuels peuvent changer d'orientation sexuelle, ou respecter l'abstinence sexuelle afin de ne pas céder aux désirs homosexuels. Ils sous-entendent qu'il n'est pas souhaitable d'être homosexuel, en se fondant sur la doctrine chrétienne sur l'homosexualité. L'American Psychiatric Association conteste l'efficacité de leurs thérapies, et déclare qu'il n'y a aucune preuve scientifique du changement d'orientation[2]. Les psychologues actuellement conseillent aux homosexuels de ne pas tenter de changer d'orientation, encore moins sous la contrainte[3].

Selon ce mouvement, d'anciens homosexuels décideraient de mener une vie hétérosexuelle en épousant une personne du sexe opposé et en ayant des enfants, ou de vivre en célibataires dans l'abstinence. Ils soutiennent également ceux qui veulent devenir hétérosexuels à travers plusieurs organismes.

Organismes d'ex-homosexuels[modifier | modifier le code]

Le premier organisme, Love in Action, est fondé en 1973. Trois ans plus tard, ses membres créent Exodus International, un organisme chrétien (plus particulièrement protestant et évangélique), la plus grande organisation d'ex-gays des États-Unis et du Canada. Il existe aussi Exodus Latino America (1994) et Exodus Brasil (2002). Toujours en Amérique, il existe d'autres associations indépendantes comme Evergreeen International pour les Mormons, NARTH (National Association for Research & Therapy of Homosexuality), Homosexuals Anonymous, People Can Change ou Ta Vie Ton Choix.

En 1975 est créée EHAH aux Pays-Bas. Cette organisation, associée à d'autres, forme en 1982 Exodus Europe. Ce dernier rassemble des groupes du Royaume-Uni, de la Suède, le Danemark, la Norvège, la Finlande, la Belgique.

En 1978, le premier groupe d'ex-homosexuels d'Australie se nomme Liberty Ministry.

En 2012, le président d'Exodus International a déclaré qu'il n'y avait pas de traitement pour l'homosexualité et que la « thérapie réparatrice » n'offrait que de faux espoirs et pouvait être dommageable[4]. Depuis des décennies, cette organisation a gagné des fortunes en faisant croire que l'homosexualité était une maladie, avant d'être rattrapée par les résultats désastreux de ses thérapies[5].

Scandales[modifier | modifier le code]

Certains groupes d'ex-gays ou certaines personnalités ex-gay ont été mêlés à des scandales qui mettent en doute la volonté de mineurs à changer d'orientation. Une adolescente américaine de 15 ans a porté plainte contre sa mère qui souhaitait lui faire changer d'orientation sexuelle[6]. Un jeune de 16 ans avait aussi été forcé d'intégrer un camp de réorientation de Love In Action[7].

D'autres scandales contredisent le succès des thérapies sur des ex-homosexuels proclamés. On parle même aux États-Unis d'"ex-ex-gay". En 1986, le fondateur de Homosexuals Anonymous est surpris alors qu'il a un rapport sexuel avec un homme[8]. En 2000, un porte-parole d'Exodus International est vu dans un bar gay où il croyait être entré incognito[9]. Un ex-homosexuel membre de NARTH a été condamné à dix ans de prison pour avoir violé un homme en 2007[10].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ian Lovett, « After 37 Years of Trying to Change People’s Sexual Orientation, Group Is to Disband », sur nytimes.com, The New York Times,‎ 20 juin 2013 (consulté le 18 décembre 2013)
  2. American Psychiatric Association
  3. When Gays Were Cured, BBC News.
  4. Rift Forms in Movement as Belief in Gay ‘Cure’ Is Renounced, The New York Times, 6 juillet 2012.
  5. "Cures" for an illness that does not exist, Pan American Health Organization, consulté le 15 juillet 2012.
  6. Lyn Duff, I Was a Teenage Test Case, CAL. LAW., May 1996.
  7. Gay Teenager Stirs a Storm, The New York Times, 2005.
  8. Culver, V. (1995-10-27). "Sessions with gays criticized: Former minister's counseling methods brought reprimands", Denver Post.
  9. Ex-Gay Leader Disciplined for Gay Bar Visit, Christianity Today.
  10. Ex-Gay Counselor Convicted of Sexual Assault on Man, Edge Boston.

Voir aussi[modifier | modifier le code]