Assassinat de la famille impériale russe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Fondrière à Ganina Yama où les bourreaux ont placé les corps de la famille Romanov.

L’assassinat de la famille Romanov et de ceux qui ont choisi de les accompagner en exil, le Dr Evgueni Sergueïevitch Botkine, Anna Stepanovna Demidova, Alekseï Egorovitch Trupp et Ivan Kharitonov a eu lieu à Ekaterinbourg le 17 juillet 1918, sur les ordres de Lénine. Son compte-rendu se base sur le dossier Sokholov, juge d'instruction qui enquêta sur place et publia une partie de son rapport en 1924. Des recherches controversées, rejetées par la majorité des historiens et des scientifiques, remettent pourtant en cause les conclusions de ce rapport.

Le 15 août 2000, l’Église orthodoxe russe annonce la canonisation des Romanov pour « son humilité, sa patience et sa douceur ». Le 1er octobre 2008, la Cour suprême de la Fédération de Russie poursuit la campagne de réhabilitation et estime que Nicolas II et sa famille ont été victimes de la répression politique[1].

Le contexte[modifier | modifier le code]

La villa Ipatiev, en 1928.

Le 22 mars 1917, Nicolas II, qui a abdiqué quelques jours plus tôt, est placé en résidence surveillée avec sa famille au Palais Alexandre situé à Tsarskoïe Selo près de Saint-Pétersbourg. La même nuit, une bande de soldats profane le tombeau de Raspoutine, jette son cadavre sur un bûcher. Le corps brûle pendant six heures jusqu'à ce que les cendres soient dispersées par le vent glacé[2].

En août 1917, le gouvernement provisoire d’Alexandre Kerenski évacue les Romanov à Tobolsk en Sibérie, selon lui pour les protéger contre les débordements de la Révolution. Là, ils vivent plutôt confortablement dans l’ancien hôtel particulier du gouverneur. Après la prise du pouvoir des bolcheviks en octobre 1917, les conditions de leur détention deviennent plus strictes. L’imminence de leur procès est fréquemment évoquée tandis que la famille subit régulièrement insultes et vexations : on interdit à Nicolas II de porter ses épaulettes, les sentinelles griffonnent des dessins obscènes sur la clôture pour choquer ses filles. Le 1er mars 1918, la famille vit sur des rations de soldats et doit se séparer de dix serviteurs[2].

La lutte entre l’Armée rouge et les Armées blanches s’intensifiant, la famille est rapatriée en deux convois (Nicolas II, Alexandra et leur fille Maria en avril, le tsarévitch Alexis trop malade pour accompagner, est resté avec ses sœurs Olga, Tatiana et Anastasia et ne quittent Tobolsk qu’en mai 1918) dans la direction de Moscou avant de bifurquer vers l’Oural et de les enfermer dans la villa Ipatiev à Iekaterinbourg.

La peur que des membres de la famille Romanov s'évadent ou soient exfiltrés par les Anglais (Nicolas II étant le cousin et ami du roi du Royaume-Uni George V) a ainsi poussé les autorités russes à passer d'une résidence surveillée à Tsarskoïe Selo à une détention dans la villa Ipatiev[3].

Déroulement de l'assassinat[modifier | modifier le code]

Le geôlier Yakov Iourovski

Au cœur de l’été 1918, le geôlier des Romanov est remplacé par le nouveau super-intendant Iakov Iourovski. La pression des Armées blanches sur les faubourgs de Iekaterinbourg accélère les événements : un télégramme donnant l’ordre d’exécuter les prisonniers au nom du Soviet régional de l'Oural est signé par Iakov Sverdlov. Vers minuit, le 16 juillet, Iakov Iourovski ordonne au Dr Evgueni Sergueïevitch Botkine de réveiller les Romanov et leurs quatre derniers serviteurs et de leur demander de se préparer pour un voyage dont on leur tait la destination. Ils sont conduits vers une pièce dans l’entresol. L’ex-empereur fait apporter deux chaises pour lui et sa femme. Un peloton d’une douzaine d’hommes apparaît et le geôlier déclare :

« Nikolaï Alexandrovitch, les vôtres ont essayé de vous sauver, mais ils n’y sont pas parvenus. Et nous sommes obligés de vous fusiller. Votre vie est terminée. »

— Yakov Iourovski

Les tirs ont lieu à bout portant. Iourovski aurait levé son arme et tiré sur Nicolas, qui meurt sur le coup. Les autres bourreaux tirent jusqu’à ce que toutes les victimes tombent. Le tsarévitch rampe vers la porte, le Commissaire bolchevik Peter Ermakov lui défonce le crâne à coups de baïonnettes. Les dernières survivantes (Anastasia, Tatiana, Olga, et Maria dont les diamants cousus dans leurs vêtements leur ont servi un temps de gilet pare-balle) sont exécutées tout aussi sauvagement car leurs cris pourraient être entendus à l’extérieur. Les corps sont placés dans des draps, conduits en camion dans une fondrière à quelques kilomètres de là, brûlés à la chaux vive et au vitriol. Les corps n’étant pas complètement dissous à l’aube, les bourreaux reviennent la nuit suivante[4]. Une annonce officielle parue dans la presse nationale, deux jours plus tard, indique que le monarque[5] a été exécuté sur l’ordre de l’Uralispolkom (Soviet de l'Oural) pressée par l’approche des Armées blanches tchécoslovaques. Cela fait surgir des interrogations sur le sort du reste de la famille qui officiellement a été évacué par les Bolcheviks (déclarations des dirigeants bolcheviks, notamment du commissariat du peuple aux Affaires étrangères Gueorgui Tchitcherine)[3].

Bien que les officiels soviétiques placent la responsabilité de la décision sur l’Uralispolkom, Léon Trotsky écrit dans son journal personnel que cet assassinat a été commis sous l’autorité de Lénine[6]. Trotsky affirme alors dix-sept ans après les faits que les Bolcheviks ont massacré toute la famille dans le but de terroriser l'ennemi[7].

En 1989, le rapport de Yakov Yurovsky est publié. Selon ce rapport, les unités des légions tchèques approchaient des lieux. Craignant que ces légions prennent la ville et libèrent les Romanov, les geôliers les exécutèrent, faisant valoir qu’il n’y avait pas de « retour en arrière possible[8] ». Mais d'après ce rapport, que copie le rapport Sokholov, les corps ont été tous incinérés, ce qui expliquerait qu'on ne les ait pas retrouvés entre juillet 1918 et juillet 1919.

Liste des personnes ayant participé à l’assassinat de la famille impériale[modifier | modifier le code]

Le 16 juillet 1918, les personnes chargées de l'exécution de Nicolas II de Russie, de sa famille et des membres de sa suite sont réunis.

  • Six lettons selon d'autres sources des Hongrois de la Tcheka sont réunis, deux d'entre eux se désisteront.
  • Parmi les volontaires, selon certains témoignages, figurait un hongrois, Imre Nagy, né le 7 juin 1896, en 1956 il dirigera la Révolution hongroise et sera fusillé par les Soviétiques le 16 juin 1958 à Budapest[9]. Mais sa participation a été contestée par certains historiens qui remarquent que son nom apparaît seulement dans des documents soviétiques après l'écrasement de la révolte hongroise.
  • Iakov Mikhaïlovitch Iourovsky, né le 19 juin 1878 et mort le 2 août 1938 ; il se confessa le 1er février 1934 ; la même année sa fille est envoyée dans les camps de travail.
  • Grigori Petrovitch Nikouline, adjoint de Iakov Mikhaïlovitch Iourovsky ;
  • Piotr Zakarovitch Ermakov : (connu sous le sobriquet de Camarade Mauser), né le 13 décembre 1884, mort le 22 mai 1952, commandant du détachement chargé de l'exécution de la famille impériale ;
  • À Medvedev de son vrai nom Mikhaïl Koudrine : il décèdera en 1964, peu avant son décès, il offrira au Musée de la Révolution, son revolver, un Browning portant le numéro de série 3891965, cette arme aurait été utilisée pour assassiner le tsar.
  • Mikhaïlovitch Medvedev : Fils du précédent ;
  • Alexeï Kabanov : Ex membre de la Garde impériale, pendant l'assassinat du tsar et de sa famille, il se tiendra près d'une mitrailleuse installée dans le grenier de la maison Ipatiev ;
  • Stepan P. Vaganov ;
  • Pavel Spiridonovitch Medvedev, chef de la garde de la maison Ipatiev ;
  • Viktor Nikiforovitch Netrebine ;
  • Un étudiant encore mineur, selon J.F. Plotnikov il aurait été utilisé comme spécialiste de la joaillerie.

Les victimes de la Maison Ipatiev[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Controverses[modifier | modifier le code]

Cette section doit être recyclée. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

Les enquêtes[modifier | modifier le code]

L'église Sur-le-Sang-versé, construite à l'emplacement de la villa Ipatiev.

Lorsque les Blancs investissent Iekaterinbourg le 25 juillet 1918, un premier enquêteur est nommé : le juge Alexander Namiotkine conclut que les Romanov ont été envoyés dans la région de Perm. Alexander Namiotkine est limogé et disparaît mystérieusement 4 jours après son limogeage. Le deuxième enquêteur Ivan Serguéiev nommé par l'État-major contre-révolutionnaire conclut dans le même sens. À son tour, il est déchargé de l'enquête en janvier 1919 : peu avant son limogeage, il s'était dit convaincu à un journal américain, Le New York Herald Tribune que le tsar, le docteur Botkine et les trois domestiques avaient certes été tués dans la maison, mais qu'au contraire l'Impératrice, les quatre filles et le tsarévitch avaient été épargnés[10]. Un troisième juge Nikolaï Sokolov, dépêché par l'amiral Koltchak en février 1919, qui conclut en 1924 au massacre collectif et à l'incinération des corps. Il publia ses recherches la même année dans un livre[11] et mourut peu après. Parmi les faits relevés figure une citation modifiée de l'écrivain Heinrich Heine en allemand écrite sur les murs de la Villa Ipatiev qui dit

« Belsazar ward in selbiger Nacht Von seinen Knechten umgebracht[12] »

, ce qui signifie « Dans la même nuit Balthatsar fut assassiné par ses serviteurs ».

Mais divers historiens - s'appuyant sur un examen attentif du dossier - contestent ses conclusions. Ainsi les historiens Michel Wartelle[13], Marc Ferro[14] ou Marina Grey[15], fille du général Dénikine, assurent de la survie d'une partie de la famille impériale (tout en reconnaissant la mort à Ekaterinbourg de Nicolas II) en s'appuyant sur l'ouvrage pionnier[16] en la matière de deux journalistes d'investigation de la BBC qui ont enquêté d'après l'intégralité du dossier Sokolov (le premier, édité en 1924, ne constituait qu'1/10 du dossier total, le juge en ayant expurgé toutes les pièces jetant un doute sérieux sur l'accusation ; le complet est édité en 1987 par un émigré russe, Nicolas Ross[17]). Le reste de la famille (excepté le tsar et Alexis) aurait de même été exfiltré par les services allemands en accord avec Moscou dans un train sanitaire japonais ou allemand dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, leur qualité de princesses allemandes faisant d'elles une monnaie d'échange. Cette version de la survie de la famille Romanov est renforcée par le recensement de dix-huit témoins assermentés qui ont vu les femmes Romanov à Perm[18], . Citons-en plusieurs : l'infirmière Natalia Moutnik, l'enseignante Eugénie Sokholova, Tatiana Sitnikhova, son fils Fiodor qui était soldat, les cheminots Maxime Grigoriev (signaleur), Ivan Koukline (aiguilleur), Vassili Rabiov (signaleur), Oustina Varankina (signaleuse) ; une personne entre deux âges, Matreka Kouklina qui lavait du linge à sa fenêtre et a vu passer les cinq femmes, la nonne Sœur Glafira, son mari Rafael.

Enfin, l'exécution solitaire de Nicolas II est conforme aux communiqués locaux. Ceux-ci faisaient état de la mort de « Nicolas le Sanglant » et de « l'évacuation dans un lieu sûr de sa famille ». Les quatre premières réactions soviétiques officielles suivaient. De 1918 à 1922 plusieurs responsables soviétiques affirmèrent publiquement que le tsar avait été fusillé, mais que sa famille avait été épargnée et était même encore en vie. [19]. Analysé méticuleusement par Summers et Mangold le télégramme régional soviétique qui fut "découvert" par le juge Sokolov sans aucune difficulté, et faisait état auprès de Moscou du massacre était probablement un faux. L'unique témoignage oculaire provient d'un certain Paul Medvedev interrogé une fois en février 1919 et décédé mystérieusement en prison le 25 mars suivant au moment où il allait être réinterrogé. Le juge Sokolov aurait trouvé des cendres, des lambeaux de vêtements et quelques os des corps ou peut-être d'animaux[20] dans la fondrière à Ganina Yama, ces supposées reliques de la famille Romanov sont confiées à des émigrés russes et font l'objet d'un véritable culte.

Postérité sous le régime communiste[modifier | modifier le code]

En 1977, Boris Eltsine alors premier secrétaire de la section du parti de l'oblast de Sverdlovsk, fait raser la villa Ipatiev à la demande du chef du KGB Iouri Andropov qui voyait d'un mauvais œil l'afflux de curieux et pèlerins ; destruction liée peut-être à la parution du livre de Summers et Mangold insistant sur l'invraisemblance d'un massacre de onze personnes par onze autres dans une petite maison.

En 1978, un écrivain proche du ministère russe de l'Intérieur, le scénariste Geli Ryabov, fait exhumer trois crânes, dont celui du dernier empereur, ayant fait jouer ses relations pour pouvoir consulter des archives protégées sur la Révolution d'Octobre du rapport[21] de Iakov Iourovski, ce rapport lui ayant permis de localiser la fondrière à Ganina Yama dans la forêt Koptiaki, à une quinzaine de kilomètres d'Ekaterinbourg[22].

Postérité sous le régime post-communiste[modifier | modifier le code]

En 1990, Boris Eltsine alors chef de l'État russe fait exhumer 9 des 11 corps de la famille impériale, puis procéder à une identification par une analyse ADN. La validité de ces tests est remise en cause par certains scientifiques, comme le professeur Kitozato Tatsuo Nagai, directeur du Japanese Institute of Forensic Medicine and Science qui dispose de l'ADN du tsar issu d'un de ses mouchoirs tâchés de sang lors d'un attentat au cours d'un voyage à Oda au Japon en 1890 ou de l'équipe universitaire de Stanford qui obtint l'os du doigt d'une Romanov, Élisabeth de Hesse-Darmstadt. Deux corps manquent, celui du tsarévitch Alexis et celui de l'une de ses sœurs, Maria ou Anastasia. D'après le rapport de Yourovski, qui dirigea l'exécution, ces deux corps furent brûlés dans les bois voisins. Cependant, il n'existe aucune preuve réelle de la mort du frère et d'une des sœurs[23].

Le 16 juillet 1998, Nicolas II a été inhumé dans la cathédrale Pierre-et-Paul de Saint-Pétersbourg avec les membres de sa famille (sauf Alexis et l'une de ses sœurs) en présence des descendants de la famille Romanov, notamment du prince Nicolas Romanov, chef de la maison impériale de Russie. Le patriarche de toutes les Russies, Alexis II refuse de célébrer ces obsèques, l'Église orthodoxe russe refusant de reconnaître les restes dits d'Ekaterinbourg comme ceux de la famille impériale, se raccrochant aux reliques de Sokolov. Lors de fouilles, réalisées en juillet 2007 sous l'égide du Ministère de l'intérieur russe, au lieu probable où les corps du tsarévitch et de l'une de ses sœurs auraient été enterrés, ont été retrouvés des ossements de deux corps. D'après les premières conclusions, il s'agirait d'un jeune garçon âgé de treize, quatorze ans et d'une jeune femme âgée de dix-neuf, vingt ans. Tels étaient les âges du tsarévitch Alexis et de la grande-duchesse Maria au moment de leur mort. Toutefois les autorités russes avaient déjà annoncé en 1998 que ces 2 corps avaient été retrouvés dans la forêt d'Ekaterinbourg près de la fosse où furent exhumés les 9 corps[24].

L'église orthodoxe Sur-le-Sang-versé est construite entre 2000 et 2003 sur la colline de l'Assomption sur le lieu de l'assassinat de la famille impériale.

Tests ADN[modifier | modifier le code]

Le 22 janvier 2008, à l'occasion du dépôt des conclusions préliminaires de l'expertise génétique, Nikolaï Nevoline, chef du bureau régional de l'expertise médico-légale de Sverdlovsk, a confié à RIA Novosti :

« Les ossements découverts le 29 juillet 2007 aux abords d'Ekaterinbourg appartiennent à des enfants du dernier empereur russe. Les analyses ADN effectuées à Ekaterinbourg et à Moscou ont confirmé notre hypothèse. Une fois ces expertises terminées, leurs résultats seront comparés à ceux de nos collègues étrangers[25]. »

Le 30 avril 2008, les analyses génétiques effectuées par un laboratoire américain ont confirmé que les restes provenaient bien du tsarévitch Alexis et de sa sœur, la grande-duchesse Maria[26].

Aux yeux de certains seulement, les analyses ADN laissent peu de doute sur la réalité de l'exécution de la famille Romanov ; et les circonstances de l'exécution et de l'exhumation de la famille Romanov et de leur suite comportent suffisamment de parts d'ombre pour introduire un doute sérieux quant au forfait et faire admettre la possible survie des membres de la famille (exemple : l'affaire Anna Anderson, révélations sur Maria Nikolaïevna de Russie, Tatiana Nikolaïevna de Russie, Olga Nikolaïevna de Russie, Alexandra de Hesse ou le tsarévitch Alexis) et de l’immense fortune impériale dormant peut-être dans des coffres étrangers.

Les historiens ne donnent pas tous foi à ces tests ADN. Depuis le milieu des années 1980 nous dit Marc Ferro tous les cinq ans environ, des laboratoires souvent britanniques annonçaient les preuves de la découverte des corps de la famille Romanov[27] ; ce qui n'empêchait pas l'absence de deux corps sans qu'on soit sûr en 2011 de l'identité des disparus[28]. Par ailleurs, le rapport Sokolov affirmait que si certains des corps de la famille n'avaient pas jamais été retrouvés après un an de recherche (juillet 1918-juillet 1919), c'est parce qu'ils avaient été brûlés. Mais en 1972 un grand légiste britannique, le professeur Camps, assura auprès d'Anthony Summers et de Tom Mangold qu'il n'était pas possible en trois jours de faire disparaître par le feu onze corps "ni d'ailleurs un seul" [29].

De surcroît, nous expliquent Summers et Mangold, Iourovski et la Tchéka ne fut pas début juillet 1918 envoyée par Lénine pour aggraver le persécutions bien réelles imposées par les gardes-rouges avant de les achever mais au contraire pour protéger les prisonniers, sanctionner les coupables (peines de prison). Il s'agissait de maintenir de bonnes relations avec l'Allemagne de Guillaume II, pays avec qui la famille impériale était liée par le sang ou par alliance.

Pour certaines des femmes ainsi que pour Alexis, un nombre important d'imposteurs des Romanov (en) apparaissent, se présentant comme les enfants de Nicolas II. Cela discrédite-t-il la version de la survivance ? Pas forcément si l'on examine au cas par cas ce qu'ont fait plusieurs de ces historiens, apportant régulièrement de nouveaux éléments, sans évidemment emporter toujours la conviction sur le devenir prolongé de l'ensemble de la famille de Nicolas II.

Survivances hypothétiques de Maria, Olga, Anastasia et Alix de Hesse[modifier | modifier le code]

Des informations biographiques complètes et cohérentes relatives à une survivance prolongée sont ainsi apparues pour trois des six parents de Nicolas II, morts de ce fait dans un lit. D'après ces nouveaux éléments grâce à Tchitchérine, sous un nom polonais, "Comtesse Cécile Czapska." Maria fut évacuée en octobre 1918 vers l'Ukraine (alors occupée par les Allemands) et épousa en Roumanie un prince ukrainien en janvier 1919, Nicolas Dolgorouki. Installée à partir de 1920 en Europe occidentale (Belgique et Italie) elle se fit désormais appeler comtesse Cecilia di Fonzo Tchapskaia, mais se fit enterrer début décembre 1970 avec une photo au nord de Rome sous le nom de "SAI Maria Nikolaïevna Romanov Dolgorouki (1899-1970)". Elle était alors mère de deux filles et grand-mère d'un garçon ; elle décéda à l'âge de 71 ans d'un cancer près d'un an après son mari (janvier 1970). La découverte fortuite de la tombe au cimetière romain de Flaminio par les autorités italiennes à la fin de 1979, après la publication du livre de Summers et Mangold obligea plusieurs auteurs à développer la controverse, et le petit-fils de la défunte, Alexis Durazzo, à se montrer début 1980, avec le testament dont elle avait souhaité la publication dix ans après sa mort, puis à éditer un livre en 1982[30]. À la lecture de la liste composée par Romanov Impostors c'est seulement vingt-deux ans après, en 2004, qu'un autre personnage réclama également sa filiation avec une autre Maria Romanov, sans être jamais pris au sérieux. Ce qui n'est pas le cas ici. À la fin de années 1980 Marc Ferro et Michel Wartelle rencontrèrent ce petit-fils de la comtesse Di Fonzo, et après consultation attentive du dossier donnèrent foi à ses allégations. Un témoin oculaire de la survie encore en vie en mars 1980 (84 ans), l'officier ukrainien, Andréas Schwetz, profita de la publication du testament pour déposer. Il l'avait accompagnée lors de son évacuation de Perm en octobre 1918 jusqu'à son mariage à Bucarest le 20 janvier 1919 et avait gardé depuis le contact avec la famille[31]. Il pouvait aussi attester de l'identité d'Alexis Durazzo. Ce dernier se considérait également comme le petit-neveu d'Anastasia en la personne d'Anna Anderson. Dans son livre une photographie nous le montre avec Frédéric de Saxe d'Altincourt en 1980 qui était à la fois le cousin germain des enfants de Nicolas II et le meilleur ami d'Anna Anderson. Durazzo considérait aussi la prétendante Marga Boodts comme sa grande-tante Olga Nicolaievna Romanov. À ce titre une autre pierre tombale italienne, détruite en 1995, fut signalée par lui à Michel Wartelle qui la photographia : elle se trouvait au nord de la péninsule au cimetière de Mennagio près du lac de Côme. Sur cette tombe, était écrite en allemand cette information : "En mémoire d'Olga Nikolaïevna 1895-1976, fille aînée du Tsar Nicolas II de Russie." Exfiltrée vers l'Allemagne à la fin de 1918, en direction inverse de Maria (vers Vladivostock) elle prit en 1919 le pseudonyme de Marga Boodts et hormis une courte période de mariage (1926-1928) elle resta célibataire, vécut dans les propriétés terriennes de Guillaume II (son parrain) au nord-est de l'Allemagne jusqu'en juin 1939. Sa vie y fut facilitée par une pension secrète de l'ex-Kaiser exilé aux Pays-Bas. Elle s'installa ensuite au nord de l'Italie à Mennagio jusqu'à sa mort le 13 octobre 1976 à 80 ans. Il faut préciser que contrairement à Tatiana, Anastasia, Alexis et un peu Maria ce fut la seule prétendante, au titre ducal d'Olga Romanov. Une photographie éditée par Alexis Durazzo et Michel Wartelle puis mentionnée par Marc Ferro, nous montre Maria, son mari Nicolas et Olga ensemble en 1957 à l'hôtel du Cap d'Antibes sur la Côte d'Azur. Un déplacement des deux sœurs au Vatican sous le pontificat de Pie XII, d'abord sous la seconde guerre mondiale (la reine d'Italie est citée), rapportée par un témoin, Sœur Pasqualina Lehnert [32] permit à Olga de recevoir une nouvelle pension rendue doublement nécessaire par la mort de Guillaume II en 1941 et les redistributions systématiques de terre dans la nouvelle Allemagne de l'Est d'après-guerre. Après la mort de Pie XII, ce fut le grand duc Nicolas d'Oldenbourg, filleul allemand de Nicolas II qui prit le relais. Michel Wartelle a publié en annexe de son livre de nombreuses attestations notariées de témoins allemands qui assuraient dans les années 1940 et 1950 (dont une confidence de Guillaume II en avril 1941) de la véritable identité aristocratique de Magda Boodts[33]. Surtout un cousin germain allemand des grandes duchesses et du tsarévitch, Sigimund de Prusse, la rencontra en 1957 ; ils se reconnurent et échangèrent des souvenirs d'enfance. Enfin l'Impératrice a vécu en Pologne dans un couvent de Lvov de la fin de 1918 à septembre 1939, mois de l'occupation de L'vov par les Soviétiques, puis dans le monastère florentin des Suori della Mantelate où elle décéda en 1942 à l'âge de 69 ou de 70 ans et y fut enterrée sous son nom de jeune fille : Alicia d'Acia[34]. Il a existé deux témoins, l'un recueilli par Alexis Durazzo en dernière minute (octobre 1980), Jean–Amédée Baron de Montagnac-Vcorcos, par Alexis Durazzo[35], et l'autre encore en vie en 2010 au couvent de Florence par Franck Ferrand pour son roman L'ombre des Romanov qui ont informé de sa survie en Pologne et en Italie, hautement protégée par les autorités pontificales[36]. Il faut d'ailleurs préciser que jusqu'en septembre 1970 Maria résidait surtout en Belgique et que sentant la mort venir elle choisit de se faire opérer et enterrer dans le pays où mourut sa mère, et où vivait encore sa sœur Olga qui se déplaça à l'hôpital de Rome pour l'opération. Par ailleurs aucune prétendante ne se fit jamais passer pour cette impératrice. Seul le sort de Tatiana reste mystérieux faute de témoignages à son sujet. D'après Michel Wartelle un commando anglais est parvenu à l'exfiltrer par un tunnel souterrain reliant la maison Ipatiev à une sortie vers le consulat anglais le 1er juillet 1918 et est morte en Grande-Bretagne sous le nom de Marguerite Lindsay dans les années 1970. [37]. Elle a pourtant été vue à Perm en septembre 1918 avec ses trois soeurs et sa mère, par l'infirmière Natalia Moutnykh.

Il reste que la connaissance plausible par l'Église russe du passage attesté de Maria et d'Olga au Vatican, de l'ex-tsarine dans des monastères pontificaux polonais et italien, explique aux yeux de plusieurs chercheurs le refus du patriarche de Russie de se rendre aux cérémonies de juillet 1998, et de cautionner ainsi une mascarade.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Cour suprême de Russie réhabilite les Romanov
  2. a et b Tames, op. cité, p.56
  3. a et b Marc Ferro, « La famille Romanov : fin ou survie ? », émission La Marche de l'Histoire sur France Inter, 9 octobre 2012
  4. Cet événement est à l’origine des premières remises en cause controversées sur le massacre de la famille.
  5. Seul ce Romanov est mentionné.
  6. Journal de Léon Trotsky, avril 1935 comme le cite Peter Daniels, « (en) An exchange on Bolshevism and revolutionary violence », sur World Socialist Web Site,‎ 2003-12-27
  7. Jean-Jacques Marie, Jean-Jacques Marie, La guerre civile russe 1917-1922 ; armées paysannes, rouges, blanches et vertes, Paris, Éditions Autrement, 2005, collection mémoires n° 112, p 68 ; l'auteur, trotskyste, reproduit l'extrait et prend l'affirmation au premier degré comme un acte louable de salut public.
  8. 100 великих казней, M., Вече, 1999, p. 439 et suivantes (ISBN 5-7838-0424-X)
  9. Edvard Radzinsky Nicolas II Le dernier des tsars page 444
  10. Anthony Summers, Tom Mangold, le dossier Romanov, Albin Michel, 1980, p. 79-80 ; Marc Ferro, Nicolas II, p. 316 ; les deux journalistes britanniques publient aussi une photographie HT établissant qu'à l'automne 1918 dans les environs d'Ekatérinbourg des centaines de corps de personnes fusillées par les Rouges ont été déterrés et ré-enterrés et qu'aucun n'appartenait à la famille impériale.
  11. Nikolaï Sokolov (magistrat), Enquête judiciaire sur l'assassinat de la famille impériale russe, (Payot, 1924).
  12. Heinrich Heine und die Verehrung der Russen, 27.11.2011, Welt, par WON
  13. Michel Wartelle, L'affaire Romanov - Ou Le mystère de la maison Ipatiev, éd. Louise Courteau, 2008
  14. Marc Ferro, chapitre « La deuxième mort de Nicolas II », Les tabous de l'histoire, éd. Pocket, 2004, 139 p.59-103 ; "Évènement ou fait divers ? Une mort énigmatique" dans Nicolas II ,Paris, Payot, 1990, p.287-347 et dernières pages de photographies HT de Marie et d'Anastasia survivantes après 1918 ; réimpression en 2011 avec une nouvelle préface entièrement consacrée à ce chapitre.
  15. Marina Grey, Enquête sur le massacre des Romanov, éd. Perrin, 2001, 214 p.
  16. A.Summers et Tom Mangold, le Dossier Romanov, Albin Michel, Paris, 1980 : archives du juge Sokolov
  17. Nicolas Ross, Guibei, Tsarkoi, Semi,(l'assassinat de la famille impériale) Francfort, 1987
  18. Jacqueline Monsigny, Les filles du tsar, Marie ou les tourbillons du destin, Paris, Michel Lafon, 2003, p.380-383
  19. Georges Tchitchérine, 20 septembre 1918, Maxime Litvinov, 17 décembre 1918, Grigory Zinoviev, 11 juillet 1920, à nouveau Tchitchérine, 25 avril 1922 ; cité par Marc Ferro, Nicolas II, p. 297
  20. Anthony Summers, Tom Mangold,Le dossier Romanov, Paris Albin Michel, 1980, p.150-151
  21. Rapport manuscrit dont l'authenticité est contestée par certains historiens russes.
  22. Edvard Radzinsky, Nicolas II, le dernier des Tsars,, Le Cherche Midi, 2002
  23. Franck Ferrand,L'ombre des Romanov, éditions XO, 2010 (ISBN 9782845634473)
  24. Laurence Catinot-Crost, La tsarine martyre : Dernière impératrice de Russie, éditions Atlantica, 2001, p. 366
  25. RIA Novosti - Russie - Romanov: les restes découverts près d'Ekaterinbourg appartiendraient à des enfants de Nicolas II (expert)
  26. Les Dépêches - Le Monde.fr
  27. Marc Ferro, "La deuxième mort de Nicolas II" dans Les tabous de l'histoire p. 59-62 et 87
  28. Marc Ferro, Nicolas II, Paris 2011, Introduction
  29. Anthony Summers, Tom Mangold, Le dossier Romanov, op cit, p.149-150
  30. Alexis Durazzo, Moi, Alexis arrière petit-fils du tsar Paris,Fayard, 1982
  31. Michel Wartelle, op cit. annexe 3, p. 141-143
  32. Michel Wartelle, L'affaire Romanov... p.149-151
  33. Michel Wartelle op cit, p.175-184
  34. Michel Wartelle, op cit p. 91 et 95
  35. Alexis Durazzo, op cit, p. 202
  36. Franck Ferrand, L'ombre des Romanov, Paris, p. 249-251
  37. Michel Wartelle, op cit, p.117-124 chap : Mais qu'est donc devenue Tatiana ?

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Richard Tames, Last of the Tsars, Pan, London, 1972
  • Anthony Summers, Tom Mangold, Le dossier Romanov, Paris, Albin Michel, 1980 (File Romanov, London, 1976)
  • Miguel Asian, "La zarina y sus cuatro hijas sobrevivieron a la matanza de la familia imperial rusa", El Pais, 10 février 1980.
  • Alexis Durazzo, Moi, Alexis, arrière-petit-fils du tsar, Paris, Fayard, 1982.
  • Marina Grey, Enquête sur le massacre des Romanov, Paris, Perrin, 1987
  • Marc Ferro,
    • « Evènement ou fait divers. Une mort énigmatique », Nicolas II, Paris, Documents Payot, 1990, 370 p.
    • « Evènement ou fait divers. Une mort énigmatique », Nicolas II, Paris, Documents Payot, 2011, 370 p., p. 287-347.deuxième édition en 2011 avec nouvelle introduction sur le sujet.
    • (en) Nicholas II: Last of the Tsars. New York : Oxford University Press (États-Unis), 1993.
    • « La deuxième mort de Nicolas II » dans Les tabous de l'Histoire, Paris, Nil Éditions, 2002, p. 85-113.
  • Vadim Petrov, Igor Lyssenko et Georgi Egorov, La fuite d'Alexis, fils du Tsar Nicolas II, Paris, Éditions de la Martinière, 1998.
  • Nicolas Ross, Mort du dernier tsar, L'Âge d'Homme, 2001.
  • Jacqueline Monsigny, Les filles du tsar ; Marie ou les tourbillons du destin, Paris, Michel Laffon, 2003.
  • Michel Wartelle, L'affaire Romanov ou le mystère de la maison d'Ipatiev, Paris, Éditions Louise Courteau, 2008.
  • Elie Durel, L'autre fin des Romanoff ou le prince de l'ombre, Paris, Éditions Lanore, 2009.
  • Franck Ferrand, L'ombre des Romanov, Paris, Éditions XO, 2010.
  • "Évènement, les Romanov. Les filles du tsar n'ont pas été assassinées", entretien de Marc Ferro avec Severine Nikel, L'Histoire, no 379, septembre 2012, p. 8-13.
  • Marc Ferro, La vérité sur la tragédie des Romanov. La tsarine et les grandes-duchesses ont survécu, Paris, Tallandier, 2012.
  • La Gran Duquesa Olga Nicolaeïvna, Estoy viva : las memorias inéditas de la ultima Romanov, Martinez Roca, 2012.
  • "Vérités sur la tragédie des Romanov", entretien de Marc Ferro avec Hubert Tison, Historiens & géographes, décembre 2013, p. 167-169.
  • Luc Mary, Les derniers jours des Romanov, L'Archipel, 2008.
  • Nikolaï Sokolov (magistrat), Enquête judiciaire sur l'assassinat de la famille impériale russe, (Payot, 1924).
  • Nicolas Ross, Guibel Tsarskoj Semi, Franckfurt, Posev, 1987 (L'intégralité de l'enquête judiciaire du juge Sokolov sur laquelle s'étaient appuyés Anthony Summers Tom Mangold, puis Marc Ferro pour contester l'édition partielle de 1924)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]