Ewald Mataré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mataré.
Ange

Ewald Mataré (25 février 1887 à Burtscheid – 28 mars 1965 (à 78 ans) à Büderich) est un peintre et sculpteur allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ewald Wilhelm Hubert Mataré se forme à l'Académie des arts de Berlin à partir de 1907. Il était un élève de Julius Ehrentraut (né en 1841) et de Lovis Corinth (1858-1925). En 1918, il rejoint le Novembergruppe. Mataré s'est principalement consacré à la sculpture. Une grande partie de son œuvre sculptée est composée de figures animalières.

En 1932, il obtient une chaire à l'Académie des beaux-arts de Düsseldorf. Après 1933, la vie culturelle et artistique en Allemagne est étouffée par l'idéologie nazie. Mataré est dénoncée comme étant « dégénéré » et perd son poste. Une de ses sculptures, « Die Katze » (Le Chat), est d'ailleurs placé dans le salon de l'Art dégénéré de Munich, en 1937[1]. Mataré se tourne alors vers l'Art sacré.

Après la guerre, Mataré devient directeur de la Kunstakademie de Düsseldorf, mais démissionne assez rapidement. Il continue à donner des cours particuliers à des élèves comme Karl Franke, Günter Haese, Erwin Heerich, Georg Meistermann et travaille pour différents mécènes.

Il participe aux documenta 1 (première grande exposition d'Art moderne dans l'Allemagne de l'après-guerre) et documenta 2, respectivement en 1955 et 1959, à Cassel.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stephanie Baron (ed), Peter Guenther at al. (1992) " Entartete Kunst " Das Schicksal der Avantgarde im Nazi-Deutschland. Exhibition catalogue, Los Angeles County Museum of Art and German Historic Museum. Hirmer Verlag, Munich, 1992.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Mataré und seine Schüler, Meerbuscher EUROGA-Kunstweg 25.8.–1.9.2002, Hrsg. Stadt Meerbusch, Meerbusch, 2002.
  • Anna Klapheck, Das Sakrale und das profane in der Kunst Matarés, in: Ausst. Kat. Düsseldorf, 1967. (pp. 9–10).